Batman - The Dark Knight returns

Note: 4.02/5
(4.02/5 pour 48 avis)

Une vague de crime sans précédent à Gotham City conduit Bruce Wayne, 55 ans, à endosser à nouveau le costume de Batman après une retraite de 10 ans...


Auteurs complets Batman Best of 1980-1989 DC Comics Frank Miller Les meilleurs comics Super-héros Superman Univers des super-héros DC Comics

La criminalité croît sans cesse à Gotham City, où les délinquants sont toujours plus nombreux, jeunes, violents et mieux armés. Le commissaire Gordon, qui est sur le point de partir à la retraite, en veut à son ami Bruce Wayne d'avoir renoncé à sa croisade contre le crime. Voilà en effet 10 ans que Wayne a remisé sa cape et son masque à la Batcave... Il faut dire qu'il est désormais quinquagénaire, et pas forcément en état de jouer au justicier toutes les nuits ! Mais la bête qui sommeille en lui, et le poussait à devenir Batman, ne demande qu'à se réveiller. Et quand Harvey Dent alias Double-Face, l'un des pires ennemis de Batman, est autorisé à quitter l'asile d'Arkham, prétendument guéri, Batman se libère lui-aussi ! Il reprend sa lutte nocturne. Mais les ennemis ne sont-ils pas trop nombreux et trop puissants, cette fois ? Il y a les criminels, d'abord. Harvey Dent, qui a repris le mauvais chemin à peine sorti d'Arkham. Il veut mourir, et est prêt à commettre le pire pour forcer Batman à le tuer. Idem pour le Joker, qui est parvenu à s'évader d'Arkham une fois de plus. Batman pourra-t-il déjouer les plans fous imaginés par ces deux esprits tortueux, et mettre fin à leurs agissements sans avoir à faire ce qu'il ne veut plus jamais faire : tuer ? Il y a aussi le gang des Mutants. Ils sont nombreux, surarmés, et surtout, ils sont jeunes ! Le vieux Batman a-t-il encore assez d'énergie pour vaincre la brute épaisse qui leur sert de chef ? Mais Batman doit faire face à bien d'autres ennemis... Son âge, pour commencer. Courir sur les toits, se balancer au bout d'un grappin, affronter des gangs à mains nues, toutes les nuits, quand on a 55 ans, n'est pas particulièrement indiqué... Et si son cœur lâchait ? Son retour suscite des polémiques. Si certains s'en réjouissent, d'autres considèrent qu'il n'est qu'un fasciste dont les agissements illégaux doivent être stoppés et sanctionnés. Si le peuple ne veut plus de lui comme champion, sa présence et son combat sont-ils vraiment légitimes ? Son allié Gordon part à la retraite et sa remplaçante, Ellen Yindel, est bien décidée à capturer Batman. Peut-il encore être vraiment efficace dans sa lutte contre le crime si même la police est contre lui ? Et puis, pour finir... Le Président des États-Unis en personne ne veut plus entendre parler de lui. Et le Président a, à sa botte, un être contre lequel même Batman ne peut pas gagner : Superman !!

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1987
Statut histoire Série terminée (Uniquement disponible en intégrale.) 1 tome paru

Couverture de la série Batman - The Dark Knight returns © Urban Comics 1987
Les notes
Note: 4.02/5
(4.02/5 pour 48 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

19/04/2002 | Cassidy
Modifier


Première excursion dans la galaxie comics de Batman, et vraiment enchanté par ce thriller signé Frank Miller, Klaus Janson et Lynn Varley. Un thriller noir, noir comme la couleur de l'album, noir comme le décorum et l'ambiance de l'histoire plus globalement. Oui parce que ce qui frappe au premier abord , lorsque l'on pose les yeux sur The Dark Knight Returns, c'est la noirceur qui s'en dégage. Nous retrouvons une ville de Gotham rongée de l'intérieur par le grand banditisme et le crime organisé. Depuis que Batman a décidé de raccrocher définitivement ses crampons de justicier masqué, le Mal sévit en toute liberté et en profite pour corrompre la cité américaine et la transformer en pandémonium. Bruce Wayne observe tout ce théâtre de mort en retrait avec ses yeux vieillissant de quinquagénaire fataliste et misanthrope. Gotham est une ville maudite. Depuis que sa némésis, le Joker, a assassiné Robin, son fidèle acolyte, il a perdu le goût de faire le bien. Cependant une clique de hors-la-loi particulièrement malfaisants, surnommée les Mutants, s'avèrent être beaucoup trop dangereuse pour une force de police complètement débordée. Saisi malgré lui par l'appel de la justice, Wayne va remettre son costume d'homme chauve-souris et va se remettre en selle. Batman est de retour. On retrouve dans ce comic tous les ingrédients que j'apprécie dans l'univers Batman ( en particulièrement la trilogie de Nolan, qui est mon point de référence, et le dessin animé de 1992 ). La noirceur de l'oeuvre s'explique d'abord, aussi bête que ça puisse paraître, par sa temporalité. En effet la majeure partie de l'histoire se déroule la nuit, que ce soit pour l'enquête criminelle où pour les combats, ce qui imprime cette tonalité lugubre et sombre caractéristique de la saga. Batman, en tant que super-héros, est avant tout un homme de l'obscurité. L'effet est décuplé par le dessin poisseux qui donne un rendu glauque, menaçant, voire même suffocant. Le dessinateur a fait un travail de maître. Ce que j'aime bien aussi c'est que l'intrigue a permit de faire converger pas mal de personnages iconiques du monde des super-héros. En effet on retrouve Double-Face, dont on découvrira au fil de l'enquête qu'il était la tête pensante derrière les agissements des Mutants, on revoit l'inévitable Joker, on fait la connaissance d'un nouveau Robin ( où plutôt d'une nouvelle Robin ) et on assiste même, clou du spectacle, à un combat monumental entre Batman et Superman, entre le vagabond insoumis et le fidèle petit lieutenant du gouvernement américain ( en parlant de ça, le président dans le comic ne ressemblerait-il pas à s'y méprendre à Ronald Reagan ?). The DKR, c'est un peu l'équivalent d'un All-Star Game de NBA, où toutes les têtes d'affiches finissent par se rencontrer. Il y a énormément d'action, et lorsque Batman n'enquête pas, il se bat (et parfois même il enquête en combattant). Il combat dans les airs, il combat dans la boue, à la foire...lors de ces duels monstrueux on retrouve le Bruce Wayne martial et indomptable, mais pas complètement : on se rend compte que comparé à d'habitude il est très souvent mis en difficulté, d'ailleurs à la fin contre Superman, son pauvre petit coeur de vieillard finit par lâcher. Ce sont des séquences qui permettent d'illustrer les effets de la sénescence naturelle sur son corps, qui ne lui permettent plus d'être aussi tonique et résistant qu'auparavant. Même s'il garde de très bons restes, il n'en est pas moins un homme usé autant mentalement que physiquement. Pour élargir un peu sur ce point, j'ai trouvé ça très malin et assez original la façon dont Frank Miller prend le contrepied du mythe Batman, en faisant de lui un homme affaibli qui n'est plus que l'ombre de ce qu'il a été. Cet angle d'attaque donne la vision d'un justicier qui n'est pas invincible, en proie au doute, et je dois dire que personnellement cela a accru l'empathie que je pouvais ressentir pour le personnage. Je trouve que ça "l'humanise" en quelque sorte et ça le rend beaucoup plus proche de nous et de nos propres faiblesses. Et si finalement, au lieu d'être un "super-héros", Batman n'était plus qu'un simple héros ? S'il fallait absolument désigner un point noir, je dirais que j'ai trouvé l'histoire assez verbeuse. Il y a une somme conséquente de textes introspectifs où l'on rentre dans la tête des personnages pour s'imprégner de leur réflexions et leur points de vue, malheureusement ça peut devenir un peu lourdingue même si je comprends bien leur utilité : c'est une manière très habile de poser les divergences d'opinions philosophiques et politiques qui divisent Batman et Superman. Quoi qu'il en soit un comic très qualitatif, à titre personnel il a été la porte d'entrée idéale aux bandes dessinées Batman. Vu le niveau affiché, on va certainement continuer sur cette lancée et aller se dégoter quelques uns des autres bijoux de la collection.

16/10/2022 (modifier)
Par Benjie
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Benjie

S’attaquer à Batman vieillissant est une idée d’emblée intéressante. Il n’est plus seulement question de son passé, de ses traumatismes d’enfance, de ses ennemis qu’il fait enfermer à Arkham, il est question ici de son présent, de ce qu’il est devenu depuis qu’il s’est retiré des affaires, il y a pas mal d’années déjà. Pas facile d’être un vieux super-héros !! Le combat intérieur que se livre Batman, le regard que son majordome porte sur lui et la place de justicier que la société n’a plus envie de lui donner sont autant de questionnements difficiles qui font la grande réussite de cet album. Le dessin de Miller avec ses séries de petites cases est brut et efficace. Personnellement, je n’ai pas totalement adhéré et ça m’a lassé assez vite. A l’inverse, j’ai trouvé excellente l’idée de placer de manière récurrente des débats à la télé qui amènent un niveau de lecture décalé, beaucoup aimé aussi l’ancrage du scénario dans les années 80, sous la présidence de Reagan, avec la guerre froide en arrière-plan. Sur fond de menace de troisième guerre mondiale, Batman a décidé de reprendre son combat contre ses ennemis. Mais cette fois, il veut les détruire. Batman serait-il devenu un criminel ? On retrouve ici Miller poussant jusqu’au bout la logique du scénario qui ne fait plus dans la demi-mesure… La psychologie de Batman est analysée finement, de même que la société, ses dérives et ses névroses. Un album d’une très grande maturité. C’est du sérieux…

19/07/2022 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Les super héros et leur univers forment un pan des comics qui ne m’a a priori jamais vraiment attiré, pour toutes sortes de raisons. Pour ne pas mourir idiot, j’ai voulu tester l’univers de Batman, en y entrant par cette série, visiblement placée très haut par beaucoup de lecteurs. Bon, ben force m’est de constater que ce n’est pas fait pour moi. Si le dessin est globalement bon, il fait un peu daté (c’est encore plus le cas de la colorisation). Mais cet aspect passe bien. Par contre, je n’ai pas réussi à réellement entrer dans l’histoire, que j’ai trouvé alambiquée, et – mais là je sens que je vais aller à contre-courant – pas folichonne. En tout cas, si je suis allé au bout des quatre tomes (j’ai lu la série dans l’intégrale Delcourt), c’est péniblement et sans enthousiasme. Pas forcément ma came donc, et j’attendrai quelque temps avant d’éventuellement retenter ma chance dans cet univers. Note réelle 2,5.

09/09/2021 (modifier)
Par Matagot
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Dans son contexte historique cette œuvre est encore plus appréciable, d’autres ici l’on bien explique. Le scénario de Batman vieillissant était une idée de génie et les pages retranscrivent à merveille le combat d’un Homme faisant face à l’âge et qui refuse de s’avouer vaincu. Et le dessin puissant et dur ne laissera pas indifférent, j’aime infiniment ce qu’il apporte à Batman même si parfois je le trouve moche, souvent je le trouve emblématique et incomparable. Inégal, sans doute mais excellent. Bref. Un monument.

21/02/2021 (modifier)
Par Jérem
Note: 3/5

Désireux de rentrer dans l'univers de Batman et attiré par les dizaines d'avis (très) élogieux du site, je me suis lancé dans la lecture de ce gros album. Mon ressenti est assez mitigé. Si le Dark Knight de Frank Miller ne manque pas d'intérêt, je l'ai, par contre, trouvé sacrément daté. Les dessins sont dans l'ensemble plutôt moyens (et je suis gentil), notamment sur les (trop rares) décors et les visages des personnages. Miller multiplie les cases minuscules à peine esquissées, ce qui nuit au confort de lecture et à la fluidité de l'action. Le choix de la colorisation est également très douteux. Cependant certaines planches en pleine page, davantage travaillées, sont impressionnantes sans toutefois relever le niveau général très décevant de la part d'une pointure comme Frank Miller. La narration aussi paraît très vieillotte et indigeste. La lecture est assez ardue et le choix de multiplier les débats télévisuels autour de Batman pour donner du contexte se révèle très, très lourd et redondant (en plus d'être bâclé graphiquement). Le scénario sauve à mes yeux l'album. L'idée d'un Batman quinquagénaire qui reprend du service est géniale. Miller ne ménage pas son héros avec ses nouvelles limites physiques ou sa légitimité à exercer sa propre justice dans un état de droit. Le ton est sombre et le Chevalier Noir, en dépit de son (grand) âge, s'est encore enfoncé dans le doute et la névrose. Ses motivations réelles sont ambiguës... Bref le personnage de Batman vu par Frank Miller est une réussite. Un album réservé aux fans du Chevalier Noir... les autres iront sans doute vers des productions plus récentes. 2,5/5

15/12/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Eric2Vzoul

Un quart de siècle après avoir lu The Dark Knight returns, je reste sous le choc lorsque je la ressors de ma bédéthèque. Je trouve que cette série de Frank Miller a révolutionné l'univers des comics à plusieurs titres, et mérite toujours son qualificatif – souvent galvaudé j’en conviens – d’œuvre culte. Tout a été écrit ou presque sur The Dark Knight returns, mais je vais tout de même apporter ma petite pierre à l’édifice. Il faut d'abord replonger dans le contexte de l'Amérique du milieu des années 1980 pour comprendre en quoi cette vision sombre du Batman est le reflet génial de son époque. Allez ! Un petit cours d’histoire pour recréer l’ambiance de l’époque… Nous étions alors dans les années Reagan, le président qui avait proclamé fièrement lors de son arrivée au pouvoir : « America is back! ». Sous ses deux mandats, finis les pleurnicheries et l'auto-apitoiement qui avaient suivi la défaite au Vietnam, terminés les doutes sur l’intégrité du pouvoir et la pureté de la démocratie étasunienne consécutifs au scandale du Watergate ! L’Amérique était de retour et bien décidée à en découdre avec « l’Empire du Mal » soviétique. La guerre froide connut un regain de tension quand Reagan annonça la mise en place de l’initiative de défense stratégique, baptisée « Guerre des Étoiles » par les journalistes. Il s’agissait de mettre en place un réseau de satellites capables de détecter, traquer et détruire en vol les missiles nucléaires qui seraient tirés contre les États-Unis. Techniquement possible, mais hors de prix, ce projet faisait craindre à l’URSS la fin de « l’équilibre de la terreur » qui, en promettant une « destruction mutuelle assurée » en cas d’usage de l’arme nucléaire, avait bon an mal an maintenu un statu quo entre les deux blocs durant les 40 ans de Guerre froide. Certains stratèges alarmistes soulignaient le risque de voir les Soviétiques passer à l’offensive avant que les Américains aient concrétisé leur système. À Moscou, des dirigeants fossilisés et gris se succédaient au pouvoir et la société semblait figée dans une éternité de répression. Le monde tremblait tandis que l’on prophétisait l’imminence d’une troisième guerre mondiale. Aux États-Unis, les néoconservateurs triomphaient. Ils expliquaient que la crise était due à un État trop présent, aux budgets sociaux trop élevés qui plombaient l’économie, aux impôts confiscatoires… Le darwinisme social revenait en force : seuls les plus aptes réussissent dans une société libérale… Les usines automobiles commençaient à fermer pour délocaliser leur production là où l’ouvrier est bon marché et non syndiqué. Le chômage progressait, les pauvres n’avaient qu’à crever s’ils n’étaient pas capables de se prendre en main pour s’enrichir… Dans le même temps, le bling bling devenait la norme. Le trader supplantait le cowboy en tant que héros américain et l’Amérique faisait sa gym ; des cohortes de bons citoyens au brushing impeccable s’agitaient dans les salles d’aérobic, moulés dans des tenues aux couleurs fluo, au son d’une insupportable musique pop. L’univers créé par Miller se situe dans un futur très proche, inspiré de ce monde inquiet et de cette société américaine fracturée. Dans cet univers, Batman est vieux, il a raccroché sa cape quelques années plus tôt quand un de ses Robin est mort. Il n’est plus que Bruce Wayne, playboy finissant, menant une vie tumultueuse et défrayant la chronique mondaine par ses excentricités de milliardaire. Mais il reste l’enfant névrosé qui a vu ses parents se faire assassiner pour quelques dollars. Il est toujours l’homme avide de justice qui hait les criminels. Alors il ne résiste pas longtemps à la tentation quand il réalise qu’il pourrait ressusciter le Batman pour vraiment punir les méchants. Pas pour les enfermer gentiment, comme il l’a toujours fait, dans l’Asile d’Arkham d’où ils ne cessent de s’échapper, tels des Dalton maléfiques, non, cette fois, en guise de chant du cygne, il va les massacrer ! Batman n’est pas un gentil héros ; à l’origine, il est celui qui se déguise en chauve-souris géante pour terroriser les criminels, celui guette ses proies dans l’ombre, la face sombre des super-héros dont Superman est la lumière. Les auteurs l’avaient un peu oublié au fil du temps et Miller lui redonne son statut obscur de chevalier vengeur. Sa dernière croisade fait ressortir ses penchants criminels. Les années 1970 ont donné à l’Amérique un certain nombre de personnages qui n’hésitent pas à recourir à des méthodes expéditives contre le crime : “Dirty Harry” Callahan, Paul Kersey, le justicier dans la ville, ou encore le Punisher. Tous sont les héritiers du Batman originel et Miller ne fait que revenir aux sources. Mais il le fait avec une puissance et une violence que l’on n’avait jamais vues dans la série. Miller est un radical, il aime l’expression de la force brute et prend plaisir à trancher le nœud gordien : un bourre-pif vaut selon lui tous les argumentaires subtils quand il s’agit de résoudre des situations compliquées. À plusieurs reprises, dans The Dark Knight returns, il égratigne les médias, les psychologues, les corps intermédiaires, qui semblent incarner à ses yeux les faiblesses d’une société devenue incapable de se défendre ; Miller ne semble pas aimer la démocratie libérale. Il glorifie l’engagement physique, le sens du sacrifice à un point que c’en est un peu inquiétant d’ailleurs. Dans 300, il flirte ouvertement avec l’idéologie fasciste… N’empêche, j’ai un peu honte de l’avouer, mais c’est foutrement jouissif de voir Batman écraser les méchants une fois pour toutes. Du point de vue du style graphique, Miller innove également. Certaines cases sont incompréhensibles, jusqu’à ce que l’on comprenne qu’il s’agit d’une vision parcellaire et en très gros plan d’un élément qui prendra du sens plus tard (les perles par exemple). C’est déroutant et surprenant ; l’expérience est intéressante, mais je trouve que Miller en a abusé par la suite. On n’atteint cependant pas encore le niveau de non-sens de certaines planches d’Elektra Saga… En résumé, The Dark Knight returns constitue incontestablement une rupture, à l’instar des Watchmen (dans un style différent). Cette œuvre a fait basculer Batman, et nombre de super-héros après lui dans le monde adulte. Souvent copié, jamais égalé, l’univers dépeint par Miller reste une des références majeures des Comics. J’en conseille particulièrement la lecture à tous ceux et celles qui pensent que le genre est réservé à un public d’adolescents mâles et boutonneux.

21/02/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Michelmichel

Je me suis ennuyé ferme avec cet album, j'ai abandonné un peu avant la moitié, quand j'ai réalisé que je commençais à compter le nombre de pages pour voir si c'était bientôt fini... Les dialogues sont ennuyeux au possible, et les vraies scènes d'action trop rares. Comme le faisait remarquer le Grand A, il y a véritablement un déséquilibre entre le poids des dialogues et de la narration, omniprésents, et les dessins. De plus, hormis quelques planches, ces dessins sont affreux. Quant à la colorisation, elle est fadasse, délavée, morose, l'atmosphère est complètement has been. Sans doute que les inconditionnels se sont laissés charmer par le côté psychologique de l'ouvrage, en apprenant plus sur leur héros adoré. Ca n'a pas pris avec moi, je me suis vraiment fait chier : Batman s'ennuie à la retraite, il revient, pif bam boum bim les méchants. Aïe aïe aïe, ça fait mal ! Heureusement que je ne l'ai pas acheté pour moi, je finis vraiment par me demander si je vais aimer un album de Batman un jour. (280)

21/02/2014 (modifier)
Par gruizzli
Note: 5/5
L'avatar du posteur gruizzli

Je dois avouer que c'est avec ce Batman que j'ai commencé à lire les comics du fameux chevalier noir, mais j'ai été assez séduit par celui-ci. En fait, j'ai même été conquis, alors que je suis un farouche opposant aux BD de super-héros. Mais pour faire plaisir à une amie à qui je prête régulièrement de la BD, je me suis lancé dedans, et cela m'a suffisamment plu pour que je m'y lance plus avant. Ce qui m'a frappé d'emblée, c'est vraiment le trait particulier de Franck Miller, avec un ensemble qui fait très noir, mais aussi très typé comics. J'ai été vite rebuté dans les premières pages et à partir d'une dizaine, je ne faisais plus du tout attention. L'ensemble est très bon, autant dans les cadrages que les mises en page, et au final, j'ai lu le tout sans même m'attarder sur le dessin. Je n'ai pas été jusqu'à l'apprécier, mais je l'ai trouvé efficace. Diablement efficace même, car il contribue en grande partie au ton noir du récit, ainsi qu'à la grandeur d'un Batman avec ses poses assez impressionnantes (et une musculature digne de Schwarzy). L'histoire n'est vraiment pas dénudée d'intérêt, avec ce Batman sur le retour, vieillissant, plus aussi alerte, qui sent aussi le poids des médias, de la société qui le refuse en partie, et le crime qui corrompt la ville. Ici, Batman affronte tout et tout le monde (ou presque) avec une vieillesse qui pèse lourd sur lui. Ce que j'ai beaucoup aimé, outre le scénario qui s'annonçait très bon, c'est le point de vue sur Gotham, la représentation de Batman dans les médias, le traitement des vilains classiques (notamment le Joker qui reste emblématique à mon avis), et plusieurs autres points sur lesquels on sent un travail de réflexion, cherchant une nouvelle voie pour le chevalier noir. Dans l'ensemble, Batman est également très intéressant, tout comme son alter ego Bruce Wayne. Alfred joue un rôle toujours identique, mais c'est surtout la vision de Superman qui est intéressante (et sur laquelle je ne dirai rien, pour vous ménager la surprise). En fait, beaucoup de choses méritent réflexion dans cet ouvrage très sombre sur le chevalier noir. Sombre, en effet, il l'est. Tout est noirci, autant les âmes que les gestes, Gotham semble devenir une ville d'anarchie et pourtant Batman veut encore y croire. Ce qui est d'autant plus intéressant, c'est que de nombreuses références à d'autres Batman viennent ponctuer l'ensemble, et qu'un néophyte peut s'en sortir assez bien, mais qu'une personne vraiment au fait des histoires de Batman peut encore en tirer plus par rapport à l'univers de l'homme chauve-souris. Si j'ai attribué la note culte, c'est autant pour son statut dans l'anthologie des Batman que pour ses nombreuses qualités. Le dessin, comme dit, mais aussi l'histoire qui n'est pas en reste et propose plusieurs petites histoires toutes aussi intéressantes et bien liées entre elles. Le texte est beaucoup présent, mais il est bien traité et ne gène pas la lecture qui est plutôt dense. En fait, ce comic est vraiment un pilier dans l'univers des super héros et de Batman en particulier, une œuvre adulte et sérieuse, mais qui sait conserver des côtés amusants (surtout avec le personnage de Robin) et des côtés émouvants aussi. Et surtout, j'attribue cette note car la lecture de cet ouvrage m'aura clairement fait changer d'avis sur les comics et surtout sur les super héros. J'accepte enfin d'en lire, et je pense que je ne vais pas tarder à m'en procurer encore, en espérant tomber sur des aussi bons. C'est bête, mais Batman The Dark Knight Returns m'aura enfin fait aimer les comics de super-héros, et c'est pour moi un signe incontestable de réussite. Je lui décerne le culte sans trop d'hésitations. Pour moi, un immanquable du genre.

04/07/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Bon, ne parlons pas du dessin sinon je vais être grossier, alors passons. Pour le scénario… pff qu’est-ce que c’est bavard ! Déjà il n’existe que la version intégrale chez Delcourt donc il faut se les farcir les 192 pages mais à peine parvenu au quart du bouquin que je n’en pouvais déjà plus. C’est un roman qu’il aurait dû sortir, pas une BD. Trop de parlotes selon moi qui nuisent à la fluidité de l’intrigue. Bon OK la critique de l’Etat policier, l’influence des masses médias, le retour du héros vieillissant, critique des mœurs et de la société… c’est bon quoi on connaît. Lisez plutôt 1984 d’Orwell qu’on n’en parle plus. Et « Batman – Un Long Halloween » de Sale et Loeb pour les amis du chevalier noir.

01/07/2013 (modifier)
Par Yannis
Note: 4/5
L'avatar du posteur Yannis

Voilà une oeuvre faisant partie des classiques du chevalier noir. Et Frank Miller nous dépeint un héros fatigué et au bout de son combat. Quel plaisir de lire cette oeuvre et de découvrir ce que pourrait devenir un héros après des années et des années de combat puis d'inactivité. La criminalité gangrène toujours Gotham et la police reste impuissante. Un nouveau gang fait la loi. Quel plaisir aussi de voir ce Joker amorphe reprendre vie en découvrant le retour du Batman. Et quelle fin bien amenée et construite par Miller. La présence de Superman et d'un autre personnage de l'univers DC font plaisir aussi surtout quand on voit le rôle de l'homme d'acier. Le dessin ne m'a pas rebuté contrairement à certains je l'ai apprécié et le dynamisme de certains plans est magnifique. Les couleurs nécessittent une petite adaptation mais là encore j'ai aimé le style propre donné à l'ensemble. Mais j'avoue que c'est le dessin et les couleurs qui me font mettre 4 au lieu de 5. L'édition d'urban est encore une fois magnifique que ce soit pour les bonus ou pour la présence de l'animé à un prix raisonnable. Génial, à découvrir d'urgence

06/04/2013 (modifier)