Batman - Un long Halloween (Batman: The Long Halloween)

Note: 4.18/5
(4.18/5 pour 22 avis)

Will Eisner Award 1998 : Best Finite Series/Limited Series Will Eisner Award 1999 : Best Graphic Album: Reprint Avant "Dark Victory", Loeb et Sale avaient signé cette saga en 13 volumes en VO. A ne pas confondre avec Batman – Halloween, adaptation française de « Batman: Haunted Knight » (toujours chez Semic)


Batman BDs à offrir Best of 1990-1999 DC Comics Les meilleures séries courtes Les meilleurs comics Loeb - Sale Serial killers Super-héros Univers des super-héros DC Comics Will Eisner Awards

Gotham City est en proie aux agissements obscurs de la famille mafieuse des Falcone : entre luttes d'influence et contrôles juteux, les caïds de la pègre mènent la ville comme ils l'entendent... Seuls le procureur Harvey Dent et l'inspecteur Gordon osent se frotter à eux, ainsi bien sûr que Batman en personne. Dans ce polar musclé, une troisième partie apparaît avec l'arrivée des ennemis habituels de Batman qui ne vont pas se gêner pour se servir des Falcone et profiter du chaos ambiant dans Gotham City : le joker bien sûr, le pingouin, le chapelier, l'homme calendrier, Catwoman, ... etc... La lutte s'annonce difficile pour Batman et ceux qui croient encore en une loi à Gotham City...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1997
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Batman - Un long Halloween
Les notes (22)
Cliquez pour lire les avis

17/09/2003 | JBT900
Modifier


Et bien ! Voilà un album de Batman qu'il est bien !! (Comme quoi ça existe, ce n'était donc pas un mythe!) L'accroche s'est faite très rapidement, et une fois rentré dedans, impossible de décrocher de ce pavé bien fourni, quasiment lu d'une traite. L'intrigue, savamment distillée, est racontée de façon magistrale. Le gros défaut des albums de notre célèbre héros masqué que j'avais lus précédemment n'est pas présent ici: à savoir que, principalement, les dialogues et la narration sont bien menés et fluides, et sont bien équilibrés avec l'action qui est très présente. Graphiquement, le découpage est aussi une réussite, et le trait allie à merveille sobriété et explosions ponctuelles de fantaisies, comme pour les scènes mettant en jeu le Joker ou Poison Ivy par exemple. J'ai grâce à cette oeuvre pu faire connaissance avec d'autres méchants de Gotham, que je ne connaissais pas: Solomon Grundy, Poison Ivy, le chapelier fou, et l'épouvantail dont le nom m'échappe. La mise en couleur est de bonne facture également, avec quelques bonnes trouvailles comme des nuances différentes lorsque les cases évoquent des scènes hypothétiques par exemple. S'il fallait donner quelques critiques, je dirais que quelques visages se ressemblent un peu trop, entre Bruce Wayne, Harvey Dent, et "Le Boss'', j'ai parfois eu un peu de mal. Autre petit défaut de cette intégrale, plus on avance, et plus il y a de rappels sur l'identité des personnages. Cette astuce a aidé ma lecture à un moment tant il y a de personnages, mais devient lourde et trop redondante sur la fin. Un album très agréable à lire, qui me réconcilie avec Batman ! (290)

07/04/2014 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Enfin je me suis laissé tenté par ce volume très spécial, un Batman qui pose les bases du personnage, ses premiers pas dans Gotham, ses premiers ennemis, et surtout la création d'un des méchants les plus emblématiques de cette série. J'avoue qu'avant de lire l'ouvrage je mettais des réserves sur le dessin qui ne me convainquait pas plus que ça, mais la lecture fut extrèmement fluide, bien que dans certains pages j'ai trouvé les personnages bizarres (comme par exemple la représentation du Joker ou la cape de Batman qui est tout le temps immense). Mais dans la généralité l'atmosphère est très bien retranscrite, ce qui nous plonge très vite dans le récit et dans cette traque au tueur prenante. De plus les mises en pages sont sublimes et plus d'une case mérite une vision détaillée, bourrée de petits détails -comme la représentation de la dualité d'Harvey Dent- qui rendent la relecture plus intéressante. Le scénario est clairement celui d'une enquête policière, avec ses coupables et ses suspects, son lot de surprises et la joie de chercher par soi-même à trouver le coupable, jusqu'à remarquer que l'on a été bien eu. Cependant, le récit ne s'arrête pas là, ce qui serait compromettant pour une relecture, et intègre d'autres idées, comme les débats entre les protagonistes, les pensées de Batman sur les autres personnages, sans compter des petits moments de tendresse au sein de familles. Ce que j'ai beaucoup aimé, c'est que le récit ne se centre pas uniquement sur Batman et explore largement la vie des protagonistes à côté, comme Harvey Dent et Gordon, ce qui ajoute une touche de crédibilité à des seconds rôles habituellement figurants. Il faut ajouter aussi le développement de la famille du parrain, avec ses bons et ses mauvais côtés. Même chez les "méchants" il y a du bon. C'est très sympathique à lire. Après, il y a deux trois choses que je reproche un peu, mais c'est général aux Batmans (Catwoman qui fait des choses impossibles avec son corps, le fait que personne ne se rende compte de son identité ...), et dans l'ensemble ils passent très très bien dans le reste de la BD. Je reprocherais aussi aux auteurs d'avoir mis en images un beau panel de méchants, ennemis de Batman, ce qui n'était pas forcément nécessaire, comme si chacun devait avoir sa petite apparition. Elles sont cependant très bien gérées, donc ce n'est pas trop dramatique non plus. En bref, c'est une excellente BD, autant à la première lecture qu'au suivante, servie par un dessin très bon et une histoire prenante, qui pose quelques bases d'un univers Batman, et qui se relit tout aussi bien. Je dois dire que je l'ai lue avec assez de plaisir pour commander illico le tome suivant que je m'empresserai de lire.

05/09/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

Enfin j'ai lu cette histoire qui est souvent considérée comme un des meilleurs Batman ! Bon, je suis un peu triste d'avoir lu la suite (Dark Victory) avant celle-ci, mais malgré le fait que je savais le dénouement (quoiqu'il y a quelques surprises !), j'ai été tout de même captivé par l'histoire parce que c'est le genre de thriller qui est captivant même après qu'on sait le coupable ! L'histoire fait pratiquement 400 pages, mais c'est tellement captivant qu'au final le tout peut se lire sans problème du début à la fin avec aucune pause. Le scénario est un bon récit policier intelligent avec des personnages passionnants. On retrouve plusieurs des meilleurs ennemis de Batman dont le Joker qui a les meilleures répliques de tout l'album. Le dessin est un peu spécial. J'aime bien comment tout est noir car cela va à merveille à l'univers sombre de Batman, mais les personnages ont parfois des têtes un peu étranges. Sinon, j'aime aussi les bonus présents dans l'album d'Urban Comics et particulièrement l'interview des deux auteurs.

03/07/2013 (modifier)
Par raistlin
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Je ne suis pas fan de Batman à l'origine, mais les derniers films de C. Nolan m'ont donné envie de me plonger un peu plus dans cet univers. Et pour cause ils sont plus ou moins inspirés par ce Long Halloween. La nouvelle édition me plaît beaucoup. D'aucuns lui trouveront en effet un air de dico, mais moi j'apprécie la belle réalisation qualitative de l'ensemble. Un énorme volume bien présenté avec plus de 300 pages à lire, et de très bonnes critiques sur bdthèque, ça donne envie, alors j'ai craqué ! Eh ben, je n'ai pas été déçu du tout. Le style du dessin m'a d'abord dérouté : je suis très sensible à la qualité graphique et on va dire que le dessin utilisé fait de noir profond et de couleurs ternes, jouant beaucoup sur les ombres, et sur une certaine simplicité du trait mais aussi sur un côté un peu "mal fini" ou inachevé ne fait pas partie de ce qui m'attire au premier regard. Pourtant la magie opère et au bout de quelques pages, on en apprécie que davantage les effets de mise en page particulièrement soignés, les cadrages, les pleines pages etc... Et la palette de teintes utilisée vous plonge dans un Gotham étouffant et glauque à souhait. On retrouve aussi avec un certain plaisir les principaux adversaires de Batman. Avec notamment Catwoman dont le relationnel avec Batman est assez intriguant. Certes on peut considérer qu'ils arrivent un peu à la queue leu leu, à la manière d'un inventaire à la Prévert (notamment sur une planche où ils sont tous rassemblés !!!) ! Cela dit, cette succession d'adversaires reste cohérente avec l'histoire, et n'est pas bâclée pour autant. Et puis pourquoi pas après tout puisque cela entre dans un récit qui évoque une histoire globale de Batman autour d'un fil conducteur qui est une intrigue policière. Intrigue parfaitement maîtrisée d'ailleurs jusqu'au coup de théâtre final ! Bien sûr, les ficelles ont déjà été utilisées mais ça marche à tous les coups, et je me suis vraiment pris au jeu de chercher qui était Holiday !!! Bref... J'ai adoré. Ce livre, c'est un peu "découvrez Gotham, Batman et tout son univers en un tome" ! Et du coup, je signe bientôt pour 'Amère victoire', le second volet de ce diptyque. On peut s'arrêter à un Long Halloween, l'histoire fait un tout. Mais personnellement, j'ai pris un vrai plaisir à lire cet ouvrage, alors j'ai envie de me promener à nouveau dans Gotham en compagnie de l'homme chauve souris !

19/03/2013 (modifier)

Un tueur abat ses victimes, appartenant à la pègre, le jour des fêtes de l'année. Batman, Gordon et le procureur Harvey dent ne parviennent pas à trouver qui est le tueur, tandis que c'est l'hécatombe dans la grande famille mafieuse. Je n'ai pas accroché sur toute la ligne, ce qui me laisse mitigé. Déjà le style est plus "comics" que Year One qui lui est assez réaliste (comme sa suite Proie que j'ai beaucoup apprécié). Le Joker avec ses 75 dents et son avion (?!!!), Ivy et ses cheveux en branches, les scènes d'action loufoques, je ne trouve pas que ça colle avec l'univers à la Taxi Driver posé par Year One. De plus Batman est devenu un gros musclé géant, là où dans Year One il est plus réaliste, plus humain aussi car faillible (dans Proie aussi d'ailleurs). L'apparition des bad guys ne sert généralement à rien sinon à étirer le récit, je les trouve souvent mal introduits, juste pour montrer que c'est eux qui vont prendre le relais à la fin, et ça n'annonce pas forcément du meilleur. Après j'ai bien aimé la trame concernant l'enquête sur l'introuvable Holiday. Je devinais la fin à cause du film de Nolan, mais c'est mieux raconté je trouve, et surtout le côté borderline de Dent est mieux souligné que dans le film. On sent le gars perdre peu à peu les pédales. Le dessin a un style particulier très beau pour les personnages réalistes, mais trop loufoque pour certains super-méchants, notamment le Joker qui ne ressemble à rien.

10/09/2012 (modifier)
Par Yannis
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Yannis

Attention chef d'oeuvre. Voici sans doute le meilleur album de Jeff Loeb et de Tim Sale. Tout est bon ici du scénario au dessin en passant par les couleurs. Souvent considéré comme un Batman année 2 on y découvre un triumvirat exceptionnel. La relation développée entre Gordon, Dent et Batman est excellente et l'on remarque petit à petit le changement de personnalité en fonction des évènements. Le fait que les super vilains soient appelés et considérés par la mafia à cause des actes du Holiday Killer montre le basculement progressif du pouvoir qui passe des mains des familles mafieuses à celles des super vilains. Ce passage est très bien orchestré et ces derniers sont bien mis en valeur à chaque apparition. Le dessin est magnifique, il n'y a rien à dire de plus. Un album a posséder pour tous les fans de Batman et aussi pour ceux qui voudraient s'y mettre.

28/08/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Ouah ! Quelle claque en pleine poire j’ai pris avec la lecture de ce Batman - Un Long Halloween. Beaucoup mieux que l’autre (soi-disant) œuvre de Franck Miller, tant au niveau du dessin que du scénario. Je me suis procuré la dernière édition, la DC Deluxe. La version « Absolute » tourne autour des 100 euros tandis que la 1ère édition sortie fin des années 90 est trouvable d’occasion sur le net, mais franchement, c’est la DC Deluxe qui vaut vraiment le coût. La bd en elle-même est excellente et mérite largement 4 étoiles mais dans sa version intégrale, ça devient bien plus que cela, c’est un objet magnifique, une couverture plastifiée superbe avec Batman dessiné façon aquarelle et avec aussi un préambule de Christopher Nolan qui a l’honnêteté de reconnaître que le comic de Sale et Loeb l’a grandement inspiré pour réaliser ses films, rien que ça ! 28 euros donc, pour un comic culte, un pavé de plus de 300 pages, oui, ça les vaut ! D’abord, le positif : L’histoire se résume a un bon thriller, somme toute assez classique (qui ne veut pas dire simple) et c’est suffisamment bien écrit pour qu’on ait envie d’aller jusqu’au bout de l’intrigue (on veut savoir qui est ce fameux tueur en série). Loeb met en avant les personnages autrefois considérés comme secondaires (à cause notamment des films de Schumacher et Burton) comme Harvey Dent ou Jeff Gordon, et à l’inverse, les vilains méchants pas beaux, ceux que tout le monde connaît comme les principaux ennemis de Batman (Joker, épouvantail…) sont rétrogradés au rang de faire valoir. Le dessin lui, n’est pas de toute beauté mais il est efficace. Disons que, parfois, c’est magnifique en double page mais c'est efficace avant tout. Mais toute œuvre culte a aussi des défauts et Un Long Halloween ne fait pas exception. Le scénario est prenant, ça c’est clair. Mais je ne suis pas du tout d’accord avec certains commentaires sur le soi-disant suspense quant à l’identité de « Holiday » (le tueur en série). Même si on n'a la réponse qu’à la fin (comme tout bon thriller), j’ai su au bout de… allez, 50 pages, qui allait être le tueur en série. Honnêtement, quand on est un peu habitué à ce genre de récit, on devine très vite qui est le tueur. Donc ce n’est pas top côté suspense. Et la « révélation finale », celle des 3 dernières pages, ne m’a pas paru crédible du tout (pour plusieurs raisons que je ne spoilerai pas mais je ne crois pas être le seul à penser comme cela). Je pense que Loeb savait que le lecteur devinerait très vite l’identité de « Holiday » et qu’il a voulu apporter une sorte de « cliffhanger » à la toute fin, histoire de dire « j’vous ai bien eu, j’suis pas si bête quand même ! » mais je n’y ai pas cru une seconde. La qualité principale de Batman est son scénario long et intense (300 pages !!!), ce qui est assez paradoxale car les rares défauts résident eux aussi dans l’histoire, notamment la révélation du tueur en série, ou bien les super méchants pas toujours très bien placés dans le récit (je n’ai pas compris l’intérêt d’intégrer le Joker ou le Pingouin). Il y a aussi la voix off de Batman, trop répétitive et trop présente à mon goût alors que pas toujours nécessaire. Mais bon tout ça ce n’est rien comparé aux points positifs, beaucoup trop longs à citer.

08/10/2011 (modifier)
Par Gaendoul
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaendoul

Une véritable claque. Moi qui pensais avoir lu ce qui pouvait se faire de mieux sur Batman avec Dark Knight j'ai eu une belle surprise à la lecture de celle ci. Certes les dessins de Tim Sale sont moins inspirés que ceux de Frank Miller mais cela permet aussi d'avoir une cohérence tout au long de la BD qui n'est pas présente dans Batman - Dark Knight... Et la mise en page ainsi que les angles de vue sont parfois ingénieux et permettent tout de même à l'album de briller par moments. Le scénario quant à lui est tout simplement génial et sans aucun doute le meilleur parmi les BD batman que j'ai pu lire jusqu'à présent. Bref un incontournable du chevalier noir... Essayez de vous le procurer en angleterre ou ailleurs car la version sortie en france est à 70€ (contre 15~ pour une version anglaise).

05/03/2011 (modifier)

Ce ‘Long halloween’ est mon premier comic book de Batman. Et l’expérience est plutôt concluante ! :) Je ne suis pas du tout fan de super héros. Ce qui me plaît par contre chez le dark knight – et, à en croire les avis précédents, je ne suis pas le seul dans le cas –, c’est, d’une part, le côté sombre et torturé du personnage et, d’autre part, le constat qu’en fait de superpouvoirs, ce héros n’a finalement que son esprit d’investigation et une poignée de gadgets. Dans cet album, les principaux ennemis traditionnels de Batman apparaissent tour à tour, pour tenir un rôle plus ou moins important. Je pense que Jeph Loeb n’a pas été vraiment bien inspiré en cherchant à intégrer chacun de ceux-ci à son histoire. En effet, si Catwoman et Double face apportent véritablement quelque chose au récit, l’on ne peut malheureusement pas en dire autant de l’Epouvantail ou du Chapelier fou, par exemple. L’apparition du Joker ne m’a pas non plus paru indispensable. Ce dernier m’a d’ailleurs semblé très peu convaincant (quelle bête tête !!! :| ). Mais sans doute suis-je influencé par le souvenir toujours prégnant de la prestation charismatique et remarquable d’Heath Ledger dans le même rôle… Parallèlement à cette brochette de psychotiques, il y a en outre les familles mafieuses qui gangrènent Gotham. Contrairement à un électron libre comme le Joker, pour qui la commission de méfaits constitue le but en soi, ces dernières ont des intérêts bien plus terre-à-terre : l’argent. Ce qui est intéressant dans la mesure où cela contribue à rendre davantage crédible la criminalité de Gotham. Ensuite, au-delà de leurs caractères individuels qui sont particulièrement réussis, les personnages de Jim Gordon et Harvey Dent forment avec Batman un trio qui constitue l’un des éléments moteurs de cet album (et qui a d’ailleurs fortement influencé le ‘Dark knight’ de Christopher Nolan). La collaboration du policier, du procureur et du justicier masqué est inspirée par l’idée de justice, mais force est de constater que les trois hommes n’ont pas précisément la même conception de cette notion. ‘Un long halloween’ aborde ainsi des problématiques, certes récurrentes, mais somme toute indémodables, telles que la distinction entre justice et vengeance, l’idée de justice privée, la possibilité d’enfreindre la loi pour sanctionner ceux qui la violent, etc. L’intrigue principale consiste en un polar traditionnel : une série de meurtres dont l’auteur demeure inconnu. Mais Jeph Loeb gère parfaitement le suspense et multiplie les fausses pistes plausibles, au rythme légèrement saccadé des issues. La qualité première de ce ‘Long halloween’ est pour moi le graphisme de Tim Sale, qui est véritablement magnifique. Batman n’a jamais été aussi majestueux. Comme on me l’a fait remarquer, un des tours de force du dessinateur est notamment d’avoir rendu l’univers du récit parfaitement intemporel. Celui-ci pourrait aussi bien se dérouler dans les années ’30 que dans le futur. Aucun événement, aucun décor, ni aucun accessoire ne donne en effet la moindre indication quant à l’époque du récit. Comme ce comic book m’attirait depuis moment, mais que je n’étais pas prêt à débourser 70 € pour sa (superbe !) version Absolute, je l’ai commandé en V.O. pour une quinzaine d’euros. Je conseille la démarche à tous ceux qui souhaiteraient tenter l’aventure et ne sont pas effrayés par l’idée de lire un peu d’anglais (le niveau est franchement abordable). En conclusion, ‘Un long halloween’ est une lecture à conseiller et, pour ma part, je me réjouis de la poursuivre avec Dark victory.

27/04/2010 (modifier)
Par montane
Note: 5/5

Autant le dire tout de suite, cette minisérie de Batman de Loeb et Sale, récemment rééditée en un seul et luxueux volume, fait partie des meilleurs Comics sortis ces 20 dernières années avec le "Dark Knight" et le "Year One" de Frank Miller pour rester avec le même héros, mais également avec le "Elektra Assassin" dessiné par Bill Sienciewicz ou le Daredevil "Born Again" dessiné par Mazzucheli. On rajoutera également les séries de Dave Moore telles Watchmen ou From Hell. Bref ce "Long Halloween" est un incontournable pour tout fan de comics qui se respecte. La qualité su scénario n'a d'égal que celle du dessin. Comme Frank Miller, Loeb nous fait rentrer dans la pensée d'un Batman en proie au doute, qui tente désespérément de découvrir l'identité d'un tueur en série, aidé en cela par le Commissaire Gordon et le Procureur Dent. Mais ici, rien n'est simple, il n'y a pas les bons et les méchants. Chacun possède sa part d'ombre, et est susceptible d'être suspecté. Cela sera notamment le cas de Bruce Wayne et du procureur Dent. Les ennemis historiques de Batman eux mêmes, parfois recrutés par la pègre de Gotham City, sont sollicités pour résoudre l'énigme. Le tout sur fond de guerre des gangs entre les mafias locales. L'identité du tueur nous est révélée lors de l'avant dernier chapitre, mais rien n'est simple et on découvre au final que le tueur auto proclamé n'était peut être pas le seul et unique, et on se demande même s'il n'a pas exagéré son rôle. En ce qui concerne le découpage il emprunte très largement au monde cinématographique et Tim Sale dans un style semi réaliste, à mi chemin entre l'argentin Munoz et l'Américain Mazzucheli, démontre une virtuosité rare. Les couleurs elles-mêmes contribuent à souligner la noirceur de cette histoire. Le prix de l'intégrale est certes élevé, mais la qualité de ce "long halloween" le justifie amplement.

14/01/2010 (modifier)