Le Choucas

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 22 avis)

Le retour du polar... un pur bijou !


Collection Repérages Détectives privés

La cinquantaine alerte, ouvrier chargé d'entretenir et de remonter d'antiques pendules pour le compe d'un patron considérant soudain que l'heure est au progrès électronique, le futur Choucas est viré sans ménagement. Avec, en guise de viatique, du temps libre à ne plus savoir qu'en faire Les événements vont se bousculer... Bien malgré lui, le Choucas va se retrouver impliqué dans une drôle d'histoire. Voila comment on se retrouve détective. À cause d'un portable qui ne vous appartient pas, à cause d'une mémée qui a besoin d'un sacré coup de main... Il fonce dans sa garde-robe et y prend un vieux costard noir qu'il n'avait plus sorti depuis l'enterrement de sa mère. Avec sa chemise jaune, il a vraiment tout d'un Choucas. Le Choucas a trouvé... Il sera détective

Scénariste
Lax
Dessinateur
Lax
Coloriste
Lax
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2001
Statut histoire Une histoire par tome 6 tomes parus
Couverture de la série Le Choucas
Les notes (22)
Cliquez pour lire les avis

Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Sorties en 2001, les aventures de ce Choucas ont un air vieillot et ancien qui n'est sans doute pas uniquement dû aux multiples références à la série noire et ses auteurs mythiques. C'était une époque ou le polar était rempli de coups tordus, de "belles pépés" et de vieilles américaines qui consommaient grave. En fait du Eddie Constantine dont notre héros possède d'ailleurs des faux airs avec sa tronche cabossée par la vie. Alors au fait pourquoi ce sentiment d'être face à un truc "mou du genou",un brin emberlificoté et au final assez basique. Finalement ce qui remporte mon adhésion c'est plutôt le dessin qui s'il n'est pas franchement beau colle parfaitement à l'ambiance, la dedans tout le monde est finalement très moche, même les supposées beautés qui jalonnent le récit. Pour ce petit parfum d'avant guerre, c'est le comble!, je propose tout de même la lecture de cette série au goût suranné, pour ce qui est de l'achat chacun sera juge.

10/10/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Dans l'univers du polar déjà bien fourni, surgit en 2001 ce détective atypique : la cinquantaine bien pesée, au physique buriné, cet ancien remonteur de pendules licencié sans ménagement, se reconvertit dans le métier aléatoire de détective privé. Ma première réaction a été : bof ! et puis en creusant un peu, j'ai peu à peu suivi sans trop de désintérêt ses aventures grâce à son humour caustique, marchant sur les traces des grands détectives américains, en pratiquant le trait d'esprit subtil ; friand de bons mots et de citations des romans de la Série Noire à laquelle il voue une admiration sans bornes, il rencontre des personnages insolites. J'avoue que c'est surtout ça qui m'a le plus amusé dans ces histoires parce que cette collection Série Noire est devenue tout simplement mythique avec ses auteurs maison comme Peter Cheyney, Chase, Goodis ou Carter Brown... j'en lisais pas mal quand j'étais plus jeune, et ça m'a sans doute plus interpellé que certains autres lecteurs plus jeunes qui n'ont pas connu ces romans. Sinon, je n'aurais sans doute jamais trop goûté à cette série, les affaires dont s'occupe ce Choucas sont assez classiques et sans grande originalité, et leurs conclusions ne sont pas toujours positives. Mais ce qui m'a le plus gêné, c'est le dessin que je trouve vraiment très moyen, limite mal foutu et peu joli, c'est dommage parce que les femmes ne sont pas mises en valeur graphiquement ; je préférais le dessin de Lax quand il dessinait La Marquise des Lumières chez Glénat, plus peaufiné avec de jolis contours, il a ici complètement changé de style. Voila, comme le souligne Mac Arthur, cette série comporte autant de défauts que de qualités, elle peut paraître originale et décalée avec quelques trouvailles, et renouvelle de façon singulière les poncifs du genre, mais je peux très bien m'en passer.

01/07/2014 (modifier)
Par Chéreau
Note: 3/5

Je connaissais Lax de nom mais je n'avais jamais lu. Une jolie découverte. Remonteur de pendules reconverti en détective à l'occasion d'un licenciement, le Choucas, quinquagénaire désabusé vêtu d'un costard de croque-morts et de chemises jaune facteur, vénère la Série noire, dont la lecture assidue lui a servi de formation et qu'il cite à tout bout de champ. Le dessin, qui me rebutait au départ, est en réalité très adapté à l'histoire et la construction soignée des pages le rend très lisible. Et Lax peaufine de magnifiques clair-obscurs. Le côté foutraque totalement assumé des intrigues et la verve anar des dialogues feraient penser à des histoires du Poulpe dialogué par Audiard. Et pour compléter la liste des réferences prestigieuses, le personnage du Choucas a un petit quelque chose d'un Nestor Burma. Une lecture délassante et poilante, même si les dénouements sont un peu décevants à force d'en rajouter dans le n'importe quoi.

06/08/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Avertissement : quoique je ne qualifie finalement cette série que d’un mièvre « pas mal », je conçois aisément qu’elle puisse paraître culte à un fan absolu de la « série noire ». En effet, Christian Lax multiplie à longueur de tomes les références à cette mythique collection du roman policier. Personnellement, si j’aime, à l’occasion, lire un roman policier, je reste avant tout un lecteur occasionnel et ces hommages me sont parus trop appuyés dans les deux premiers tomes de la série, au point de me distraire de l’intrigue en elle-même. De plus ces deux premiers tomes ont un ton humoristique très parodique, encore accentué par certains éléments de décor pour le moins décalés (certaines illustrations de journaux, par exemple). Par conséquent, je ne savais trop sur quel pied danser lors de la lecture de ces deux premiers tomes. Entre hommage, parodie et franche moquerie, le style me semblait peu convaincant. Heureusement, à partir du troisième tome, et sans renier les références, ni les clins d’œil très accentués, les récits de Christian Lax m’ont semblé bien plus respectueux du genre, et le style de l’ensemble se rapproche alors bien plus d’un « Nestor Burma », avec ces scénarios alambiqués très bien construits dans lesquels je m’immerge enfin sans être distrait par un trait parodique trop appuyé. Après lecture des cinq premiers tomes, mon appréciation d’ensemble ne cesse de s’améliorer. Si je n’ai guère aimé le premier tome, si le deuxième m’a semblé juste passable, les trois suivants m’ont bien plus convaincu, variant entre un « vraiment pas mal » (tomes 3 et 4) et un « franchement bien ! » encore plus enthousiaste (tome 5). Graphiquement, le trait de Christian Lax ne figure pas parmi mes préférés. Je trouve cependant qu’il convient bien à la série, et ne se révèle jamais avare de détails. De prime abord très brouillon, il s'avère finalement très lisible et joliment expressif. Ses personnages féminins sont cependant peu séduisants même lorsque celles-ci sont censées être de vraies bombes sexuelles. Mais mon plus gros reproche au niveau esthétique demeure le choix des couleurs. Même s’il convient bien à l’univers, je le trouve vraiment trop terne, trop sinistre. Franchement, je préfère de loin un sobre noir et blanc à ce style de colorisation trop pauvre à mon goût. Finalement, cette série recèle d’autant de qualités (ses scénarios, notamment) que de défauts (sa colorisation, principalement). Par conséquent, je reste sur un « pas mal » un peu décevant, mais j’insiste sur la qualité sans cesse croissante de ces intrigues. Par conséquent, je n’hésiterai pas à jeter un œil sur le sixième tome dès que l’occasion me sera accordée. Achat conseillé pour les tomes 3 à 5 d’une série qui ravira à coup sûr les grands fans de romans noirs.

02/11/2009 (modifier)
Par Thaugor
Note: 4/5

Bien que je ne sois pas un fan du dessin de Lax, en particulier le dessin des personnages, j'ai été agréablement surpris par le style un peu décalé de cette série par rapport à certains polars classiques. Le détective est attachant car ce n'est pas un super détective, mais il est plus dans le genre pas de bol ou loser et se laisse souvent entraîner dans des coups foireux malgré lui. Ce choucas est aussi fan des livres « série noire » et fait plein de citations de ces célèbres romans ainsi que des citations de films policiers. De plus, il a un humour assez grinçant et fait des jeux de mots à tour de bras qui permettent de faire un décalage avec l'ambiance polar et rend ce personnage humain et sympathique. Lax profite de cette série et de son personnage principal pour faire passer beaucoup d'idées politiques et sociologiques à contre courant par l'intermédiaire des déboires de notre Choucas, qui, il faut l'avouer n'est pas très doué mais arrive quand même à s'en sortir plus ou moins à chaque fois. Bref, même si les enquêtes ne sont pas de toute première originalité avec des fins relativement prévisibles, les aspects humoristiques et dénonciateurs en font une oeuvre que j'ai lue avec grand plaisir.

02/09/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Cela ne sera pas mon polar préféré mais je dois reconnaître une certaine qualité à cette série mettant en scène un ouvrier cinquantenaire reconverti détective privé suite à un licenciement pour une bête histoire de pendules. C'est quand même un drôle d'oiseau ce Choucas ! Le personnage est original et on éprouve tout de suite beaucoup de sympathie. Maintenant, les enquêtes ne sont pas franchement emballantes car peut-être trop décalées. On lira cette série à la sauce sarcastique surtout pour ces trouvailles narratives et graphiques. J'aime bien également cette ambiance urbaine en noir et jaune. J'aime également cette liberté de ton avec une véritable conscience politique humaniste. Du vrai Lax !

01/01/2009 (modifier)
Par Raphifty
Note: 4/5

C’est par la quatrième enquête que j’ai découvert cette série. Ma première impression fut très positive, j’ai passé un excellent moment à lire cette série ! Drôles, intrigantes et bien ficelés ces enquêtes sont très sympathiques. Petit bémol sur le dessin, je trouve que quelques personnages sont trop « brouillons ». Par contre, une certaine atmosphère se dégage de ces planches, ce qui rend la lecture plus captivante, plus immersive. Pour finir, Le Choucas est une série policière légère qui vous fera passer un très agréable moment.

31/08/2008 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

'Le Choucas' est une bonne série grâce à son atmosphère de roman noir qui me rappelle un peu Soda. À travers une enquête, Lax critique la société humaine (par exemple, la télé-poubelle dans le tome 3). Son personnage, le Choucas, est un homme qui semble être totalement désillusionné face à la nature humaine. Il y a quand même un défaut : les enquêtes. Elles sont souvent faites de hasards qui entraînent le Choucas plus loin dans son investigation. Cela peut plaire à certains lecteurs, mais pas à moi. Je préfère quand le détective est maître de son destin et pas l'inverse. Heureusement, les scénarios sont solides et me captivent, excepté dans le premier tome qui m'a emmerdé. Je n'aime pas voir comment les héros sont devenus ce qu'ils sont.

29/07/2008 (modifier)
Par sagera
Note: 4/5

Je me suis ré-ga-lé à la lecture de l'intégrale. L'objet tout d'abord. Il est d'un format parfaitement adapté à la lecture. La couverture est réussie, et le portrait du choucas traduit bien l'ironie et la roublardise du personnage. L'intérieur ensuite. Editées dans un noir et blanc qui met le travail graphique de Lax, largement en valeur, les aventures du choucas sont un concentré de situations plus ou moins vraisemblables, plus ou moins drôles, plus ou moins mouvementées, mais servies par des dialogues réellement éblouissants. Et c'est selon moi, là que réside la réussite de cette bd. Je ne saurais insister sur le talent de dialoguiste de Lax. Tout au long des différents tomes, il cisèle des dialogues comme j'en ai rarement lus en bd. C'est simple, j'ai parfois eu l'impression d'entendre les grandes répliques du cinéma d'Audiard. C'est dire... Je ne saurais donc vous conseiller cette série que j'ai eue du mal à lire jadis, tant les couvertures me laissaient de marbre, voire même m'insupportaient. Encore une occasion de dire, qu'il faut terriblement se méfier de ses premières impressions. En général, en n'appréhendant que la surface des choses, elles nous font passer à côté de belles rencontres. Grâce à l'intégrale, je l'ai faite cette rencontre et c'est très, très, très tant mieux.

23/11/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Les éditions Dupuis viennent de publier une intégrale du Choucas, un beau pavé de 300 pages au format souple, noir et blanc, d'une taille légèrement réduite et d'un prix franchement attractif. Pensez : presque 50% moins cher que les albums à l'unité, voilà qui a de quoi attirer le chaland. Et en chaland chanceux que je suis, c'est via cette intégrale que j'ai découvert ce Choucas dont j'avais beaucoup entendu parler en bien. Abordons tout d'abord l'aspect graphique. Le trait de Lax est excellent et profite de la maîtrise que lui ont apporté des oeuvres à succès déjà nombreuses (Azrayen, L'Aigle sans orteils, etc.). Il nous offre des planches pleines de vie, belles et fluides à la lecture. L'intégrale est en noir et blanc, la série originelle en couleurs, oui mais... mais non seulement Lax avait pensé initialement son détective en noir et blanc, mais surtout son dessin s'accommode excellemment bien de l'absence de couleurs. Les planches sont belles, contrastées, parfaites pour créer l'ambiance du polar. Maigre reproche : l'absence de couleurs n'aide pas à distinguer les origines ethniques de certains personnages, ce n'est par exemple qu'au bout de quelques dialogues qu'on comprend que le taxi Gabin est d'origine Africaine, idem pour les indiens Québécois de la 6e affaire. Mais venons-en au récit. Je ne suis guère amateur de polar. Les livres de la Série Noire et autres Léo Malet ne m'ont jamais captivé, pas plus que les films de Bogart et compagnie. Pourtant dès les premières pages, j'ai accroché au personnage du Choucas. Tout d'abord parce que nous savons d'où il vient, dernier rescapé du prolétariat, on découvre dans l'introduction de sa première affaire comment il est passé du statut d'ouvrier au chômage à celui de détective privé. Ensuite, et surtout, parce que ses histoires sont bourrées d'humour. Sous un aspect sombre et sérieux, les dialogues et textes narratifs du Choucas sont emplis de bonnes réparties, de jeux de mots, de dialogues parfois hilarants. La narration graphique n'est pas en reste puisqu'elle se combine excellemment à ces boutades humoristiques et se permet souvent quelques folies à base de symboles et autres images amusantes insérées dans le récit pour en faire ressortir les idées. Et les scénarios eux-mêmes sont de la partie pour amuser le lecteur. Le ton est donné avec le premier tome dont l'enquête se finalise face à une crapule aux ambitions aussi ridicules que dévastatrices. Dès sa première affaire, on réalise combien le Choucas n'a rien d'un héros invincible : parfois minable, souvent maladroit, il a le plus souvent besoin de l'aide que son charisme lui attire heureusement pour résoudre ses enquêtes et se sortir du pétrin dans lequel il plonge plus qu'à l'occasion. Ca le rend d'autant plus attachant, loin de la froideur blasée d'un détective de polar typique. Le Choucas est un cocktail entre polar noir et humour, pour de vraies enquêtes qui passionneront l'amateur du genre tout en amusant tous les lecteurs.

28/10/2006 (modifier)