Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Ma mère était une très belle femme (Meine Mutter war eine schöne Frau)

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Karlien de Villiers, née en 1975 en Afrique du Sud, est la deuxième fille d'un couple d'afrikaners appartenant à la classe moyenne de la région du Cap. Dans ce récit autobiographique, elle raconte son enfance rythmée par les conflits entre ses parents, avec en toile de fond la chute du régime de l'apartheid. Elle imbrique magistralement l'histoire de sa famille qui implose sous le poids des rancoeurs, avec celle d'un pays au bord de l'effondrement, déchiré par les tensions politiques et les conflits raciaux.


Afrique du Sud Afrique Noire Autobiographie Cà et Là Enfance(s) La BD au féminin

Karlien de Villiers, née en 1975 en Afrique du Sud, est la deuxième fille d'un couple d'afrikaners appartenant à la classe moyenne de la région du Cap. Dans ce récit autobiographique, elle raconte son enfance rythmée par les conflits entre ses parents, avec en toile de fond la chute du régime de l'apartheid. Elle imbrique magistralement l'histoire de sa famille qui implose sous le poids des rancoeurs, avec celle d'un pays au bord de l'effondrement, déchiré par les tensions politiques et les conflits raciaux.

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Mai 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Ma mère était une très belle femme
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

13/01/2008 | cac
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J'aime bien ce genre de roman graphique qui fait penser totalement à la démarche qu'avait déjà entrepris Marjane Satrapi avec son Persepolis. En l'espèce, l'auteur Karlien de Villiers nous fait revivre sa jeunesse dans l'Afrique du Sud au temps de l'apartheid. J'ai trouvé son récit très juste. Elle va vivre le divorce de ses parents puis la perte de sa mère, autant de points communs qui peuvent nous rapprocher. Ce qui est intéressant, c'est de mêler l'histoire de sa famille à celui d'une toile de fond avec la chute du régime de l'apartheid. Pour autant, on n'entendra jamais parler de Nelson Mandela. Curieux, n'est-ce pas ? J'ai admiré le fait qu'elle n'a pas inventé un personnage d'enfant qui aurait pris des positions anti-apartheid en étant politiquement engagé. Non, elle a voulu montrer la réalité qui existait comme des familles qui menaient une vie normale en plein milieu d'un conflit politique. De même, le portrait de sa mère est celui d'une femme naïve au plan politique et complice de l'apartheid par sa passivité face à ce régime entretenu également par la propagande. Ce n'est pas pour autant qu'elle aimait sa mère au point de l'idéaliser. Franchement, ce témoignage authentique m'a plu par sa sincerité.

16/04/2011 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Voilà une intéressante autobiographie car elle raconte la vie d'une enfant dans le contexte difficile de l'apartheid en Afrique du Sud dans les années 1980. Je ne suis pas vraiment fan du dessin, trop naïf et enfantin, genre Tom-Tom et Nana. Ce one-shot est à lire pour son contexte historique même si je regrette qu'il soit trop peu décrit et analysé. On se concentre beaucoup sur les petits déboires d'enfance de l'auteur, de sa relation devenue difficile avec sa soeur aînée, du divorce de ses parents et de la nouvelle belle-mère et enfin du cancer de sa mère qui fut un temps très belle car ancienne mannequin - ce qui apparemment n'est pas héréditaire... Bref des récits de vie qu'on aurait pu situer n'importe où dans le monde, sauf que là ça se passe au milieu des homelands, mais néanmoins assez peu d'anecdotes en font mention.

13/01/2008 (modifier)