La Saison de la Couloeuvre

Note: 3.29/5
(3.29/5 pour 14 avis)

Dans un futur à la fois familier et très éloigné, les hommes disposent d'un réseau de portes spatiales -les toboggans- qui leur permet de passer d'un système solaire à l'autre et de dominer la Voie Lactée.


Les prix lecteurs BDTheque 2007

Dans un futur à la fois familier et très éloigné, les hommes disposent d'un réseau de portes spatiales -les toboggans- qui leur permet de passer d'un système solaire à l'autre et de dominer la Voie Lactée. Les toboggans ont été construits bien avant l'apparition de la vie sur Terre par un peuple d'ingénieurs, les Mohais. Mais quelque chose est arrivé. Une intelligence hostile a fragmenté le réseau et dispersé ses créateurs le long de routes pour lesquelles il n'existe, désormais, plus de cartes. Ramenés à l'état de tribus primitives, les Mohais sont devenus des fonctionneurs : leurs gestes techniques se sont transformés en rites. Quand les hommes ont pris le contrôle des premières intersections stratégiques, ils n'ont opposé aucune résistance. aujourd'hui ils participent à la régulation du trafic interstellaire tout en réapprenant peu à peu leur histoire par la bouche des voyageurs en transit. "La Saison de la Couloeuvre" est l'histoire de deux jeunes fonctionneurs de l'Intersection 55, Rhéa Davenham et Derc Finn, et d'une poignée de ces voyageurs galactiques, Diane Bendix la Sentinelle étoilée, Jarmil l'homme-fourmi diplomate, l'armurier Xtalassar et bien d'autres. (texte : L'Atalante)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Septembre 2007
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série La Saison de la Couloeuvre
Les notes (14)
Cliquez pour lire les avis

18/09/2007 | Spooky
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Je n'ai rien contre les artistes qui utilisent quelques substances psychotropes pour se doper l'imaginaire, cela peut parfois donner de très bonnes choses. Ici le dealer a balancé du lourd, du moins à partir du tome 3. On rigole, on rigole, mais mon problème c'est que je ne suis pas rentré dans le délire ce qui fait que je n'ai sans doute pas tout compris. Dommage, ça partait plutôt pas mal avec la description d'un monde assez fascinant et magnifiquement illustré, fourmillant de détails tous plus forts que les précédents. Alors comme Alix, je boirais bien un café avec l'auteur, rien qu'un café OK? pour discuter de tout ça avec lui.

20/09/2014 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Je réécris mon avis suite à la lecture des 3 tomes… et ma note reste malheureusement à 3. Pourtant mon impression générale reste extrêmement positive. J’adore l’univers mis en place, je le trouve riche et passionnant, et comme dans toute bonne histoire SF les événements font subtilement échos à notre monde et notre époque. J’ai relu les 3 tomes dans la foulée, au calme, et je pense avoir saisi tous les détails de l’intrigue… jusqu’à la page 40 du 3eme tome ! Tout s’emballe, et comme beaucoup de lecteurs, j’ai complètement perdu le fil. J’ai relu ce délire psychédélique deux fois, mais sans parvenir à obtenir de réponses à mes questions. Je n’arrive par exemple pas à m’expliquer cette mise en abime, avec des pages de la BD apparaissant dans les cases... on se croirait dans Julius Corentin Acquefacques ! Bon, je suis quand même content de mon achat, et je pense relire la série un jour. Le dessin est somptueux, l’univers décrit est détaillé et dépaysant, et dans son ensemble cette histoire de colonisation et conversion forcée d’un peuple m’a passionné. Mais ce 3eme tome me laisse comme un goût amer. Comme j’aimerais boire un café avec l’auteur, pour lui poser quelques questions !

30/10/2007 (MAJ le 20/01/2012) (modifier)
Par Miranda
Note: 1/5

Voici une lecture qui m’a été des plus pénibles, alors que j’étais toute enthousiasmée de retrouver Jean-Marie Michaud aux pinceaux, après avoir été ravie par sa bd : La Dernière fée du pays d'Arvor. Le dessin est toujours aussi beau bien que le style soit différent, mais le scénario de Lehman est excessivement décousu et déjanté pour moi. Je n’ai pas dépassé le premier tome, et vu qu’aux dires d'autres lecteurs cela devient de plus en plus loufoque, je n’ai pas tenté ma chance plus loin. Je n’ai absolument pas été conquise par l’univers créé, que j‘ai trouvé souvent un peu facile, tel un assemblage d‘éléments disparates qui une fois unis se veulent originaux, mais c'est à mon goût totalement raté et sans intérêt. Autre gros point négatif, voire rédhibitoire : la gonzesse enceinte jusqu'au yeux, tout droit sortie du bois de Boulogne, dominatrice exhibant son gros ventre comme une marchandise pour clients dégénérés, m’a passable énervée. C’est d’une vulgarité absolue, je ne retenterai même pas une seconde lecture juste pour ne pas revoir « cette chose » sans nom. J’ai l’impression que ça n’a dérangé que moi… J’aime les beaux graphismes et en général ça aide à rentrer dans une histoire, mais pas au point de trouver d’éventuelles qualités à un scénario quand il n’y en a pas. Je ne mettrai donc pas deux étoiles même pour le dessin, car j'ai purement et simplement détesté ce premier opus et j'ai été incommensurablement déçue.

07/02/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

La saison de la couloeuvre m'a laissé sur une impression très mitigée. Certes, on ne peut qu'être séduit par l'univers technologique complexe ainsi crée avec cette gigantesque toile d'araignée interstellaire. Cela ne manque pas d'originalité. Le dessin et la disposition des cases ne manquent pas d'audace ainsi que le choix de la couleur dans un graphisme bichrome. Objectivement, c'est du très bon travail. Oui, mais voilà, je n'apprécie pas plus que ça. Cela m'a semblé trop obscur et trop fugace par moments. Les dialogues sont de haute qualité mais on nous bombarde d'informations diverses et on se perd dans un méandre où l'on perd l'essentiel de vue. Le scénario est beaucoup trop dense. Visuellement, c'est très beau. Pour le reste, il y a trop d'interrogations qui subsistent. Il y a trop d'éléments déstabilisants ... C'est à la fois complexe et déroutant. On est aux antipodes de la limpidité. Je ne suis pas trop preneur de cette série insolite. D'ailleurs, le 3ème tome qui part dans un délire total a achevé de me convaincre.

24/01/2010 (MAJ le 14/11/2010) (modifier)
Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

Alors là je dis : "Attention les yeux" ! La Saison de la Couloeuvre c'est du lourd ! Une oeuvre d'art où la couleur d'une couleuvre risque de mettre à mal l'ordre établi. Le dessin de Michaud est époustouflant de précision, sur combien d'images suis-je restée à scruter le moindre détail ? Entre la petite scène en arrière plan qui n'a l'air de rien et le(s) élément(s) de décor qui donne(nt) à ce monde sa touche de réalisme, on est très très bien servi et j'en redemande. Alors forcément à force de scruter on le voit le trait de crayon de l'esquisse, mais moi je dis que ça prouve que c'est du fait main et puis c'est tout. La couleur est un des personnages principaux de l'histoire, quand au bout de 10-12 pages je me suis dit : "Il est bien joli ce dessin en dégradé de gris mais à la longue ça va me lasser. S'il n'est pas là pour mettre en valeur dans quelques pages des couleurs à tomber par terre, je vais être déçue". Bingo ! Elle arrive la couleur, et quelle arrivée en fanfare ! C'est fort, c'est allégorique, ça donne d'autant plus de relief à l'histoire. Côté scénario, c'est simple (dans le sens où, pour de la SF, je ne me suis pas sentie submergée de termes et de notions nouvelles qui rendent parfois la compréhension difficile au premier abord), fluide, symbolique, original (même si tout de même on sent bien poindre le conflit entre des rebelles allergiques à l'ordre et de bons petits soldats qui le respectent), c'est aussi un peu confus sur la fin je l'avoue (mais je compte bien sur la suite de la série pour remédier à ça). Le tome 2 est toujours à la hauteur côté dessin par contre il ne m'a finalement apporté que plus de confusion pour ce qui est de l'histoire. Je passe ma note de 4/5 à 3/5 en espérant faire le chemin inverse si la suite (et fin ? ) rattrappe le coup. Après lecture du tome 3, je n'ai qu'un mot O_O... ils ont fumé quoi les auteurs ? Je n'ai rien compris ! Si au moins on avait droit à un petit résumé des deux premiers tomes avant d'entamer le dernier... rien, on est plongé direct dans un délire coloré et incompréhensible. Au bout d'un moment j'ai dû zapper une bulle sur deux, une case sur deux, peut-être même une page sur deux pour arriver plus vite à la fin. Moi qui étais tellement contente après la lecture du T1, la déception n'en est que plus grande. Quel soulagement de ne pas avoir investi ! Note finale 2/5 et achat déconseillé en fin de compte...

10/01/2009 (MAJ le 14/11/2010) (modifier)
Par pewi
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Un grand merci à mes compagnons posteurs de ce site qui m'ont permis de découvrir cette série. En effet sans une chaude recommandation je pense que je n'aurai pas passé la couverture qui ne m'a pas attiré. Grand mal il m'en aurait pris car tout au long du premier tome j'ai ressenti les bonnes vibrations d'auteurs monstrueux : Tardy, Frank Herbert, Jodorowsky, Bilal. L'histoire est tout de suite dans le fantastique et nous fait découvrir lentement la complexité du scénario. Les personnages sont tous savoureux et ont le potentiel de devenir clés par la suite. Un grand bravo pour l'idée originale de colorisation de la contagion par la coulœuvre. Le dessin est excellent. Lorsque j'ai entamé les dernières pages j'avais soif de me délecter de la suite de l'histoire. Il se pourrait bien que si la suite m'étanche je note 5/5 cet opus...

10/07/2010 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

3...2...1... Larguez ! Et on débarque ! (Un peu comme Derec Finn le héros que nous allons suivre au fil de cette BD). On ouvre tout grand les mirettes, et les sens en alerte, on s'imprègne peu à peu du nouvel univers qui nous imposé. Et ça en jette ! Oouahou ! J'adore le trait, la richesse des détails, la sobriété des couleurs travaillées dans un camaïeu de bleu/gris. Et petit à petit, la trame se tisse, complexe, intrigante, on est tenu en haleine et on en veut encore... jusqu'à une explosion de couleurs qui renforce encore la qualité de ce premier tome et nous fait frôler la pâmoison (comment ça j'en fais trop ???) ! Bref un pur bonheur, tant graphique (Bravo à Jean-Marie Michaud !), d'imagination et de scénario qui font de cette BD une oeuvre magnifique ! Voici une pure série SF plus que prometteuse, en espérant que la suite soit aussi talentueuse ! Saluons ici également le merveilleux travail de Serge Lehman qui en passant ici au scénario de BD, ajoute une corde à son arc, et confirme son talent de créateur d'univers de science-fiction. Amateurs de SF, n'hésitez pas ! Une étoile est en formation ! *** Lecture du tome 2 *** Et bien après une petite frayeur en découvrant la couverture de ce second tome (Bouark !), l'essai semble transformé ! Que du bonheur ! Même si le jeu sur la couleur n'a plus l'effet surprise du premier opus, il reste maîtrisé et très bien pensé. Et on a de nouveau le droit à des découpages et des planches magnifiques voire époustouflantes ! Mais chut, je vous laisse le découvrir... Pour ce qui est de l'histoire, des réponses tombent... mais d'autres questions pointent... Une scène bluffante avec un toboggan surprise... et une clôture de cycle qui se fera attendre. De la grande SF comme je l'aime !

03/12/2008 (MAJ le 07/05/2009) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Dans l'attente de la suite de cette série, j'ai encore quelques appréhensions : paraitra-t-elle bien, ne va-t-elle pas tourner au délirant, sera-t-elle à la hauteur ? Mais pour le moment, le premier tome de cette bande dessinée m'a séduit. Bel objet éditorial, grande couverture, papier épais, je partais sur un bon a priori. Le dessin m'a également plu même si je lui trouvais des visages un peu figés et des accoutrements parfois, volontairement ou non, un peu ridicules (la tenue de kendo sportif pour les gardes par exemple). Mais certains costumes, l'ambiance et l'exubérance graphique de certains passages m'ont un peu rappelé Moebius d'une part, tandis que certaines mises en page et une certaine manière de représenter les décors m'ont un peu rappelé Andreas. Deux bonnes références pour moi. Quant à la couleur, son aspect monochrome ne m'a pas dérangé dans les premières pages, et c'est pour mieux contraster avec l'arrivée de la couloeuvre sur la fin. Bref, graphiquement, j'aime bien. C'est aussi dès les premiers dialogues que j'ai été séduit. J'ai trouvé les textes très bien écrits : vivants, crédibles, intelligemment simples. Ils donnent à eux seuls une belle épaisseur aux personnages. Quant à l'univers imaginé là, il est... très chouette. Un peu foufou par certains aspects, je trouve qu'il ne manque pas d'humour. C'est de la SF débridée, tout un petit univers qui se crée avec sa population hétéroclite, parfois amusante. Les personnages sont variés et attachants. Le background space-opera avec de nombreuses créatures et civilisations ainsi qu'un réseau de transport bien particulier, avec sa propre culture à la fois sereine et serviable, est également original et bien trouvé. Une intrigue pleine de mystère se met en place très rapidement, fournissant un récit dense et prenant. Je n'ai qu'une légère crainte : au vu de la tournure assez folle que prennent les évènements durant "la couloeuvre", j'espère que la suite du récit ne va pas partir dans un délire un peu psychédélique comme j'en ai trop vu dans des récits SF des années 70-80. Mais le retour au calme de la fin du premier tome me laisse penser que les auteurs maîtrisent leur ouvrage. A quand la suite, donc ?

01/04/2009 (modifier)
Par Altaïr
Note: 4/5

La "Saison de la Couloeuvre" est une entrée en matière réussie à plus d'un titre : la maîtrise graphique et narrative y est impressionnante, doublement car il s'agit d'un premier album pour le scénariste (par ailleurs écrivain estimé, mais on ne sait que trop bien que le passage à la BD ne se passe pas toujours très bien pour les romanciers). Ce tome est une introduction, clairement. Aussi est-il difficile d'imaginer où va nous mener l'intrigue. Mais j'ai aimé l'intelligence avec laquelle sont introduits l'univers et les personnages, touche par touche, tout au long de l'album, là où la facilité aurait été une double page rébarbative, chargée de récitatifs, présentant le contexte. Ici, le monde présenté est finalement le moteur principal de l'intrigue. J'ai trouvé le procédé très original, et vraiment très bien mené (même si effectivement la lecture demande du coup une attention accrue). Cette densité scénaristique est admirablement mise en valeur par un dessin également très dense, riche en décors, qui malgré sa complexité évite la surcharge et reste limpide à la lecture. La composition et l'enchaînement des cases donnent lieu à des passages très inventifs. Et, bien sûr, cela saute aux yeux quand on lit l'album : l'utilisation de la couleur est très ingénieuse et pleine de sens. On regrettera juste que les visages des personnages ne soient totalement satisfaisants : trop neutres, pas immédiatement identifiables, il leur manque ce "petit truc" qui fait qu'on les repère au milieu d'une foule de personnages. Mais ne boudons pas notre plaisir, ce premier tome de la "Saison de la Couloeuvre" constitue un livre univers original et abouti comme on n'en avait pas vu depuis longtemps en BD. Ce n'est certes qu'une introduction, mais vraiment prometteuse... L'Atalante, maison d'édition connue pour son choix de livres SF/fantastique particulièrement attrayant, publiés dans de beaux livres soignés, ne dément donc pas sa réputation et réussit là un coup de maître pour son entrée sur le marché de la BD, en imprimant dès ses premiers albums une personnalité propre au milieu d'une forêt d'éditeurs souvent semblables.

14/11/2007 (MAJ le 14/11/2007) (modifier)
Par iannick
Note: 4/5
L'avatar du posteur iannick

A mon avis, les idées de scénario se basant sur la science fiction ont été tellement développées qu’il est difficile actuellement de trouver une histoire originale (ceci est valable aussi pour les autres genres de récits). Alors, aujourd’hui, pour qu’une bd de science fiction (film, romans ou autres) puisse sortir du lot, il faut que soit l’auteur expose vraiment un scénario hors du commun, soit le livre ait fait l’objet d’une offensive commerciale efficace, soit la série présente une mise en place narrative et un graphisme excellents comme vont tenter de faire les auteurs de "La Saison de la Couloeuvre"… Il est difficile de résumer l’histoire de "La Saison de la Couloeuvre" car le lecteur est placé comme un observateur dès le début de la bd. En effet, imaginez un peu que vous prenez l’initiative tout de suite de vous embarquer dans un avion pour une destination qui vous est totalement inconnue et une fois là-bas vous vous apercevez que vous êtes parachuté en Corée du Nord (pays le plus fermé au monde actuellement) avec son lot de mystères, d’informations locales et de traditions… et bien, c’est un peu les mêmes chocs visuel et culturel que va vivre le bédéphile en lisant "La Saison de la Couloeuvre". D’habitude, un tel traitement scénaristique (ou plutôt narratif) est voué à l’échec dès le début de la lecture car il faut de la part de l’auteur un talent fou pour capter absolument le bédéphile. Ma foi, j’ai été complètement submergé par cette histoire futuriste ! J’ai été intrigué par cet univers apparemment riche et par l’envie de savoir où les auteurs voulaient nous emmener… Attention, ne vous attendez pas à découvrir des vaisseaux spatiaux ou des virées intergalactiques ! Ici, l’action se passe à l’intérieur d’une gigantesque métropole sur une planète imaginaire (enfin, peu importe son nom !). Bref, le scénario est vraiment captivant et je recommande fortement aux lecteurs rebutés par le début de poursuivre impérativement la lecture d’autant plus que le dessin de Michaud m’est apparu très bon. Le traitement de l’ambiance (mise en couleurs) au fil de la lecture semble bizarre. En effet, le lecteur pourra apercevoir des planches vivement coloriées qui tranchent avec les tons grisâtres majoritairement répandus dans l’album… sachez que ce parti-pris au niveau du dessin va se révéler pertinemment adapté aux besoins du scénario ! Graphiquement, Michaud nous propose un découpage assez inventif et des vues d’ensemble très détaillées absolument magnifiques ! De plus, j’aime beaucoup sa façon de représenter les arrière-plans, où il privilégie les coups de pinceau à la place de l’encrage noir. Cependant, il m’a été assez difficile de bien distinguer les personnages principaux au premier coup d’œil. Ce premier tome de "La Saison de la Couloeuvre" annonce une série prometteuse… tellement prometteuse que j’ai un peu peur que le deuxième album me déçoive (un peu comme Orbital dont le second tome m’a un peu désenchanté). En effet, à mon avis, sans les énigmes disséminées en début d’album, "La Saison des Couloeuvre" aurait bien pu être un excellent one-shot d’autant plus que son dénouement très ouvert m’aurait largement convenu… Bref, j’ai beaucoup d’attentes pour le prochain tome dont j’espère qu’il présentera des surprises narratives et que le scénario sera aussi captivant que ce premier album de la série. Wait and see !

25/10/2007 (MAJ le 26/10/2007) (modifier)