Les Êtres de Lumière

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Une série de SF "à papa", avec des soucoupes-volantes, des petits hommes verts et puis du Space Opera sans limite.


Les années Métal Hurlant Space Opera

Un jour, loin dans l’espace interstellaire, une étoile super-nova explosa dans la galaxie Andromède. Préparé, le peuple zorien a néanmoins réussi à fuir ce qui fut le berceau de sa civilisation. Ce peuple migre maintenant dans l’espace, installé sur une ancienne lune aménagée et dirigée par l’énergie produite par l’âme du dieu zorien ; à savoir un puissant ordinateur planté dans le centre de cette immense sphère… Parmi les Zors vit Ylo, un astrophysicien. Son rôle ?… trouver une planète viable pour son peuple ; et ce dans notre galaxie. Mais un groupe de fanatiques va réussir à s’emparer des travaux de Ylo, expulser de même le dieu-ordinateur du cœur du vaisseau jusque dans l’espace ; tout en parvenant à s’enfuir à bord d’un vaisseau. La planète-monde va alors errer dans le cosmos, espionnée par une terrible race humanoïde : les Gogs ; ces derniers eux-mêmes traqués par d’autres prédateurs, les Lacteris… Mais les Etres de Lumière, des archanges venus du fin fond des étoiles, veillent. Et ils peuvent intervenir, bien qu’exceptionnellement, dans la gestion de ces civilisations ou de conflits divers… Texte LYmagier

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1982
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Les Êtres de Lumière © Hélyode 1982

29/01/2004 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette création en 1981 permet à Jean Pleyers de quitter un peu Jacques Martin et le genre historique rigoureux dont il est coutumier pour inventer seul un monde totalement imaginaire. J'ai été assez surpris quand j'ai vu ça dans Métal Hurlant, et j'avoue que je n'ai pas aimé: c'est du space opera bien trop métaphysique, qui suit l'errance d'un peuple extraterrestre à la peau verte, les Zoriens. Il y a certaines trouvailles graphiques et un imaginaire intéressant, mais on sent bien que Pleyers est moins à l'aise dans la science-fiction que dans ses bandes historiques (déja, appeler un peuple les Gogs, non vraiment, faut le faire), et en plus, l'aspect trop verbeux qui se traduit par endroits par des bulles remplissant presque entièrement les cases, finit par lasser. A réserver aux fans du genre.

02/07/2013 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Alors, ça, c'est une curiosité de la SF en BD. Le style de scénario et de dessin est ultra-vieillot (le style Eddy Paape un peu pour les personnages). Ca commence par la fuite d'un peuple extra-terrestre de sa planète natale vouée à la disparition. On va suivre ensuite leurs pérégrinations spatiales, à bord de leur titanesque vaisseau-lune, tandis qu'ils vont être confrontés à une guerre civile, ou à des envahisseurs "extrazoriens", à des flottes de vaisseaux encore plus puissants qu'eux, à des entités titanesques... C'est du space-opera et de la SF sans limite, sans contrainte, comme issue d'une époque où on avait pas peur du ridicule quand on écrivait un scénario SF. C'est presque un gigantesque nanar, sauf que pour un jeune fan de SF, on lit ça avec interêt, avec le sourire et on grapille par-ci par-là quelques idées. Sincèrement, au niveau qualité de la BD, je devrais la noter 2/5, mais elle m'a marqué et m'a impressionné par la dimension que prenait l'aventure sur la fin.

29/01/2004 (modifier)