Le Mage Acrylic

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Les aventures fantastiques et étranges d'Hurath, prince des voleurs.


Les années Métal Hurlant

Les aventures fantastiques et étranges d'Hurath, prince des voleurs. Histoire du Cube de Pierre, de la Reine dorée et finalement l'histoire du Mage Acrylic et de ses perturbations vibratoires. De la fantasy délirante et un graphisme impressionnant.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 1982
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Le Mage Acrylic
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

15/06/2007 | Ro
Modifier


Par Jugurtha
Note: 2/5

Une curiosité que cet album écrit par Druillet et illustré donc par un inconnu, Bihannic. Séduisant par un noir et blanc surchargé de détails qui fait la part belle à la virtuosité, il est pourtant difficile d'entrer dans la lecture de ces histoires courtes, car il est évident dès les premières pages que le dessinateur a une grande science de l'image, mais ses mises en places donnent une narration sans fluidité. Il rectifie heureusement assez rapidement, et son trait gagne de l'aisance, ses dernières planches sont absolument sublimes. L'univers de fantasy qu'il créé ne manque ni de souffle, ni de folie, et il est dommage qu'il n'ait pas continué dans cette voie. Malheureusement, il n'est pas aidé par les textes de Druillet, d'un humour noir et violent, qui manquent vraiment d'épaisseur. Peut-être est-ce dû au format des histoires courtes, mais malgré un réjouissant personnage sale et méchant, malgré une parodie des codes de la fantasy, ça manque vraiment de malice dans la chute des récits pour convaincre. Un album qui ne manque pas de qualités, mais qui est décevant de la part de Druillet, malgré les efforts de Bihannic qui donne une oeuvre réellement impressionnante sur la fin.

19/08/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cet album est un petit délire façon heroic-fantasy mais il vaut surtout par un graphisme impressionnant. Pour une fois Druillet est au scénario et a laissé la main au dessin. Je n'avais jamais entendu parler de Serge Bihannic auparavant. Je découvre qu'il n'a réalisé qu'une unique BD, celle-ci, et qu'il est davantage connu pour ses travaux d'illustrations. Et en effet, en matière d'illustration, il est... doué ! A la manière de gravure de Dürer, de tableaux de Bosch, il nous offre de nombreuses planches impressionnantes. Je suis effaré par le soin et le travail qu'il met à chaque case de cet album (je comprends que Druillet et lui se soient bien entendus car Druillet est pas mal aussi dans son genre). Il se dégage une formidable esthétique de ses encrages, de ses ombrages, de ses hachures, des circonvolutions de son trait et de ses courbes. Quel dommage que les anatomies de ses personnages ne soient pas à la hauteur. Ils font en effet presque tâche parfois par rapport aux décors et paysages grandioses. Cet album vaut donc plus qu'un coup d'oeil : il vaut une étude graphique approfondie, une observation de tous les détails tant le travail apporté au dessin est considérable (je n'ai qu'une autre BD qui me viennent en tête qui présente des planches aussi travaillées et impressionnantes, ce sont les Armées du Conquérant, le premier tome des Epopées fantastiques). Oh bien sûr, tout le monde n'aimera pas un dessin aussi académique, aussi proche de l'illustration ou de la gravure, mais personne ne pourra ignorer en tout cas à quel point le dessinateur s'est donné du mal ici. Hélas, il s'est donné bien du mal pour illustrer des histoires qui ne sont pas bien terribles. Oh, le personnage de Hurath, vagabond voleur débonnaire et qui insulte tout le monde, est assez marrant mais ça ne va pas vraiment plus loin. Les deux premières histoires sont légèrement sans queue ni tête. Et la dernière histoire, plus longue, est assez basique dans le thème de l'apprenti-sorcier qui laisse échapper sa création. A lire donc pour le graphisme si vous en avez la possibilité, mais n'espérez pas grand chose du scénario.

15/06/2007 (modifier)