Le Coeur de Lion

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Histoire en condensée de la vie de l'illustre roi d'Angleterre : Richard Coeur de Lion.


987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens Iles Britanniques Richard Coeur de Lion Rois et Reines d'Europe

Oxford le 8 septembre 1157, naît Richard. Fils de Henri II Plantagenêt et d'Aliènor d'Aquitaine. De sa mère, il garde le goût pour les arts, le raffinement et aime particulièrement le Sud-Ouest de la France. De son père, il reçoit les qualités de soldat et de souverain qu'il deviendra plus tard. Guillaume, Henri, Richard, Jean : les voilà tous les fils d'Aliènor. Guillaume est mort trop tôt pour jouer un rôle important dans l'Histoire, et Jean, le petit dernier, est trop jeune encore dans le récit ici raconté. Restent trois fils : Henri, surnommé Court Mantel, reçoit l'Anjou, Richard le Poitou et l'Aquitaine, Geoffroy la Bretagne... Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, si le Roi Henri n'était tombé amoureux de la belle Rosamonde Clifford et si, dès lors, Aliènor n'avait de cesse de se venger. Elle entraîne ses trois fils dans l'armée du Roi de France, Louis VII. Mais le souverain d'Angleterre a de la ressource, petit à petit, il reprend le dessus. Richard sera le premier à demander le pardon de son père et deviendra, à partir de ce moment, le bras droit de celui-ci en Poitou... Les années passent, Henri Court Mantel est désigné Roi d'Angleterre... " Aussi puisque fils aîné, déjà couronné, j'ai décidé, après un dernier entretien avec Henri, qu'iceluy recevrait l'hommage de ses frères ! " "Henri et moi-même, sommes du même père et de la même mère ! Je suis donc son égal et ne lui doit donc aucune soumission... Il est juste cependant, qu'en tant qu'aîné, il soit pourvu de l'héritage de mon père ! Je suis quant à moi héritier de ma mère ! N'ai-je pas été, en son temps, reconnu comte du Poitou et Duc d'Aquitaine, terres qui ne dépendent pas du royaume d'Angleterre et que mon père ne possédait pas avant son mariage ! ". La vie tumultueuse des Plantagenêts est racontée dans ce tome qui s'achève à la mort d'Henri Court Mantel à Martel en 1183. Texte : Editeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2001
Statut histoire Histoires courtes 2 tomes parus
Couverture de la série Le Coeur de Lion
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

10/05/2007 | sir esteban
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Eriamel est une sorte d’érudit, un passionné de l’Histoire médiévale, normande en particulier. J’avais trouvée intéressante sa série Moi Svein, compagnon d'Hasting, publiée chez le même éditeur et qui traitait d’une période antérieure. Mais qui le faisait en développant une ou plusieurs intrigues sur 5 tomes. Ici, le premier reproche que je pourrais faire, c’est le côté trop condensé, en un album, d’une foultitude d’événements. Du coup, cela tourne un peu à l’exposé historique, peu de développement romanesque, et comme Eriamel cherche à être précis et complet dans ce faible espace, la lecture va être aride pour le béotien, qui aura du mal à accrocher : on s’adresse donc là avant tout et quasi exclusivement aux passionnés, qui ont de préférence quelques connaissances de la période. Je n’ai lu que le premier tome (je découvre en l’avisant l’existence d’un second). Celui-ci traite donc de la « construction » d’un grand personnage. Aliénor d’Aquitaine, Philippe (pas encore Auguste) sont encore ou déjà là, les rivalités avec ses frères et les heurts avec son père, roi d’Angleterre occupent l’album. Mais surtout les nombreuses guerres menées contre tous ceux qui cherchent à s’émanciper, vassaux récalcitrants pour la plupart. Cette partie de la vie de Richard est généralement la moins connue, mais elle est dense, et aurait sans doute mérité un plus ample développement, sur plusieurs albums. Cela aurait sans doute pu aussi dynamiser le récit, le rendre plus captivant, et lui faire perdre ce petit goût de chronologie illustrée. L’autre reproche à faire à cet album, c’est le dessin de Jean-Christophe Vergne. Quelques erreurs techniques, parfois. Mais surtout, un trait qui ne me plait pas, trop gras (en plus, la colorisation, pas franchement réussie, n’arrange vraiment pas les choses je trouve). Bref, un sujet intéressant, mais un traitement graphique et narratif qui peut clairement rebuter, et qui ne m’a en tout cas pas convaincu. Note réelle 2,5/5.

12/01/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cet album et sa suite font partie d'une acquisition faite au festival de Rouans où j'ai pu avoir une discussion très enrichissante avec Eriamel, un véritable passionné d'Histoire médiévale, principalement l'Histoire de la Normandie. Et ça tombe bien ,je m'intéresse aussi à cette région qui fut l'un des plus importants duchés de France, avec ceux d'Aquitaine et de Bourgogne. Nous avons échangé pas mal d'idées, et je lui même fait part délicatement d'un petit défaut au sujet des Bd qu'il scénarise, à savoir que les sujets ne sont passionnants que pour les férus d'Histoire comme moi, et trop techniques. Aussi , le lecteur qui n'est pas versé dans le Moyen Age, risque d'être un peu distancé et perdu, il faut s'accrocher parfois pour tout suivre, et surtout s'intéresser vraiment au propos. On retrouve donc ce défaut sur cette Bd, mais de façon moins appuyée que sur Normannia - L'Epte, des Vikings aux Plantagenêts. Cette fois, Eriamel s'intéresse aux Plantagenêts : Henri II et Aliénor, leurs fils Henri le Jeune, Geoffroy, Richard et le jeune Jean . Tout ce tome 1 est consacré à la jeunesse de Richard alternativement aux rôles de ses frères, il apprend le métier si l'on peut dire, car son père le désigne somme son successeur, mais la révolte du frère aîné Henri le Jeune, ou Henri Court-Mantel va sonner la cloche de la révolte des fils contre leur père. Tous ces épisodes sont un peu condensés, mais c'est inévitable, la période s'avérant très riche. Le dessinateur choisi ici par Eriamel est moins séduisant que ceux de ses autres Bd, le trait est un peu grossier mais assez bon pour m'intéresser à cette histoire où je n'ai pas appris grand chose que je ne savais déjà. La restitution de certains lieux connus est conforme, c'est donc du bon travail. L'album s'arrête avec la mort de Henri Court-Mantel à qui son père a pardonné. Tout est parfaitement conforme et documenté, rien à dire de ce côté. Après 14 ans de silence, Eriamel a décidé de donner une suite à cet album avec un tome 2 entièrement centré sur la rivalité entre Richard et Philippe Auguste, roi de France. Je connais parfaitement tous les épisodes liés à cette lutte entre le Plantagenêt et le Capétien, mais il y a néanmoins un fait que j'avais zappé parce qu'il est très méconnu des historiens, c'est cette bataille de Freteval, ou devrait-on dire de cette non-bataille, car ici, aux pieds de cette forteresse (dont il ne reste aujourd'hui que de pauvres ruines que j'ai visitées), située au nord-est de Vendôme, Richard a pris son adversaire en traître en enfermant son armée dans un piège indigne des lois de la guerre. On comprend donc mieux que ce fait honteux ne soit jamais enseigné en classe. Ici, le dessin ne me plait pas tellement ; Juliette Derenne m'a dessiné une belle tête de Richard, mais son trait n'est pas très esthétique, il oscille entre l'à-peu près et le pas mal, c'est assez déplaisant, alors que le dessin de Marivain est un peu plus esthétique. Sinon, ils ont bien respecté les armements et donné de belles images de sièges et de châteaux forts qui parsèment ce second album ; intéressant par exemple de voir le donjon de Loches avec son couronnement, la doc est donc excellente. Le seul défaut qu'on peut reprocher à ces 2 albums, c'est que le 1 condense trop une période trop large, et que le 2 s'intéresse trop à une période très courte puisqu'il s'agit des 2 années 1193 et 1194 après la libération de Richard de sa captivité en Allemagne. Une bonne lecture qui s'adresse plutôt à des passionnés, mais les luttes entre Richard et Philippe sont loin d'être terminées, aussi peut-on espérer une suite, mais pas dans 14 ans...

15/05/2015 (modifier)

Les dessins sont de bonne facture et les couleurs sont adaptées au style Eriamel, le scénariste nous conte l'histoire du jeune coeur de lion qui deviendra roi d'Angleterre avec le destin que l'on connaît tous. Etant féru d'histoire médiévale j'ai passé un bon moment. Le seul défaut pour lequel je déconseille l'achat est ... qu'il faut finalement aimer l'histoire pour le lire, le scénario est assez condensé et les infos nombreuses pour qui ne connaît du roi Richard que son rival, Robin. Ce qui est dommage (pour les uns mais pas pour les autres) je dirai donc achat conseillé pour public averti. De plus le tirage que je possède en couverture toilée (tirée à 500) possède de nombreuses annexes comme des extraits de certains chroniqueurs médiévaux ou des plans de monuments (ville, église, château)

10/05/2007 (modifier)