Brougue

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 5 avis)

La cité de Brougue est la proie de nombreux troubles dont Goff et Renarde, deux jeunes gens, seront les témoins...


Les Roux ! Séries hélas abandonnées

Ville autonome d'un passé difficile à situer historiquement et géographiquement, Brougue est dirigée par un prince-évêque dont l'un des conseillers, le "bleu", fait régner l'ordre d'une main de fer... Goff, un jeune garçon, arrive dans la cité avec l'espoir d'entrer dans l'un des ateliers de création qui s'y trouve, celui de maître Félémius. Il y rencontre Renarde qui lui fera découvrir Brougue et ses mystères... Mais pour qui se trouve dans l'entourage d'un des maîtres à penser de la ville, c'est se trouver au centre des luttes qui font rage dans les hautes sphères de l'Etat pour s'approprier le pouvoir. Pendant ce temps , chassés du sud par la sécheresse, des envahisseurs à la peau sombre s'approchent des terres fertiles de Brougue...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1989
Statut histoire Série abandonnée 3 tomes parus
Couverture de la série Brougue
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

03/04/2007 | Jugurtha
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Ce récit écrit et dessiné par Franz d'une façon virtuose, est passé pratiquement inaperçu et n'est pas du tout connu du grand public. Et c'est un peu dommage, surtout pour la partie graphique. Au départ pourtant, je n'aimais pas le dessin de Franz lorsqu'il a repris Jugurtha des mains d'Hermann dans le journal Tintin. Puis avec le temps, un jour j'ai lu Lester Cockney où son dessin ayant grandement évolué, m'a séduit, et plus tard, dans Vécu, j'ai beaucoup apprécié Poupée d'Ivoire. Je me suis alors mis à rechercher ses différents travaux, entretemps, j'avais aussi découvert Hypérion que j'avais entraperçu dans le journal Tintin, puis ce fut "Brougue" qui m'a d'ailleurs rappelé par bien des points Hypérion ; sans doute Franz a-t-il regretté de n'avoir pas poursuivi ce one-shot et il a voulu peut-être recréer un monde imaginaire un peu identique. Ce monde est en effet ici d'une grande richesse, bouleversé par les guerres, où s'entremêlent l'amour, la haine, la trahison et l'humour, et où évoluent de nombreux personnages dans une sorte de Moyen Age réinventé. Le scénario n'est pas franchement original, c'est encore une histoire d'invasion par des hordes d'allure asiatique, c'est un scénario un peu bancal et pas suffisamment poussé où Franz, trop débordé, n'a pas pu déployer tout ce qu'il voulait, et d'ailleurs la série reste inachevée. Mais tel quel, l'achat peut se faire quand même, et rien que pour le traitement graphique vraiment superbe et quelques idées intéressantes, ça vaut le coup de la lire..

20/04/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Comme souvent avec Franz, le point fort de cette série est le dessin, vraiment très bon, précis, détaillé. Même si je n’ai pas été convaincu par la colorisation – très datée je trouve, qui ne rend pas forcément honneur au dessin de Franz. Pour ce qui est de l’intrigue, je suis moins convaincu. Elle se situe dans une sorte de moyen-âge mâtiné de Renaissance, dans une région européenne mal définie, aux portes d’une Asie déversant ses habituelles hordes d’envahisseurs. Le premier tome ressemble à un one-shot. C’est-à-dire qu’il aurait pu se suffire à lui-même, et que la suite me paraît artificiellement liée à ce début (je n’ai lu que les deux premiers albums dans l’édition Blanco, n’ayant pas le dernier paru sous la main – et n’ayant pas plus que ça envie de le chercher d’ailleurs !). Le rôle et les aventures des adolescents Goff et la Renarde sont assez improbables, comme l’est l’importance et la quasi immunité dont dispose Félémius, sorte de Léonard à la force tranquille. Le Bleu aurait aussi pu devenir un personnage plus central… Pas convaincu non plus par cette reine qui s’empare de Brougue avec ses hordes d’Asiates dans le deuxième tome. Personnalité trop improbable. Bref, une série abandonnée, dont le premier tome peut se lire, à la rigueur les deux autres, mais un simple emprunt peut largement suffire !

13/02/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

La série n'est malheureusement pas terminée mais abandonnée. On ne saura jamais quel est le sort qui attend la ville de Brougue sur laquelle sont bâties toutes ces intrigues qui se combinent. Le dessin de Franz est assez caractéristique. J'aime bien son trait qui a de la personnalité. C'était incontestablement un grand dessinateur. Néanmoins, côté scénario, cela flanche un petit peu. On essaye de recoller les morceaux après avoir construit un premier tome indépendant. Les révélations vont pleuvoir dans le second tome comme des cheveux sur la soupe. On n'y croit pas une minute. Par ailleurs, chaque tome porte le titre d'un enfant : c'est un peu artificiel dans la mesure où le lecteur n'en saura pas plus notamment sur le troisième compagnon par exemple. Il y a de bonnes idées dans Brougue mais exploitées un peu maladroitement surtout au niveau du scénario. Pas mal tout de même sans mériter un conseil d'achat.

17/05/2008 (MAJ le 25/09/2010) (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Tout d’abord, je dois vous avouer être un grand amateur du trait de Franz. La richesse de ses planches et la finesse de son trait m’ont séduit depuis longtemps. Ses personnages sont toujours incroyablement charismatiques, ses héroïnes sont toujours incroyablement séduisantes, ses chevaux me paraissent toujours aussi vivants, et ses décors recèlent constamment de petites richesses que je ne découvre que lors de mes relectures. Pour compléter le tableau, je dirai encore que ses expressions de visage sont souvent excellentes et plus particulièrement lorsqu’il fait prendre un air ahuri à son héros ou lorsque ses personnages féminins font la moue. Charmé par le trait, je l’ai souvent été également par le ton des albums de ce grand artiste trop tôt disparu. Je retrouve constamment dans ses séries un cocktail d’aventure, d’humour et de tendresse dont je me régale … jusqu’à l’ivresse … … et Brougue m’a enivré. Car, outre les qualités précitées, la série m’offre encore un élément d’importance : un sujet original. Franz nous décrit dans cette série une ville, un carrefour, un lieu de rencontre et d’échange. D’abord fermée au monde extérieur, la ville devra par la force des choses s’ouvrir aux autres cultures, guidée en cela par une sorte de Léonard de Vinci débonnaire. Mais les luttes d’influence, l’obscurantisme, les influences politiques ou commerciales sont toujours bien présentes et nourrissent cette série de multiples péripéties rocambolesques. Malheureusement, la série sera abandonnée après seulement trois tomes, et en laissant le lecteur dans l’expectative la plus totale. Je ne sais pas si vous êtes amateurs de ces jeux vidéo dans lesquels votre mission est de créer une société et de la faire prospérer, mais, personnellement, j’en raffole ! Et, pour moi, Brougue, c’est ça aussi ! Une ville qui croit et se développe, des personnages qui murissent et apprennent au contact des autres … et une coupure de courant au moment où cette ville commençait enfin à profiter de toute ces influences dont elle se nourrissait. Fabuleux, mais terriblement frustrant … Je n'ai pas pour habitude de conseiller l'achat d'une série abandonnée, mais, devant une telle profusion de qualités, je ne saurais vous le déconseiller.

14/10/2009 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 3/5

Ville mystérieuse, Brougue semble appartenir à un haut Moyen-Âge qui, s'il voit une civilisation raffinée se développer, n'en oublie pas les combats de sang pour s'approprier pouvoir et argent. Orchestrée par Franz, cette série réserve beaucoup de complots dont Goff et Renarde seront les témoins, les deux jeunes gens et leur artiste de maître Félémius ne faisant qu'involontairement partis de ces intrigues. Menée à toute vitesse, l'histoire, qui reste dans un cadre tout à la fois flou et original, possède un ton très humoristique. Le troisième tome, où nos deux héros quittent la ville pour chercher l'aide d'une secte de moines guerriers se révèle même franchement iconoclaste (délicieuse scène où deux moines-guerriers capturent Goff et Renarde, comme le jeune homme les menace s'ils touchent sa compagne, les deux hommes lui annoncent qu'ayant fait voeu de chasteté, c'est avec lui qu'ils comptent s'amuser!). Mais l'humour peut devenir gênant, certaines situations tranchant avec le tragique et la violence d'autres, ceci créant des ruptures de ton qui donne une impression de relâche dans les intrigues. Ceci dit, la série reste d'une excellente qualité et ravira les amateurs de Franz, mais pour ceux qui découvriraient l'oeuvre de ce géant de la bande dessinée à travers ces albums, il faut reconnaître qu'il y a parfois manqué de rigueur comparé à d'autres de ses créations.

03/04/2007 (modifier)