Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Petits Riens

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 9 avis)

Le blog de Trondheim raconte avec beaucoup d'humour tous les petits riens qui parsèment sa vie.


Autobiographie BD-Blogs Lewis Trondheim

Le blog de Trondheim raconte avec beaucoup d'humour tous les petits riens qui parsèment sa vie. Jardinier malheureux (il extermine involontairement toute plante verte lui passant entre les mains), voyageur hypocondriaque (lors d'un séjour à la Réunion, le chikungunya fait son apparition), père de famille déboussolé (Alien ennuie profondément son fils alors qu'il devrait être époustouflé). Lewis Trondheim affronte une existence pleine d'imprévus, qu'il transfigure en petits instantanés.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Octobre 2006
Statut histoire Strips - gags 8 tomes parus
Couverture de la série Les Petits Riens
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

18/10/2006 | Ro
Modifier


Par Ems
Note: 3/5

Note affinée : 3,5/5 C'est difficile de juger ce genre de production. Il s'agit de compilations du blog de Trondheim qui nous gratifie de strips tirés de réflexions quotidiennes ou de moments vécus. Ces strips sont de niveaux inégaux mais dans l'ensemble ils sont plaisants. On retrouve la patte de l'auteur : une narration fluide et entrainante pour des histoires à l'humour simple mais bien senti. Les dessins sont sans surprise si ce n'est la colorisation directe très belle de bout en bout. J'ai lu "Les Petits Riens" par petits morceaux tous les soirs pour apporter des petits moments de répit entre des lectures plus contraignantes. Sans casser des briques, "Les Petits Riens" offrent une lecture agréable et légère, idéale pour décompresser.

06/09/2009 (modifier)

Je n'ai jamais été fan de Lewis Trondheim. Ce n'est pas faute d'avoir essayé, mais j'ai toujours eu du mal avec son dessin. Mais j'aime beaucoup la personne, notamment suite à un long entretien diffusé sur Arte il y a... pffiou... longtemps... concernant l'adaptation de sa Mouche au Japon. A chaque sortie d'un nouveau Trondheim, j'ai donc toujours envie d'aimer sa nouvelle création... mais j'ai presque toujours du mal. Je dois être maso, et j'aime ça ^_^ Sauf qu'un jour, je suis tombé sur son blog et que j'ai de suite accroché à ces tranches de vie, souvent anecdotiques, mais toujours très sympathiques. Je me rue donc à chaque fois sur les volumes des Petits Riens , que je (re)lis avec grand plaisir. Et c'est avec le sourire aux lèvres que je repose à chaque fois chaque tome. Un bonheur simple de BDphile. Note : un 4,5, qui se transforme en 4/5 + coup de cœur. Petit message à l'auteur : Lewis, si tu me lis, j'ai vraiment du mal à aimer la plupart de ce que tu dessines (je me permets de te tutoyer) et pourtant je suis un fan. C'est une sensation très curieuse que tu es le seul à me procurer. Félicitations !

13/11/2008 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Euh...Comment dire....Je ne me suis pas vraiment ennuyé à la lecture de cette suite d'anecdotes. Il y en a quelques-unes qui m'ont fait sourire et j'ai bien aimé voir des auteurs de bd sous forme d'animaux comme par exemple Yvan Delporte (je ne savais pas qu'il avait fini en chaise roulante !). Le problème, c'est que je n'ai pas ri une seule fois. Or, il me semble que le but de Trondheim est de faire rire le lecteur avec ces petites tranches de sa vie (ou alors j'ai tout compris de travers !). De plus, à la longue, ça devient un peu indigeste pour moi de lire toutes ces anecdotes en même temps. Ça aurait mieux passé si j'en lisais une par jour dans son blog.

11/04/2008 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pierig

Bon, je suis pas spécialement amateur de ce genre d’œuvre autobiographique. Mais comme toute règle, il y a une exception : la voici. On y découvre le quotidien de Lewis partagé entre son potager, ses enfants, ses animaux, ses voyages, son boulot . . . Le récit n’est donc pas structuré avec un milieu, un début et une fin. Ses états d’âme (ou d’humeur) rendent les saynètes de sa vie de tous les jours assez cocasses voire savoureuses, je l’avoue. Le principal ressort narratif réside dans la véritable paranoïa de Lewis . . . susurrez à son oreille le mot Chikungunya et je suis sûr qu’il va se taper le mollet. C’est clair qu’il y a une certaine redondance dans le comique employé mais la variété des situations fait qu’on ne s’en lasse pas. Côté dessin, c’est du Trondheim . . . trait rudimentaire mais adapté à ses propos. Ce n’est pas tant le style graphique qui prime avec ce genre de récit. Je dirais même qu’un trait plus abouti ne serait pas approprié. Une chose est sûre, Lewis est un dérangé du ciboulot.

22/11/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

La collection Shampooing, qui récupère pas mal de contenu de blogs BD connus et moins connus, a un porte-drapeau, une tête de pont, et c'est "Les petits riens" de Lewis Trondheim. C'est quand même un numéro, celui-là. Parano, couillon, pleutre, mais souvent vraiment rigolo, c'est un bonheur de lire ses chroniques quotidiennes. Ainsi Lewis nous montre un peu de sa vie de famille, un peu de ses tribulations d'auteur... J'ai par exemple beaucoup apprécié l'épisode sur la Réunion et la paranoïa liée au Chikungunya. Et puis Trondheim a l'art et la manière de nous conter de façon vraiment drôle des petites choses qui font le sel de la vie. Allez, un petit 3,5/5, parce que même si j'ai beaucoup apprécié ma lecture, elle n'est pas indispensable à mes yeux.

22/04/2007 (modifier)
Par nix
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Formidable !! Ca fait longtemps que je n'ai plus eu un coup de coeur de la sorte. Après avoir lu "Lapinot"* et ses fameuses carottes il y a quelques mois, je me demandais comment ce cher Lewis pourrait me surprendre. A présent je le sais : avec de l'aquarelle et des scènes de la vie quotidienne. Les petites histoires qui tiennent en quelques cases (si je puis m'exprimer ainsi puisque les dessins sont en fait délimités par de la couleur) sur une petite page sont savoureuses, émouvantes. Personnellement, je résumerais ma lecture de cette oeuvre par une citation indienne qui dit : "Il est aisé de rendre la vie difficile, mais compliqué de la rendre aisée !". *NdlC : Lapinot et les Carottes de Patagonie ;)

04/01/2007 (modifier)
Par iannick
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur iannick

Ce sont peut-être des petits riens pour l’auteur mais pour moi, ce sont vraiment de vrais bonheurs de lecture. Trondheim a réalisé ces histoires en une planche à partir de ses observations, anecdotes qu’il a réunies dans un carnet et que l'on peut admirer sur son blog quotidiennement. Il faut un sacré coup d’œil pour raconter ses petites histoires ! A partir de pas grand-chose, Trondheim a réussi le coup de force de me faire arracher quelques fous rires et parfois quelques appréhensions devant la réalité du quotidien. J’avoue avoir été, par exemple, sensible et surpris par l’attachement de Trondheim sur les arcs-en-ciel. De même, son séjour à la Réunion et ses pitreries avec son compère Joann Sfar à Angoulême me sont apparus irrésistibles de drôlerie. « Les petits riens » est le premier album de Trondheim dans lequel il réalise lui-même la mise en couleurs. Le résultat m’est apparu franchement enthousiasmant. L’auteur a utilisé des tons à l’aquarelle parfaitement adaptés à l’ambiance de chacune de ses petites «aventures». Son trait est très mature à l’image de ses séances de dédicaces où il réalise très rapidement des « crobars » sans passer par l’étape du crayonné. Le format poche de ce livre est parfaitement adapté pour l’emmener facilement dans un sac à doc et le papier est d’excellente qualité. Cependant, je déplore que les couvertures ne soient pas mieux protégées contre les salissures, un film plastiqué comme ceux des mangas aurait été le bienvenu. « Les petits riens » m’est apparue finalement comme une BD autobiographique très distrayante basée principalement sur des anecdotes très sympathiques. L’album est actuellement mon livre de chevet. Au vu de son blog, Trondheim continue toujours à réaliser des planches basées sur son quotidien qu’on risque fort de les revoir dans un nouvel album des « petits riens » : chiche !!!!

24/11/2006 (modifier)
Par Cassidy
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Que certains auteurs amateurs sans talent (je ne cite pas de noms pour ne pas faire de pub à "Lovely Goretta") aient réussi, grâce à un effet de mode, à transformer en vrais livres les platitudes mal dessinées qu'ils affichent sur leur page internet pour que des inconnus viennent y déposer un "kikoolol tro for ta bd, é tu lach 1 komentèr sur mon skyblog toa ossi m1tnan steuplé ?", est un phénomène assez fâcheux. Néanmoins, quand c'est une pointure comme Lewis Trondheim qui décide de se mettre au format "blog", le résultat est assez savoureux et, pour le coup, mérite largement de devenir une série de vrais livres. Est-ce que ça vaut le coup d'acheter le livre quand on a déjà lu toutes les planches sur le blog jour après jour ? Je dirais oui. Moi, ça m'a fait autant marrer quand j'ai lu le livre que la première fois que j'ai lu "Les Petits Riens" sur le net. En plus, sur le site les planches disparaissent au fur et à mesure, ce qui justifie d'autant plus l'achat. Pour ce qui est du contenu, ben, c'est du Trondheim pur jus, qui ne décevra pas plus qu'il ne surprendra ses fans. Fidèle à lui-même, Lewis fait ce qu'il sait si bien faire : raconter des petites anecdotes, la plupart du temps assez rigolotes, parfois inquiétantes ou tristes, sur sa petite vie d'auteur de BD. Évidemment, ça ressemble à ses Carnet de bord, à Approximativement, même un peu à Désoeuvré. Évidemment, si vous cherchez plutôt une grande aventure épique, vous ne serez pas forcément subjugué par des histoires de t-shirt sous une chemise à manches courtes ou de bout de barre chocolat-fruits secs qui tombe par terre. Et si vous aimez les Romans Graphiques sérieux et profonds qui font vachement réfléchir sur le sens de la vie et délivrent de puissants messages sur l'amour (qui est triste) et le racisme (qui est mal), vous n'allez pas forcément rigoler quand Lewis et Joann collent exprès du PQ sous leur chaussure pour faire un gag à deux balles dans un festival BD, ou quand Lewis bourré fait du sabre-laser en jouant du piano pour montrer à ses potes qu'il est plus fort que Dark Vador. Par contre, ben, si vous aimez bien les couillonnades habituelles de Lewis-le-parano, Lewis-l'hypocondriaque, Lewis-le-gamin, Lewis-le-rigolo, pas d'hésitation, ce petit album (et ceux qui suivront) a sa place dans votre collection.

01/11/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Enfin voilà paru en album le blog de Trondheim que je suis régulièrement depuis sa création. Dans une ambiance proche de ses précédentes oeuvres autobiographiques telles que Approximativement, Les Aventures de l'Univers ou encore ses Carnet de bord, Trondheim raconte avec beaucoup d'humour toutes les petites anecdotes ou simples pensées vagabondes qui parsèment sa vie. Comme son nom l'indique, ce sont des petits riens, mais la narration et l'humour de Trondheim les font tous ressortir avec une très grande force et un drôlerie parfois hilarante. Le dessin est du Trondheim typique joliment mis en couleurs à l'aquarelle. Le format de parution est sympathique et agréable à lire. Quant à savoir si, comme pour les autres blogs parus ensuite en BD, ça vaut la peine d'acheter l'album alors que ces planches sont parues gratuitement sur le net, la question ne se pose pas cette fois-ci : Trondheim a fait en sorte que seule une dizaine de planches soient accessibles à chaque instant sur son site, donc pas moyen de tout relire pour celui qui découvre ou qui a oublié les premières planches, et en outre ce premier album contient 128 pages soit plus que ce qui est paru sur le net actuellement. Bref, moi j'aime... et je continue d'espérer voir Trondheim revenir plus souvent à la BD en tant qu'auteur complet dessin+scénario.

18/10/2006 (modifier)