Gaspard de la nuit

Note: 3.83/5
(3.83/5 pour 6 avis)

La quête bien étrange d'un jeune garçon...


BDs oubliées D'un monde à l'autre Les meilleures séries courtes Wallonie

Un jeune garçon, Gervais, entre un jour dans une curieuse officine. Sur un mur, une collection de masques accrochés semblent l'observer. L'un d'eux paraît l'interpeller... Il l'essaie. Il va alors se changer en Gaspard de la Nuit... et se trouver plongé au-delà du réel. L'univers parallèle qu'il découvre est divisé en deux castes : les humains -qui ne semblent voués qu'au travail-, et le petit peuple de la nuit : des lutins, des elfes, des musiciens, dragons, licornes... Gervais/Gaspard, un grand rêveur, va vite choisir son camp...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1987
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Gaspard de la nuit
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

27/09/2006 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Un petit dialogue récent avec Jul sur le forum de BDT m'a redonné une idée : lire "Gaspard de la nuit", série que je n'avais jamais lue, mais dont j'avais entendu parler parce que c'était un des premiers scénarios de Desberg, preuve que cette Bd n'est pas si méconnue que ça, la preuve je l'ai trouvée dans une de mes médiathèques. Elle est peut-être assez confidentielle et un peu oubliée certes. C'est en reprenant les aventures de Tif et Tondu pour Will que Desberg avait débuté comme scénariste en 1978, et il se lança dans plusieurs Bd jeunesse comme Mic Mac Adam, Billy the cat, 421 et ... "Gaspard de la nuit" en 1987 qui s'adresse plutôt à un lectorat d'ados rêveurs, c'est un conte onirique et insolite nourri de fantastique flamand, qui permet d'éveiller l'imaginaire de jeunes lecteurs et de faire rêver les adultes, car le monde parallèle où est projeté le jeune héros de ces récits, est vraiment étrange, avec des noms de personnages non moins étranges et poétiques. C'est un univers très original et inventif, bien conçu par Desberg qui fait preuve d'une belle imagination. Mais je ne sais pas pourquoi, l'ensemble ne m'a pas totalement séduit comme je m'y attendais, certains caractères un peu excessifs, certaines créatures, certains décors n'ont pas exercé une magie semblable que j'ai pu trouver dans d'autres Bd de ce type. Je crois surtout que la série n'est pas de ma génération, que je l'ai lue adulte et que si on la lit à l'adolescence, on est forcément plus marqué, moi j'ai grandi avec l'onirisme du pays de Rêverose dans Olivier Rameau et l'absurde humoristique de Philémon, ça me parle encore, alors qu'un trentenaire qui lira ces 2 séries aujourd'hui, les trouvera quelconques ; le phénomène est donc identique pour Gaspard.. Graphiquement, Johan De Moor promène son héros dans des décors riches et soignés où l'on constate une influence évidente du trait paternel, mais les personnages sont bizarres, légèrement déformés, avec certains visages biscornus ou peu jolis ; Gaspard et quelques autres se rapprochent cependant des personnages hergéens, c'est une Ligne Claire d'un style différent qui prouve que Johan De Moor n'est pas que le suiveur graphique de son célèbre père. Au final, un conte merveilleux au ton poétique et à l'humour subtil. A (re)découvrir.

08/12/2015 (modifier)
Par jul
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Une série qui m'a transporté durant mon enfance et que j'ai dû lire une bonne vingtaine de fois. C'est un peu du Harry Potter avant l'heure mais empreint de l'atmosphère des mythes et des légendes wallonnes. Pour ceux qui découvrent cette bd maintenant, il ne faut pas se laisser rebuter par le graphisme franco-belge du 1er tome, faussement enfantin. C'est une histoire d'aventure grand public certes, mais empreint d'une vraie noirceur par moments. Certains passages sont presque cauchemardesques quand on lit ça enfant (le masquereur, le duc qui poignarde son fils à la fin du 3ème tome, "tête de cochon" qui pourrit sur place). Les dessins (malgré des couleurs d'imprimerie, typique de la bd franco-belge) sont d'une très grande richesse. Les architectures tarabiscotées des ruelles moyenâgeuses, les couloirs du pensionnat, et surtout les masques présents un peu partout tout au long des 4 tomes sur les visages des personnages, sur les façades des maisons, font partie intégrante de ce monde. Les "vilains" sont très réussis. En particulier le duc, terrifiant, Satrape le masquereur, tête de cochon, Kargus le fils du duc, Elno ... L'histoire est haletante jusqu'au tome 3. Le tome 4 est un peu en trop et donc pas indispensable. Une série un peu oubliée de son auteur par rapport à La Vache plus parodique et second degré. Bref un petit chef d'oeuvre de la bd, injustement méconnu. Pour les jeunes parents : faites lire cela à vos enfants (à partir de 8, 10 ans, ils vont adorer).

13/02/2013 (modifier)
Par severine
Note: 4/5

Une excellente bd : des dessins qui font rêver et surtout un scénario qui tient en haleine. Le genre de bd qu’on relit des dizaines de fois sans s’en lasser. Bien meilleure que certaines bd beaucoup plus connues, c’est dommage.

13/12/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Une très bonne série malheureusement peu connue. Derrière un dessin un peu vieillot se cache une aventure passionnante remplie de bonnes idées. Le monde magique créé par Desberg est absolument magnifique et très bien réfléchi. La seule chose que je n'ai pas aimé c'est la fin du troisième tome que je trouve un peu trop précipitée, mais cela ne fait rien car le tome suivant, qui m'avait paru inutile au départ, clôt la série en beauté. En plus, on a droit à une chose que je n'ai jamais vue dans une série jeunesse ! C'est vraiment très original de l'avoir fait.

27/05/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Heureuse découverte que cette BD dont je ne connaissais rien jusqu'alors. Cette BD me fait penser à La Malédiction des 7 boules vertes. Elle partage avec cette autre série le même mélange de conte et de fantasy, de dessin d'influence ligne claire, et de récit à la fois destiné à l'enfance et aux adultes. Et pour l'une comme pour l'autre, je suis tombé sous le charme de leur imaginaire et de leur originalité. D'aspect extérieur, notamment du fait des couvertures, cette bande dessinée a un aspect vieillot. J'ai cru qu'il s'agissait d'une vieille série issue du journal Tintin version Flamande époque années 70. Il faut dire qu'avec le fils de Bob de Moor au dessin, je n'étais pas surpris de retrouver de grandes influences de la ligne claire à la Hergé. Mais les planches de cette série offrent un style plus original, mêlant les techniques, parfois ligne claire, notamment pour les personnages, mais parfois nettement plus ombragées et réalistes pour les décors. Ce sont d'ailleurs ces décors qui m'ont davantage séduit, certains paysages campagnards et urbains médiévaux étant de toute beauté à mes yeux. Quant au récit, comme dit plus haut, j'ai beaucoup aimé son imaginaire. C'est un univers quelque part entre l'heroic-fantasy et le conte pour enfants, un univers assez onirique où les gentils lutins, dragons et autres licornes sont oppressés par des humains stricts en costume cravate. Le traitement de l'intrigue est vraiment original, un peu dense voire embrouillé mais plaisant et assez fluide à lire. Et son point de départ, cette idée de masques vivants et la relation entre l'enfant Gervais et le masque Gaspard, est vraiment novateur à mes yeux. Une belle tranche d'imagination pour un récit agréable et prenant comme je les aime. J'ai donc été séduit par l'originalité de cette série qui aura sûrement eu du mal à trouver son public car elle ne s'adresse ni totalement aux jeunes ni totalement aux adultes. Si comme moi vous avez aimé La Malédiction des 7 boules vertes, je suis sûr que vous aimerez aussi Gaspard de la nuit.

15/04/2008 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Une belle saga baroque dans la lignée du fantastique flamand. J'ai été agréablement surpris par la qualité des scénarios de Desberg, soutenu par le dessinateur qui se démarque ici de ses influences premières (De Moor avait repris la série Quick et Flupke). Ici, De Moor change radicalement de style et oeuvre d'un trait créatif, plus nerveux, original et talentueux. Une vraie création... Faites un test : fermez les yeux, imaginez vous transporter dans un autre univers. Vous y rencontrez des humains sans fantaisie aucune et des gnomes joyeux qui vivent dans une ambiance féerique. Quel "clan" allez-vous choisir ?... Très bon travail d'un duo d'auteurs qui se complémentarisent ; ce pour une série éditée en 4 tomes chez Casterman. Bien fait mais pas (trop) connu. A découvrir.

27/09/2006 (modifier)