Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

421

Note: 3.27/5
(3.27/5 pour 11 avis)

De nos jours, les aventures d'un espion qui parcourt le monde.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Histoires d'espions Journal Spirou Les Roux !

Un agent très spécial. Une série qui débute dans l'humour pour se terminer dans le fantastique. Comme toutes les histoires d'agents secrets, jolies filles et belle voitures sont de la partie.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1983
Statut histoire Série terminée (10 tomes + 1 tome 0) 11 tomes parus
Couverture de la série 421

21/09/2003 | okilebo
Modifier


Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Note : 3.5/5 L'intégrale publiée par Dupuis m'a permis de relire les premiers tomes de cette série que j'avais lue trop jeune à l'époque mais pour laquelle je gardais une certaine affection car j'y voyais de la bonne aventure franco-belge façon école Marcinelle mais avec un ton plus adulte que ce à quoi j'étais habitué dans ma jeunesse. En réalité, cette série semble se scinder en deux époques, ou du moins subir une évolution assez visible au fil des albums. Cela commence comme une série d'aventure et d'action relativement orientée vers la jeunesse, avec une bonne part d'humour. Le héros, Jim Plant, matricule 421, est une parodie de James Bond : plus attiré par les filles que par l'espionnage sérieux, il règle ses missions majoritairement à coups de bagarres et de courses-poursuites. Ce que j'aime dans ces premiers tomes de la série, c'est le graphisme de Maltaite qui est si similaire à celui de son père, Will, que j'adore (surtout pour la série Isabelle). On se croirait vraiment dans des albums de Tif et Tondu où ils joueraient les espions internationaux. Par contre, Jim Plant n'a pas le charisme de ces deux là : il parait trop vide, superficiel, trop orienté vers la drague et la bagarre. J'ai trouvé un certain problème de rythme à ces histoires qui ont certes la qualité de raconter beaucoup de choses mais qui se retrouvent à l'étroit dans leur format 48 pages et se racontent trop vite pour permettre à l'ambiance de se poser. En outre, il y a un décalage qui fonctionne assez mal entre le manque de sérieux du héros et de certains passages, et d'autres moments bien plus graves avec quelques morts violentes. Cela donne… (lire plus)

04/10/2021 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai lu l'intégrale qui reprend les trois premiers albums (enfin, l'album zéro paru dans la collection carte blanche plus les deux premiers tomes de la série). Pour l'instant c'est sympathique, mais pas transcendant. Parmi les qualités, je trouve que Desberg fait preuve de beaucoup d'imagination dans ses histoires d'espionnages et que la qualité de ses scénarios passe vite du moyen au divertissement sympathique (j'ai pas trop aimé les deux premières histoires qui forment l'album zéro). Le dessin de Maltaite évolue aussi en mieux. Parmi les défauts, je trouve que le héros manque de charisme et qu'il manque un petit quelque chose pour rendre les histoires captivantes à lire. J'ai tout de même hâte de lire la suite qui semble plus réaliste si je me fie aux avis et aux planches dans la galerie. J'ai bien envie de voir le résultat.

18/03/2017 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Très sympa cette série teintée d'humour. Notre héros 421 (déjà son nom !) est pire que James Bond, plus dragueur que lui tu meurs !, ne se prend pas au sérieux. Il n'est pas le plus efficace et l'on se demande bien comment il arrive à sauver le monde à chacune de ses interventions. Les histoires ne sont pas crédibles pour un sou mais là n'est pas l'essentiel. Nous sommes ici pour nous amuser et quelques gags bienvenus sont là pour égayer la lecture. Alors oui le temps a passé, le fils a tué le père et a suivi son propre chemin illustratif. Pour la nostalgie il est intéressant de posséder les premiers albums, après c'est affaire de goût. Une bonne BD pour ado, sans prise de tête et pleine d'action.

10/11/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette intéressante série débute sous un angle parodique et léger lorsqu'elle paraît dans Spirou en 1980, elle est traitée un peu à la manière des aventures de Tif et Tondu, et c'est un peu normal, vu que Maltaite est le fils du grand Will, sans compter qu'il bénéficie des soins du scénariste de son père, en la personne de Desberg, il a donc tout pour offrir une série divertissante et réussie. Après les 3 ou 4 premiers récits, le ton change et devient plus sérieux, voire grave parfois; le graphisme de Maltaite subit une mutation : d'un trait hérité de son père au début, il adopte ensuite un style beaucoup plus réaliste. Les scénarios de Desberg abandonnent les intrigues de départ, un peu faciles, aux dialogues rares, et se dirigent vers des situations plus complexes, tout en gardant un peu d'humour et des péripéties passionnantes. La bande qui prend pour thème l'espionnage, est dynamique et se lit vite; la ressemblance du héros Jimmy Plant alias 421 avec James Bond n'est pas fortuite; il se retrouve souvent dans des endroits exotiques, ses aventures sont mouvementées et les jolies filles sont bien présentes, mais la série a son originalité propre. Elle cesse hélas lorsque Maltaite se tourne vers la BD adulte où cette fois, il pourra dessiner de jolies petites femmes mais déshabillées, en prouvant qu'il est très doué dans cet exercice. Les albums sont tous d'un niveau de qualité égale.

17/07/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Une série d’aventure bien dans la lignée des productions Dupuis de l’époque. Les premiers tomes sont baignés dans un humour bon enfant tandis que les derniers adoptent un ton bien plus sérieux et dramatique. Rares sont les tomes vraiment faibles, tandis que certains, eux, sont vraiment très plaisants à relire. Le dessin d’Eric Maltaite est en partie responsable de cette bonne appréciation. Si on le sent encore un peu hésitant sur les premiers tomes, il va vite atteindre un très bon niveau. Dynamique, expressif, immédiat, c’est de l’excellent franco-belge semi-humoristique (ou semi-réaliste, en fonction des époques). Les scénarios de Desberg sont bien construits et offrent souvent de bonnes et originales idées de départ. Les péripéties s’enchainent et si le suspense n’est jamais insoutenable, il est cependant bien présent. Un des bons produits du Spirou des années 80. Pas un indispensable mais une série que l’on peut relire à l’occasion et avec plaisir.

16/05/2012 (modifier)
Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Une série repompant sans vergogne tous les codes de James Bond à la sauce franco-belge, ça vous tente ? Si on y ajoute le joli trait d’Eric Maltaite qui rappelle directement celui de Will (tiens tiens mais ils sont père et fils ces deux là et ça se voit !) et des scénarios gentiment absurdes du prolifique Desberg dont il s’agissait des débuts et on obtient une chouette bd qui se lit sans prises de tête et hautement divertissante. Car si Jimmy Plant est un agent doué et consciencieux, il n’hésite pas non plus à draguer tout ce qui bouge et ajouter une bonne dose d’humour bien convenu à une époque où personne ne connaissait encore les séries Nicky Larson dont ce 421 est peut être inconsciemment aussi l’un des modèles. Le seul gros problème c’est qu’à un moment les auteurs ont voulu se distancier du coté humoristique et léger de leur œuvre et de la responsabiliser en voulant toucher un public plus adulte… Exit le long tarin de notre héros et les situations drôles, le dessin gagne en crédibilité ce qu’il a perdu en fraicheur et nombre de lecteurs y compris moi ont commencé par en décrocher. Trop de sérieux tue le sérieux… Ce qui en faisait le charme et la légèreté s’est dispersé dans la banalité… C’est pourtant avec nostalgie que j’y repense et je ne serais absolument pas contre le fait d’une jolie réédition de l’intégrale comme la charmante série Sibylline de Macherot en a également bénéficié… Cher éditeurs, faites tourner vos rotatives mais par pitié qu’on assiste pas à un nouveau reboot de la série ! Ou alors rendez nous notre 421 tel qu’il était prévu à l’origine !

16/05/2012 (modifier)
Par Stéphane
Note: 4/5

Série découverte dans l'hebdomadaire Spirou à l'époque et qui me plaisait énormément, mais je ne connais pas la série intégralement. Ce que j'en connais me laisse en tout cas un excellent souvenir.

02/03/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Jimmy Plant -de matricule 421- débute dans l'hebdo Spirou n° 2177 du 3 Janvier 1980. Une bonne série, laquelle va évoluer au fil des tomes. Au départ, ses auteurs la "tirent" vers un certain burlesque de situation. Mais elle va subir une sorte de "mutation" car les histoires vont devenir de plus en plus dramatiques. Notre agent secret va ainsi devenir plus mature, se retrouver confronté à moult intrigues pas piquées des vers ; lesquelles mêlent tout autant l'espionnage à une certaine forme de science-fiction. J'ai également apprécié -en cours de lecture- la "vie" de ce personnage assez hors du commun et les faits qui l'ont amené à pratiquer cette dangereuse activité qu'est le fait d'être un espion. Originale, intéressante à plus d'un titre, une bonne série qui -même si elle ne renouvelle pas le genre- m'a procuré un bon plaisir de lecture.

05/12/2006 (modifier)
Par pedro
Note: 3/5

Le type même de série de qualité qui n'a pas eu le succès qu'elle mérite. Le trait d'Eric Maltaite est très plaisant et met en valeur le personnage, un agent secret très british dans sa manière d'être. Cela donne un résultat fort agréable avec des sénarii de qualité pour de bons albums qu'il faut découvrir...

07/07/2005 (modifier)
Par Tophe
Note: 4/5

Espionnage du genre James Bond très bien fait. Histoire en one-shot ou avec suite, c'est selon, vaguement inspiré et souvent..."too much". cela ne se veut pas sérieux et c'est vraiment divertissant. le dessin est franco-belge on ne peut plus classique, mais c'est efficace. une petite correction cependant (à l'intention du posteur), car il y a 11 tomes en fait (ne pas oublier celui que l'on pourrait qualifier de tome 0, l'épave et les millions)

30/08/2004 (modifier)