Célébritiz

Note: 2/5
(2/5 pour 5 avis)

Et si une pilule vous aidait à être célèbre ?


Les Auteurs Nordiques Lewis Trondheim Poisson Pilote

Michel Canard achète une veste aux Puces, trouve des pilules dans une poche et en avale une. Résultat : ça sent la cacahouète (ou la framboise) et surtout, il devient immédiatement hypra célèbre. Le problème, c'est la durée d'action des pilules : dix secondes, trois heures, etc. Quand il est Mickael Kanard (célèbre), stars et producteurs lui cavalent après et il se fait déchiqueter par ses fans. Quand il redevient Michel Canard (pas célèbre), les videurs des boîtes people le fichent à la poubelle. Tout ça sans oublier son nouveau copain très encombrant - un acteur russe en colère, qui complique encore la situation en zigouillant les gens célèbres.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Célébritiz
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

15/02/2006 | iannick
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Bon, là, je crois être plutôt sympa dans ma notation, car c'est vraiment à l'arrache que je mets cette deuxième étoile à un album que je n'ai pas aimé. Les deux étoiles sont pour l'embryon d'idée à la base de l'album, et pour le début, qui peut se laisser lire. Mais sur la durée, c'est vraiment du n'importe quoi ! Je ne rejette pas en bloc et a priori le foutraque, mais à condition qu'il y ait du poétique, de l'humour, un je ne sais quoi qui puisse le transcender. Ici, j'avoue franchement que le n'importe quoi n'est enrobé par rien qui puisse me le faire passer. Y compris ce personnage limite psychopathe et acteurophobe, vraiment lourdingue à force. Trondheim ne devrait pas faire éditer tous ses fonds de tiroir ! Il a du talent, mais là, ça ne passe pas. Enfin, cerise pourrie sur ce mauvais gâteau, je n'ai pas aimé le dessin, lui aussi brouillon, semblant bâclé. Bref, pas une grande réussite de mon point de vue !

30/07/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Avec les notes très basses que cet album avait, je m'attendais à un truc horrible, mais finalement je trouve que c'est pas le pire titre de Trondheim. Certes, le dessin n'est pas impressionnant, mais je me suis vite habitué à ce style et si les personnages ne sont pas très beaux, mais je le trouve dynamique. Le scénario est pas mal et certaines situations sont rigolotes. Le problème s'est que ce n'est pas hilarant et vers la fin je trouvais que c'était un peu répétitif et j'en avais un peu marre de voir les gens prendre le héros pour une célébrité chaque fois qu'il prend une pilule.

27/04/2013 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 1/5

Lecteur : on se fout de toi ! C'est vrai que les albums de Trondheim sont attendus avec impatience par une certaine frange du lectorat, tant on connaît le talent du " Papa " de Lapinot et Mister O pour nous emmener -bons lecteurs- sur les pentes délicieuses de l'absurde existentiel. La "chose" que j'ai essayé de lire aborde la célébrité, ses joies, ses peines... Ben, sincèrement, j'accroche pas ! Le pire y côtoie le moins bon, c'est vous dire !... Au "dessin" -mais est-ce encore cela "dessiner", j'ai découvert un certain Ville Ranta, un Finlandais "nouvelle vague" qui a été encensé à Angoulême. Désolé mais, la virtuosité d'un dessinateur ne se mesure pas à la propreté de ses créations ; mais cet espèce de bouillon graphiquement indigeste qu'il livre ici n'en fera jamais -et je le crois- un ambassadeur d'un certain renouveau graphique. 48 pages de je ne sais pas trop quoi. Un album qui se trouve dans un vieux carton que je triais. Et il va y rester. J'ai dit. Coup de gueule ! (rare de ma part).

18/12/2006 (modifier)
Par Cassidy
Note: 3/5

Comme pour prouver sa théorie exposée dans Désoeuvré, selon laquelle un auteur de BD ne fait plus que des trucs moyens et dispensables une fois qu'il a dépassé un certain âge, Trondheim signe avec "Célébritiz" un album pas foncièrement mauvais mais qui ne restera certainement pas comme un des temps forts de sa carrière. Fidèle à lui-même, l'auteur joue à la fois la carte de la satire sociale, avec ce monde où n'importe quel imbécile sans talent peut devenir célèbre, et de l'humour débile gratuit, notamment avec le personnage du gros russe demeuré qui flingue tout le monde. Il y a des passages franchement moyens, Trondheim n'a pas un discours franchement novateur sur la "starisation" des anonymes et le culte de la célébrité (notez que cette BD se prend suffisamment peu au sérieux pour qu'on n'ait pas l'impression qu'il ait effectivement cherché à faire passer un message profond et original sur quoi que ce soit), le dessin n'est pas terrible, mais dans l'ensemble, c'est un titre assez marrant, avec lequel on passe un bon moment.

19/04/2006 (modifier)
Par iannick
Note: 1/5
L'avatar du posteur iannick

L’idée de ce scénario est amusante : Un homme trouve dans une rue une boite contenant des pilules. Lorsque ce dernier en avale une, il devient immédiatement célèbre pendant une durée indéfinie ! J’aime la première moitié de l’album, celle où notre héros a des démêlés avec son entourage direct. Cette séquence est une satire assez réussie de notre société avec les thèmes de l’argent facile et l’apparition de gens plus attirés par la célébrité de notre héros que par sa personnalité. La deuxième moitié de « Célebrity » m’est apparue nettement moins convaincante avec l’apparition d’un personnage ridicule et d’un changement de régime politique brutal dans notre pays. Cette séquence m’a semblé trop loufoque, trop surréaliste, trop décalée par rapport à la première partie pour que j’en apprécie particulièrement l’humour. Je n’ai pas du tout aimé ce passage au point de ressortir de cette lecture avec une très grosse déception. Le dénouement final (très court) est intéressant mais il ne me suffit pas à apprécier globalement cette BD. Dommage !

15/02/2006 (modifier)