Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Mister O

Note: 2.79/5
(2.79/5 pour 29 avis)

Mister O veut traverser le ravin.


BD minimaliste BD muette Lewis Trondheim

Mister O, un petit personnage tout rond, nous montre comment ne jamais parvenir à franchir un ravin en 30 leçons. Ses idées, toujours plus ingénieuses, se voient systématiquement contrecarrées par une nature et un entourage à la fois hostiles et cruels. Pauvre Mister O...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2002
Statut histoire Strips - gags 1 tome paru
Couverture de la série Mister O

15/05/2002 | Alix
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Trondheim est le spécialiste et l’un des « meneurs » des publications à contraintes, sous l’égide de l’Oubapo ou non. Ici, son trait très minimaliste est plutôt adapté. En effet, on suit les mésaventures d’un petit bonhomme rondouillard (Mister O donc), dans une multitude de toutes petites cases. Chaque page se conclut par un gag, l’idée étant de savoir si Mister O va parvenir à traverser un ravin. Alors, certes, je n’achèterai pas cet album, assez vite lu et sur lequel je ne reviendrai pas forcément, mais force m’est de reconnaître que la lecture n’est pas barbante (malgré l’apparente répétitivité de l’idée de départ de chaque case), qu’elle est au contraire rafraichissante, et que Trondheim a su exploiter et développer le minimalisme du départ. Un court mais agréable moment de détente, une « connerie » sympa, « pas mal » donc.

09/02/2018 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Je sais bien que l'auteur est un grand nom de la bande dessinée et qu'il a beaucoup apporté etc... Cela n'empêche que je n'ai pas trop apprécié ce Mister O. Il y a invariablement 60 hyper petites cases par planche sur 32 pages. Cela fait réellement mal à la tête d'autant que l'aventure consiste juste pour un petit bonhomme en O à sauter d'un bout à l'autre d'une falaise. Bien sûr, il y a de la créativité pour imaginer autant de situations à partir d'un constat unique. Cependant, pour moi, c'est répétitif à souhait et l'ennui nous guette très vite. Que dire du dessin hyper minimaliste ou encore de l'absence totale de dialogues ? Je crois que je n'ai plus rien à ajouter si ce n'est que je n'ai pas trouvé cela particulièrement passionnant.

19/02/2010 (modifier)
Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Trondheim c'est Trondheim. Depuis mes premières découvertes de son oeuvre par hasard dans l'hebdo "Les Inrocks" avec ses "Aventures de l'Univers" jusqu'aux premiers albums de Donjon sans oublier La Mouche, c'est petit à petit que j'ai succombé à cet univers de pichenettes, lapins philosophes, losers enthousiastes, univers absurdes et réflexions du quotidien. Le tout au travers de petits dessins inimitables souvent rigolos et superbement colorés, bref Trondheim c'est tout un univers que j'affectionne tout particulièrement, qu'il s'agisse de ses dessins "réalistes" :) ou minimalistes. Or, Mister O (ou Mister Ro ? ;) ) est-il un parfait exemple de l'imagination débordante de Trondheim ? Oui et non, je m'en explique : le postulat de base est de créer telle cette sympathique série d'animation que j'appréciais petit Coco Shaker à deux individus se disputaient sans cesse le sommet d'un palmier à grands coups de messes basses tordues et de noix de coco dans la tronche sur fond d'une musique devenue culte. Pour les plus jeunes ou les amnésiques en voici un exemple ici : http://www.youtube.com/watch?v=UiQokQHQjD0 Mais revenons au sujet principal, à savoir ce Mister O qui se veut un peu le penchant de cette série sur papier. Mister O doit son nom à sa silhouette ronde constituée d'un rond avec des yeux, des bouches et des membres filigranes. Il n'a qu'une seule motivation comme on peut le voir sur la couverture : traverser un ravin de quelques mètres afin de poursuivre son chemin mais tout ne sera pas aussi simple que cela. En une trentaine de pages constitués d'un gag en 60 cases, Trondheim conjugue animation, scatologie, gags et vaines tentatives de notre pauvre bonhomme qui casse toujours sa pipe à la dernière image. C'est répétitif, drôle, inventif, convenu ou gonflant selon l'humeur et c'est clairement un album à lire avec parcimonie sous peine d'overdose ! Mais c'est Trondheim ! Il y a un je-ne-sais-quoi qui rend cet album particulièrement attachant et qui donne envie d'y revenir de temps en temps. Il est fortement permis de ne pas aimer mais je reste persuadé de son pouvoir d'attraction : c'est si "différent" que toute personne feuilletant l'album risque de s'y attarder une page ou deux. A réserver aux fans absolus de Trondheim ou aux curieux mais pas aux enfants, l'auteur explore une part négligeable de son talent mais non dénuée d'intérêt.

21/12/2009 (modifier)

La BD la plus minimale que j'ai eu l'occasion de lire. Il s'agit là de "30 façons de ne pas franchir un ravin". Pour ce qui est de donner dans le concept, Trondheim est maître depuis des années déjà, il réussit là encore, à se renouveler. À lire sans trop réfléchir, calmement, et doucement. Chaque page se découpe en 60 cases ridiculement petites (6x10), et on y retrouve un côté "dessin animé" : les cases pourraient se succéder à l'écran pour former des séquences de quelques secondes. Malheureusement, le scénario ne va pas souvent assez loin, et les mésaventures de notre sympathique Mister O sont parfois si banales qu'on espère de tout cœur que la page suivante saura plus nous amuser. Finalement le comique de répétition marche plutôt pas mal, et la fin arrive, nous laissant bêtement amusés, et nous faisant penser que l'auteur mérite quelque part ses nombreux titres.

18/07/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

J'aime la créativité de Trondheim voir même la création de concepts. "Mister O" est un récit fait de strips ayant pour postulat le même cadrage (6 cases sur 10 colonnes), le même personnage, le même lieu, le même acte (la volonté de traversé un ravin) et le même résultat... L'exercice n'est pas si facile que ça. Pourtant Trondheim arrive à se renouveler à chaque page. J'ai pensé à pas mal de références comme tout le monde et surtout à un petit personnage de l'époque de Casimir : le chasseur Cette BD semble avoir été faite pour générer ce même genre de mini métrage. En tout cas j'ai bien rigolé. Il faut quand même prévenir que tout y passe, de l'absurde au scato en passant par le gore. Très divertissant.

07/05/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Mister O fait sans aucun doute partie de ces bandes dessinées que l'on lit uniquement pour le scénario. Ici, le style du dessin est enfantin et les cases sont très répétitives. Mais alors quel est l'intérêt de lire cet album ? Ben c'est de rigoler devant les tentatives d'un gros rond pour traverser un ravin. Or, j'ai à peine souri devant ces gags qui font un peu 'cartoon' (ça me rappelle le pauvre Coyote qui poursuit le Road Runner). Le seul intérêt que j'ai trouvé c'est qu'à force de le voir échouer, j'ai eu de la sympathie pour le bonhomme. C'est vraiment vache ce qui lui arrive à la fin.

19/04/2008 (modifier)
L'avatar du posteur Guillaume.M

Quelle exellente surprise !!! Mister O c'est trop de la balle. Sur ce coup, Lewis Trondheim fait fort, très fort... Je trouve le concept génial : des pages de 60 cases où Mister O tente par des stratagèmes toujours plus inventifs de traverser un ravin : un arbre, un pont, des ressorts, des ailes, un avion, glissade sur bouse avec tremplin... C'est trop fort et complètement :S:S:S Achetez Mister O si comme moi vous adorez mais lisez le au moins. C'est une démonstration : faire rire et capter l'attention du lecteur sans la moindre bulle, juste avec un dessin d'une simplicité enfantine... Génial...:S:S:S

11/10/2004 (modifier)

Bon, puisque l'auteur a visiblement eu le bon goût de ne décliner ça qu'en un seul album pour ne pas trop tirer sur la corde, on peut s'amuser à loisir sans trop de lourdeur. Alors le petit Mister O veut traverser un ravin. Le tout est mal dessiné, simpliste, absurde et parfois scato... bref... Génial :S:S:S On ne se prend pas la tête et on rigole de cette absurdité sans nom, je propose une variante adulte qui se nommerait Mister Q et... bon.... c'est juste une suggestion hein ! Je crois que ce :S:S:S est ce qui définit le mieux cette BD qui dans Pavillon Rouge et dans le genre délire fait mieux que Shaolin Moussaka. :S:S:S attitude ! :):):)

01/05/2004 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Au début, j'ai pas mal rigolé. Les chutes de ces gags sont marrantes. C'est d'ailleurs typiquement l'humour façon "Bip-Bip et le Coyote", avec des petits bonshommes rendus particulièrement expressifs par le dessin minimaliste de Trondheim. Mais voilà, au bout de quelques planches, j'ai commencé à moins rire. Et puis au fur et à mesure que je parcourais cette trentaine de planches, j'ai commencé à rapidement m'ennuyer à force de revenir à chaque fois sur le même type d'histoire et le même type d'humour et de gags. En gros, voilà donc une BD marrante au début, puis un peu lassante sur la longueur. Néanmoins encore une fois Trondheim a su y prouver son sens de l'imagination, de l'humour et sa maestria à rendre expressif un dessin simplifié au maximum. Ceci étant dit, justement parce que le dessin est minimaliste au possible et les gags répétitifs, je n'achèterais pas cette BD.

09/04/2004 (modifier)
Par Don Lope
Note: 3/5

Plus minimaliste que ça, tu meurs! Les quelques gags dans "Pavillon Rouge" me faisaient très souvent marrer et il en a été de même à la lecture de cet album... tout du moins durant la première moitié. Car l'effet de lassitude finit par se faire sentir, chose assez normale avec un graphisme aussi dépouillé et une trame d'histoire récurrente. Malgré cela je reconnais à Trondheim une imagination plus que fertile, presque du génie, pour arriver à pondre un album comme celui-ci.

03/02/2004 (modifier)