The Goon

Note: 3.35/5
(3.35/5 pour 17 avis)

Will Eisner Award 2005 : Best Continuing Series La ville est infestée de zombies, de goules, de monstres... et d'un prêtre déjanté à la tête d'une armée de morts-vivants, bien décidé à conquérir le monde. Accompagné de Franky, son meilleur ami, The Goon est le seul capable de rétablir un semblant d'ordre dans ce drôle d'univers pris de folie.


Avatar Press BDs controversées Dark Horse Comics Will Eisner Awards Zombies !!!!!!

La ville est infestée de zombies, de goules, de monstres... et d'un prêtre déjanté à la tête d'une armée de morts-vivants, bien décidé à conquérir le monde. Accompagné de Franky, son meilleur ami, The Goon est le seul capable de rétablir un semblant d'ordre dans ce drôle d'univers pris de folie. Mélange d'horreur et d'humour, le Goon s'impose comme le demi-frère d'Hellboy dont les enquêtes sont relatées dans la série éponyme chez le même éditeur et le rejeton improbable de la Famille Adams. 2005 Eisner Award winners : Best Humor Publication The Goon, by Eric Powell (Dark Horse) Best Continuing Series The Goon, by Eric Powell (Dark Horse)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2005
Statut histoire Histoires courtes 13 tomes parus
Couverture de la série The Goon
Les notes (17)
Cliquez pour lire les avis

09/08/2005 | Ro
Modifier


Par Jetjet
Note: 2/5
L'avatar du posteur Jetjet

Alors The Goon me parait être une énigme, en effet je n'arrive pas à déterminer si c'est franchement génial ou très surfait et dispensable... The Goon est un comics composé de petites histoires qui, mises bout à bout, peuvent constituer un récit complet ou parfaitement dissociable. The Goon, c'est avant tout un type avec une gueule d'abruti comme c'est pas permis, gros bras et casquette de mise, accompagné d'un petit teigneux aux pupilles vides. Ces deux fiers compagnons déambulent dans une ville américaine que l'on situerait dans les années 30 mais qui n'est pas spécialement datée ! Ah, j'oubliais : ils rackettent leur quartier au nom d'un mystérieux mafieux, le protègent des zombies du quartier voisin et jouent aux cartes avec une araignée géante fumant le cigare et chapeautée ! Alors résumé comme tel, on peut se demander si j'ai abusé de drogues illicites ou si j'ai pété un câble mais non : The Goon c'est tout à fait ça ! Rajoutez un dessin de qualité, un crossover avec Hellboy que l'auteur adore et des situations aussi tarabiscotées qu'inutiles d'un point de vue scénaristique (si ce n'est les flashbacks eux fort réussis), le tout saupoudré d'un esprit serial assez réussi et vous obtenez cet étrange cocktail qu'est The Goon !!!! La messe est dite, tout est dit, zombies, monstres bizarres et humour bourrin, la trame principale se développe aussi vite que le pitch de "Boule & Bill" et vous obtenez le comics à la mode du moment ! Et pourtant j'aime bien ! Car je passe un bon moment avec The Goon, l'édition est de qualité mais très honnêtement c'est dispensable mais c'est tellement con et bien dessiné qu'on peut aimer y revenir facilement ! EDIT Novembre 2013 : Après avoir tout lu tout comme d’autres posteurs déçus avant moi ici jusqu’au tome 6 « Chinatown » inclus censé être de surcroit « la Pierre Angulaire », je ne peux que raviser mon avis plus enthousiaste. La déception est d’autant plus grande que j’admire vivement le trait d’Eric Powell qui parvient même à le sublimer davantage par des crayonnés sans couleur que l’on peut voir lors des flashbacks du Goon mais il m’est impossible de m’attacher ni aux personnages ni aux scénarios qui se superposent les uns aux autres sans raviver l’intérêt initial (qui finalement se limite à la découverte de l’univers du Goon). Il y a un tel potentiel dans cette série que le gâchis me semble immense. Il est grand temps que des scénaristes de qualité ou juste des scénaristes insufflent un peu dans les récits du Goon tout ce qui me semble désormais perdu par avance ou qu’on procède à un reboot complet de cet univers car ça tourne en rond sans aucune saveur… Et je ne parle même pas des incohérences de l’univers mal ficelé qui mélange gangsters des années 30 à zombies, araignées et autres bestioles sorties de nulle part. C’est terriblement macho et ça a au final autant de saveur qu’une tartiflette réchauffée 4 jours après sa première cuisson lors de la relecture… Je ne sais au final que dire d’autant plus qu’il existe un nombre considérable de fans y compris dans mon entourage qui piaffent d’impatience à chaque nouvel opus. Les seuls bons points résident dans cet univers bigarré et dans le trait unique et expert de Eric Powell mais tout comme John Smith, qu’on lui trouve un scénariste par pitié, il y a grande urgence à renouveler et repenser complètement The Goon en ne conservant Powell qu’aux pinceaux et en lui interdisant de rédiger tout semblant d’histoire !

10/10/2007 (MAJ le 28/11/2013) (modifier)
Par Ned C.
Note: 2/5

Enormément déçu par cette série. Un coup de foudre sur le premier tome, trépignant d’acheter le tome deux, un tome trois qui commence à trahir un essoufflement de l’inspiration de l’auteur et un certain manque d’application dans son dessin. A partir du 4eme tome, les dessins paraissent carrément bâclés (on devine aisément que l’auteur doit fournir du rendement et que la qualité en souffre, « Business is business »). Powell ne se creuse même plus la tête à créer de nouveaux personnages puisqu’il se contente de les faire revenir d’épisode en épisode. Et c’est bien ça qui m’avais principalement charmé dans le premier tome : la galerie de personnages et leur originalité. Le héros Goon et son acolyte formaient une équipe assez hors du commun et leurs ennemis étaient tous plus singuliers les uns que les autres. Certes les trois premiers volumes ne volaient pas très haut mais il y avait cette sincérité, cette vitalité, cet univers si particulier semblant perdu dans le temps et toutes ces gueules cassées qui faisaient du « Goon » une petite découverte bien surprenante et agréable par son originalité. Powell a laissé s’évaporer toute cette fraîcheur pour en faire un bouquin qui a la saveur d’un plat surgelé micro-ondable. On ne va même pas parler des dialogues et du scénario qui sont dignes d’un film de Charles Bronson. Le seul point sympa des épisodes suivants (et je suis objectif !) c’est la galerie de représentations du Goon vu par différents auteurs d’horizons différents. Qu’est-ce qui m’a pris de ne pas arrêter cette série avant le tome 6 ??? Peut-être espérais-je un second souffle (je dois être naïf), comptant sur l’amour de l’auteur pour son univers goonesque. Une sensation désagréable d’être pris pour une vache à lait, grosse déception voire même un ressenti de trahison.

13/06/2013 (modifier)
Par jul
Note: 2/5

Je partage à peu près l'avis de john smith. C'est assez basique. On m'avait offert les 2 premiers tomes et je me suis ennuyé. Alors oui les dessins sont assez réussis (bon ce n'est quand même un truc de fou). C'est surement très bon pour du "neo-comics" mais bon ça ne vole pas très haut. C'est très statique en fin de compte. Certes c'est de la parodie mais au final c'est chiant. Le gentil qui fait le dur (graphisme cliché comme on peut le voir griffonné chez des milliers de dessinateurs de bd) qui balance des "punchlines qui tuent tout" contre les méchants (John Smith l'a très bien expliqué). Ils sont battus puis ils reviennent. Ils sont re-battus puis ils re-reviennent, etc. C'est très enfantin derrière l'esthétique graphique. Enfin c'est du comics quoi. Et puis le côté gangsters années 30 mélangé à des trucs fantastiques inspiré d'Hellboy c'est sensé être novateur ? Pas très original je trouve. Voir complètement sans inspiration. Après coup je me rends compte que "Lobo" que j'adore, c'est un peu la même chose. Oui mais c'est Bisley. Et chez Bisley il y a une fureur graphique et un côté trash qu'il n'y a malheureusement pas dans The Goon. Ou alors Hellboy. Après cette bd plaira à coup sûr aux amateurs. Mais moi je me suis ennuyé.

15/05/2013 (modifier)
Par Lowhic
Note: 5/5

Pfiou ! The Goon... J'ai découvert ce comics il y a de cela cinq ans déjà, et je ne suis toujours pas lassé de relire tous mes albums. Simplement parce que Eric Powell est un génie, et que son oeuvre est légendaire : un humour noir décapant, une violence banalisée et fun, une ambiance 50s décalée, des dessins de toute beauté, une histoire prenante, des personnages irrésistiblement dingues et attachants.. Un pur chef-d'oeuvre.

03/01/2011 (modifier)

Y a des BDs comme ça... vous avez juste envie de crier au scandale. Le premier chapitre est à peu près au niveau du Gnaffron de Gotlib mais sans le second degré. Avec les mecs qui entrent et sortent de la scène comme ça : The Goon entre dans le cadre : " arf arf, je suis trop fort, c'est moi le Goon. Arf arf " Le méchant surgit : " ah ah, tu t'y attendais pas mais on t'a piégé. Ah ah " (et en fait les méchants ils sont 200 derrière le rideau -> blague !) The Goon : " ah ah. Oué mais en fait j'avais tout prévu, ah ah " Le méchant : " rolala il m'éneeeerrve the Goon, olala il m'énerve !! Olala " Ensuite ? The Goon lui pète la gueule en faisant mine d'être hyper énervé quand même. Puis le flic rentre avec son bâton et menace Le flic : " Bon ça suffit maintenant hein, je vais sévir hein, ça suffit " Sans doute un des Comics les plus pathétiques que j'ai pu lire. Trouvez-lui un scénariste par pitié.

17/06/2010 (modifier)
Par JO
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Une histoire qui n'en est pas vraiment une, sans forcément de lien entre les chapitres, des dessins de folie, que demander de mieux pour une bd ? "The Goon" se laisse lire sans difficulté et surtout sans réfléchir, ça nous change des histoires interminables qui n'ont aucun intérêt après 3 tomes. A chaque page une surprise nous attend, que ce soit un calmar géant ou un loup-garou, en passant par ce vieux busard... Bref cette bd est terrible et si je n'ai pas mis le note maximale c'est juste que je ne peux être objectif.

14/01/2009 (modifier)
Par Pereira
Note: 4/5

The goon, c'est un univers complètement décalé oscillant entre le gore et l'humour voire même la dérision. C'est une oeuvre qui ne se prend pas au sérieux avec de bonnes histoires, de la folie à chaque page, voire chaque case et surtout une fraicheur indéniable. Je ne connais que depuis très peu cette série et je suis déjà fan !

13/01/2009 (modifier)
Par diderow
Note: 5/5

Attention bd pour fan d'humour noir et bourrin, ce que je suis. Cette bd est vraiment terrible dans son style graphique comme dans ses histoires simples mais efficaces, et personnellement je ne savais pas qu'elle avait gagné le moindre prix quand je l'ai achetée. C'est juste le dessin qui ma attiré et le fait qu'il y ait des zombies dedans et j'aime bien quand il y a des zombies dedans...

16/05/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Eric Powell est un artiste des plus en vue au "pays de l'oncle Sam". Il a déjà oeuvré sur des séries comme Hulk, Batman, Hellboy,... Mais il doit sa renommée grandissante à son héros très personnel : The Goon. "The Goon" ?... drôle de personnage que cet être étrange, une sorte de fils improbable de super-héros. Je reconnais que c'est drôle, décalé et souvent "impolitiquement correct". Une belle surprise qui vient de l'autre côté de l'Atlantique ; une série de récits courts et incisifs qui m'ont plongé dans un monde parallèle ou l'étrange est la norme. Le graphisme ?... curieux... ils ne se sont sûrement jamais rencontré mais le style de Powell et celui de Mandryka sont comme frères jumeaux. Bonne série, bien agréable de lecture.

17/02/2007 (modifier)
Par Corbeau
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Voir que cette série ne se tape qu'un faible 3/5 m'attriste... Cette série est cultissime, elle révolutionne, à mes yeux, le genre horreur-humour. Les dialogues sont hilarants, tous les personnages sont attachants, et le dessin, raaa le dessin est splendide !!!!!

20/12/2006 (modifier)