Vampyr

Note: 4/5
(4/5 pour 4 avis)

Univers décadent et sombre à l'environnement gothique. Dans la pure lignée de "ceux qui rampent"et de "psychopathe". Ames sensibles s'abstenir, images glauques tout autant que l'histoire. AMATEUR DE VAMPIRE, bonne Lecture.


Vampires

Au nom de Satan notre Seigneur et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés par les extra-terrestres maudits et les vampires de l'Ordre du Dragon Noir, nous te sacrons, toi. Neron l'apostat, dix-huitième antechrist et grand clown macabre du carnaval humain.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2004
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Vampyr
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

18/09/2004 | Frédéric ROFFET
Modifier


Par jul
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Une "bd" très très très originale. Plus proche de l'univers gothique que de la bd. J’ai eu un choc visuel en admirant les dessins. Je n'avais jamais vu ça. C'est gothique, psychédélique et très futuriste en même temps. Avec ces tons de couleur pastel violet sur fond noir, sublime ! Pour ce qui est du récit, il faut s'accrocher. C'est plus de la poésie morbide très auto- centrée avec des petites histoires dedans mais le tout est assez habile et plutôt vertigineux. J’ai dû lire ce pavé en plusieurs fois pour ne pas me lasser mais une fois entré dedans c'est réellement prenant. Bon après, cet auteur Gabriel Delmas m'a un peu exaspéré par moment. Je connais l'univers gothique et ce mélange de 1er degré très sérieux imbu de sa personne, qui se regarde le nombril constamment avec une froide colère, nihiliste et misanthropes qui implore le grand Satan... sur ... pages (tiens il n'y a même pas marqué le numéro des pages, encore un effet de style) ça peut devenir lourd. Mais en même temps dieu lui pardonnes (pardon Satan) car le résultat est vraiment monstrueux. Achat fortement conseillé.

12/02/2013 (modifier)

Voilà typiquement le genre d'album dont je repousse sans cesse la critique, ne sachant pas par quoi commencer. Delmas a choisit ici de nous narrer les mémoires et pensée de Néron l’apostat, vampire antéchrist issue de son imagination torturée. La narration est plutôt inhabituelle, et il m’a fallut deux lectures pour m’immerger complètement dans l’univers nihiliste et macabre de cet album. La narration est originale, et alterne poésie lugubre et dépravée avec passages narratifs qui exhalent le sexe, la mort et la dépravation. L’histoire de Néron apparaît bien vite comme un prétexte pris par Delmas pour faire partager sa vision des choses, son intérêt pour la noirceur et ses visées nihilistes. Il est juste dommage de signaler qu’en voulant trop en faire, Delmas a réalisé un album très difficile d’accès, voire carrément incompréhensible par moments. Le dessin est dans la droite lignée de ses précédentes productions : un trait fin et torturé, incisif, parfois réaliste, parfois totalement métaphorique, qui amplifie la noirceur de l’album. La mise en couleur est très bien choisie, les couleurs étant choisies de façon à amplifier la noirceur du propos : peu nombreuses sur chaque planche, elles contribuent à la sensation de malaise qui se transmet petit à petit au fil de la lecture. Le cadrage est intéressant, et propose certaines cases en pleines pages, ainsi que des pages complètes de textes, bref vous l’aurez compris il s’agit ici d’un album bien différent de la production habituelle. Déstabilisant, macabre, malsain, cet album exhale une noirceur que les amateurs sauront apprécier, les autres risquent fort de trouver cela trop torturé et incompréhensible.

15/06/2006 (modifier)

Une bd digne des honneurs du roman vampirique, dans la lignée "d'entretien avec un vampire", on ressent toute la psychologie du roman de vampire. La bible du genre, si, si vraiment.

04/01/2005 (modifier)

Enfin une BD qui sort de l'original. Les amateurs de gothisme et d'univers macabres et glauques serons ravis. Dessins fantastiques et scénario pour le moins peu ordinaire font de cet ouvrage un modèle du genre. A Acheter, à lire sans modération et surtout à faire partager. Bonne lecture.

18/09/2004 (modifier)