Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Construire un feu

Note: 3.22/5
(3.22/5 pour 23 avis)

Festival Polar de Cognac 2008 : Prix du meilleur one-shot ou de la meilleure mini-série BD D'après la nouvelle de Jack London


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Adaptations de romans en BD Chabouté Froid. Neige. Glace Jack London Les prix du Festival Polar de Cognac

Un homme en quête de fortune ou d’aventure, perdu en plein milieu du grand nord, tente de rejoindre ses compagnons… Dans ce désert de neige et de glace, rien d’autre que lui et un chien… Il lutte contre un froid effrayant de moins soixante degrés. Confronté aux forces de la nature, sa vie ne dépend que de quelques allumettes avec lesquelles il pourrait se faire un feu… Christophe Chabouté nous livre ici, avec talent une adaptation libre d'une des plus terribles nouvelles de l’auteur de « Croc Blanc » et de « L’appel de la Forêt ». Une histoire à l’intrigue très dépouillée, mais dont le moindre geste, simple et banal prend une dimension inquiétante et fantastique. Un récit où chaque situation devient démesurément oppressante. « Construire un feu », nous présente un homme livré à luimême, face à un univers hostile et luttant jusqu'au bout de ses limites physiques et mentales ! Texte : Editeur.

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Septembre 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Construire un feu
Les notes (23)
Cliquez pour lire les avis

05/09/2007 | ArzaK
Modifier


Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

J'abonde messieurs qui mettez cette note; comment attacher le lecteur tout au long de cette histoire avec combien de personnage déjà? Assez grandiose, une histoire assez simple sans évènement extraordinaire. Un homme tout simplement confronté à la nature et à lui même. Qu'importe comment tout cela va finir, en plus on le sait. Mais quel plaisir, l'intensité dramatique est formidablement mise en scène par le dessin et un texte réduit au strict principal. Du très bon Chabouté. Encore!!

05/09/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Je n’ai pas lu la nouvelle de Jack London adaptée ici, mais ce n’est clairement pas celle qui développe le plus d’action. Mais l’histoire se laisse lire – même si la fin (dans tous les sens du terme !) se laisse deviner assez rapidement quand même. Cette lutte sans espoir d’un homme face à la nature (très présente dans les autres romans de London) est plutôt bien rendue. Cela reste sympa, c’est vite lu, sans que cela reste inoubliable. Par contre, je dois encore rendre hommage au dessin de Chabouté, absolument excellent ! Et lui qui est habitué au Noir et Blanc, trouve dans ces paysages recouverts par la neige, et d’où n’émerge qu’une très rare végétation toute sombre, un terrain de jeu parfait pour faire éclater son talent.

05/09/2014 (modifier)
Par Puma
Note: 5/5

Énorme ! Enorme ce que Chabouté nous a sorti là. Car entre nous, que faire finalement d'une histoire de Jack London assez simplette d'un imprudent promeneur avec son chien qui, en des terres glacées, se font sertir définitivement dans les serres du froid. Et bien de ce canevas très basique, Chabouté en a fait tout simplement quelque chose d'énorme ! D'abord, pour la couleur ! Pour sa seule BD en couleur (même si elles restent limitées et très proprement discrètes), c'est une réussite et une surprise inattendue. Enfin pour le traitement du scénario où Chabouté nous sort un thriller qui glace son lecteur comme jamais je crois, aucune BD jusque là ! Car le lecteur claque des dents, tremble, peste, souffre, est mal physiquement et psychologiquement, avec le personnage ! Cette prouesse me pousse à la plus grande révérence à cet auteur ici génial et doué d'un singulier et rare talent de conteur ! Une des BD exceptionnelle d'émotions et de talents graphiques, à lire... que dis-je, à vivre ...

27/09/2013 (modifier)
Par fab11
Note: 3/5

J'adore ce que fait Christophe Chabouté et j'avoue avoir apprécié cet album en couleurs mais je préfère quand même son dessin en noir et blanc. Chabouté adapte en bande dessinée une nouvelle de Jack London qui à mon avis n'est pas son oeuvre la plus marquante( j'ai nettement préféré L'appel de la forêt ). Mais j'ai quand même apprécié ma lecture car cette histoire est intéressante et angoissante ,même si l'on se doute de la fin. Durant ma lecture j'étais tellement dans l'ambiance du récit que j'avais l'impression de ressentir le froid infernal tout comme le personnage principal de ce one shot. Malheureusement cela ne pouvait que finir mal, car cet homme seulement accompagné d'un chien se lance dans une imprudente expédition dans les contrées glaciales canadiennes pendant la ruée vers l'or au XIXème siècle. Son périple ne doit durer que quelques heures mais cet inconscient s'aperçoit vite que même une journée de marche par ce froid est une pure folie. Ce n'est sans doute pas l'album le plus réussi de Christophe Chabouté mais je ne suis pas ennuyé un seul instant durant ma lecture , même si elle fut très rapide. Comme je l'ai déjà dit je préfère les dessins en noir et blanc de cet auteur très doué mais cela reste quand même très agréable à regarder car les dessins sont toujours aussi beaux. Alors si vous avez quelques minutes à perdre lisez ce one shot mais à mon avis l'achat est dispensable , alors faites comme moi empruntez le à votre bibliothèque.

25/04/2013 (modifier)
Par yatz
Note: 3/5

Premier album de Chabouté qui passe entre mes mains (plusieurs suivent) conscient en lisant les commentaires précédents que ce n'est pas son meilleur, je ne peux être qu’enthousiaste pour mes prochaine lecture. l'histoire : environ 1 heure de vie d'un homme seul dans le grand froid canadiens, ayant décider de braver la prudence et les conseils des anciens. Évidement on s'imagine bien vite la fin, ce qui fait que l'on ne s'attache pas beaucoup au héros, mais on ne peut s’empêcher de plaindre sa malchance et surtout son imprudence. Premier album de Chaboute et je tombe sur un en couleurs alors qu'on me vante son noir et blanc, j'ai trouver les couleurs très réussi, le dessin très beau, aucun doute Chabouté est très fort pour faire transparaître la solitude, le froid et le contraste de la chaleur du feu. C'est effectivement un livre qui se lit vite, mais je pense trop vite, il faut prendre le temps de s’imprégner des dessins, de la peur du héros J'ai hâte de lire d'autre Chabouté

03/11/2012 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Encore un Chabouté que je n'ai pas aimé. Le scénario n'est pas très palpitant et la fin est prévisible. Pourtant, j'ai l'impression que si j'avais lu la nouvelle, j'aurais peut-être aimé. Cela me semble être le genre qu'on apprécie mieux lorsqu'on imagine les scènes dans notre tête et que ce n'est pas un autre qui le fait. Au final, la seule chose que j'ai aimée dans le récit est la présence du chien et principalement pour une raison que je ne peux pas dire sans gâcher la fin. Le dessin de Chabouté est meilleur en noir et blanc, mais la présence de couleur ne m'a pas trop dérangé. Il s'en sort mieux que, par exemple, Tardi.

17/07/2011 (modifier)
Par jurin
Note: 4/5

Je ne connaissais pas cette nouvelle de Jack London, Chabouté nous la transmet de façon magnifique, une véritable pépite cet album. C’est l’histoire d’un homme, accompagné de son chien, qui rejoint un camp éloigné dans le Grand Nord Canadien. Malgré le grand froid, cet homme inexpérimenté, orgueilleux, malgré le conseil des anciens défie la nature. La nature est cruelle et implacable et cette randonnée en solitaire va à l’encontre du bon sens. Chabouté décrit le périple de cet homme avec beaucoup de lucidité, la fin est poignante, l’erreur de cet homme se paye au prix le plus fort. Le dessin est classique, l'album est un bel objet.

24/04/2010 (modifier)
Par herve
Note: 2/5
L'avatar du posteur herve

J'aime beaucoup Chabouté.... mais en noir et blanc. Si le dessin est toujours aussi remarquable, par contre j'ai moins apprécié l'adaptation scénaristique d'une nouvelle de Jack London. Cette histoire d'un homme luttant contre le froid ne m'a guère enthousiasmé. En effet, cette bande dessinée quasi muette, se lit vite, beaucoup trop vite. Dans le genre bd sans parole, le même Chabouté a signé Tout seul, que je tiens pour remarquable. J'ai la nette impression que l'auteur s'est fait plaisir avec ce one shot mais comme l'ont souligné certains, c'est un livre qui certes mérite d'être lu mais de là à l'acheter... j'en doute. Empruntez-le.

26/06/2009 (modifier)
Par Gros Bide
Note: 4/5

J'ai vraiment bien aimé ! Dès les premières cases, j'ai été envoûté par l'atmosphère. Du coup, je n'ai pas lâché cette BD, dévorant les planches et enchaînant même sur une seconde lecture dans la foulée de la première. J'apprécie le travail de Chabouté d'une manière générale mais cet opus est à mes yeux une de ses plus grandes réussites. La lecture est rapide. Cela s'explique notamment par le nombre réduit de phylactères. D'ailleurs, j'ai lu dans une interview que Chabouté avait un temps souhaité n'écrire aucun texte, avant finalement de se raviser. Lecture rapide donc. Quoique ! Si l'on prend le temps de savourer les magnifiques dessins et d'imaginer ce que peut ressentir le héros, on restera scotché un long moment à cet album. Dans cette optique, le découpage (très détaillé) ne me gêne pas. Il renforce l'empathie du lecteur qui, voyant les moindres faits et gestes du personnage principal, l'impression de l'accompagner dans son périple. Bien sûr, on sait comment tout cela va se terminer. Cependant, l'essentiel me semble ailleurs. Particulièrement, dans la réflexion de l'auteur sur la nature humaine. En effet, je perçois cet ouvrage comme une fable humaniste et écologiste. Superbe ! J'ai hésité à mettre 5/5 mais j'ai intégré dans mon jugement (peut-être injustement) le fait que c'était une adaptation et non une création originale.

17/03/2009 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Alors que j’apprécie le noir et blanc que Chabouté utilise généralement, j’ai vraiment adoré sa maitrise des couleurs dans le présent ouvrage. Le contraste entre le blanc et noir froid et vide des décors et l’orange chaleureux du feu est très réussi, envoutant même, et traduit merveilleusement la fascination que ce feu devait provoquer chez les pionniers du Klondike. Malheureusement, pour le reste, je serai moins enthousiaste. L’histoire se lit très vite et la narration m’a semblé très monotone, voire ennuyeuse. Le personnage central ne m’est pas apparu très attachant et son sort me semblait réglé d’avance. Pas de passion donc, ni de surprise. Un ouvrage à découvrir toutefois pour son graphisme envoutant, mais qui m’a laissé un goût de trop peu de par un scénario trop linéaire. Un petit 2,5/5 à emprunter à l'occasion mais sans doute pas à acheter.

16/03/2009 (modifier)