Gibier de potence

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 14 avis)

États-Unis,1865. La guerre de sécession touche à sa fin.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune La Guerre de Sécession [USA] - Middle West

États-Unis,1865. La guerre de sécession touche à sa fin. Madame Granger n'a désormais plus qu'un seul but : retrouver son époux, prisonnier des Nordistes. Alors qu'il est détenu au fort Mac Laglen, et résiste aux interrogatoires musclés des tuniques bleues, elle ira jusqu'à voler les dollars destinés à la réparation de l'église de la bourgade de Church Hill ! Un hold-up organisé en famille, dont les bénéfices serviront à lever une armée, et à tirer son homme des pattes de ses ennemis.

Scénaristes
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Mai 2001
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Gibier de potence
Les notes (14)
Cliquez pour lire les avis

14/10/2001 | Kael
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Cette série est dans la très bonne moyenne des productions western de chez Delcourt (Duval a déjà participé à quelques réussites du genre, comme Wayne Redlake par exemple). Même si l’histoire se suit, les quatre albums peuvent se lire comme deux diptyques, avec pour chacun d’entre eux une intrigue différente. Encore que l’intrigue ne soit pas non plus trop fignolée. C’est un peu le reproche qu’on pourrait faire aux scénaristes. Mais c’est une lecture quand même agréable. Les auteurs prennent le risque d’éliminer un grand nombre de personnages qu’on pressentait comme principaux – sans prévenir, et sans que cela soit préjudiciable à l’histoire. Cela dynamise au contraire l’intrigue. Quelques légères déceptions toutefois. Les personnages n’ont pas de fortes personnalités (il faut dire qu’ils meurent rapidement), même Lopeman, le personnage principal – dont on se demande finalement s’il est « méchant » ou « gentil ». Idem pour le dessin : Jarzaquet ne leur a pas donné des trognes ailleurs mieux exploitées dans les spaghetti (dont certaines scènes adoptent des clichés, comme la torture du prisonnier sudiste dans le camp de prisonnier [« Le bon, la brute et le truand], le baron du chemin de fer vivant dans son wagon [« Il était une fois dans l’ouest »], etc). La fin m’a elle aussi déçu. Comme souvent avec Duval, c’est de la série B, mais ici de la bonne (même si j’aurais aimé davantage de « bons mots », comme pour Wayne Redlake), dont je vous recommande la lecture. J’avais eu du mal à compléter la série il y a quelques années, mais une intégrale vient de paraître, ce qui doit vous encourager à franchir le pas si vous ne connaissez pas encore cette série.

09/07/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

J'ai enfin réussi à trouver ces albums à Angoulême, je savais qu'un jour j'y arriverais, après avoir repéré cette série depuis longtemps sur BDT. Le résultat n'est pas aussi enthousiasmant que j'aurais cru, mais je ne me suis pas ennuyé, c'est ce qui compte. En fait, le sujet n'est pas neuf, c'est surtout ça qui m'a un peu "freiné" on va dire, surtout que comme je crois l'avoir dit dans d'autres avis, la guerre de Sécession n'est pas la période que je préfère en western. Cette guerre a pas mal servi en western, il est difficile de faire du neuf avec, et ce genre d'histoire a déjà été abordé dans la saga Blueberry, surtout lors du cycle consacré au "Trésor Sudiste". Là-dessus, les auteurs embrayent sur le Bon la Brute et le Truand, en reprenant de ci, de là, quelques détails vus dans ce film de Sergio Leone qui semble les inspirer aussi pour les scènes violentes. Mais le petit défaut, c'est que la série ressemble plus à une suite de rebondissements, de péripéties et de fusillades sanglantes, il n'y a pas de vrai scénario construit comme pouvait le faire Charlier dans Blueberry... désolé si j'en reviens toujours à cette Bd, mais elle est tellement incontournable, et sert tellement de référence, c'est pour ça qu'elle reste imbattable d'ailleurs. Sinon, faut pas non plus faire le difficile et jouer le vieux blasé, il y a quand même de bons trucs dans tout ça, je reconnais que la série est sympa et très divertissante, les personnages sont intéressants, la frontière entre bons et méchants est faible, chacun a des défauts, et les auteurs n'hésitent pas à en tuer sans qu'on s'y attende. Sans compter le dessin qui m'a bien plu, j'aime ce trait épais aux contours pas toujours fignolés ou pas très précis, ça donne un certain style, j'aime aussi les ambiances données par les différents types de colorisations (ambiance de rochers, ambiance nocturne, ambiance du fort, ambiance de la mine etc...), en tout cas, c'est un dessin dynamique qui s'inscrit dans la ligne graphique des séries développées par Duval. Au final, un western distrayant, pas un must, mais pas une daube non plus, loin de là...

09/02/2017 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Un bon western qui commence tout doucement et qui termine en apothéose. Le premier tome est sympathique et pose les bases de l'intrigue et les tomes suivants sont de qualité supérieure. C'est rempli de personnages mémorables, de rebondissements et d'actions. Certes, cela manque souvent d'originalité et c'est vraiment de la pure bande dessinée pop-corn, mais cela rempli bien sa mission de me divertir et j'ai pris du plaisir à lire cette série même si c'est clair qu'il y a de meilleurs westerns et que, je l'avoue, cela prend un peu de temps pour trouver les personnages intéressants. Le dessin est correct.

02/05/2015 (modifier)
Par tolllo
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Apres mon initiation au genre western avec Chinaman je me suis lancé voilà quelques semaines dans cette série qui m’a complètement emballé. Ce qui à l’air de commencer simplement avec un hold-up se poursuit par une course effrénée. Les personnages évoluent : les bons ne sont pas si bons que cela et les mauvais ont des excuses... Ils sont même nuancés, ce qui permet de nuancer ses opinions en cours de lecture. Rien de manichéen pourtant. Au fil du temps les tomes s'améliorent au fur et à mesure. Je crois qu’à la vue de la réussite totale de cette histoire les notes données au tout début de la série ne sont pas très révélatrices car elles ne concernent que le premier tome. Plusieurs histoires sont imbriquées, attaques à main armée, recherche du père, course au trésor, il y a dans chaque tome de quoi contenter le lecteur. Vraiment une bonne série à découvrir. Aventure, action, mystère, romance, tout y est. Chose étonnante, à signaler, également, aucun personnages n’est épargné, chacun peut mourir à tout instant, on ne peut pas savoir qui sera le prochain, cela apporte plus de tension et plus de suspense. (18/20)

22/03/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Les couvertures me faisaient penser au film "Autant en emporte le vent": c'est ce qui m'avait attiré au premier abord. Cependant, après un premier épisode prometteur, force est de constater qu'il n'y a rien de fracassant dans cette histoire. Une furieuse chauvauchée d'hommes et de femmes prêts à tout pour défendre leur idéaux dans une Amérique dévastée par la guerre de Secession... Une BD qui souffre véritablement d'un déficit d'envergure et de personnalité. On se perd dans des rebondissements qui ne semblent exister que pour faire atteindre à cette BD son minimum d'exploitation ce qui laisse donc pas mal de temps pour contempler le bâclage général. De la vraie BD "pop corn" avec ses clichés complaisants faisant référence au grand western de Sergio Léone ou encore de John Ford! Tout juste le dessin semble sauver l'ensemble mais cela ne suffit pas réellement pour en faire un chef d'oeuvre. Côté plaisir lecture, cette série assure. C'est déjà ça! Achat pas indispensable.

24/03/2007 (MAJ le 06/02/2009) (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Eh bien, voila une bonne série western ! Deux des quatre auteurs de cette bd avaient déjà réalisé en 1995 un album du même genre, Wayne Redlake, ce sont Fred Duval (scénariste) et Isabelle Rabarot (coloriste). Cette fois-ci, ce duo s’est lancé avec Fabrice Jarzaquet (dessin) et François Capuron (scénario) dans un récit complet de quatre tomes se passant pendant la guerre de sécession : « Gibier de potence ». L’histoire se déroule en 1865, la guerre de sécession est en train de basculer au profit des nordistes. Dans ce contexte, une famille sudiste va tout entreprendre pour libérer le général Granger des griffes des nordistes et surtout du capitaine Lopeman. Ce dernier semble s’acharner à mort sur le général pour un motif que je vous laisse découvrir !… J’ai beaucoup aimé ce scénario du duo Fred Duval et François Capuron, il m’est apparu bien construit. L’intrigue est intéressante et le lecteur voyage beaucoup dans cette bd à travers les champs de bataille entre les nordistes/sudistes et les espaces du grand canyon. Les scènes d’action foisonnent dans ce récit. Ainsi, je ne compte plus les chevauchées, les braquages, règlements de comptes, escarmouches et j’en passe qui rythment cette histoire tout au long des quatre tomes. Cependant, « Gibier de potence » souffre de deux gros défauts qui m’empêchent de classer cette série au rang des immanquables. Premièrement, la bd est exempte de séquences humoristiques. Il est vrai que ce scénario n’est pas taillé pour que le lecteur se mette à se marrer devant les péripéties de cette famille sudiste mais j’aurais aimé de temps en temps rigoler un peu à l’image de ce que Sergio Leone savait faire dans ses films. Deuxièmement, les personnages ne deviennent vraiment captivants qu’à partir du troisième tome, c’est un peu long pour séduire les lecteurs qui s’attachent beaucoup aux protagonistes lorsqu’ils lisent une bd. A propos de héros, le capitaine Lopeman qui est pourtant du côté des « méchants » m’est apparu comme le personnage le plus intéressant de la série. Graphiquement, Fabrice Jarzaquet a –à mon avis- fait un travail correct : son trait est assez dynamique, ses décors sont assez fouillés, ses cadrages sont classiques mais ça a au moins le mérite de ne pas désorienter le lecteur. Cependant, en comparaison, je préfère le dessin de Fabrice Lamy dans Trio Grande et Wayne Redlake où les personnages ont des gueules fortes et où la mise en page est plus dynamique. Finalement, à mon avis, il n’aurait pas fallu grand’chose à cette bd pour qu’elle soit incontournable parmi les séries westerns. Il lui manque de l’humour, des personnages plus charismatiques et une mise en page un peu plus dynamique. Malgré tout, j'ai passé un bon moment de lecture car le scénario m’est apparu bien construit et le dessin de Fabrice Jarzaquet est assez plaisant à contempler. Note finale : 3,5/5

08/09/2008 (modifier)
Par kalish
Note: 4/5

C’est assez étonnant que les notes soient aussi sévères. Certes ce n’est pas une histoire que l’on va relire tous les 4 matins, elle manque trop d’originalité pour ça, mais n’est-ce pas le lot de tous les westerns en BD ? Celle-là a au moins l’avantage d’être très divertissante, ça défouraille à tout va et on se court après à travers plusieurs états. Je ne sais pas quelle a été la part du travail fourni par Duval mais on sent bien son côté pop-corn BD à la Travis ou Carmen Mc Callum, genre qu’il est pour moi l’un des seuls à utiliser d’une manière convaincante puisqu’il marrie souvent ses scènes d’action à des scénarios fouillés et intelligents. Les personnages sont développés progressivement, parfois mis en valeur par un flash-back qui surviendra un peu plus tard, il n’y a pas vraiment de héros… D’ailleurs l’un des personnages les plus intéressants est un cowboy sans pitié (syndrome Vlad Nirky ?). J’ai eu un peu de mal à m’habituer aux visages des personnages masculins mais ça a fini par couler tout seul ; un graphisme dynamique qui s’adapte bien aux duels et courses à cheval. Je suis juste un peu déçu que les protagonistes n’aient pas eu des gueule plus charismatiques ou plus repoussantes comme dans L'Etoile du Désert. Et je pense que j’aurais aimé en savoir un peu plus sur certains personnages. Une bonne série B qui bizarrement ne fait pas partie du label.

27/06/2008 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Après la lecture des 4 tomes (la série semble finie ou du moins un cycle). La note aurait pu être meilleure si je n'avais pas été quelque peu déçu par la chute dans le 4ème album. Sinon, j'ai passé un bon moment à la lecture de cette série. C'est clairement divertissant et rythmé. Comme dans beaucoup de westerns, on ne compte pas les victimes ;-) Les personnages sont intéressants mais semblent parfois sous-exploités. Les dessins sont agréables, la partie graphique m'a plu. Les couvertures ne m'attiraient pas, elles ne reflètent pas le dessin dans la BD. Quoiqu'il en soit, c'est un moment de détente qu'offre cette série et j'en conseille au moins la lecture.

15/03/2008 (modifier)
Par jld
Note: 3/5

Lecture divertissante pour cette série mais l'intrigue générale est assez simpliste et pas suffisamment exploitée à mon goût. Les personnalités des personnages me semblent insuffisamment creusées pour pouvoir s'y attacher. Néanmoins, les rebondissements se succèdent et le dessin rend la lecture agréable. Série à emprunter en bibliothèque sans hésitation mais de là à l'acheter, je pense que d'autres investissements se justifient davantage.

11/08/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Un western mâtiné de chasse au trésor, avec une bonne part d'action et de nombreux personnages, voilà qui n'est pas très original (rappelez-vous l'un des cycles de Blueberry) mais c'est une lecture divertissante et bien menée. Je trouve le dessin un peu froid mais il est de bonne qualité tant au niveau du trait que des couleurs. Quant à l'histoire, elle est assez prenante, sans jamais m'avoir vraiment captivé ; mais il faut dire que ce type d'aventure et d'action n'est pas trop ma tasse de thé. Les personnages sont assez bien travaillés et la BD dévoile leurs mystères au fil des tomes. Une lecture sympathique qui permet de passer un moment agréable.

18/09/2006 (modifier)