Jonas Fink

Note: 3.63/5
(3.63/5 pour 8 avis)

Angoulême 1995 : Alph-Art du Meilleur album étranger (tome 1). L'enfance et l'adolescence de Jonas Fink, un garçon ordinaire, à Prague dans les années 50.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Angoulême : récapitulatif des séries primées Auteurs Italiens Dictatures et répression Europe centrale et orientale Les années (A SUIVRE) Prague

Famille intellectuelle et aisée de Prague, les Fink sont aux yeux du régime communiste stalinien qui s'instaure après guerre trop privilégiés. Le père est déclaré ennemi du peuple et est condamné à 10 ans de prison. La mère tente tant bien que mal de joindre les deux bouts en attendant son retour pendant que son fils, Jonas, est privé d'école et doit commencer à travailler très jeune, alors que c'était un très bon élève. Nous verrons le petit Jonas grandir, vivre l'age des premiers émois, des premières rebellions, des premières amours, aller de petit boulot en petit boulot au milieu d'un régime absurde, totalitaire et paranoïaque qui lui gâche l'existence. Une histoire pleine de finesse et de tendresse aux personnages humains, attachants et admirablement dépeints ; une peinture admirable de la vie quotidienne dans la tchécoslovaquie communiste des années 50.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1994
Statut histoire Série terminée (Réédition des 2 premiers tomes en un seul) 2 tomes parus
Couverture de la série Jonas Fink
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

05/03/2004 | Altaïr
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Je me souviens vaguement avoir lu "Jonas Fink" en diagonale dans les pages du mensuel A Suivre vers 1994, mais à cette époque, je n'avais pas envie de me plonger dans un récit politique touchant les pays de l'Est, j'ai eu ma dose ensuite avec certaines Bd là-dessus, principalement Partie de chasse de Bilal et Christin. Aujourd'hui, je n'en avais guère plus envie, mais bon comme j'aime bien Giardino et l'occasion de ce dernier album sorti en 2018, je me suis lancé. Giardino est incroyable, il aura mis plus de 20 ans pour terminer cette histoire qui commence à Prague en 1950 et qui suit les affres d'un jeune garçon au destin brisé, en donnant une image tragique du totalitarisme stalinien en ex-Tchécoslovaquie, et la misère que ça engendre. Sûrement bien documenté (moi je lui fais confiance n'étant absolument pas passionné par le sujet), Giardino fait bien sentir l'ambiance délétère qui devait régner dans ce pays à cause d'un régime politique répressif, et qui fout en l'air la vie de Jonas. Ces tourments sont heureusement compensés par des choses positives, par l'amour notamment, car on peut aimer sous les dictatures, le récit prend parfois un ton romanesque. Le dernier album a pour cadre le fameux Printemps de Prague, quand les troupes soviétiques envahissent le pays pour le mettre sous tutelle. Jonas a une nouvelle petite amie, il tient une librairie subversive, la vie se libéralise un peu, et les anciens dirigeants souhaitent le retour du bon vieux communisme d'Etat. Giardino décortique causes, effets et conséquences de la fin du Printemps de Prague, qui mèneront plus tard à la chute du mur de Berlin, mais tout ceci me laisse plus ou moins indifférent, la lecture ne fut pas ennuyeuse mais j'ai lu cette Bd sans passion, c'est souvent démoralisant et je ne trouve aucun plaisir dans ce genre de lecture. Grâce à son dessin précis et élégant, cette Ligne Claire inimitable, Giardino m'a aidé à passer le cap, mais je le préfère dans ses autres oeuvres.

13/08/2019 (modifier)
Par jul
Note: 2/5

Une série que j'avais lue dans à suivre. C'était assez ennuyeux. Très pro, très documenté, très " historique " mais assez terne. Giardino est super doué mais cet univers ne me touche pas et me fout même un peu le cafard (un peu comme les bds de Ferrandez). Ca manque de paysages fantastiques, de violence ou d'extra-terrestre (je plaisante). Mais je reconnais que ce style est totalement adapté au contexte historique de cette histoire donc si vous aimez ce genre-là c'est une valeur sûre. Pour ma part je mets 2 uniquement pour la qualité du dessin.

28/05/2014 (modifier)
Par montane
Note: 4/5

Giardino aborde ici le thème du totalitarisme dans le monde communiste d'après guerre notamment dans un des pays satellites en l'occurrence la Tchécoslovaquie. Un thème déjà abordé de manière plus ou moins similaire dans Le Tour de Valse de Pellejero et Lapierre en BD ou Kafka avec Le Procès dans le domaine littéraire. L'auteur nous montre comment ceux qui n'adhéraient pas au discours officiel du parti communiste étaient savamment mis au ban de la société (perte de l'emploi occupé, arrestation arbitraire, envoi dans des camps, le tout pour des motifs parfaitement fallacieux). Ainsi nous est contée la lente descente aux enfers de la famille Fink, une famille d'intellectuels qui, faute d'adhérer aux idées de la dictature du prolétariat, se voit broyée par la bureaucratie communiste et l'appareil du parti. Le père arrêté arbitrairement est envoyé en prison, le fils Jonas doit abandonner ses rêves de réaliser de brillantes études pour trouver un travail et faire vivre le foyer familial. L'histoire est délicatement racontée par Giardino dans un style très classique grâce à un dessin superbe, sobre, servi par de superbes couleurs. Une BD à conseiller pour les amateurs d'histoire contemporaine. On attend la suite avec impatience.

04/07/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

En lisant les autres avis, je m'attendais à lire une bonne série. Quelle déception ! L'intrigue n'est pas vraiment inintéressante, mais Jonas Fink, oui. J'ai suivi sa vie de tous les jours avec aucune passion. Je me foutais complètement de lui. Il aurait pu mourir et cela ne m'aurait rien fait. En revanche, j'ai bien aimé tout ce qui avait un rapport avec le totalitarisme de l'URSS. Je trouve que l'auteur a bien recréé l'atmosphère qui devait y avoir à l'époque. En tout cas, c'est dommage qu'il n'y ait pas de tome 3. L'action s'arrête juste au moment ou je commençais à trouver Jonas Fink un peu captivant... C'est frustrant.

29/06/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Pour le moment, je n'avais guère apprécié les oeuvres de Giardino. Celle-ci m'a agréablement surpris à plus d'un titre. Nous sommes à la fin des années 50 dans la Tchécoslovaquie où règne un véritable climat de terreur stalinienne. Le simple fait de posséder un roman de Kafka vous entraîne immédiatement dans les goulags pour une peine d'une vingtaine d'années; cependant généralement on ne s'en sort pas vivant! J'ai retrouvé l'ambiance d'un film allemand que j'avais particulièrement apprécié à savoir La vie des autres. Le père de Jonas est arrêté brutalement par la police politique. Jonas, du haut de ses 13 ans, va vivre avec sa mère une véritable précarité qui va l'amener à quitter l'Ecole où il est pourtant un brillant élève. On éprouve un véritable sentiment d'injustice face à cette descente aux enfers d'une famille normale et sans histoire écrasée sous le joug de l'impitoyable machine communiste. On va suivre son parcours dans l'enfance (tome 1) puis l'apprentissage (tome 2). L'action s'arrête à un grand moment de paroxysme. On attend la suite depuis plus de 10 ans ce qui peut paraître regrettable pour le lecteur qui reste scotché sur une telle fin. Je conseillerais l'achat bien entendu quand l'auteur terminera son oeuvre. Que dire sinon que c'est un chef d'oeuvre savamment orchestré.

21/12/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Sincèrement, j'ai mis du temps avant de lire cette BD car généralement, ce n'est guère le genre de sujet qui me passionne. Mais je constate après lecture que c'est véritablement une BD de grande qualité et, sur une thèmatique assez proche, j'ai pris autant de plaisir et d'interêt à la lire qu'à lire le premier tome d'Amours fragiles. Le dessin n'a rien d'impressionnant mais il est de très bon niveau. Et quand on voit l'excellence des couleurs et de certaines scènes de Prague dans la brume, on se dit que l'encrage est presque superflu. Le premier tome, un peu court, sert essentiellement d'introduction à mes yeux, nous plongeant dans l'injustice flagrante de la Tchécoslovaquie communiste des années 50. On y suit la difficile jeunesse de Jonas et de sa mère rejetés par leur entourage car leur père a été, sans raison apparente, emprisonné pour activités contre-révolutionnaires simplement car il est d'origine bourgeoise. Le deuxième tome, plus long, m'a davantage touché. Jonas a grandi, aligne les différents emplois qu'on veut bien lui donner, et surtout il se fait des amis et rencontre l'amour. On s'attache à lui et à ses proches. Et au passage, on découvre véritablement ce qu'était la vie de tous les jours derrière le Rideau de Fer. Témoignage historique, récit d'amour et d'amitié, BD très bien réalisée tant au niveau du scénario que du dessin. La série est encore à suivre mais les deux premiers tomes peuvent se suffire à eux-mêmes.

30/07/2006 (modifier)

Oh oui, très bien cette série ! Le climat oppressant du communisme à ses pires heures est bien rendu dans son aspect quotidien, avec ses côtés d'autant plus terribles qu'absurdes. Evidemment, ce sentiment d'oppression, de détresse, joue beaucoup et fait qu'on se sent facilement proche de la famille Fink. Mais il y a apparemment en plus une bonne documentation derrière tout cela. En tout cas, l'ensemble paraît vraiment crédible. Le dessin ne me plaît vraiment pas plus que ça. Je le trouve assez daté (l'époque de (A Suivre)...). Cependant il faut bien avouer qu'il est de bonne qualité, et j'ai même été impressionné par cette case où les membres du parti applaudissent un discours, le visage à la fois complètement fermé, dépassionné, vide de toute émotion, paraissant presque hypnotisés... Faire passer tout cela en une case, chapeau. Par contre, si la série doit ne pas se poursuivre ce sera vraiment dommage, car la fin du tome 2 (qui est presque deux fois plus épais que le 1er, tout de même) interrompt assez brutalement l'histoire, ce qui est plutôt frustrant... d'où conseil d'achat = non. :(

09/03/2004 (modifier)
Par Altaïr
Note: 5/5

Cette BD est un petit bijou, le chef d'oeuvre de Giardino. L'histoire est parfaitement crédible, extrêment bien documentée, et les personnages sont tellement naturels qu'on a l'impression de vivre à leurs côtés tout le long de l'histoire. Quant au dessin, c'est du Giardino typique, donc un style classique mais gracieux, élégant, naturel. Le premier tome reçut en son temps le prix du meilleur album étranger à Angoulême. Et le deuxième est à mon sens encore meilleur... Le seul problème est le rythme de parution. Très lent ! Le premier est paru en 94, le deuxième en 1997... et le troisième et dernier, Dieu seul sait quand il paraîtra !

05/03/2004 (modifier)