Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Saga anglaise

Note: 2.2/5
(2.2/5 pour 5 avis)

Double histoire d'amour sur fond d'intrigue policière. Romanesque à souhait...


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Iles Britanniques

Campagne anglaise dans les environs de Bath, entre les deux guerres. Quatre personnages âgés d'une vingtaine d'années vont se croiser au cours des quatre albums que comporte cette série. D'un côté Sebastian et Mary, de l'autre Julia et John. Le drame éclate le jour où le père de Julia -le riche Ruppert Bentham- est retrouvé assassiné. Les origines modestes de John et le conflit qui l'opposait au père de sa bien-aimée le désignent immédiatement comme coupable. Bien sûr, les choses ne sont pas aussi simples, et les situations se dénouent au fil de l'image.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 1998
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Saga anglaise
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

30/01/2004 | ArzaK
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je vais être assez lapidaire dans mon avis sur cette série, que j’ai finie difficilement, laborieusement, en survolant même certains passages. D’emblée je n’ai pas réussi à entrer dans l’intrigue. La faute d’abord au dessin – qui n’est pas sans charmes, certes, mais dont je ne suis pas friand. C’est très anguleux, froid, avec des corps, des décors surtout, très allongés, et une colorisation elle aussi qui ne m’a pas plu. Contrairement au dessin d’Andréas (qui de prime abord possède quelques accointances avec celui de Gorski), je n’ai pas trouvé ici ce quelque chose qui me fait passer outre certaine préventions. De plus, ce dessin « stylisé » ne masque pas toujours des erreurs de proportions qui ne doivent pas tout à un choix esthétique. Ajoutons à cela des textes parfois trop importants, remplissant des bulles et ne fluidifiant pas ma lecture… Si je n’ai pas su faire l’effort nécessaire pour apprivoiser le dessin, c’est que l’histoire elle-même ne m’a pas convaincu, ne m’a pas intéressé, avec une intrigue manquant d’originalité, autour des conventions sociales à dépasser ou pas. Je n’y reviendrai pas.

13/01/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

L'idée de base de cette série aurait pu donner un résultat intéressant puisqu'il s'agit d'y représenter la société rurale anglaise dans les années 20. Le thème insiste plus précisément sur les différences entre les classes sociales, montrant bien comment la société est compartimentée en fonction des richesses et de la famille. L'intrigue est assez cynique, montrant à quel point même ceux qui sont décidés à passer outre le mur des classes vont finir par s'y casser les dents et, dans le meilleur des cas, à rejoindre les rangs. Malheureusement, cette bande dessinée est plombée par deux défauts. Le premier, le moins répréhensible, est une narration assez moyenne. Le scénario est assez prévisible et guère mis en valeur par une manière de raconter plate et parfois décousue. Le second, le vrai souci à mes yeux, est le dessin. Malgré de nombreux artifices destinés à les masquer, les défauts de maîtrise technique sautent aux yeux. Les décors vides, plats ou stylisées, ne rendent aucunement l'atmosphère de l'Angleterre d'époque, celle-ci prenant parfois des allures de vrai désert aux couleurs bigarrées et les bâtiments, tracés à la règle et sans perspective, ressemblant à des décors de théâtre mal peints. Mais le pire vient de l'anatomie des personnages. Outre des têtes énormes et laides, les corps sont hideusement déformés. Les erreurs anatomiques sur les bras sont tels qu'on le croirait peut-être fait exprès, ces bras étant le plus souvent aussi courts que des membres de nains et placés n'importe comment le long du corps. C'en est parfois hilarant tant c'est moche. En tout cas, ça m'a clairement gâché mon plaisir de lecture.

23/05/2009 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Dieu, que cette saga est froide ! Le trait est d’une élégance glacée, les personnages se parlent sans même ouvrir la bouche et les couleurs sont tout simplement déprimantes. Ce graphisme est bien trop stylisé à mon goût. Le scénario n’est pas inintéressant pour la cause, mais inutilement étoffé. Pourquoi avoir mêlé deux histoires alors que l’une d’entre elles est tout simplement dépourvue de toute intrigue ? Ca occupe, d’accord, mais à quoi bon ? Le nombre élevé de personnages m’a également posé problème. Mais c’est un phénomène récurrent chez moi, et cela ne déstabilisera peut-être personne d’autre, car les différents acteurs sont assez bien typés et par conséquent facilement reconnaissables. Les deux histoires sont très conventionnelles (le jeune homme qui doit reprendre l’entreprise familiale mais qui aspire à autre chose d’une part, et l’amour impossible entre une riche bourgeoise et un avocat pauvre et ambitieux, de l’autre) et leur déroulement est prévisible. L’histoire manque de rythme, tout est figé, ou simplement lent dans ses passages les plus dynamiques. Pourtant, et malgré toutes ces critiques, je dois avouer qu’un étrange charme se dégage, et je veux bien croire que certains lecteurs apprécieront l’ambiance que Philippe Richelle et Eric Gorski ont ici réussi à créer. Mais pas moi.

06/04/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Les dessins qui composent cette saga anglaise sont d'une remarquable fadeur qui tranche singulièrement avec des dialogues plutôt percutants et de bonne qualité. Mais alors que le premier tome présageait une intrigue intéressante mêlant deux jeunes couples que leurs conditions sociales respectives séparent, le second tome s'avère très décevant. Il y a tout d'abord un procès qui ne recule en rien devant tous les clichés du genre. Mais surtout, on observe une rupture indéniable de l'équilibre du récit car un des couples est plus mis en avant que l'autre. Même la conclusion de cette soit-disant saga est plus que pathétique. C'est réellement dommage car malgré un dessin désincarné, j'étais prêt à passer l'éponge. Mais le scénario a véritablement montré ses lacunes. Richelle a depuis composé une autre série bien plus intéressante : Les coulisses du pouvoir qui se déroule encore une fois en Angleterre. La saga continue mais d'une autre manière...

10/03/2008 (MAJ le 10/03/2008) (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

Cette saga plutôt courte, puisqu'elle s'achève au second tome, sent bon le romanesque...Il m'a bien fallu vingt planches pour entrer dans l'intrigue, me faire à un dessin figé d'accès difficile et aux effets pas toujours bien maîtrisés dans sa première partie. Mais à la fin du premier tome, j’étais conquis par l’intrigue, l'exposition avait été fastidieuse mais nécessaire et c'est avec une certaine vigueur que j'ai enchaîné avec le second et dernier tome, avide de savoir comment l'intrigue allait se dénouer. Je dois préciser que le second tome est graphiquement plus réussi que le premier. La mise en page et la mise en scène témoignent d'une belle maîtrise et d'un grand sens de la théâtralité. Dommage que l'entièreté des deux tomes ne soit pas de cette facture. Les couleurs ajoutent à l’ambiance. Malgré certains poncifs propres au genre, l'intrigue est très prenante. Les personnages sont parfaitement crédibles, attachants et leur destin ne laisse pas indifférent. A découvrir.

30/01/2004 (modifier)