Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Front

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 6 avis)

Nicolas Juncker nous plonge au coeur des tranchées, et nous offre une vision troublante de la Grande Guerre au travers de courtes scènes muettes en noir et blanc.


1914 - 1918 : La Première Guerre Mondiale BD muette Première Guerre mondiale Tout petits albums Treize Etrange

Nicolas Juncker nous plonge au coeur des tranchées, et nous offre une vision troublante de la Grande Guerre au travers de courtes scènes muettes en noir et blanc.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2003
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Front
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

27/10/2003 | ThePatrick
Modifier


Par karibou
Note: 3/5

Un Tardi format poche. Mais avec des contrastes encore plus forts et sans aucun commentaire. On ne sait pas trop s'il s'agit d'un récit ou d'une mise en situation, c'est en tout cas très réussi. Mais je mets une note un peu sévère et déconseille l'achat car la lecture est trop rapide et le prix élevé pour un livre si petit format, pas très pratique à feuilleter.

02/02/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai acheté il n’y a pas très longtemps ce petit album de Nicolas Juncker, un auteur dont je n’avais encore rien lu. Découverte donc, et heureuse expérience ! En effet, si cet album se lit relativement vite car muet (seuls quelques titres de « chapitres » forment un rare texte), il appelle rapidement des relectures, essentiellement pour apprécier le dessin. Ce dessin est en effet très bon, dans un noir et blanc rigoureux et efficace. On a là une dénonciation des horreurs de la « Grande guerre », mais en fait de la guerre en général, de son absurdité, de son horreur. Aucun point de vue n’est privilégié, les soldats français, anglais ou allemands sont traités de la même manière (qu’ils soient au front ou à l’arrière). A l’heure où – commémorations du centenaire de la Première guerre mondiale oblige, de nombreux albums sur le sujet vont sortir ou ressortir, n’hésitez pas à acheter et lire ce petit album, qui mérite vraiment le détour. Quant à moi, je vais m’empresser de lire ce qui semble être la plus grande réussite de Juncker, c’est-à-dire Malet.

16/12/2014 (modifier)
Par Superjé
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Je relis cet album, et je le trouve finalement très réussi... Le dessin est sublime... Nicolas Juncker a un trait souple, net et précis. Le noir et blanc permet un effet bien contrasté que j'apprécie beaucoup. Les personnages sont bien dessinés dans un style original. J'aimerais dire que le dessin est exempt de défaut... Cependant, les planches, bien qu'étant très esthétiques, sont souvent difficilement lisibles. Je ne sais pas si c'est le fait qu'il n'y a pas de texte, où que c'est du à certains effets de narration (les "zooms" ou autres), mais souvent, on perd un peu le fil de l'histoire, et on doit revenir quelques cases en arrière (ça m'a fait le même effet, récemment, pour une BD proche -du moins au niveau de la forme- qu'y est "3 secondes") Le récit est une succession de petites saynètes, emplies d'images très fortes. Bien que l'ensemble soit moins touchant que le travail d'autres auteurs sur le sujet (je pense à Tardi notamment), on ressent pas mal d'émotion à la lecture de l'album. Comme je l'ai dit la narration n'est pas géniale (c'est pour ça qu'on est pas super ému, car ça diminue la lisibilité de l'histoire et notre compréhension) mais il faut dire que Nicolas Junker se rajoute des contraintes avec ses exercices de styles... Malgré le fait que l'histoire soit dure et un peu pénible à suivre, j'apprécie beaucoup cette BD, qui m'a touché, pour son magnifique dessin semi-réaliste, ses images fortes et l'exercice de style qu'il nous propose. Ma note initiale était de 2/5, je la passe vers 3.5/5

03/03/2007 (MAJ le 07/02/2012) (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Cette BD muette sur la première guerre mondiale se lit très vite. Les pages sont nombreuses mais elles ont peu de cases. Cette BD est forte car le sujet s'y prête. Mais je ne peux que la comparer aux BD de Tardi beaucoup plus abouties sur ce douloureux passé. "Le front" ne tient pas la comparaison mais il a le mérite d'exister. Le dessin N&B de Juncker est puissant avec ses importants contrastes et une forte utilisation du noir. Il n'y a aucun commentaire, c'est au lecteur de comprendre les dessins et les séquences. Il n'est pas aisé de suivre l'auteur qui s'est certainement attaqué à ce sujet en hommage à quelqu'un. Il en ressort le principal tout de même : l'aberration et l'horreur de ce conflit.

10/08/2009 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

L’absence de paroles laisse pleinement s’exprimer le trait de Juncker, particulièrement bien adapté au N&B. Graphiquement très réussi, cette bd me laisse toutefois sur une petite déception concernant la narration car trop confuse. J’ai eu l’impression d’assister à une succession de séquences relatant des faits vécus au quotidien par les deux parties lors de la grande guerre sans liens entre elles. Et l’absence de dialogues n’aide pas vraiment à trouver un fil conducteur. Reste des images fortes qui marquent l’esprit.

07/11/2005 (modifier)

Premier album de ce jeune auteur, "Le front" est très très prometteur. Au niveau graphique déjà, puisque le dessin (tout en noir et blanc) est assez excellent dans son genre, et bien maîtrisé. Au niveau du découpage ensuite, très cinématographique, avec non seulement quelques références aux films muets du début du siècle, mais surtout une mise en scène faisant la part belle aux zooms, travellings et autres procédés du 7ème art, ce qui n'est pas sans rappeler parfois Tezuka (oui, de loin). Au niveau du "scénario" ensuite, ou plus précisément du sujet. Faire un album sur la 1ère guerre mondiale n'est pas donné à tout le monde, et le réussir encore moins. Le traitement ici se concentre sur la vie dans les tranchées, avec une seule histoire qui se déroule dans "la France de derrière le front" (On pourra par exemple l'opposer à La Grippe Coloniale, dont justement l'histoire est basée sur l'après-guerre, et le retour à la Réunion de soldats). Et je dois dire que l'ensemble paraît bien convaincant (mais bon, je ne suis pas historien). L'auteur a d'ailleurs réalisé son mémoire de maîtrise sur le sujet, et même s'il avoue avoir parfois pris des libertés, on est loin d'être dans la pure fiction. Pour ceux d'entre vous qui le liront, peut-être penserez-vous au très bon film de Stanley Kubrick, "Les sentiers de la gloire", qui a également un petit côté absurde, tout en restant très fort. Et bien sûr, fort, ce livre l'est beaucoup de par son côté muet : tout ce qui n'est pas dit est laissé à l'imagination, qui complète probablement mieux les images que n'importe quel texte. Certains diront que l'album se lit rapidement. C'est vrai (moins de dix minutes), mais il est très bon, et je surveillerai avec intérêt les travaux de Juncker (normalement un album se déroulant à l'époque Napoléonienne devrait suivre).

27/10/2003 (modifier)