Natty

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Natty, princesse d'Orchidisthan, qui fait partie de la caste fleurie, néglige les textes sacrés et la tradition. Si elle avait mieux étudié, elle aurait appris ce qu'elle risquait en refusant de se marier à l'un des deux candidats présentés par sa mère, la reine : la mort. Plutôt que d'accepter ce destin, Natty fuit et atterrit chez les Intouchables, tous atteints de lèpre ronceuse.


Corbeyran Inde

Natty, princesse d'Orchidisthan, qui fait partie de la caste fleurie, néglige les textes sacrés et la tradition. Si elle avait mieux étudié, elle aurait appris ce qu'elle risquait en refusant de se marier à l'un des deux candidats présentés par sa mère, la reine : la mort. Plutôt que d'accepter ce destin, Natty fuit et atterrit chez les Intouchables, tous atteints de lèpre ronceuse. L'un d'eux, Sami, n'est pas aussi repoussant que les autres. Dealer de champignons, le jeune homme négocie avec les clients privilégiés de la caste fleurie. En échange de leur drogue, ceux-ci lui offrent quelques heures au soleil. Car c'est l'absence de lumière qui dégrade les corps des Intouchables et non la maladie. Au moment où les deux amis mettent au point un plan pour l'un, gagner sa place au soleil et l'autre, la regagner, ils sont surpris par les soldats. Un récit et une réflexion pleins d'humour et de tendresse sur les rapports entre la beauté et la laideur, la richesse et la pauvreté, la chance et la malchance, la légèreté et la profondeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Mai 2008
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Natty
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

27/06/2008 | Ro
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Une bande dessinée divertissante bien qu'au final elle soit un peu décevante. L'univers de Natty est intéressant, c'est une version fantasy de l'Inde et cela aurait pu donner quelque chose de formidable. Sauf que le scénario est convenu avec des personnages qu'on a vu plusieurs fois et il y a un trop happy end pourri. Je suis assez d'accord avec Miranda sur les thèmes adultes que Corbeyran introduit, mais qu'au final il ne développe pas trop. C'est comme si le scénariste voulait faire quelque chose de différent, mais il a peur de se planter alors à la place il fait un truc plus conventionnel. Enfin, comme je l'ai déjà écrit la série reste divertissante. La narration est fluide et je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer.

27/04/2012 (modifier)
Par PAco
Note: 2/5
L'avatar du posteur PAco

Moui, bof, pas plus que ça... Je reste déçu par cette BD que je trouvais très prometteuse de part l'originalité de son univers. En effet, ce n'est pas souvent que l'imaginaire Indien (on parle de l'Inde pas de Geronimo, hein...) est abordé et utilisé en BD. Au final, côté histoire, si l'univers est complet et cohérent, la trame scénaristique reste pauvre et archi convenue... On frôle parfois même le manichéisme et la caricature avec certains personnages et certaines scènes. Bref, cette histoire rondement menée en 2 tomes est vraiment très banale, malgré son contexte original. Côté dessin et couleur, c'est frais, chatoyant, ça en met plein les yeux... peut-être un peu trop même ! Car certaines maladresses du trait sont quand même regrettables, et puis j'ai vraiment du mal avec cet entre-deux manga/BD franco-belge : que viennent faire ces yeux énormes sur ces personnages ?! Je trouve que ça ne colle pas au style et décrédibilise le tout... Non pas que je n'aime pas le manga, loin de là, mais là ça ne fonctionne pas. Bref, derrière un bel emballage et quelques très bonnes scènes et idées, mon appréciation générale reste négative... A lire donc par curiosité en l'empruntant dans votre bibliothèque la plus proche...

05/12/2009 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5

J'irai plus loin que Ro en disant que cette série s'adresse soit à de très jeunes ados soit à des enfants, même si un adulte peut aisément la lire et en tirer quelque plaisir. Le dessin très coloré et rond est tout à fait dans un style très gamin. L'histoire est tout aussi enfantine, avec des rebondissements incroyablement prévisibles, on sait comment tout cela finira juste à la fin du premier tome, peut-être même un peu avant. Cela dit l'utilisation de l'Inde et de sa culture est une idée intéressante et infiniment bien traitée. Les deux seuls éléments qu'introduit Corbeyran qui veulent donner un ton plus adulte sans y parvenir sont : - Le suicide, mais qui est juste éludé et jamais mis en pratique. - Les drogues, avec des champignons hallucinogènes, mais c'est encore une fois traité de façon gentillette, comme un enfant serait accro aux bonbons ou au chocolat. Je crois que dans la bd pour enfant ce genre de thèmes et d'autres encore, sont parfois traités de façon nettement plus explicite. C'est une bonne lecture pour les plus jeunes qui regroupe beaucoup de thèmes, comme la tolérance, la différence, la stupidité de la colère, l'injustice, la soumission, etc. Une bonne leçon de vie sous couvert d'humour, de légèreté et d'un peu de drame. Graphiquement je ne ferai qu'une remarque, si le premier tome est très bien colorisé, le second l'est moins. Non pas parce qu'il se déroule dans les bas fonds et sans lumière, juste que la colorisation des scènes éclairées est moins bonne, le charme du premier tome est nettement moins présent, dommage.

02/08/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

L'originalité de cette série est la façon dont elle prend pour décor une adaptation de l'Inde et de sa mythologie. C'est une sorte de conte de fées à l'indienne, avec une jolie princesse, des princes prétendants mi-hommes mi-animaux, une cité-palais merveilleuse qui grimpe jusqu'aux nuages, et des intouchables loin dans les bas-fonds obscurs de cette dernière. C'est original et l'ambiance de fantasy indienne est plutôt bien retranscrite, même si le ton de la BD s'adresse plutôt aux adolescent(e)s qu'aux adultes. Le dessin est tout à fait plaisant. A vrai dire, le trait de Melvil manque encore de maîtrise. Il est sympathique mais fait preuve de défauts disséminés par-ci par-là notamment au niveau des anatomies et de quelques visages changeants voire ratés. Mais le tout est très bien mis en valeur par l'excellente colorisation de Kness. Ses couleurs pastels et chatoyantes associées au décor et à la jolie héroïne ne sont pas sans rappeler ceux de Sky-Doll à mes yeux. En définitive, malgré des petits loupés au niveau du trait et des détails, c'est une jolie BD qui rayonne par sa couleur. L'héroïne, la princesse Natty, est assez attachante. Son animal de compagnie, sa vache domestique, m'a aussi bien plu et m'a amusé. L'intrigue, pour sa part, est assez basique. Il s'agit d'une histoire cliché d'une princesse qui refuse un mariage forcé, s'enfuit de son palais et découvre, après quelques frayeurs, l'amour dans les bas-fonds de sa propre ville. La série a l'avantage de tenir en deux tomes seulement, mais il faut avouer qu'à moins d'une grande surprise du scénariste, on a vite deviné la suite des évènements une fois le premier terminé. A noter d'ailleurs que les albums sont dotés d'un nombre de pages particulièrement élevé : pas moins de 80 pages par tome, surprenant pour ce type de récit un peu jeunesse si souvent contraint au 48cc. Non, ce qui m'a surtout plu, je le répète, c'est ce décor de mythologie indienne adaptée à un récit entre le conte de fées et la fantasy, avec une touche d'humour. C'est assez réussi et original. Cela associé au dessin et aux couleurs a su me séduire et je lirai la suite avec plaisir.

27/06/2008 (modifier)