Le Serpent et le Coyote

Note: 4.11/5
(4.11/5 pour 9 avis)

Un ancien gangster est poursuivi par des tueurs qui doivent l'empêcher de témoigner contre les chefs des familles de la mafia newyorkaise


Futurs immanquables Gangsters Le Lombard Les prix lecteurs BDTheque 2022 One-shots, le best-of [USA] - Les déserts Nord-Américains

Etats-Unis, 1970. Joe (en fait Giuseppe Barella) parcourt le désert américain entre l'Arizona, l'Utah et le Colorado afin d'échapper à des tueurs au service de la mafia. Ancien gangster, il doit être un témoin capital dans un procès contre les chefs de la mafia newyorkaise. Au cours de son périple, il fait des rencontres fortuites, d'abord un drôle de chien qui est en fait un petit coyote, puis des petites frappes locales qui veulent le dépouiller, des flics, une jolie fille, un marshall, des tueurs...

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Septembre 2022
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Le Serpent et le Coyote © Le Lombard 2022
Les notes
Note: 4.11/5
(4.11/5 pour 9 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

28/09/2022 | Agecanonix
Modifier


Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Excellent album, de toute manière lorsque je lis le nom de Philippe Xavier sur une couverture je ne réfléchis pas trop pour savoir si j'achète ou non. Depuis longtemps, Croisade, Conquistador, le dessin de ce gars me fait de l'effet. Encore une fois ici il arrive à nous dépayser avec des espaces pourtant mille fois vus au cinéma ou imaginés à la lecture de polar ou autres. Je ne connais pas les États-Unis, mais le bougre donne envie d'aller se perdre sur ces routes de Monument Valley. Finesse du trait, grands espaces, une colorisation adéquate, que demander de plus. En matière de scénario Matz n'en est pas à son coup d'essai, ici c'est du grand classique quoique l'on en apprend pas mal sur ce programme de protection des témoins et puis il y a le camping-car personnage part entière sans oublier le coyote. Une adéquation parfaite entre le dessin et le récit proprement dit, tout cela est parfaitement agencé et nous permet de passer un moment plus qu'agréable. Du très bel ouvrage, je n'ai pas lâché une fois entamée ma lecture, j'en redemande. Pas le polar du siècle, mais chaudement recommandé.

07/02/2023 (modifier)
L'avatar du posteur Tomdelapampa

Du bon classique, sans fausses notes et solidement réalisé, un bon moment à la clé. Matz nous sert un petit thriller dont il a le secret, sans réelle surprise mais toujours séduisant dans ses ingrédients, ici le désert, le camping car … et bien sûr le coyote sur fond de témoignage d’un repenti, du programme de protection des témoins (nous en sommes alors aux prémices de ce sytème) et de mafia. C’est bien construit et équilibré, la « voix off » pour les conversations avec le coyote est une belle trouvaille, et la fin m’a satisfait. Niveau dessin, Philippe Xavier est loin d’être un manchot mais ses précédentes œuvres lues (celles sans Matz en fait) ne m’ont jamais emballé. Ici je trouve qu’il trouve enfin un scénariste à la hauteur de son talent, j’aime la finesse de son trait et la science de sa mise en scène. Les couleurs de Jérôme Maffre sont sobres et passent bien, mais une version en N&B ne m’aurait pas déplu. De la bonne marchandise pour les amateurs.

23/01/2023 (modifier)
Par doumé
Note: 4/5
L'avatar du posteur doumé

Un voyage à travers les déserts nord américains en camping-car, attention le voyage est tout sauf touristique. Notre personnage principal, un truand repenti devient pour survivre à un contrat dont il est la cible un témoin protégé ou une balance pour le milieu des truands. Inspiré de faits réels, le WITSEC est une organisation gouvernementale américaine fondée en 1960 pour stopper la puissance et l'influence des groupes mafieux dans la société Américaine où notre héros bénéficie d'un système de protection de témoins. En brisant l'omerta, ces hommes sont obligés de vivre cacher pour échapper à une mort certaine et le choix de prendre comme héros ce profil d'homme donne de la crédibilité et de l'originalité à cette aventure. Les traversées du désert sont toutes remplies d'actions avec des personnages tous plus dangereux les uns que les autres et ont un point commun , éliminer cette balance. Un scénario très rythmé avec un enchaînement d'événements coté administration comme coté truand mais une histoire très fluide et dynamique, la lecture est un vrai plaisir. Les seuls points décevants sont le héros à qui rien ne peut arriver et une fin trop attendue mais c'est tellement entraînant, bercé par un dessin qui vous plonge dans les déserts Américains et puis évidemment les conversations avec le coyote en font tout simplement une bd à ne pas manquer.

06/01/2023 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Cette histoire m’a donné tout ce que la couverture m’avait promis : de l’aventure, de l’action et des grands espaces américains. Matz n’en est pas à son coup d’essai et a réalisé de nombreux polars (dont le mythique Le Tueur), et ce nouvel album ne déçoit pas. L’histoire (inspirée du programme de sécurité des témoins américain, Witsec) est certes classique au possible, mais bien construite et rondement menée. La narration en « voix off » est un peu lourde par moment, mais bien amenée (le narrateur parle à son coyote adopté) et permet au lecteur d’en apprendre plus sur la situation actuelle mais aussi sur le passé du personnage. Le procédé est efficace, et j’ai avalé les 140 pages d’une traite. Surtout que le dessin est magnifique. Il est fin et détaillé, très lisible, et les paysages américains sont parfaitement représentés… quel dépaysement ! Un polar de qualité, que je recommande vivement aux amateurs du genre.

30/12/2022 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Un gros polar à l’Américaine, très cinématographique, très classique. Jamais je n’ai été surpris et pourtant, j’ai adoré cet album. C’est une lecture confortable, les personnages sont des stéréotypes et on se doute de la fin dès les premières pages. Même le confident du héros (et prétexte aux longs monologues de ce dernier grâce auxquels on découvre son passé –oui, de ce côté-là non plus, il ne faut pas chercher l’innovation-) n’a rien de surprenant. Et pourtant, ça marche foutrement bien ! Le dessin ? Pareil que le scénario : rien de surprenant, rien d’innovant mais un confort de lecture assuré, des décors immersifs usant d’images d’Epinal d’une Amérique fantasmée. Les mecs ont des tronches burinées, des visages sévères au travers desquels on sent leur détermination. Les nanas sont roulées comme des actrices porno, tout en courbes avec un visage lisse, sans ride, sans aspérité. A l’Américaine, vous dis-je ! Finalement, l’élément le plus original, c’est le camping-car… Et c’est peut-être ce qui fait la différence. Ce petit détail qui nous sort d’une redite pure et dure des récits du genre... ou pas. Je ne sais pas, mais ce que je sais, c’est que j’ai beaucoup aimé.

20/12/2022 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Commençons par ce qui m'a véritablement enthousiasmé : le dessin. Dès les premières planches on est happé par ces splendides vues de Monument Valley. Et tout au long des 140 pages de l'album c'est comme ça. Philippe Xavier rend un superbe hommage à la splendeur des paysages de l'ouest américain. C'est une région que j'adore, le panorama est à couper le souffle et la mise en image réalisée par le dessinateur est une vraie réussite. C'est un plaisir de "regarder" cet album. Coté scénario, Matz nous raconte l'histoire d'un mafieux repenti dans les années 70. Plutôt que de vivre dans un pavillon de banlieue avec un agent du FBI devant sa porte, celui-ci déambule en camping car dans les régions désertiques du sud ouest du pays. Dans les moins, on pourrait dire que la thématique du repenti qui doit se cacher et éviter les tueurs de ses anciens complices en attendant de témoigner dans un procès est loin d'être originale. Le rythme est assez lent, le héros raconte son histoire par monologues successifs, et on a bien une histoire assez conventionnelle de mafieux repenti en attente du procès. Mais malgré cela, il y a pas mal d'efforts notables pour essayer de faire sortir cet album du lot. Le travail de documentation sur le contexte historique de l'époque, où ce programme de protection des témoins était encore expérimental, apporte une touche de crédibilité appréciable. La pagination est conséquente et malgré ce rythme pépère, les monologues du héros sont entrecoupés de péripéties interessantes qui dynamisent le récit. La construction de l'album est efficace, l'osmose entre le scénario et le dessin est indéniable. Tout ça fait qu'on passe un vrai bon moment de lecture.

30/10/2022 (modifier)
Par Hervé
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Hervé

Avant tout, je dois préciser que j'ai lu cet album dans la version noir et blanc, sans pour autant avoir été attiré par l'achat de l'édition couleur. Les premières pages muettes, même en n&b, sont somptueuses. Et, je regrette presque de ne pas avoir acheté la série Tango (Xavier/Matz), la, en n&b, signée par les mêmes auteurs, mais je me suis juré, dans la mesure du possible, de ne plus me lancer dans les séries, privilégiant ainsi les one shot. Et en l'occurrence, quel one shot que nous offrent ici Matz et Xavier, dans la collection signé, qui a toujours été pour moi, gage de qualité. Les auteurs nous présentent un polar qui prend du temps à s'installer, mais avec justesse sur près de 140 pages. J'avoue, dans un premier temps, retardé la lecture de cette bd , devant le nombre de pages. Et puis, je me suis lancé, sans m'arrêter jusqu'à la fin pour qu'au final, je dise Waouh! quel album! Le scénario est parfaitement maitrisé par un Matz au mieux de sa forme (je l'avais rencontré il y a quelques années pour Adios Muchachos, et le personnage m'avait bien séduit!) et le dessin de Xavier est parfait pour ce type de thriller. Nous suivons donc dans cette aventure, Joe, qui au fil des pages , n'est pas le personnage auquel on s'attendait. Malgré les flash-back qui ponctuent cet album, la lecture reste toujours fluide. En associant le programme de protection des témoins avec l'histoire personnelle du fameux Joe, Matz , sans oublier Xavier, nous offrent un des meilleurs albums de cette rentrée.

04/10/2022 (modifier)
Par Yann135
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Yann135

Avec la collection « signé » de chez Le Lombard, nous sommes rarement déçus. Et je ne suis pas le plus facile à séduire ! Et pourtant sur ce coup-là, je vous le dis tout de go, ce nouvel album va bien au-delà de mes attentes. C’est sublissime ! Mes yeux se sont écarquillés devant ces planches magnifiques ! Ayant sillonné de long en large l’Arizona, le Nevada ou encore l’Utah, je peux affirmer haut et fort que dès les premières pages vous êtes transportés dans le désert au point de se demander si Philippe Xavier n’y habite pas. Admirable, merveilleux, superbe, les superlatifs me manquent. J’apprécie particulièrement le trait précis de Philippe Xavier. Les détails fourmillent dans toutes les planches. Après une lecture d’une seule traite, j’ai immédiatement remis le couvert pour cette fois-ci scruter et fouiller les cases dans le moindre recoin. Je suis émerveillé. Le travail est colossal. Chapeau bas ! Même si le dessin est brillant, quid du scénario ? Matz est sur le même niveau que Philippe Xavier. C’est de la haute volée. L’histoire ne s’essouffle pas. Il y a du rythme et du suspens. C’est dynamique mes aïeux vous pouvez me croire ! Pas une seconde de répit pour le lecteur. Vous avalerez l’album comme un petit bonbon acidulé. Ca pique mais que c’est bon ! Vous pouvez faire cette virée dans le far west des années 70, les yeux fermés – ou plutôt les yeux ouverts. Dans le commentaire d’ Agecanonix qui a lu l’album en noir et blanc – une hérésie à mon avis cet album – "j'imagine qu'en couleurs, ça doit déchirer sa race" ! je confirme. Tout est dit. Cet album déchire sa race ! pour être plus conventionnel je dirais … Xavier & Matz au sommet de leur art ! Bravo !

28/09/2022 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Je précise que je possède une édition en noir & blanc de cet album qui est une préimpression, avec une couverture souple brochée et des éléments non définitifs, notamment dans la police des caractères, et dont le dessin de couverture n'est pas le même que celui de l'édition en couleurs ; l'album m'a été offert par mon pote de la Fnac, c'est donc un album très différent de cette édition définitive en couleurs. D'emblée, on est scié par cette séquence d'ouverture muette dans les décors de Monument Valley, et on est vite plongé dans une ambiance séduisante. Dès l’introduction, le classicisme réconfortant du dessin et la dextérité de la mise en page procurent une impression de qualité immédiate. Impression qui perdure tout au long de l'album. Il s'agit d'une chasse à l’homme peuplée de gangsters patibulaires, de politicards véreux et de flics ripoux qui s’appuie sur un héros charismatique et solitaire. J'aime ce genre de personnage, j'en ai beaucoup vu dans nombre de polars anciens et modernes, l'environnement très américain permet une immersion totale dans cette histoire. A première vue, cette histoire est très classique, elle a été vue dans plusieurs polars (le coup du gars seul poursuivi par plein de mecs et qui doit sauver sa peau, c'est pas nouveau), mais le scenario est plus touffu qu’il n’y parait, c'est même assez dense, il s'agit d'un gangster repenti qui doit échapper à ses poursuivants qui sont d'anciens associés pour l'empêcher de témoigner contre des mafieux. L'intrigue est documentée puisque ça reprend les débuts de l'opération mise en place par le FBI concernant le programme de protection des témoins, il y a comme une impression instructive en constituant une sorte de document sur la pègre américaine des années 70. Cette intrigue est bien menée et offre un suspense jubilatoire au terme d’une aventure violente et tendue, particulièrement bien écrite. Paradoxalement, il y a d’ailleurs peu de surprise puisque tous les ingrédients traditionnels du road-movie désertique et polardeux sont attendus et font figure de clichés, mais c’est justement ce respect des codes qui fait la force de cette Bd et qui procure un grand plaisir de lecture. Matz maitrise avec brio le rythme et la narration en parvenant à glisser dans cet univers familier des éléments caractéristiques qui évitent les poncifs et font toute la singularité de cette histoire. De même qu'il rend cet anti-héros de Joe sympathique malgré sa condition d'ancien gangster. La tension qui semble latente au début, monte en crescendo, et les personnages secondaires bien typés mettent encore plus en valeur le personnage de Joe. En plus, c'est bourré de clins d'oeil au cinéma : tête d'acteur, situations qui rappellent des films comme les Affranchis, et surtout les titres des chapitres qui portent tous des titres de films anciens et récents, un véritable régal pour un cinéphile comme moi. Quant au dessin, c'est Xavier, un auteur que j'apprécie énormément pour son dessin franco-belge percutant et classique mais avec une touche de modernité ; il convient parfaitement pour magnifier les grands espaces, sa mise en page est très cinématographique, et j'imagine qu'en couleurs, ça doit déchirer sa race. En tout cas, après Tango (Xavier/Matz), la paire d'auteurs produit un copieux one-shot qui bien que très classique dans son fond, se révèle un polar noir mâtiné de western moderne bien ficelé et très maîtrisé.

28/09/2022 (modifier)