Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Tueur

Note: 4.14/5
(4.14/5 pour 88 avis)

Comme son nom l'indique, la série a pour personnage principal un tueur à gages (on dirait que ça devient à la mode, soit dit en passant), qui se contente de faire son boulot efficacement, sans demander son reste, et sans se poser plus de questions qu'il n'en faut. Professionnellement, du moins. Parce que pour ce qui est de se poser des questions sur ses frères humains, le tueur, qui parfois doit s'occuper l'esprit quand il passe des journées entières en planque, n'est pas en reste...


Best of 1990-1999 BoDoï Casterman Tueurs à gages

Tome 1 : Au cours d'une planque qui traînasse la moindre, le tueur se remémore quelques épisodes de son passé professionnel. Mais sa cible finit par se pointer, du coup, il la pointe aussi, et s'enfuit. Toutefois, il se fait remarquer par un policier... Tome 2 : Le tueur s'enfuit se mettre au vert, au Vénézuela. Le flic lui court toujours après, mais le tueur le remarque et s'en débarrasse - merci les alligators !... Tome 3: Le tueur est contacté par un narco-baron colombien, qui lui confie une mission un peu forcée à effectuer sur le territoire des Etats-Unis... avec un pupille à former.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Novembre 1998
Statut histoire Série en cours - cycle(s) terminé(s) (3 cycles terminés, nouveau cycle annoncé pour 2020) 13 tomes parus
Couverture de la série Le Tueur
Les notes (88)
Cliquez pour lire les avis

24/04/2002 | SuperFox
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Rien de forcément révolutionnaire dans les aventures de ce tueur à gages, mais pourtant la lecture se révèle agréable. Il faut dire que le ton adopté (faussement nonchalant, désinvolte), la narration (la plupart du temps les textes en off sont constitués des états d’âmes, des réflexions de notre héros de tueur, ces commentaires étant bien plus nombreux que les dialogues), tout concourt à développer une ambiance étonnamment calme, posée et « limpide », alors même que le sujet prêterait davantage à la noirceur et à un rythme saccadé. Matz réussit ainsi à faire sortir de la banalité l’ordinaire de ses histoires. Le cynisme, les réflexions de ce tueur amoral, désabusé et anonyme (qui serait presque un homme quelconque, n’était son « sale » métier) le font pencher vers certains personnages des polars de Manchette. J’ai aussi songé un temps au ton de « L’Etranger » de Camus ». Il faut dire aussi que le dessin de Jacamon est pour beaucoup dans la fluidité de la lecture, dans un style semi réaliste efficace, dynamique, un trait gras – lui qui se fait parfois plaisir sur certaines planches (les crocodiles dans les premiers albums par exemple, avec un jeu intéressant sur les ombres). La colorisation manque toutefois de nuance. Sans trop de surprises donc, mais c’est du travail très bien fait. Voilà des albums bien fichus pour quelques moments de détente sans prise de tête. J’ai lu pour le moment le premier cycle de 5 tomes (les seuls albums que je possède), et poursuivrai sans doute ma lecture plus loin à l’occasion. Note réelle 3,5/5.

27/10/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Encore une grande série que j'avais pas lue, c'est chose faite. Ce tueur dont on ne connait même pas le nom (une sorte d'exploit en BD) est présenté comme un type normal, comparable à des milliers d'autres bourgeois qui touchent leur chèque en fin de mois, sauf que lui tue des gens, et les auteurs offrent un portrait de tueur solitaire, cynique, froid, méthodique et sans scrupules qui fait froid dans le dos parce que le récit de ses exploits mortuaires devient au fil des pages fascinant, c'est assez vicieux comme pensée car ça rend ce type qui en fait est une ordure totale, comme tous les tueurs, plutôt fascinant, voire même attachant, un vrai paradoxe ! Faut donc pas sombrer dans ce travers et bien considérer qu'un tueur à gages, c'est un fumier qui se cache derrière la lunette d'un fusil et qui envoie la mort, c'est donc un type méprisable. Mis à part cet élément très subversif je trouve, la série possède autant de qualités que de défauts. La vision du monde, de la société et de l'humanité selon ce tueur, est sombre, pessimiste et désabusée, il considère que sa justice vaut bien celle des hommes, ses incessants monologues qui sont le reflet d'une morale à 3 sous par endroits, profèrent inversement quelques vérités qui ne sont pas toujours bonnes à dire, le ton est désenchanté, d'un cynisme amer mais aussi très infantile par moments, ce qu'on appelle de la psychologie de bazar. Mais cette narration basée sur ces pensées donnent en même temps une originalité et finissent par créer une intimité troublante entre ce "héros" et le lecteur, à tel point qu'on doit se réveiller par moments en se disant "mais merde, ce type tue des gens, et je me met à penser comme lui ?"... En vrac, il y a des trucs qui me font toujours tiquer, comme certaines incohérences ou facilités qui peuvent pourrir une série qui se tient , comme par exemple la facilité avec laquelle le tueur arrive à entrer dans certains immeubles pour ajuster son tir, et en ressortir sans anicroche, en somme il quitte tranquillement son lieu de travail. Bon si on passe sur de petits détails comme ça, c'est une Bd qui se lit sans ennui, mais je n'ai vraiment apprécié que les 5 premiers albums qui constituent un cycle complet et qui se focalisent beaucoup plus sur le parcours intérieur du personnage, le récit est méticuleusement construit et montre l'exécution des contrats. La suite est plus tournée vers une géopolitique envahissante, entre les Ricains, les Cubains, les Vénézuéliens et toute une opération de manipulation et d'affaires ou d'accords à passer entre différentes parties, ça m'a moins intéressé et même un peu plus ennuyé, déjà que ça se répète un peu par moments, et que les monologues deviennent de plus en plus denses, brisant un peu la dynamique, bref j'ai trouvé la substance moins riche. Question dessins, c'est pas mal, au début j'étais un peu réticent, et puis j'ai trouvé que la mise en page avec de grandes cases et des pleine-pages donnait un côté aéré et un dynamisme intéressant. Le dessin va en s'améliorant et par endroits, je trouve que ce trait épais à l'aspect fluide et épuré ressemble un peu à celui de Pellejero. Un polar assez intéressant, surtout au début mais qui finit par se répéter et s'empêtrer dans un aspect plus géopolitique redondant, c'est pourquoi je ne met pas l'achat, ça s'emprunte facilement vu que toutes les médiathèques ont la série.

11/06/2017 (modifier)
Par Jérem
Note: 4/5

Ouf ! Après 16 ans et 13 tomes, Le Tueur s'achève enfin ! L'une des grandes forces de cette série, c'est d'avoir réussi à proposer un récit aussi long et prenant sur la figure pourtant tellement éculé du tueur à gages. Matz a créé son personnage de tueur loin des fantasmes et des stéréotypes que l'on peut d'habitude voir au cinéma, en littérature ou en BD. Le Tueur est un homme au physique ordinaire mais à la psychologie aussi intéressante que développée ; cynique, misanthrope et insaisissable, il fascine le lecteur autant qu'il le dégoûte. Un autre grande qualité de la saga est son scénario. Matz délivre une intrigue noire, violente, réaliste et complexe qui s'appuie énormément sur la géopolitique et l'envers des relations internationales. Enfin, les dessins de Jacamon, plutôt honnêtes durant les premiers tomes gagnent progressivement en force et en qualité. Les planches sont plus soignées, plus audacieuses et les décors et les environnement sont de plus en plus travaillés. Bref c'est un très beau travail graphique, d'autant que les lieux et les pays varient énormément. J'ai quand même un bémol à formuler. Après avoir relu toute la série d'une traite, j'ai trouvé que les pensées et les longs monologues du personnage principal finissaient par être un peu redondants et cassaient par moment le dynamisme et la fluidité du récit. Rien de grave cependant. Le Tueur est indubitablement une grande série, indispensable à tous les amateurs du genre.

26/05/2016 (modifier)
Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Voilà une série que j'avais zappée! Je vais aller à contre courant de la majorité des avis qui s'enflamment positivement. En effet je trouve cet enthousiasme un brin superflu car finalement qu'avons nous là? L'histoire d'un type dont le métier est tout de même de tuer les gens. On nous explique que c'est un pro, (ben oui sinon il se ferait choper du premier coup et il n'y aurait plus d'histoire!), sans trop d'états d'âmes, et c'est là tout le sel de cette BD. Faire passer la pilule, autrement dit nous faire passer ce type pour un bon bougre, tout cela par le biais de réflexions philosophiques? sur le sens du bien, du mal, de la vie et j'en passe. Ne me considérant pas comme totalement nigaud, je me dis que l'on veut m'amener sur un terrain où il serait bon que j'éprouve pour ce tueur des sentiments d'empathie! Ouais, bof. Ajoutons à cela quelques ficelles qui ont la taille de cordages d'amarrage et vous aurez compris que je n'ai pas goûté plus que cela ces histoires. Dans le genre le dessin est correct, rien de particulier à dire. Dernier point, je sais prendre de la distance avec ce que je lis, à cet égard je me souviens de ma lecture du livre "Les Bienveillantes" qui faisait très fort dans le genre. Là il y avait ce petit plus qui changeait tout.

10/01/2015 (modifier)
Par gruizzli
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur gruizzli

Ah, quelle belle BD que celle du Tueur ... Un nom bien commun pour une BD qui s'avère à la base "classique", avec un tueur à gages et son boulot. On peut s'attendre à du déjà vu. Et bien non ! Ici on a une bd qui innove dans le genre ! Le scénario, pas piqué des hannetons au passage, explore en effet en détail la psychologie et la mentalité du Tueur, personnage central dont finalement nous ignorons toutes les caractéristiques basiques (nom, âge, passé ...) mais qu'on a l'impression de connaitre intimement au bout de quelques tomes. Ouvrir un tome donne presque la sensation de retrouver une connaissance. Face à ce personnage, les auteurs nous en livrent d'autres à la pelle, et pas des moindres, accompagnés par leurs pays et leurs autres horizons, de leurs autres cultures et mentalités. Bref un joli groupe réuni dans le monde des assassinats. Pour accompagner ceci, nous avons droit à un dessin que je trouve très intéressant, tant par le dessin en lui même que par la disposition des cases, qui réussit à créer un suspense digne d'un film d'action, particulièrement dans les scènes de fusillades. Et enfin, comme dit, nous avons dans cette série tout un côté mental et réflexion, très dérangeant (le genre que personne ne vous racontera en cours) et très bien ancré dans le récit. C'est vraiment ce qui m'a fait adorer cette BD. Attention, même si je ne l'ai pas explicitement dit, le scénario reste très bon, dans la lignée des scénarios de thriller. Aucun reproche de ce côté là. Alors pourquoi seulement 4/5 ? Parce que la série se conclut un peu brutalement sur un tome qui ouvre grand la voie à un nouveau cycle, et que je pense qu'il faut attendre encore un peu pour pouvoir conclure dessus. En attendant, 4/5 parfaitement mérité ! Mise à jour après lecture du dernier tome : Il semblerait que ce tome 13 marque la fin définitive de la série, et je dois bien le confesser, je me suis pris une claque dans la gueule. Le deuxième arc était, à mon humble avis, un cran en dessous du premier, moins nerveux, moins tendu, moins sombre, et sa fin était largement ouverte au troisième arc. Et celui-ci est arrivé. En trois tomes seulement. Plus besoin de présentation des personnages, des lieux, ou des mentalités. Rien que de l'action, et il y en a cette fois-ci ! Les deux premiers tomes placent toute la suite de l'arc 2, mais tout en développant à nouveau ce pan très sombre de l'univers du tueur (qui est aussi le nôtre d'ailleurs) et en dirigeant la trame dans une direction bien dramatique. Mais lorsque la fin arrive, lorsque le dernier tome s'ouvre, on se prend tout dans la gueule. C'est une sorte de claque monumentale qui balaye tout à coup l'ensemble de la série. Tout est soufflé dans une réflexion qui m'a surpris et qui est pourtant en adéquation parfaite avec le reste de la série. Sans parler du fait qu'on retombe totalement sur ses pieds, en harmonie avec la première partie. Si la série était pour moi excellente, elle passe à "Culte" avec ce dernier tome qui rehausse l'ensemble et redonne une saveur que je pensais un peu diluée à la série du "Tueur". La fin est à la hauteur qu'on attendait au début, et j'ai maintenant tendance à voir la série comme une saga excellente qui connait une petite faiblesse au milieu. Le scénariste n'est pas tombé dans le piège d'une série à rallonge qui se casse la gueule et n'hésite pas à la faire retomber exactement là où il le veut. Rien n'est bien changé, si ce n'est le lecteur, et au final une sorte de désespoir transparaît à travers ces pages, comme une fatalité qui serait inhérente à l'être humain. Si vous ne connaissez pas la saga, foncez les yeux fermés. Si vous l'avez lue et que vous avez aussi senti les faiblesses, dégustez le troisième acte qui est une perle extraordinaire. Un morceau de choix que je ne pensais pas et qui m'a laissé sur le cul. La réalité est bien plus cruelle et mordante qu'une BD, mais cette BD sait si bien décrire la réalité, qu'on croirait le vivre aussi. Oui, une série qui a pour moi gagné son galon de "Culte". A lire, à dévorer, à offrir aussi. Et à relire, surtout.

03/04/2012 (MAJ le 10/01/2015) (modifier)
Par yannzeman
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

"Le tueur" est une série qui fait du bien. Entendons-nous : Son métier est détestable, ses idées souvent également. Mais dans ce marasme politiquement correct, où seules les idées gauchistes ont valeur morale, cela fait du bien de lire quelque chose de différent, avec un salaud qui s'assume sans en faire trop, qui balance quelques idées justes tout en se trompant parfois. Le dessin est impeccable, et tourne au sublime au fur et à mesure que le dessinateur maitrise de mieux en mieux la couleur par ordinateur. Plus la série avance et plus elle est jolie à regarder. L'histoire est prenante, mais décline un peu sur la fin, ce qui est normal ; le 13ème et dernier tome est donc un peu décevant, mais c'est tout de même 1000 fois plus intéressant à lire que certaines nouvelles séries prétendues crapoteuses comme Red Skin qui font "pshiiiit" au bout de quelques pages. Vous en aurez pour votre argent, pour l'histoire comme pour le dessin. Une vraie réussite, qui s'achève au bon moment, avant de lasser. Bravo aux auteurs, et merci pour ces bons moments :-))

27/09/2014 (modifier)
Par scaph
Note: 1/5

Que c'est lourd, mon dieu que c'est lourd. Avec une telle masturbation pseudo-intellectuelle et de la philosophie pour adeptes de la pleurnicherie, cette série ne vous emmènera pas plus loin que le premier album. En effet, la série mérite son étoile pour le seul et unique "bon" album, à savoir le premier. Les autres sont tous calqués sur celui-ci et on se bouffe des pages entières de niaiseries sans intérêt. Si le premier tome réussissait à présenter la manière de penser d'un tueur professionnel dénué de sentiments et méthodique dans ses meurtres, la suite ne sera qu'une mauvaise copie de celui-ci en oubliant d'y faire évoluer son personnage et se retrouvera vite piégée dans les codes du thriller qu'elle voulait elle même détourner. Bien vite on s'aperçoit que l'auteur tombe dans les clichés du genre (du style le tueur se retrouve trahi par ses commanditaires, le tueur tombe amoureux, etc...). Malgré un début qui laissait espérer un tueur sadique et froid, les auteurs ne le feront jamais passer la limite et resteront dans ce que l'on a déjà vu des centaines de fois. En résumé : "les riches sont méchants et s'en sortent, les pauvres sont méchants et finissent en prison", le seul "gentil" c'est le tueur qui vit selon son choix. Et c'est là que ce n'est plus crédible. Lorsqu'on le voit aller acheter une arme de poing dans une armurerie française. C'est une blague ? (pour info il faut d'abord s'inscrire dans un club de tir, participer à des compétitions, faire une demande à la préfecture etc etc... bref on n'achète pas une arme comme ça), ensuite il va au stand de tir de la police ? Re-blague ou quoi ? Où avez-vous vu un civil se pointer avec Pinot simple flic au stand de tir ? Une conversation immature et irréaliste où son pote cubain et le tueur parlent tranquillement dans un avion qu'ils tuent des gens et vendent de la drogue (mais bien sûr), où 2 gosses parlent de cinéma. On est surtout lassé de cette morale pour adolescents révolutionnaires faite par les auteurs. Pourtant l'idée de départ était séduisante avec la présentation du début de "carrière" d'un tueur... malheureusement la série s'étouffe d'elle-même. Un mot sur les dessins, trop d'utilisation Photoshop. A part les personnages, on a l'impression que tous les décors viennent directement de programmes informatiques. Si c'est ça être dessinateur de BD c'est pas compliqué.

14/01/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

Enfin une BD sans concession qui ose dire les choses telles qu’elles sont en réalité! J'ai aimé ce ton résolument décalé d'une noirceur inégalé. Les auteurs donnent une version bien pessimiste de la société et de l'âme humaine. C'est presque malsain. On suit le parcours d’un tueur implacable comme s’il s’agissait d’une profession ordinaire dans un genre d'autobiographie pas comme les autres! Cela peut faire froid dans le dos mais cela répond à une certaine logique. Je me suis surpris par exemple à avoir presque de la sympathie pour un homme froid et solitaire, méthodique et consciencieux dans son travail mais dont les états d'âmes sont intéressants à plus d'un titre. J’ai tout de suite accroché par une lecture très prenante qui fait la part belle à l’aspect psychologique du personnage et de son regard sur la société. Il est vrai qu'avec ces longs monologues, on entre plus facilement dans l'intimité, voir dans la tête de ce tueur. C'est une performance scénaristique étonnante avec une ambiance pesante et captivante. Mais attention: il ne faut surtout pas tomber dans le piège de légitimer le rôle des tueurs dans notre société. Gardez bien à l'esprit la notion de bien et de mal. Cet assassin tue des êtres humains pour de l'argent et il ne recule devant rien! Par ailleurs, il ne se remet jamais en cause avec son air détaché et un peu méprisant vis à vis du genre humain. Son cynisme nous désarme assez souvent. Le monde appartient-il réellement aux riches ? Faut-il profiter du système plutôt que d'être un bon citoyen et vivre une vie difficile ? C'est une philosophie qui en vaut d'autres et qui nous amène à nous poser des questions. Du grand art et de la maîtrise dans le dessin surtout au niveau de l’agencement des cases. Le découpage fluide permet une immersion totale dans la vie du personnage. Le graphisme froid et glacial est à l'image du tueur. Bref, une réussite totale! C'est une série grandiose parmi mes préférés qui ne bénéficie que des éloges d’un avis général des bédéphiles. Extraordinaire et époustouflant car les auteurs donnent pour une fois la parole à un anti-héros. Qu'on adhère ou pas, c'est une autre question... Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 5/5 – Note Globale : 4.5/5

14/02/2007 (MAJ le 24/11/2013) (modifier)
Par Adam
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Série qui nous pousse à nous attacher à un personnage aux activités "à priori" immorales. L'interprétation de ses actes nous amène également à remettre en question certains de nos jugements, quant à différents thèmes de la société, au point de nous faire parfois honte. Contrairement aux apparences c'est une oeuvre de fond qui ne pousse pas à se torturer l'esprit en ce qui concerne le scénario, mais plutôt à prendre du recul et envisager un autre regard sur certaines réalités.

20/06/2012 (modifier)
Par Capnono
Note: 4/5

Je suis surpris de lire certains post mais le monde ne vit-il pas dans la diversité. Je ne pense pas que Matz ait la prétention de vouloir jouer les moralisateurs, il nous décrit simplement les états d'âmes d'un personnage marginal. J'aime personnellement cette ambiance sombre et l'aura de cet antihéros. On regrettera peut-être seulement de le voir abandonner le coté chevalier errant solitaire de son personnage. Une lecture certes rapide mais agréable, je recommande d'ailleurs au passage une série assez sympa et se rapprochant de celui-ci, certain s'y retrouveront surement (Jazz Maynard).

19/01/2012 (modifier)