Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Mauvais Sang

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Loïc Clément explore le thème de l'anxiété infantile avec la tendresse dont il fait preuve dans ses contes. Et quoi de mieux que des plumes et des pinceaux pour dépeindre la vie d'un garçon qui se fait un sang d'encre !


Albums jeunesse : 6 à 10 ans Nouveautés BD, comics et manga Vampires

Tristan Ténébrae est un vampire millénaire à l'apparence d'un petit garçon de 8 ans. Angoissé, ce drôle de Nosferatu est perclus de stress et d'inquiétudes trop nombreuses pour être listées et que malheureusement le dévoué Mr Jingle, son majordome Orang Outang, peine à tempérer. Mais sa rencontre avec Aurore, cheffe de tribu d'une curieuse famille d'accueil, va changer la donne.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Janvier 2022
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Mauvais Sang

02/01/2022 | pol
Modifier


Par LuluZifer
Note: 4/5
L'avatar du posteur LuluZifer

La série "Les Contes des cœurs perdus" est émouvante et douce, et possède toujours ce côté très sensible envers les autres, les différences, l'acceptation, la solitude. Des thèmes abordés de manière atypique et intelligente... Que ce soit Chaque jour Dracula ou le si fabuleux Chaussette. Elle est orchestrée avec brio par Loïc Clément et dessinée par divers dessinateurs/trices, selon les albums. "Mauvais sang", le dernier en date, est joliment écrit et dessiné. Toujours avec des brillants jeux de mots dans les dialogues. C’est une lecture douce pour un moment de détente pédagogique. Dans cet album, c'est Lionel Richerand qui s'occupe des dessins + couleurs et c'est totalement merveilleux. Ce dessinateur est très talentueux et je ne le connaissais pas du tout. L’histoire est celle d'un enfant vampire, millénaire, qui s'appelle Tristan. Il se fait beaucoup de mauvais sang ! Pourquoi ? Parce qu'il est solitaire. Il vit depuis trop longtemps sans ses parents. Mais grâce à une charmante rencontre il va retrouver une famille recomposée et qui va devenir la sienne. Cela m’a touchée car mes enfants et moi-même, nous sommes une famille recomposée et ce dialogue décrit très bien ce que nous ressentons : "On est pas une famille décomposée, tu sais... Juste une famille recomposée ! " "Tant qu'on est là les uns pour les autres, le reste est comme un clapotis dans une flaque." C'est donc encore une belle réussite pour ce dernier opus pour la série Les Contes des cœurs perdus.

13/01/2022 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Dans ce nouvel opus de la collection jeunesse Les contes des coeurs perdus, Loïc Clément s'attarde encore une fois sur un sujet lié aux douleurs intimes, avec la tendresse qui caractérise ses récits. Ici notre héros est un jeune vampire d'environ huit ans, enfin en apparence, puisqu'il est en réalité millénaire. Il vit seul dans son manoir, et le sujet de l'album va tourner autour de cette solitude et des angoisses qu'elle engendre pour le jeune Tristan. A travers le prisme de cet enfant tourmenté, il sera donc question de solitude, de famille de sang et de famille de coeur. Tout cela est illustré par une famille recomposée XXL, phénomène très contemporain qui doit donc toucher de plus en plus d'enfants. Le récit aborde les thèmes de la famille donc, mais également de l'anxiété et du stress infantile. Si le sujet peut être sensible ou difficile, son traitement plein de bons sentiments s'adresse clairement à un lectorat plutôt jeune. Quelques touches d'humour, quelques clins d'oeil à la lumière dans les noms des protagonistes, ainsi que de petits jeux de mots autour du terme sang (mauvais sang, sang d'encre), amuseront un lectorat plus large. Le fond du propos reste quand même bien gentillet et attendrissant. La mise en scène est de la même veine, on croisera de gentils monstres rigolos ou un majordome orang-outan. Des éléments qui dédramatisent le sujet et qui devraient permettre au public visé de prendre cette histoire avec légèreté sans forcément se rendre compte de la dureté du sujet de fond. C'est voulu et réussi.

02/01/2022 (modifier)