Sale Week-End (Bad Weekend)

Note: 3.71/5
(3.71/5 pour 7 avis)

Ce nouvel opus de la série Criminal est proposé dans un format particulier, 80 pages traitées par Brubaker & Philipps comme une nouvelle dont l'action se déroule au sein de l'univers de la série.


Auteurs britanniques Criminal Image Comics Profession : bédéiste

1997. Un auteur de BD, Hal Crane, est invité à une ComicCon pour recevoir un prix. Il y retrouve l'un de ses assistants pour le guider sur place. Sa venue n'est cependant qu'une couverture pour régler un conflit vieux de plusieurs années. Ce récit évoque le monde souterrain des auteurs et éditeurs, les scandales internes et les suspicions, une superbe mise en abyme du milieu. Texte : Editeur.

Scénario
Dessin
Couleurs
Traduction
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Mars 2020
Statut histoire One shot (Hors-série de la série Criminal) 1 tome paru

Couverture de la série Sale Week-End © Delcourt 2020
Les notes
Note: 3.71/5
(3.71/5 pour 7 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

12/06/2021 | Alix
Modifier


Par Benjie
Note: 4/5
L'avatar du posteur Benjie

Un album sur l’envers du décor du monde des comics, sur des auteurs en fin de carrière devenus aigris, sur ceux qui auraient pu faire une carrière et qui ne l’ont pas faite. Un monde de regrets, d’amertume et de règlement de compte. J’ai beaucoup aimé ce court album que j’ai trouvé émouvant. Comme les films qui racontent le cinéma vu depuis les coulisses. Sale week end se lit d’une traite Sur le temps d’un week end et d’une ComicCon, toute une vie se déroule. Pas d’événements extraordinaires et même si de temps en temps on s’attend à ce que ça arrive, la tension redescend. C’est très maitrisé, tout en nuances et intelligemment écrit. Les flash-backs et la voix du narrateur sont bien amenés, l’ensemble du scénario est fluide et le dénouement aussi en finesse que le reste de l’album. Un dernier point positif sur le dessin et surtout sur la colorisation qui ose les bleus, les roses et les violets. Une belle réussite.

19/03/2023 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Comme d’habitude avec ce duo, on a là une histoire qui se laisse lire facilement, agréablement. Toutefois, à l’aune de leurs autres collaborations, j’ai trouvé qu’on avait ici un album mineur. Il y manque un peu de coffre, pas mal de noirceur – peut-être aussi de rythme, je ne sais pas, je suis resté un chouia sur ma faim. Mais bon, la relative déception se comprend en comparaison de ce qu’ils ont pu produire ailleurs, en particulier dans cet univers Criminal, car ça reste une petite histoire intéressante. Clairement moins polar que leurs autres histoires. C'est aussi un hommage indirect aux pointures du comics, univers dans lequel se déroule l’intrigue, autour d’un vieux pilier du genre qui, le tend d’un week-end, va confirmer à son ancien collaborateur qu’il est exécrable et difficilement supportable. Le dessin de Phillips est égal à lui-même, efficace et fluide, sombre mais lisible. La colorisation est, elle, un peu plus inégale. A lire à l’occasion.

07/11/2022 (modifier)
Par Cacal69
Note: 4/5
L'avatar du posteur Cacal69

Encore un excellent cru que cet opus dans l'univers Criminal. Mais bien différent dans le rythme et le ton donné. On navigue dans le monde des comics, des maisons d'éditions, des auteurs et de leurs petites mains. Un monde de requins. Hal Crane est un auteur à succès, il va se rendre au ComicFest et recevoir un prix pour l'ensemble de sa carrière. Il va s'y déplacer pour une tout autre raison. Un récit qui se concentre sur Hal Crane, un vieil homme aigri porté sur l'alcool, toujours une cigarette aux lèvres et sur Jacob son ancien assistant qui va être son accompagnateur lors du festival. Une narration toute en nuances qui se concentre sur la relation ambiguë qui lie Hal et Jacob avec en voix off celle de ce dernier. Brubaker a le bon goût de nous énumérer un nombre conséquent d'artistes des années 60/70 lors de cette intrigue, que de souvenirs. J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre le parcours de Hal et découvrir ses secrets, un chiant attachant. Le dessin de Sean Phillips est toujours aussi puissant avec sa mise en page dynamique. Ce qui change visuellement c'est la colorisation de Jacob (tiens tiens) Phillips dans les roses, mauves et bleus qui donnent du cachet au récit. Superbe. Une vraie belle surprise que je recommande.

20/03/2022 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Je célèbre Noel cette année en lisant une BD du duo Brubaker-Philips. Leurs comics sont tellement parfaits pour donner une ambiance de Noel ! Plus sérieusement, j'ai bien aimé ce one-shot que j'ai mieux apprécié que Pulp. Alors que ce dernier m'avait donné l'impression d'être trop rapide et sans surprise, 'Sale Week-End' a un rythme parfait et il y a des surprises dans le scénario (je n'avais pas vu venir la raison pourquoi le vieux Hal Crane fait appel à un de ses anciens assistants qu'il n'a pas vu depuis des années). Il faut dire que j'aime bien ces comics qui montrent l'envers du décor du monde sinistre de l'édition made in usa et la plus grande réussite du récit selon moi est de rendre Hal Crane attachant malgré le fait qu'il agit comme un vieux con sinistre. Le scénario est prenant et je l'ai lu d'une traite, ne sachant jamais ce qu'il allait arriver ensuite. Bref, à lire si on adore les comics de ce duo !

25/12/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Je vais finir par me répéter avec ce duo d'auteurs quant à chacune de mes lectures de leur travail je reste un peu sur le cul. C'est foutrement bien foutu, intelligent dans le propos avec une construction narrative parfaite, des personnages juste torturés comme il faut et des twists finaux qui laissent le lecteur pantois. Ici nous évoluons dans l'univers impitoyable des comics, éditeurs, fans, magouilles et vol de planches ce qui rappellera à certains quelques bonnes et tristes histoires qui circulent sur les salons. Encore une fois donc un scénario millimètre, un dessin et une colorisation adaptée, moi je dis faites tourner, lisez.

23/10/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 3/5
L'avatar du posteur Yann135

La série Criminal est juste magnifique. Qu’Ed Brubaker et Sean Phillips surfent sur le succès de celle-ci en la déclinant avec des spin-off , quoi de plus normal. Mais sur ce coup-là, avec sale week-end, j’avoue ne pas avoir été convaincu. Rien de bien étonnant dans le récit. Banal serait le mot juste. Vraiment pas grand-chose à se mettre sous la dent. Hal crane, un dessinateur malotru avec un gros melon se voit convié à un ComicCon pour recevoir un prix récompensant l’ensemble de sa carrière. En fait il vient sur la manifestation pour retrouver celui qui lui aurait volé il y a quelques années certaines de ses planches originales. Rien n’a voir avec l’album, mais c’est ce qui est arrivé à Hermann. Ca ne bouge pas trop. Pas de rythme. De là à dire que je me suis ennuyé, je ne franchi pas le pas mais nous y sommes quasiment. Bien évidemment graphiquement avec Sean Philipps je suis comblé. Cela attenue mon ressenti. Dessins = 4 étoiles. Scénario = 2 étoiles. 3 étoiles au final pour cet album qui n’a pas répondu à mes attentes.

21/08/2021 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Ed Brubaker et Sean Phillips travaillent merveilleusement bien ensemble (malgré la distance qui les sépare – Ed habite à Los Angeles et Sean en Angleterre), et ont en particulier perfectionné la recette du « polar noir » dans leur série phare Criminal. Ils proposent depuis peu des hors-séries complètement indépendants mais prenant place dans le même univers (à voir aussi : Mes héros ont toujours été des junkies). « Sale week-end » est un polar au background original et intéressant : celui du monde du comics, ses auteurs, ses éditeurs, ses fans… et ses magouilles. L’intrigue est vraiment prenante et parfaitement construite. Les personnages sont bien définis et intéressants, notamment Hal Crane, maillon central des évènements de cet album… la fin est bien amenée et très belle, très humaine. La mise en image de Sean Phillips est excellente, le dessin est lisible et parfaitement adapté à ce genre d’histoire, et les couleurs de Jacob Phillips (le fils de Sean) sont réussies. Je déplore juste la couverture, que je trouve affreuse. Un excellent polar, dans la lignée de la série mère « Criminal ».

12/06/2021 (modifier)