Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Pulp

Note: 4/5
(4/5 pour 6 avis)

Will Eisner Award 2021 : Best Graphic Album—New PULP est un thriller, une réflexion sur une vie de violence et un hommage appuyé aux Pulps, délivrée par la dream team constituée de Ed Brubaker et Sean Phillips.


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Consensus sur une BD Delcourt Nazisme et Shoah New York One-shots, le best-of Will Eisner Awards

Max Winters, un écrivain de Pulps dans les années 1930 à New York, est entraîné dans une histoire qui rappele celles qu'il écrit pour cinq cents le mot - des histoires mettant en scène un hors-la-loi du Far West qui rend justice à coups de revolver. Max sera-t-il aussi efficace que ses héros face à des braqueurs de banque, des espions nazis et des ennemis issus de son passé?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Mai 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Pulp

21/05/2021 | PAco
Modifier


Par doumé
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur doumé

Je découvre le duo Brubaker Philips avec cet album, les premières impressions qui me viennent à la fin de ma lecture sont quelle efficacité et quel plaisir à la lecture. Le secret de la réussite est peut être lié à l’enchaînement des actions à des époques différentes avec une telle maîtrise qu'elle rend l'histoire très dynamique. Un album court sans aucun temps mort, nous suivons Max sur plusieurs périodes de sa vie et le scénario est juste superbe.Tous les flash-backs permettent de mieux comprendre son présent et nous sentons que notre héros est comme aspiré par un destin tragique. Le dessin est très classique pour un comics, ce n'est pas le point fort de cet album. Les couleurs utilisées pour symboliser les années 40 sont réussies et nous envoient à cette époque. Une histoire prenante et pleine d'émotions.

27/09/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Calimeranne

Je découvre le duo d'auteurs Ed Brubaker et Sean Phillips avec cet album ; ce n'est clairement pas le genre de BD que j'aurais achetée a priori, ne trainant que rarement dans les rayons Comics des librairies, et n'étant pas spécialement férue de polars et thrillers. Mais les récentes critiques publiées sur BDthèque - aussi bien celles concernant "Pulp" que Un été cruel - m'ont donné envie de découvrir leur univers. Et je ne regrette pas une seconde d'avoir franchi le pas ! Il n'y a pas grand chose à redire sur cet album : l'histoire est intéressante, bien racontée, et l'ambiance de New York à la veille de la seconde guerre mondiale très bien retranscrite. Le dessin, quant à lui, n'est pas vraiment le genre que j'affectionne, mais il est très maîtrisé et efficace. J'ai juste été un peu frustrée de la longueur de l'album, j'aurais volontiers plongé plus longuement dans cette histoire, et certains aspects auraient gagné à être plus développés. Quoiqu'il en soit, c'est un très bon album qui m'a beaucoup plu, j'en redemande et vais sûrement m'intéresser de plus près au reste de la production de ce duo.

30/08/2021 (modifier)
Par Cacal69
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Cacal69

Je découvre le duo Brubaker/Phillips et je dois avouer que je suis scotché par ce one shot. New York 1939, Max Winter écrit pour un "pulp" une série western, des histoires reprenant une partie de sa jeunesse de hors la lois. Brubaker nous distille un scénario aux petits oignons. Pas de fausses notes. Un thriller qui va crescendo jusqu'à une fin presque inévitable, sur fond de montée du nazisme. Une réflexion sur une vie de violence. J'ai apprécié la façon dont il traite la vieillesse, de choisir sa fin. Deux films de Clint Eastwood me sont revenus en mémoire : Grand Torino et Impitoyable. C'est le dessin de Phillips qui fait que je ne découvre que maintenant ce fameux duo. Il ne me faisait pas de l'œil, malgré de nombreux feuilletages. Mea culpa, j'ai apprécié son trait fin, précis et noir tout le long de ma lecture. Comme quoi, je dois dépasser mes aprioris. A lire et à posséder. Ne passez pas à côté de ce petit chef d'œuvre qui est bien plus qu'un thriller.

23/08/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Si je devais noter l'ensemble de l’œuvre de messieurs Brubaker et Phillips, nul doute que je leur attribuerais la note maximum. Tout au long de leur carrière ils ont su nous concocter des scénarios tirés au cordeau, implacables où les personnages la plupart du temps ne sont pas maitres de leur destin. Tragédies grecques ou shakespeariennes, bref du très grand art. Alors comme le dit Alix si la couverture et les toutes premières pages pouvaient nous laisser croire que le duo d'auteurs laisse de côté son domaine de prédilection, il n'en est en fait rien puisqu’assez rapidement nous replongeons dans un polar pur et dur qui a fait le succès de nos deux auteurs. Une construction impeccable nous balade entre des lieux et des époques différentes, les pulps que Max écrit et ces années 30/40 qui voient aux États-Unis la montée du nazisme. Voilà un récit qui rentre dans ma bibliothèque sans aucun problème.

04/07/2021 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

La couverture et les premières pages font effectivement penser à un changement de style pour le duo Brubaker/Phillips, mais on revient très vite vers quelque chose de plus habituel : un polar bien noir et remarquablement bien écrit, se déroulant à New-York en 1939 sur fond de montée du nazisme. Le protagoniste principal vend des histoires de cowboy inspirées de sa jeunesse à un magazine « pulp », mais son passé le rattrape bientôt, et les évènements s’emballent et nous entrainent vers un dénouement bien amené… L’histoire est prenante et superbement mise en image par Phillips père et fils (au dessin et à la couleur respectivement). Un one-shot de qualité, à ne pas manquer si vous êtes amateur de polars ou de ce duo d’auteurs (ou « trio » devrais-je dire - Jacob semble être un membre permanent de l’équipe).

14/06/2021 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

C'est toujours avec curiosité que j'aime retrouver le duo Ed Brubaker et Sean Phillips pour leurs polars ou thrillers. Cette fois, "Pulp" surprend rapidement. Entre cette couverture "westernienne" et le début de l'histoire, on se dit que nos deux auteurs ont lâché la faune urbaine pour distiller leur savoir faire du côté des grands espaces... Mais c'est pour mieux se jouer de nous et amener une habile mise en abîme. Fin des années 30', Max Winter est scénariste pour le magazine "Six gun" à qui il vend ses histoires de pistoleros. Plus que d'imaginaires récits de Far West, Max couche sur le papier en travestissant les faits les événements de sa jeunesse. Car Max Winter a eu plus d'une vie, et pas toujours de tout repos, loin de là... Aujourd’hui au crépuscule de sa vie, sans le sou, Max va retomber sur un des Pinkerton qui lui courrait après dans sa jeunesse et contre toute attente, ce dernier va lui proposer un dernier deal pour la route... J'ai vraiment trouvé intéressant de construire un thriller sur cette période charnière du XIXe aux Etats Unis, qui en 50 ans (entre 1890 et 1940) va passer du Far West à la seconde Guerre Mondiale. Et c'est tout l'intérêt de ce personnage de Max qui, à cheval sur ces deux siècles, va passer d'un extrême à l'autre, tout en gardant finalement sa personnalité. Droit dans ses 'tiags jusqu'au bout, avec toute l'ambivalence et les nuances qu'une telle vie suppose ! Le dessin de Sean Phillips, égal à son habitude, fait tranquillement le job et le jeu de colorisation très tranché pour accentuer ce côté Pulp des récits que Max écrit est plutôt bien vu. Le jeu de va et viens entre les deux périodes fonctionne parfaitement. Voilà un one shot bien senti et original que je recommande.

21/05/2021 (modifier)