Fruits Basket

Note: 3.56/5
(3.56/5 pour 25 avis)

Shojo et comédie de transformation pleine de rebondissements.


Akata / Delcourt Hakusensha Shojo

Tohru, mignonne et courageuse lycéenne, vivait sous une tente, dans les bois. Recueillie par la famille de Yuki Soma, un de ses camarades de classe, Tohru vit maintenant entourée de garçons dans une grande maison. Mais ce qu'elle ignore, c'est que la famille Soma est victime d'une malédiction cachée. Certains de ses membres se transforment, dans des circonstances particulières, en un des douze animaux du zodiaque chinois ! Avec d'aussi étranges personnages, la nouvelle vie de Tohru va lui réserver de nombreuses surprises.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2002
Statut histoire Série terminée 23 tomes parus
Couverture de la série Fruits Basket
Les notes (25)
Cliquez pour lire les avis

22/03/2003 | Nuryko
Modifier


Par Belhou
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Fruits Basket, une très bonne série complètement loufoque, et c'est ce qui fait son charme! On prend beaucoup de plaisir à suivre les aventures de Tohru et de la famille Soma, possédée par les animaux du zodiaque chinois. ce qui est intéressant, c'est que les personnages grandissent au fur et à mesure de l'histoire. Il y a de l'humour, des surprises, de l'émotion... Un classique que les fans de manga se doivent de connaître! De plus, les tomes 24 et 25 sont des arts books, de quoi retenir les noms des nombreux persos de cette série, car on s'y perd un peu! :)

28/05/2010 (modifier)
Par Altaïr
Note: 2/5

En entamant la lecture de "fruits basket", J'avoue, je m'attendais au pire. J'ai un peu de mal avec cette variété d'idéal féminin au syndrome de "blanche-neige", qui trouve l'accomplissement de son existence dans le cocktail ménage + cuisine + prince charmant. Or, Tohru, l'héroïne de l'histoire, exerçant la fonction de femme de ménage dans une maison habitée par de beaux et ténébreux garçons-qui-cachent-un-lourd-secret, avait tout pour remporter la palme de la cruche niaise. Mais, finalement, bien qu'elle soit parfois un peu nunuche, Tohru est vraiment sympathique. Déjà, elle ne fait le ménage chez les Soma que pour payer son gite, ce qui est une raison des plus honorables, et surtout, elle est l'incarnation de la gentillesse. C'est ce qui m'a plu dans ce manga : c'est un véritable éloge de la gentillesse, non pas de la gentillesse facile et niaiseuse, mais de la vraie, désintéressée. Ça change des héros s'apitoyant sur leur sort qui abondent dans les BDs pour ados. Après, j'ai eu du mal à accrocher à l'histoire en tant que telle. Je crois que j'ai passé l'âge de fantasmer sur de jeunes hommes efféminés, et du coup j'ai du mal à me passionner pour le sort de la famille Sôma. Et puis, il faut avouer que graphiquement c'est très moyen : il n'y a quasiment que des gros plans ou des plans moyen, et on comprend pourquoi tellement l'auteure a du mal à dessiner ses personnages en entier. De plus, le dessin est particulièrement stéréotypé, même pour un manga, ce qui fait qu'on a parfois du mal à distinguer les personnages (en gros tout se joue au niveau de la coupe de cheveux..). Il s'ensuit une narration parfois franchement confuse... Je passe sur les dessins d'animaux particulièrement loupés, ce qui est pour le moins dommage dans une série où les héros se transforment régulièrement en animaux. Finalement, "Fruits basket" est un série sympathique pour préadolescentes (et même préadolescents je pense), mais passé cet âge c'est tout juste gentillet.

01/07/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Fruits Basket s'entame sur un postulat qui rappelle Ranma 1/2 : une famille de personnages qui se transforment en animaux bien précis dans des circonstances particulières, le plus souvent à leurs dépends. Associé à cela, secrets, quiproquos et autres situations incongrues sont bien évidemment de la partie. Qui plus est, là aussi, les membres de cette famille sont maîtres en arts martiaux et en viennent souvent à se battre et chamailler entre eux pour de vieilles querelles pas toujours très sérieuses. Mais Fruits Basket n'est pas un shonen, c'est un shojo. Ranma 1/2 était un manga de bastons et d'humour avec une romance en arrière-plan, Fruits Basket est plutôt un manga romantique avec de l'humour et un peu de baston en arrière-plan. Le dessin est dans une pure veine shojo : les personnages sont fins et androgynes, souvent différenciés uniquement par leurs coiffures. Il est parfois impossible de déterminer sans que ce soit écrit quelque part si tel nouveau venu est un homme ou une femme. Et l'auteur joue d'ailleurs là-dessus pour une petite part de son intrigue. La mise en page ne m'a pas emballé. Il arrive souvent que l'ordre de lecture des bulles de dialogue ne soit pas instinctif du fait de leurs placements parfois étranges. Cela a entravé la fluidité de ma lecture. Comme bien des shojo à ma connaissance, la narration du début de la série est très confuse. J'ai mis un ou deux chapitres à entrer dans l'histoire. Mais une fois l'adaptation faite, j'ai fini par bien apprécier ma lecture. Les personnages sont sympathiques, l'ambiance plaisante. L'auteur alterne les tons dans son récit. J'y apprécie les moments d'humour, les petites intrigues adolescentes et cette curiosité qui pousse le lecteur à en savoir plus sur la famille Soma et sur ses membres maudits. J'y apprécie moins les moments gnangnan où l'héroïne, les yeux larmoyants, nous rabâche que tout le monde est trop gentil avec elle, etc. De même, certains dialogues de psychologie pour midinettes m'ont un peu gavé. Sans parler des petites scènes doucement yaoi disséminées par-ci par-là pour aguicher les jeunes lectrices. D'autres moments sont par contre assez touchants. Les personnages à première vue superficiels au départ révèlent tous des passés nettement plus complexes et certaines de leurs révélations sont assez fortes, avec des thématiques portant sur la mort, la perte d'un parent ou d'un aimé, le souvenir et la perte de la mémoire, la culpabilité, etc... L'ensemble est un peu inégal, avec des passages trop "lycéennes romantiques" à mon goût, mais l'humour, le ton souvent juste et les personnages sympathiques m'ont fait lire la série de manière agréable.

29/05/2009 (modifier)
Par loy
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Malgré un début avec un humour qui rappelle Ranma 1/2, "Fruits basket" parle au fur et à mesure de ses volumes de sujets plutôt graves avec beaucoup de justesse, comme la mort, la solitude, la perversion psychologique, se reconstruire après avoir vécu des traumatismes, les liens mères-enfants, les secrets de familles, la névrose, la peur de l'abandon en plus du passage vers l'âge adulte, la culpabilité ou l'amour ! Les personnages paraissent drôles et simplistes au premier abord mais il n'en est rien. Ils ont une psychologie très approfondie et pas que les principaux mais toute la famille Soma + les amis qui les entourent ! Ils ont tous leurs histoires plus ou moins tragiques, leurs blessures, leurs problèmes ! "Fruits basket" parle de l'humain avec une certaine réflexion qui n'a rien à envier à un Evangelion ! Donc ne vous fiez pas aux premiers volumes car plus on avance plus ça devient tragique et mature même s'il y a toujours de l'humour ! Un des meilleurs shojo qui existent ! Le dessin est un peu simpliste mais original et maîtrisé, surtout les expressions du visage et les ambiances lourdes et pesantes très ancrées pour montrer le côté dramatique d'une scène.

23/06/2008 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

J’avais vraiment envie d’aimer cette œuvre mais je n’y arrive pas. Il n’y a rien à faire, c’est comme cela que je le ressens. La lecture n’est certes pas désagréable mais cela ne m’apporte pas grand chose, à commencer par une héroïne totalement naïve et candide. Je suis ensuite très circonspect sur l’histoire qui vire au fantastique avec la transformation animale des membres masculins de cette famille à la suite d’une malédiction. Les impressions laissées par l’auteur ici et là sont d’une affligeante banalité auto-congratulative. Il est vrai qu’en ce moment, je m’essaye au manga. Ce n’est certes pas mon genre de prédilection mais j’essaye d’être ouvert et réceptif à une autre manière de faire de la bande dessinée. Bref, je ne pense pas que je sois réfractaire au genre. Je me rappelle que j’ai été véritablement conquis par mes premiers mangas qui étaient signés par Jiro Taniguchi. Cependant, je m’aperçois que les auteurs que je lis et notamment Takaya Natsuki sont loin de lui arriver à la cheville, surtout dans l’art et la manière de faire passer des émotions. Je ne vais pas mentir en vous disant que j’ai lu les 23 tomes de cette série renommée. La lecture des premiers tomes m’a finalement donné une idée assez précise de ce que je ressens. Je ne crois pas en une sorte de « rédemption » qui interviendrait à partir de la lecture du 6ème voir du 14ème tome. Je n’arrive tout simplement pas à m’intéresser à ces histoires abracadabrantes de jeune fille. Si encore c’était savoureux…

18/06/2008 (modifier)
Par xenofab00
Note: 2/5

Il y a des questions qui de temps à autre me trottent dans l’esprit comme ça... Pourquoi ? Pourquoi ma tv est-elle tombée en panne ? Pourquoi les planètes du système solaire sont-elles alignées? Pourquoi Bush est-il si méchant ? Et pour quelle diable raison, je n’aime pas les shojos ? Je finis par croire qu’il n’y a que peu de raisons objectives, une sorte de rejet physique en somme. J’ai commencé Fruit Basket sur les conseils de pas mal de fanas de shojos, soi-disant que c’était la bd idéale pour convertir les réfractaires au genre. Apparemment, c’est une idée assez répandue dans le milieu. Mon dieu, ne les écoutez pas ! Fruit Basket réuni toutes les caractéristiques du genre, et insiste même dessus : persos masculins androgynes (que la peau sur les os mais supers forts en bagarre, et dont la ressemblance avec la gente féminine est proportionnel à la beauté apparemment), style graphique très caractéristique voir plus que d’habitude, protagonistes mâles trop dark ténébreux mais en fait gentils tout plein (...quasiment tous les membres de la famille), histoire centrée exclusivement sur les relations de la gentille héroïne avec les mâles précités, et thèmes traités de la plus pure manière shojo qui soit... Ca ne veut pas dire que ce soit un mauvais manga, juste un pur shojo créé spécialement pour ceux qui aiment ce style, et qui abuse des poncifs du genre. C’est dommage, car le concept me paraissait intéressant à première vue, et l’histoire était plutôt bien amenée. Au bout de 5 tomes, voyant que je n’accrochais décidément pas à l’univers et que le schéma scénaristique semblait un peu se répéter, j’ai laissé tomber. Si vous êtes frileux au genre et que vous voulez malgré tout essayer quelque chose, optez plutôt pour "Fushigi Yugi" (qui a le mérite de proposer une sympathoche aventure sous forme de quête sur fond de chine ancienne, ce qui permet de ne pas trop se formaliser du reste) ou Please Save my Earth (pour le coté science-fiction d’une très grande originalité, qui lui donne une vraie identité).

31/03/2008 (MAJ le 31/03/2008) (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai pas beaucoup aimé ce manga. Premièrement, le dessin qui n'est déjà pas exceptionnel deviens franchement moche voir laid dans les derniers mangas comme si l'auteur avait agit par paresse. Deuxièment, je n'accroche pas au scénario que je trouve trop guimauve alors que le sujet est original et aurait put m'accrocher. Et troisièment, la plupart des personnages m'insupporte et particulièrement Tohru Honda ! Je la hais comme c'est pas possible. Une héroïne totalement neuneu et qui braille pour rien. D'ailleurs, comme elle est orpheline et tout ça, j'ai l'impression que l'auteur nous force à la prendre en pitié et à l'aimer. Personnellement, j'ai plus le gout de l'écraser avec un camion.

14/10/2007 (MAJ le 14/03/2008) (modifier)
Par jere___
Note: 4/5

Voilà un manga aux graphismes un peu rebutants au départ. Les yeux sont légèrement disproportionnés dans un pur style shojo, c'est pas trop mon genre... Seulement voilà : après avoir surmonté ce petit obstacle, on trouve une histoire des plus réussie, et surtout des personnages très humains et très attachants. En effet, ce manga se veut relativement réaliste, hormis la toile de fond sur le zodiaque chinois qui part un peu en live(ce n'est en fait qu'un prétexte à mettre en scène des personnages). En fait j'aime surtout la philosophie qui émane de cet ouvrage. Un peu simplette par moment (mais honnêtement des fois je me demande s'il ne faudrait pas simplifier un peu les choses dans la vie courante pour que tout aille mieux). Parce que Fruits Baskets traite du bonheur, (et oui, ça existe !), et que ce sujet est traité de manière très subtile. Le bonheur, c'est bien beau, mais après avoir lu ce manga on se dit que peut être il faudrait qu'on se bouge un peu le cul pour s'en rapprocher autant que possible. Donc en résumé : un manga très affectif qui vous fera retrouver le sourire !

18/10/2004 (MAJ le 28/02/2008) (modifier)
Par fonch001
Note: 3/5

Ce manga est un Shojo. Cela signifie, qu'il s'agit d'un "manga pour fille". L'on s'attend donc à de l'eau de rose à gogo... Mais non, fruits basket n'est pas franchement une histoire d'amour mais bien plus une histoire d'amitié entre une fillette et les membres d'une famille maudite. C'est mignon, les graphismes sont très jolis et très détaillés bien que les nombreux personnages se ressemblent tous beaucoup. Bref du bon manga. En revanche l'histoire est bien "pour filles". En effet l'acceptation de soit et des autres, l'amitié malgré les doutes et les difficultés etc.. sont les principaux axes de réflexion des personnages. Pour ma part j'ai trouvé que cette oeuvre était d'un manichéisme lassant (tous les personnages sont gentils tous plein, même s'ils portent des masques de méchants... A par le méchant qui est méchant (Akito). Enfin 23 tomes pour dire cela, c'est long, très long. Surtout que les personnages évoluent peu et que la fin traine vraiment trop en longueur. Ce nombre élevé de tomes s'explique par le grand nombre de protagonistes. Seulement voilà : ils ont tous plus ou moins la même histoire (c'est la même malédiction et le même malaise familial pour tous). Tout cela est donc assez répétitif. Je n'ai d'ailleurs pas pris beaucoup de plaisir à lire les tomes 18 et suivants (ça commençait vraiment à faire trop, d'autant que la fin n'est pas plus intéressante que cela). A conseiller aux amateurs de bons sentiments.

10/04/2006 (MAJ le 19/01/2008) (modifier)
Par tarani
Note: 4/5

J’ai beaucoup aimé cette série dès le premier tome. Je trouve que les images sont bien faites et que l’histoire est drôle car ils ont tous leur propre personnalité. Mon personnage préféré est Kyo parce qu’il est maladroit dans la manière dont il parle avec les filles et qu’il fait le gros dur mais en fais il ne l’est pas réellement. Je n’ai jamais vu l’anim mais a la télé ça finit au tome 8 alors que la série continue : c’est complètement différent, je crois.

30/11/2007 (MAJ le 30/11/2007) (modifier)