Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Lisa et Mohamed

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Le sous-titre dit beaucoup : Une étudiante, un Harki, un secret... Mais à ce trio il faudrait ajouter le fils...


La BD au féminin Nouveautés BD, comics et manga

Un vieil arabe se laisse aller seul dans son appartement. Son fils, concessionnaire auto sur-occupé, vient le voir de temps en temps mais constate que petit à petit il se referme dans sa coquille. Par ailleurs il connait une étudiante fauchée qui cherche un appart pas cher. Le père accepte de l'héberger gratuitement même s'il sent que c'est une sorte de marché de dupe dont il ne comprend pas vraiment la contre-partie.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2021
Statut histoire One shot (sous titre : Une étudiante, un Harki, un secret...) 1 tome paru
Couverture de la série Lisa et Mohamed

01/05/2021 | Canarde
Modifier


Par Canarde
Note: 4/5
L'avatar du posteur Canarde

Un vrai sujet que le sort des harkis et de la difficulté pour eux de transmettre le sens de leur vie à leurs enfants. Cet album, tout en délicatesse, suit la curiosité d'une étudiante pour le vieil homme qui l'héberge. Ce vieil arabe taiseux se trouve être un harki. Autrefois marié à une française qui l'a dissuadé de raconter sa tragédie, il a conservé cette peur d'être rejeté des deux coté de la Méditerranée. Il est interdit de séjour dans son pays d'origine et seul et enfermé dans son silence comme dans son pays d'adoption. Son fils même ignore son destin. Il est devenu transparent, à la limite de la mort. Je suis impressionnée par la finesse du dessin comme du propos. Le dessin, à base de crayon de couleur aquarellé, scanné puis retravaillé avec un logiciel, est d'une douceur et d'une légèreté reposante. Comme pour accueillir la cruauté des évènements avec le plus de retenue possible, pour ne pas tarir le flots des révélations.Mais cette élégance décrit peut-être mal cette période tragique où la bienséance n'a pas été de rigueur, c'est le moins qu'on puisse dire. Je pense que c'était la seule manière possible pour être accepté justement de ces vieux harkis coincés entre le marteau et l'enclume depuis des années. Et je comprends très bien ce choix. C'est une marche nécessaire. La violence est atténuée pour la rendre supportable, pour nous permettre de suivre l'histoire jusqu'au bout. Pour ceux qui souhaite une prise en compte plus réaliste du problème, Je vous conseille de lire "L'art français de la guerre" de Alexis Jenni (Goncourt 2011) qui décortique de manière plus précise le mécanisme tragique et politique des guerres françaises du XXème siècle, en suivant le parcours d'un militaire.

01/05/2021 (modifier)