Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

L'Appel de Cthulhu (Cthulhu no yobigoe Lovecraft kessarushu)

Note: 3.88/5
(3.88/5 pour 8 avis)

Adaptation du chef d'oeuvre de Lovecraft.


Adaptations de romans en BD Enterbrain Futurs immanquables H. P. Lovecraft Le meilleur du Manga Les meilleurs mangas courts One-shots, le best-of Seinen

Quand Francis Thurston hérite des possessions de son grand-oncle archéologue, il se retrouve lié à la tragique destinée du vieil homme… D’après ses papiers, le défunt scientifique enquêtait sur une religion étrange : le culte de Cthulhu. Une mystérieuse gravure représentant son dieu dépeint un monstre cauchemardesque ! Selon le journal laissé par le professeur, cette tablette est l’œuvre d’un artiste qui l’a créée en pleine nuit, alors qu’il était assailli de visions d’une cité fantastique habitée par une créature gigantesque. Or, ce phénomène a eu lieu le lendemain d’un séisme d’une intensité inégalée, qui a affecté des hommes dans plusieurs contrées… Qu’est-ce qui a bien pu perturber ainsi l’équilibre du monde ? Intrigué par ces écrits, Francis reprend le flambeau et se lance sur la piste du culte, au cœur des ténèbres…

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Septembre 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Appel de Cthulhu © Ki-oon 2020

23/09/2020 | Spooky
Modifier


Par cac
Note: 4/5
L'avatar du posteur cac

C'est la deuxième adaptation de Lovecraft par Gou Tanabe que je lis. Très beau travail avec cette couverture comme du cuir, fort agréable au toucher. Pour tout dire je n'ai jamais lu Lovecraft (oui bouh), restant assez songeur face à l'espèce de culte que certains lui vouent. Ces mangas me permettent d'appréhender son univers. Un jeune homme hérite de vieux et mystérieux papiers de son grand-oncle récemment trépassé puis est assailli de rêves étranges et incroyablement réalistes. Il mène alors l'enquête pour déchiffrer ces artefacts et trouver l'origine de tout cela. J'ai trouvé la narration haletante, assez peu horrifique finalement mais on ne lâche pas avant la fin et côté dessin c'est un régal. On a même droit à quelques doubles planches à couper le souffle par le niveau de détail.

01/10/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Aaah le voilà enfin ! L’appel de Ktulhu ! Le chef d’œuvre de l’écrivain de Providence est presque (si ce n’est tout autant), adorée par les aficionados de la même façon que les apôtres du culte vénère le dieu ancien venu du fin fond de l’espace. Voilà, l’œuvre est un monument de la littérature horrifique, inspirant bien des artistes issus de différents courants. Et ma foi, c’est du Gou Tanabe, donc forcément en ce qui me concerne j’apprécie. Je ne me répéterai pas concernant tout le bien que je pense de son dessin. Je renvoie les lecteurs vers mes autres chroniques. Très bonne adaptation. L’air de rien ces bouquins en simili cuir relié commencent à avoir de la gueule sur les étagères. Manque plus qu’un exemplaire du Necronomicon ^^. « Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn »

30/09/2021 (modifier)
Par Cacal69
Note: 4/5
L'avatar du posteur Cacal69

Je continue ma sainte découverte des mangas et plus particulièrement le monde de Gou Tanabe et ses adaptations de HP Lovecraft. Encore un agréable moment de lecture. Lovecraft s'inspira du Horla de Guy de Maupassant. Tanabe ne reprend que le meilleur du roman, avec ce savoir-faire pour susciter l'angoisse qui va monter crescendo. Une tension palpable avec cette narration non linéaire. Je reprendrai le mot mille-feuille, cité ci-dessous, qui correspond bien au montage scénaristique. On est jamais perdu, bien au contraire, cela contribue à rendre le récit captivant et vivant. Le dessin de Tanabe est précis, fluide et sombre à souhait. Un découpage classique mais que de détails, il suffit de regarder l'architecture de R'lyeh. Sublime. Et ce noir et blanc ne fait qu'accentuer le sentiment d'anxiété. Quel régal pour les yeux. Une réussite, on en redemande.

01/09/2021 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Bon ben voilà c'est la troisième adaptation de Lovecraft de cet auteur que je lis et c'est la troisième fois de suite que je ne trouve pas cela génial et c'est peut-être aussi la moins bonne adaptation parmi celles que j'ai lues. L'histoire originale par Lovecraft est bonne, mais cette adaptation est moyenne. Je n'ai pas été captivé par le récit et aussi je trouve que le dessin ne retranscrit pas l'angoisse et le côté étrange des histoires de Lovecraft, comme l'avait si bien fait le dessinateur argentin Alberto Breccia. Avec un dessin moyen qui ne m'a fait ressentir aucune atmosphère inquiétante, j'ai trouvé que le récit trainait en longueur et que le personnage principal n'avait aucun charisme. Il reste quelques bonnes scènes, mais globalement c'est pas très passionnant à lire. Donc voilà c'est terminé je ne lirai plus de mangas de cet auteur et je range ses œuvres parmi les nombreuses que tout le monde semble trouver géniales sauf une minorité dont je fais partie, et je comprends pas trop la raison de son succès.

24/08/2021 (modifier)
L'avatar du posteur ThePatrick

Après lecture de Dans l'abîme du temps (Tanabe), je me réjouissais de lire L'appel de Cthulhu. Mal m'en a pris. J'ai été pas mal de fois désagréablement gêné par le dessin que j'ai trouvé carrément maladroit. Personnage central très japonais dans son dessin, représentation des personnes de couleur pas crédible, doigt de pied rigoureusement aberrant pages 162-163 (oui, c'est un détail, mais pour le coup j'ai carrément bloqué dessus), et d'une manière générale un sentiment (peut-être injustifié, bien sûr) qu'il est moins abouti ou soigné. Sur l'histoire ensuite, j'ai trouvé que c'était assez bordélique et finalement assez peu mystérieux. Et dans le registre des détails pénibles, la litanie Cthulhu Fhtagn, répétée trop souvent à travers les pages m'a lassé et agacé. Seule la dernière partie tire son épingle du jeu, avec la découverte de la cité de R'lyeh et de Cthulhu, dont la représentation est pour le coup impressionnante. Sans doute face à un tel titre en attendais-je énormément. Du coup, et même s'il se laisse lire et si la fin est prenante, je ne trouve pas le résultat à la hauteur de ces attentes.

27/05/2021 (modifier)
Par Jetjet
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Quel est donc l'intérêt d'adapter un auteur culte comme Lovecraft en manga ? Voici le genre de questions qui risquent de devenir désuètes une fois le bouquin reposé car il s'agit probablement d'une des plus belles retranscriptions du mythe de Cthulhu. Gou Tanabe prend tout son temps pour instaurer une ambiance anxiogène assez palpable dès les premières pages et montant crescendo. Malgré une structure en forme de mille-feuilles, le lecteur n'est jamais perdu par un fil conducteur assez intriguant : une petite statue en argile représentant une créature mi-dragon mi-pieuvre, le grand Cthulhu lui-même. L'enquête se base principalement sur des écrits ou des témoignages et nous fait remonter dans un passé illustré entre sombres forêts et forteresses immergées. Là où Lovecraft préfère la suggestion, Tanabe préfère le spectaculaire. Tel un ressort lentement tendu, tout le piège narratif se desserre d'un coup lorsque Cthulhu entre en scène. Il s'agit probablement de la créature la plus connue de cet univers et on frisonne devant de magnifiques doubles pages richement détaillées. Cela ne pourra peut-être pas plaire à tous les amateurs de l'oeuvre originelle mais on reste ébahi à chacune des apparitions spectaculaires de la créature, véritable attraction et feu d'artifice de toute cette enquête. Ce brillant tour de force est à mes yeux une des plus audacieuses adaptations d'un récit de Lovecraft et me pousse directement à aller lire les autres œuvres de ce mangaka plutôt doué. Rendez-vous est d'ors et déjà pris me concernant pour lire ses autres projets directement en lien avec cet univers.

11/10/2020 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Sans doute la nouvelle que je préfère de Lovecraft avec bien sûr "Le cauchemar d'Insmouth" dont j'attends l'adaptation avec impatience. Mon avis sera peu différent de celui de Spooky. Encore une fois Gou Tanabé nous propose une adaptation de haute volée qui prend son temps pour faire monter la tension. Il arrive à expurger le texte original, sans le dénaturer, de toutes les afféteries un peu vieillottes de Lovecraft, les allusions franchement racistes sur les sémites et autres métis peuplant les ports américains et oui aussi ce langage très typique de l'auteur avec des termes très grandiloquents. À ce propos j'ai tenté il y a peu une relecture des nouvelles, ben ça ne passe plus trop. Je suis encore une fois bluffé par le travail de Tanabé, elles sont rares les BD (ici manga) dont je sais que je les relirais, pour l'histoire mais aussi le travail graphique. Le rayon Lovecraft s'étoffe dans la bibliothèque avec ces belles reliures et c'est très bien.

26/09/2020 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Gou Tanabe poursuit son audacieux travail d'adaptation des ouvrages d'Howard Phillips Lovecraft en manga. Et il n'est pas loin de me réconcilier avec l'auteur, dont les formules et situations répétitives m'avaient passablement agacé à l'époque de leur lecture. Il faut dire qu'il prend le meilleur du reclus de Providence : le fond de son mythe, l'aspect cyclopéen des créatures et des bâtiments des Grands Anciens, mais aussi une ambiance inquiétante. Ce sont les atouts de ce nouvel opus, qui revient aux fondements du mythe cthulhuesque, et nous permet en outre d'apercevoir longuement et avec pas mal de détails l'idole endormie dans les profondeurs. Ce récit se présente comme une poupée gigogne, avec deux histoires enchâssée dans un compte-rendu du Professeur Angell, lui-même encapsulé dans celui de son neveu. Je le disais, Tanabe prend le meilleur chez Lovecraft, et jette ou minimise ce qui est désagréable : exit les relents racistes concernant les adorateurs du culte de Cthulhu, disparus les récitatifs à base "d'insondable", "d'indicible" et d'autres adjectifs aussi forts que vagues, on est dans le visuel et même si la lumière est distordue à R'lyeh, on voit bien la créature démoniaque. Tanabe la dessine assez précisément, mais n'oublie pas de laisser le temps à l'ambiance -inquiétante et délétère- de s'installer, et cela passe aussi par le jeu des regards ou des attitudes des personnages. Du bon, du très bon boulot, avec un éditeur français au diapason. Les volumes de la collection, reliés par des couvertures imitation cuir de diverses couleurs, sont du plus bel effet dans une bibliothèque.

23/09/2020 (modifier)