Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi Cultura ?

Dans l'abîme du temps (The Shadow out of time)

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Adaptation de l'une des oeuvres les plus abouties de Lovecraft.


Adaptations de romans en BD H. P. Lovecraft Self Made Hero

La nouvelle retrace près de 30 ans de la vie de Nathaniel Wingate Peaslee, professeur d'économie politique à l'université Miskatonic. Cet homme, jusque là sain d'esprit 1, connait une période d'amnésie grave entre le 14 mai 1908 (il est alors en plein cours) et le 27 septembre 1913. La nouvelle est construite comme une lettre confession du professeur Peaslee à son fils, également professeur à la Miskatonic en psychologie.

Scénario
Oeuvre originale
Dessin
Couleurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Septembre 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Dans l'abîme du temps © Akileos 2013
Les notes
Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

30/08/2013 | Spooky
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai pas lu l'histoire originale de Lovecraft donc je ne peux pas comparer avec cette adaptation, mais une chose est certaine c'est que je trouve que cette bande dessinée est moyenne. Le scénario contient un mystère intéressant (qu'est-t-il arrivé au professeur durant 5 ans?), mais je n'ai jamais réussi à trouver le scénario passionnant. Pourtant, il y a des bonnes idées, mais malgré tous mes efforts je ne suis jamais parvenu à complétement rentrer dans le scénario. Je pense que c'est à cause du dessin. Il est bon, mais il ne correspond pas à ce que j'attends d'une adaptation de Lovecraft. Je suis peut-être trop influencé par le travail du dessinateur de Breccia sur Lovecraft, mais je trouve que Culbard n'a pas réussi à créer une ambiance qui irait à merveille avec ce récit.

18/05/2015 (modifier)
Par fab11
Note: 3/5

Je n'avais pas lu la nouvelle de H.P Lovecraft parue en 1936 dont est tirée le nouveau one shot signé I.N.J Cublard, je ne peux donc pas comparer les deux ouvrages. Par contre je peux dire que j'avais préféré l'adaptation précédente du même auteur à savoir L'Affaire Charles Dexter Ward. Pourtant ce récit adapté du célèbre Lovecraft traite du temps et des voyages temporels, des thèmes que j'affectionne en règle générale mais qui cette fois m'ont laissé plutôt froid. L'histoire commençait bien car on suit la curieuse expérience de Nathaniel Peaslee , professeur à l'université de Miskatonic , qui après s'être évanoui durant un cours , recouvre ses esprits cinq ans plus tard . Que s'est - il passé durant cette période surtout que son corps n'est pas resté inactif? Quand on lit ceci l'histoire peut paraître très alléchante mais finalement elle ne m'a pas passionné . Je n'irai pas jusqu'à dire qu'elle était inintéressante mais j'avoue que je m'attendais à beaucoup mieux. Pourtant comme dans la plupart des récits du mythique auteur on retrouve des allusions à la révélation cosmique , aux dieux anciens ou encore au Nécronomicon , mais cela n'a pas suffit à rendre ma lecture passionnante . Par contre j'ai trouvé l'allusion à Conan le barbare étonnante , surtout quand on sait qu'elle était également présente dans la nouvelle originale. Le dessin de Cublard, à mon avis, est toujours aussi inadapté à l'univers de Howard Philips Lovecraft. Je suis encore persuadé , comme pour les albums précédents , qu'un dessin plus travaillé et réaliste aurait été plus appréciable. Mais bon à force j'ai fini par m'habituer à celui-ci. Malgré toutes ces critiques je conseille quand même la lecture de ce one shot au fans du célèbre romancier même si à mon avis l'achat est dispensable.

28/09/2013 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Ian Culbard continue à adapter les oeuvres les plus emblématiques de Lovecraft. Dans l'abîme du temps est l'une de ses nouvelles les plus longues, les plus abouties aussi. Elle contient probablement toute l'essence de l'oeuvre du reclus de Providence, le côté abyssal, innommable, indescriptible y est bien présent. Pourtant Culbard choisit de ne pas appuyer sur ces poncifs, préférant s'attacher aux ambiances, que ce soient celles de la ville de la Grande Race ou celle du monde "réel", celui d'origine de Peaslee. Il est impossible de lâcher le bouquin, tant il a su garder les points forts du texte d'origine, et même si le trait de Culbard semble toujours "naïf" par rapport au sujet, n'oublions pas que c'est ce décalage qui crée les émotions les plus fortes. Encore une fois, une réussite.

30/08/2013 (modifier)