Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Serpent et la Lance

Note: 4/5
(4/5 pour 6 avis)

Le destin croisé de 3 garçons de castes sociales différentes : Oeil-Lance, Cozatl et Serpent dans l'empire Aztèque d'avant la conquête espagnole, de leur enfance à l'âge adulte


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Civilisations précolombiennes Consensus sur une BD Delcourt Mexique et mexicains Terres de Légendes

1454, Tenochtitlan, immense cité lacustre et capitale de l'empire Aztèque. Depuis quelques temps, des cadavres momifiés de jeunes filles sont retrouvés dans plusieurs endroits du Monde Unique (le territoire aztèque). Afin d'éviter panique, troubles et rumeurs dérangeantes, les autorités de la cité décident de dissimuler cette vérité au peuple et même à l'empereur Ahuizotl. Une enquête discrète est confiée à Serpent, haut fonctionnaire plein de morgue et cruel, tandis que parallèlement, le prêtre Cozatl demande à son ami d'enfance OEil-Lance de mener la même enquête à l'insu de Serpent, car ces meurtres rituels ont des similitudes avec certaines pratiques religieuses de son ordre. OEil-Lance et Serpent se connaissent depuis l'enfance, ils ont reçu la même éducation par le même maître, Ombre-Montagne, et entretiennent depuis ce temps des relations conflictuelles.

Scénariste
Hub
Dessinateur
Hub
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2019
Statut histoire Série en cours (3 tomes prévus) 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Le Serpent et la Lance
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

04/02/2020 | Agecanonix
Modifier


Par doumé
Note: 4/5
L'avatar du posteur doumé

Une aventure qui nous entraine dans l'empire Aztèque avant l'arrivée des conquistadors, le dépaysement est assuré et de quelle manière. Changement de continent et d'époque mais un scénario classique, la recherche d'un tueur en série. Je ne connaissais pas l'auteur, j'ai acheté cette bd grâce aux critiques et c'est une belle surprise. L'auteur indique à la fin du premier tome qu'il est passionné par cette culture et le résultat s'en ressent. Il développe pendant 180 pages une intrigue sans jamais nous faire ressentir de longueur. Ponctuée d'une dose de paranormal et d'un peu d'humour, l'enquête grâce à ses héros aux personnalités affirmées s'annonce captivante. Au cours du premier tome, l'auteur présente plusieurs personnages à des époques différentes sans perdre son lecteur. Si cette série garde son dynamisme et sa créativité jusqu'à la fin elle fera partie de mes séries préférées. Le dessin et les couleurs font partie de la qualité de cette bd. C'est travaillé et je pense fidèle à la réalité pour les vêtements, les maquillages et l'architecture. J'attends la suite avec impatience

28/07/2020 (modifier)
Par Blue boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue boy

Difficile de ne pas être impressionné par cette œuvre consistante, qui n’est d’ailleurs que le premier tome d’une trilogie à venir. S’il faut tout de même quelques pages pour rentrer dans l’histoire, après un prélude très mystérieux montrant trois naissances dans un contexte de sacrifices humains destinés à vaincre la famine affectant l’Empire aztèque, les éléments disparates de ce puzzle introductif vont se recouper assez vite. Il faut dire que la narration est assez complexe, avec nombre de personnages et de lieux aux noms imprononçables. Mais à l’évidence, le lecteur est vite happé par cette intrigue qui fascine d’autant plus qu’elle se déroule dans un contexte temporel et géographique peu connu, puisqu’il se situe quelque cinquante années avant l’arrivée des conquistadors. Par la suite on le sait, la culture et le peuple aztèques seront anéantis par une funeste conjonction des épidémies et de la puissance de feu de l’envahisseur espagnol. Hub, qui se dit fasciné depuis l’enfance par cette civilisation, a très logiquement maîtrisé son sujet. C’est ainsi que l’auteur de Okko s’est lancé dans une reconstitution très poussée — avec moult termes en langue aztèque — de cet empire jadis florissant pour déployer une approche tout à fait atypique : mêler la vérité historique sur une civilisation éloignée dans le temps et peu familière pour l’Occidental moyen, à un genre narratif on ne peut plus actuel et très populaire : le thriller. Un parti pris susceptible de choquer les puristes mais qui fonctionne parfaitement, du fait peut-être qu’à l’évidence, un thriller ne peut que s’accommoder de cette culture qui parfois pratiquait, dans le but de satisfaire les dieux, des sacrifices humains sanglants à une cadence dantesque… Bien sûr, le talent de Hub y est pour beaucoup, et il en fallait pour rendre lisible cette intrigue aux multiples intrications. Et bien évidemment, son talent ne s’arrête pas à la narration, puisque d’un point de vue graphique, on ne peut être qu’époustouflé par son trait riche et nerveux, précis et expressif, qui redonne un sacré coup de jeune au style franco-belge. Du grand art. L’atmosphère lourde et tendue est renforcée par la colorisation à la fois chatoyante et sombre de Li, laquelle correspond bien à cet univers vivant chargé de violence volcanique. D’ailleurs, et ce sera l’un des rares bémols dans cette chronique, certaines planches apparaissent exagérément foncées sans que l’on sache si c’est vraiment voulu ou s’il s’agit d’un défaut de l’impression, rendant la lecture parfois difficile. Alors bien sûr, le lecteur, séduit par ce premier volet introductif qui globalement ne fait que poser les bases d’un récit haut en couleurs, attendra avec impatience la suite de la trilogie pour se prononcer définitivement. Mais cet « acte 1 » laisse augurer du meilleur pour une œuvre pas encore tout à fait culte mais promise à un beau succès. De plus, que cette BD ait obtenu le label "Agecanonix", notre implacable spécialiste en matière de vérité historique, est un signe qui ne trompe pas ! ^^

20/05/2020 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

Après l'énorme succès de Okko, Hub était forcément attendu sur sa prochaine série, et c'est donc avec "Le Serpent et la Lance" qu'il nous revient, s'attaquant cette fois-ci à la culture précolombienne sous l'angle du thriller. Fan de la culture et mythologie japonaise, j'avais dévoré Okko ; s'attaquer à l'une des autres cultures dans laquelle j'ai plongé enfant (ahhhh "Les mystérieuses Cités d'Or" !!!) ne pouvait donc que me réjouir, et l'ami Hub s'est également lâché en nous proposant un premier tome conséquent de plus de 180 pages. Alors oui l’atterrissage est un peu aride, avec ces noms de personnages, ce vocabulaire propre à vous arracher la langue et ce mode de vie précolombien que nous connaissons mal. Mais en s'accrochant et en jouant le jeu on se laisse vite prendre par cette intrigue et les personnages principaux qui prennent le pas rapidement sur cette première impression de chaos organisé dont nous n'aurions pas les clés. Ce qui rassure déjà quand on a plongé dans Okko, c'est de retrouver ce dessin et cette colorisation maîtrisée qui imposent une marque de fabrique. Hub a un trait racé et sublimé par la colorisation de sa compagne Li, ça en jette vraiment ! Il joue sur les ambiances, s'appuie sur la colorisation pour affirmer sa narration et bien séquencer les différentes époques qu'il utilise pour construire son récit. Pour en avoir discuté avec lui à Angoulême lors de l'interview que vous retrouvez ici, la première édition souffre quand même d'un problème de calibrage des couleurs pour les scènes d'intérieur, ce qui devrait être corrigé si réimpression il y a. Mais sorti de ce problème colorimétrique qui entache quelques scènes d'intérieur, le reste est assez éblouissant ! Concernant le récit, Hub a fait le choix de prendre le temps d'installer son univers et ses personnages pour que le lecteur prenne ses aises avec l'univers proposé et l'intrigue qu'il développe. Un de ses personnages principaux n'arrive d'ailleurs pas en scène avant la 50e page ! Passées les premières surprises des noms et du vocabulaire, on découvre insidieusement le nœud de l'histoire. Des corps de jeune filles assassinées et momifiés sont retrouvés de plus en plus fréquemment autour et de plus en plus près de la cité lacustre de Tenochtitlan. Les autorités tentent d'étouffer l'affaire afin d'éviter un désordre social, mais une enquête va être discrètement confiée à Serpent un haut fonctionnaire redoutable ; un ponte religieux va également confier l'enquête parallèle à son vieil ami Oeil-Lance, car les meurtres perpétrés renvoient à des rites proches de leur culte... Sachant que les deux enquêteurs se connaissent depuis l'enfance et ne peuvent pas se voir en peinture, leurs recherches respectives deviennent une course contre la montre pour être le premier à mener à bien son instruction. C'est bien mené, prenant, les personnages sont bons, même les secondaires, comme c'est souvent le cas avec Hub, et ces 180 pages se lisent d'une traite une fois les quelques difficultés introductives passées. Son sens du détail, que ce soit pour les costumes, les mœurs ou les décors, finissent de nous combler et de nous proposer un univers toujours aussi riche et crédible. L'immersion est totale ! Alors maintenant... Et bien, vivement la suite !!!

26/03/2020 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

J'ai mis du temps à pouvoir lire cette BD sans conteste un des grands succès de ce début d'année. Ce qui a été difficile pour moi c'est la colorisation , en effet rapidement dans les premières planches le lecteur se retrouve dans des intérieurs d'habitations et j'ai trouvé que l'ensemble était très sombre, difficilement lisible. Pour autant quel boulot, comme le précise Agecanonix dans son avis, on sent que l'auteur a fait de nombreuses recherches sur la civilisation aztèque. Le lecteur apprend ainsi de nombreuses choses et j'avoue que toutes ces découvertes passent bien et m'ont beaucoup intéressé. C'est une BD qui demande tout de même un minimum de concentration, il est en effet au départ un peu difficile de s'y retrouver entre les personnages, tout d'abord leurs noms aux consonances "exotiques" et puis les différents flash-back qui les voient enfants puis adultes. Et puis un polar à la mode aztèque ce n'est pas si courant, alors évidemment voilà un premier tome d'une trilogie annoncée qu'il faut lire d'urgence.

20/03/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Depuis le succès d'Okko, il faut dire qu'on attendait Hub au tournant. Allait-il réitérer son exploit ? La réponse en ce qui me concerne est très positive. On l'attendait avec impatience et il n'a pas du tout déçu, bien au contraire. Comme il l'explique dans un message en fin d'album, il n'a pas succombé à la mode perverse d'étendre l'univers de sa série ou de poursuivre un nouveau cycle. Il est vrai que je commence sérieusement à détester cette exploitation commerciale qui ne se satisfait pas de la création d'une série originale. Il faut développer un avant ou un après et parfois exploiter des personnages secondaires jusqu'à l'os. Bref, j'approuve totalement l'auteur d'avoir pris son temps pour nous donner une nouvelle série d'envergure en faisant preuve d'imagination. Par ailleurs, il raconte une anecdote de son enfance où il avait été attiré par un ouvrage des éditions Hachette intitulé « au temps des Mayas, des Aztèques et des Incas » magnifiquement illustré par Pierre Joubert. Or, il s'agit du seul livre que j'ai conservé depuis ma propre enfance tant il m'avait également beaucoup marqué. Ce livre a été le déclic pour l'auteur pour cette nouvelle série sur la civilisation de l'empire aztèque. C'est un véritable thriller au sein même d'un monde unique. Il décrit cette prodigieuse civilisation comme rarement on l'avait fait jusqu'ici sur cette période de l'histoire avant l'arrivée des premiers conquistadors. On va avoir droit à 180 pages rien que pour ce premier volume qui lance un récit assez passionnant avec des couleurs et un graphisme à couper le souffle. Je vais suivre cette trilogie avec la plus grande attention.

20/03/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Les Bd sur la civilisation aztèque ne sont pas nombreuses, la plus connue étant celle de Mitton, Quetzalcoatl qui fait partie de mes Bd préférées, car je suis depuis très longtemps passionné par les civilisations précolombiennes qui vivaient au Mexique avant l'arrivée des conquistadores. Dans mon avis sur Quetzalcoatl, je crois avoir tout dit sur cette civilisation, je ne vais donc pas me répéter, disons que à mon retour d'Angoulême, je passe chez mon pote de la Fnac, on discute de quelques nouveautés, et il me tend cet album en me disant : "connaissant ta passion, tu dois absolument lire ça !". Et d'un coup, je me souviens que l'ami Paco m'a montré le même album à Angoulême que j'ai trouvé d'emblée très beau ; du coup, je l'ai lu très rapidement, et j'en sors ravi, mais attention, sans tomber non plus dans l'excès car ce premier album d'un futur triptyque n'est pas en tous points parfait. Le travail est monumental, ça se sent quand on a le nez dedans, on sent que Hub s'est particulièrement documenté, il a dû y passer un temps fou. Ne connaissant pas son style graphique car n'ayant pas encore lu Okko, cette lecture a donc été pour moi une découverte qui s'avère positive. Le format choisi avec ses 180 pages, incite à quelques longueurs, à des scènes peu utiles qui n'auront sans doute pas d'incidence sur le final ; le scénario est de qualité, il s'agit d'une sorte d'enquête policière, un peu comme le Nom de la Rose, une intrigue prenante dont on a envie de connaître le dénouement, Hub le qualifie lui-même de thriller aztèque. De plus, Hub a fait le bon choix de situer son récit au moins 50 ans avant l'arrivée des Espagnols, les autres Bd sur les Aztèques montrant toujours le choc culturel entre Aztèques et Espagnols, comme dans les conquérants du mexique. La narration est foisonnante, dense, complexe, et pleine de ramifications, il faut donc suivre très attentivement à cause des nombreux flashbacks qui interrompent le présent pour comprendre qui est qui, qui fait quoi et qui est devenu quoi. Il y a une sorte de faux rythme car les personnages sont nombreux, ils ont des noms imprononçables, et une fois qu'ils sont introduits, il ne se passe finalement pas grand chose, le récit a tendance à traîner un peu, ça manque d'un truc un peu plus pêchu. Comme Mitton, Hub abuse un peu des mots aztèques en nahuatl, je sais que ça donne un côté authentique, mais ça peut parfois ralentir la lecture. De plus, le découpage n'est pas toujours très clair par endroits. Bon malgré ces défauts, je me laisse aller à un enthousiasme car l'ensemble, l'ambiance et surtout le décor aztèque sont une grande réussite. Le dessin est très bon, l'aspect très documenté des décors de Tenochtitlan, ses canaux, ses habitations, ses temples, de même que les coutumes traditionnelles sont bien évoquées, et les costumes bien reproduits, tout ceci témoigne d'un sacré boulot de recherche ; à ce stade, Hub se hisse au niveau de Mitton, la seule différence c'est que ce dernier y collait du sexe à outrance, ici il n'y en a pas parce que l'intrigue va vers une autre direction, mais tous deux s'inspirent du roman Azteca de Gary Jennings que Hub dans sa postface révèle avoir lu dans son adolescence. C'est pourquoi j'y retrouve plein d'éléments qui m'ont enchanté car ce roman basé sur des faits historiques est absolument fascinant. Le seul bémol sur le dessin, c'est la colorisation qui me dérange un peu par endroits : c'est beaucoup trop sombre dans certaines cases, mais sinon c'est du beau travail, certaines scènes de foule ou d'ensemble, et de grandes cases témoignent d'un travail soigné et appliqué. Un bel album.

04/02/2020 (modifier)