Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Lone Sloane - Babel

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Le retour de Lone Sloane avec de nouveaux auteurs adoubés par le maitre lui même Philippe Druillet.


Nouveautés BD, comics et manga Spin-off

Tout débute par l'anéantissement d'une planète par Shaan, ce dernier a ressurgi après que Sloane l'ai vaincu grâce à l'écume, une sorte de matière destructrice. L'ancien empereur veut se venger et met aux trousses de Sloane une espèce de monstre mi métal, mi organique. Sloane accompagné de Dame Légende et d'anciens compagnons devra ce rendre sur la planète Babel (planète mémoire), afin de contrer les ambitions de Shaan.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 08 Janvier 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Lone Sloane - Babel
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

13/01/2020 | sloane
Modifier


Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
L'avatar du posteur sloane

Le retour de Lone Sloane. Par les dieux d'avant les dieux que c'est bon et beau. N'ayons pas peur des mots ceci est l'évènement SF de la rentrée, attendu par les fans du maître à savoir le nouvel opus de la saga Lone Sloane. Pour la première fois ce récit s'affranchit de Philippe Druillet , mais gageons qu'il avait le regard perché sur l'épaule des deux auteurs de cette renaissance. Au dessin Dimitri Avramoglou et au scénario Xavier Cazau-Zago. Lone Sloane, le chien aux yeux rouges est une série qui fut créée en 1966 chez l'éditeur Eric Losfeld. Elle met en scène les aventures d'un pirate interstellaire. Par la suite cette série fut à l'origine de l'inspiration de nombreux auteurs. En 1972 parait chez Dargaud "Les 6 voyages de Lone Sloane", puis la même année"Delirius", le diptyque Yragael et Vuzz. L'année 1976 marque un tournant dans la carrière de l'auteur qui suite au décès de sa femme l'année précédente publie un ouvrage très noir La Nuit. En 1980 il adapte Salammbô d'après le roman éponyme de Gustave Flaubert, œuvre magistrale, barbare et violente, oui, oui le même que "Mme Bovary". C'est Druillet qui le premier fit voler en éclats la bande dessinée dite classique avec un montage de planches totalement déstructuré, pleines pages, doubles pages, j'en passe la BD se réinventait. Son travail inspira de nombreux auteurs, même Georges Lucas avoue s'être inspiré de lui. En attendant une éventuelle adaptation de l'Enfer de Dante Alighieri savourons cet opus franchement fabuleux. Dès les premières pages de cette nouvelle histoire le lecteur est en terrain connu, les deux auteurs adoptent un procédé tant scénaristique que graphique qui replonge le vieux lecteur dans un univers connu de paysages stellaires cyclopéens. On y retrouve sans conteste la patte d'un Druillet mais avec des fulgurances de modernité qui ne sont pas pour déplaire. Également présents dans cet ouvrage le lecteur retrouve avec bonheur les anciens compagnons de route de Sloane : Yearl le néo-martien de même que Vuzz, sans oublier le fameux vaisseau spatial du héros Ô Sidarta. A l'apparition de chacun d’entre eux une petite vignette rappelle leur passé et relations avec Sloane. Il n'est pas nécessaire pour lire cet album d'être un fin connaisseur de l’œuvre de Druillet pour apprécier ce récit, on peut voir que le scénariste a bien intégré les bases de l'univers des autres albums mais il arrive à s'en défaire tout en rendant hommage sans servilité aucune. Le dessinateur D. Avramoglou fait bien plus que le job, certaines planches sont à tomber, regardez la double page au centre de l'album, elle est tout simplement jouissive. Le scénario est comme je l'ai déjà dit fort intelligent, reprenant un des thèmes chers à Druillet, à savoir le temps. Seul petit bémol le récit avec une voix un peu incantatoire qui pourrait en rebuter certains. Et cette planète mémoire, planète bibliothèque de tous les savoirs de ce qui a été, de ce qui est et de ce qui sera est une belle et bonne idée. Un mot sur la colorisation de Stephane Paitreau qui est juste une tuerie. Un dernier mot sur l'objet BD lui même qui possède une couverture acier du plus bel effet, notons qu’il possède une jaquette dont l'envers offre un joli poster. Cet album est un one shot mais au vu du talent des deux auteurs et comme le précise une fin ouverte (les choses ne sont qu'un éternel recommencement ) nul doute que d'autres aventures du loup des étoiles ne viennent ravir nos yeux. Coup de cœur évidemment, z'avez vu mon pseudo ? A faire tourner.

13/01/2020 (modifier)