Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Lone Sloane

Note: 3.08/5
(3.08/5 pour 12 avis)

"Lone Sloane" est une série très originale de science-fiction, où les innovations de Druillet sont proprement révolutionnaires, que ce soit par le cadrage, les illustrations fantasmagoriques, le lettrage parfois très stylisé. Le héros même, sorte d'aventurier solitaire du Cosmos devenu plus une sorte de dieu qu'un simple mortel, n'est parfois qu'un prétexte à des histoires hallucinantes, mais qui gravitent toujours autour de lui.


BDs controversées Les années Métal Hurlant Space Opera

Lone Sloane, un spationaute, devient fou après la perte de son vaisseau spatial et une rencontre avec des extra-terrestres. Mais cette folie va lui confèrer la puissance d'un dieu, et il devient "le néoterrien aux yeux rouges". Lone Sloane varie de statut selon les albums. Parfois, il n'est qu'un simple aventurier à la tête d'un équipage tentant de revenir sur la Terre ou de s'emparer des richesses de la planète Délirius, comme dans "Les 6 voyages de Lone Sloane" ou "Délirius". En d'autres occasions, comme dans "Gail", des puissances supérieures cherchent à en faire leur instrument, mais toujours en vain, car Sloane est le perpétuel rebelle rétif à tout ordre, et qui a pris sa destinée en main. Aux dernières nouvelles, Sloane retrouve sa bien aimée dans "chaos", mais rien ne laisse présager que ses aventures vont s'arrêter pour autant.

Scénaristes
Dessinateur
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1972
Statut histoire Une histoire par tome 5 tomes parus
Couverture de la série Lone Sloane
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

30/06/2002 | Samouraï
Modifier


Par Esplumeor
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Totalement innovant, déstructuration complète et géniale des formats classiques de la bande dessinée... Dessins superbes nous immergeant dans l'imaginaire novateur et merveilleux de Druillet. Album culte s'il en est...

20/11/2016 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Au vu de mon pseudo sur le site vous aurez compris tout l'attachement que je porte au travail de Philippe Druillet. Au milieu des années 70 je me suis abonné à Pilote et un peu plus tard à Métal Hurlant. Dire que j'ai pris une claque est totalement galvaudé. Auparavant je lisais gentiment dirais je; Astérix, Tintin, Blueberry, Bob Morane et moult autres choses du même acabit. Attention, aucun regret mais visuellement et quoi qu'on en pense Druillet fait partie de ces gens qui ont réinventé le genre. Ajoutons que grand lecteur de SF, je voyais enfin un auteur me proposer des récits oh combien alléchants pour ma fébrile imagination. Là j'étais aux anges, un héros traversant des mondes plus fantastiques les uns que les autres et qui tel un moderne Ulysse affrontait mille dangers. Alors oui cet album en particulier à sans doute un peu vieillit, Druillet n'atteindra sa pleine maturité que plus tard, mais c'est pour moi un incontournable pour qui veut comprendre la véritable révolution qui s'est opérée le jour ou ou ces voyages sont parus.

17/10/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Après son coup d'essai en retrait, Druillet fait surgir son néo-terrien aux yeux rouges en 1970 dans le journal Pilote ; celui-ci commence à virer tous les héros à la papa, pour inviter de nouveaux dessinateurs à s'exprimer, c'est ainsi qu'on verra des gens comme Alexis, Loro, Reiser, Mandryka, Solé, F'Murr, Brétécher, Caza ou Mulatier.... côtoyer un temps encore les dernières aventures de Lucky Luke, de Blueberry, d'Achile Talon ou d'Astérix....ça sera bizarre d'ailleurs ce changement de formule en mensuel, ce remaniement de dessinateurs et cette sorte de cohabitation parfois malaisée entre auteurs classiques et avant-gardistes. Druillet se situait tout à fait dans ceux-là, puisque "Lone Sloane" qui arrive avec les 6 Voyages se fondait dans le moule du nouveau Pilote, graphiquement, narrativement, idéologiquement et au niveau des couleurs aussi. Pour moi, c'était la fin d'une époque, et il n'était pas question que j'aime ce genre de bande (comme je l'ai dit dans l'avis Lone Sloane 66) ; cependant, cette bande est un jalon dans l'histoire de la bande dessinée, on a le droit de pas l'aimer, mais on doit savoir qu'elle existe. Surtout parce que ça déroute le lecteur et qu'on découvre alors le génie graphique d'un dessinateur aux pages délirantes et aux cadres éclatés, aux couleurs qui explosent, et composées d'architectures tourmentées, de machines de métal complexes, de visions chaotiques d'un monde en perdition, de décors fouillés et surchargés à l'excès.... bref, des images-choc abolissant le découpage classique de la BD traditionnelle, qui trouvent leur inspiration chez Lovecraft, et donnent une démesure dans le ton et le dessin dûs à la folie créatrice de Druillet. Certains observateurs prétendent que les créations de Druillet ressemblent plus à des prouesses graphiques qu'à de véritables histoires ; je ne suis pas assez qualifié pour trancher, mais ce qui est sûr, c'est que ses oeuvres ont profondément marqué le monde de la BD des années 70, et ont contribué à élever le 9ème art vers une véritable forme d'expression. J'ai donc suffisamment approché cet univers tortueux pour pouvoir le décrire, mais ça aura été au prix d'une épreuve assez difficile, une lecture que je ne pourrais plus refaire maintenant parce qu'il m'est absolument impossible de rentrer dedans sans me faire ch...voila tout.

28/11/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Lire Druillet est toujours fascinant ! Un dessin que je trouve superbe ! Et des couleurs qui "occupent" des cases – couleurs très 70’s, mais qui restent ici intemporelles… Je parle de cases, mais en fait il y a une totale déconstruction de la page, et des habitudes des lecteurs de l’époque. Ca part dans tous les sens, et le découpage est le pendant des couleurs "explosives" (je me demande quelle source d’inspiration pas forcément légale il a bien pu utiliser…). Quelle claque visuelle ! Ca ne se lit pas si vite (alors qu’il n’y a pas trop de texte : celui-ci "commente" ou décrit les images – que ce soit hors phylactère ou même dans certains dialogues). Cela ressemble je trouve à des albums concept, des livres d’art accompagnés de leur "guide de lecture", une performance graphique… Pour ce qui est de l’histoire (ou des histoires qui s’enchaînent), on assiste à une sorte de long voyage, où Sloane affronte mille dangers dont il triomphe, tel un Ulysse moderne. C’est clairement la partie la plus faible de l’œuvre, et ça devait déjà être le cas à sa sortie, car le ramage ne vaut pas le plumage. Et il faut dire aussi que depuis, l’arrière plan mystique est franchement passé de mode… C’est ce qui me fait ne mettre que trois étoiles… A lire donc (j’allais dire à voir…), pour le plaisir des yeux. Et aussi parce qu’on a là une œuvre qui était révolutionnaire en son temps, et qui a gardé quand même une force de frappe visuelle importante.

03/01/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Typiquement le genre de série pour laquelle je ne comprends rien à l'histoire. Dommage parce que le dessin de Druillet est tout à fait superbe. C'est vraiment un plaisir pour les yeux ! Malheureusement, plusieurs découpages sont incompréhensibles. Je ne savais pas trop où je devais commencer ma lecture. De plus, les textes sont ennuyeux au possible. Hormis pour le tome écrit par Lob où j'ai un peu accroché, rien ne m'a intéressé. À la fin, je ne faisais que regarder le dessin et je pense que c'est le but de la série parce que le scénario est vraiment facultatif.

19/08/2010 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Février 1970... J'ai 16 ans... Comme chaque semaine, j'achète "mon "Pilote. Sur la couverture du dernier hebdo sorti, une bande- annonce : "Une étonnante expérience graphique. Le Trône du Dieu Noir". J'ouvre... Explosion... Dès ce moment, je comprends que la science-fiction ne sera plus jamais la même. Comment raconter l'inracontable ?... Une véritable bombe graphique qui m'éclate au visage, un trait sûr, maîtrisé, des histoires encore jamais narrées dans une science-fiction ô combien sage à l'époque... Qui sont les bons ?... qui sont les méchants ?... les hommes ?... les dieux ?... Druillet, au départ de cette saga époustouflante, m'a entraîné vers des univers imaginaires. J'ai été accroché par son graphisme baroque, rude, sévère même. Les architectures sont gigantesques, innovantes, les cadrages sont audacieux ; finie la "case" contenant un dessin. Tout explose, déborde, jaillit dans la mise en page. Pour moi, Lone Sloane marque le tout début d'une véritable révolution graphique. Encore actuellement, de nombreux dessinateurs -et dans de nouvelles séries- s'inspireront très fortement de l'oeuvre que Druillet a créée voici 36 ans. Si vous voulez savoir d'où viennent des séries SF que vous lisez actuellement, plongez donc dans cette illustre saga. Lone Sloane ?.. Pour moi c'est LE must. Incontournable.

15/12/2006 (modifier)
Par Gevaudan
Note: 4/5

Je pense que Lone Sloane est incontournable lorsque l'on s'intéresse à la BD et à son évolution en tant que médium artistique. L'oeuvre de Druillet est unique, sa vision relayée par un style extraordinairement détaillé et complètement délirant mérite d'être approchée au moins une fois. L'univers de Lone Sloane fleure bon les 70s où la SF est outrancièrement baroque et teintée de fantasy, voire de mystique. Chaque planche est une composition incroyable, fourmillant de détails torturés, où une aventure/tentative vers un nouveau format de dessin. L'ensemble ne laisse pas indemne mais nous sommes là à la limite de la BD, dans une frange d'art graphique que seul Druillet s'aventure à explorer. On regrettera néanmoins une colorisation souvent pauvre ou de mauvais goût. Nul doute que les moyens actuels auraient permis de pallier ces défauts. L'intérêt de Lone Sloane reposant presque exclusivement sur sa force picturale, le scénario en devient accessoire. Les histoires sont donc confuses, peu structurées et font référence à une certaine contre-culture qui pourra en laisser certains froids. En résumé, à lire pour ne pas mourir idiot et se prendre une claque mais peut être pas à acheter car cela ne correspond plus vraiment à nos standards actuels.

12/07/2005 (modifier)
Par cac
Note: 1/5

Typiquement le genre de bd pseudo-mystico-philosophique que je ne peux pas encadrer. D'ailleurs j'ai dû les lire il y a un mois ou deux et je ne me rappelle même plus de quoi ça parle. J'ai failli lâcher le premier tome en cours de lecture, j'ai insisté quand même mais tous les tomes sont du même tonneau. En plus le dessin de fou avec des double pages qu'il faut tourner la bd, certains pourront trouver ça beau, moi dans l'ensemble ça ne m'enchante pas. Je trouve ça beaucoup trop chargé.

13/04/2004 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai réessayé récemment de lire une BD de Lone Sloane : j'en suis incapable. La mise en page et la narration est telle qu'il est impossible de suivre l'histoire et de rentrer dedans. Dommage, car le dessin en est souvent somptueux. J'ai vu quelques planches de Druillet pour "Lone Sloane" en taille réelle (elles font minimum un mètre de haut) : la qualité du trait et du détail est telle que c'en est à tomber par terre. Mais cela appliqué en BD à la façon de "Lone Sloane", cela donne un enchevêtrement d'images, de textes difficilement lisibles et de couleurs psychédéliques : impossible de rentrer dans l'histoire.

28/10/2003 (modifier)
Par Benn-J
Note: 3/5

Druillet, il faut savoir apprécier, mais quelle majesté! Ces dessins ressemblent d'ailleurs étrangement à des fresques. Voila finalement une vraie BD où le texte vient appuyer le dessin et non le contraire, le scénario passe même en second plan ! Je n'ai pas lu beaucoup de Lone Sloane, mais ils donnent tous la même impression de grandeur.

20/07/2002 (modifier)