Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Les Fables de La Fontaine (Casterman)

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

La Cigale et la Fourmi, Le Corbeau et Le Renard, Le Lièvre et la Tortue... Autant de fables de jean de La Fontaine que les enfants apprennent à l'école depuis des générations. Cette fois, Bruno Heitz les revisite en bande dessinée.


Albums jeunesse : 6 à 10 ans Fables de La Fontaine

"La Cigale et la Fourmi", "Le Corbeau et le Renard", "Le Lièvre et la Tortue"... Autant de fables que les enfants apprennent à l'école depuis des générations. Cette fois, Bruno Heitz les revisite en bande dessinée. L'occasion de savourer avec un plaisir nouveau, ces textes en vers parfaitement ciselés dans leur version originale. 24 fables, des plus incontournables aux moins connues, pour entrer de plain-pied dans l'imaginaire malicieux de Jean de la Fontaine.

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Juin 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Fables de La Fontaine (Casterman) © Casterman 2018

30/04/2019 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

En faisant un petit tour dans le secteur jeunesse de ma bibli communale (qui a rouvert ses portes après de longs travaux avant la crise sanitaire), j'emprunte cet album par curiosité et surtout poussé par ma passion pour les Fables de ce cher La Fontaine. L'exercice est intéressant, les fables décomposées par tranches de vers répartis dans les cases successives permettent de bien suivre ce qui constitue de petits récits. Je me suis toujours étonné de cet apprentissage scolaire, car quand on nous dit qu'elles sont transmises aux enfants depuis plusieurs générations, il faut savoir que beaucoup de ces fables n'étaient pas absolument pour les enfants, elles étaient bien souvent cruelles voire injustes parfois dans le sort de certains protagonistes, et leurs morales finales pouvaient aussi parfois être difficile à comprendre pour un jeune enfant. Je pense que le coup d'employer des animaux singeant les hommes a dû aider à cette assimilation, car les enfants aiment les animaux. Mais toutes ces fables n'emploient pas d'animaux, disons qu'ils dominent à 80%. J'ai apprécié le début quand divers animaux viennent faire des réclamations à La Fontaine en lui demandant de modifier certaines chutes ou certains passages, mais comme il leur dit, c'est impossible, les paroles volent, les écrits restent, et les Fables sont ancrées dans l'esprit et la tradition populaire, de plus nul mieux que La Fontaine n'a su manier l'art de la fable, catégorie littéraire démodée de son temps, mais qu'il a revisitée d'après Esope et les Anciens. La fable semble facile dans sa forme prosodique et versificatrice, mais au contraire, c'est un art subtil et très complexe qui nécessite de bien connaître les nombre de pieds, les césures et la technicité mélodique du vers. Au niveau du dessin, je n'aime pas trop, mais je suppose que c'est un graphisme simple d'aspect enfantin qui est destiné à être bien perçu par un jeune public. Malgré les Fables choisies dont seulement 2 ou 3 sont peu connues, et l'exercice qu'il représente, cet album est inférieur en qualité graphique et de mise en page à La Fontaine aux fables.

22/06/2022 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

L'auteur Bruno Heitz nous fait revisiter les classiques avec les fables de la Fontaine. Certes, le sujet a été abordé maintes fois dans la bande dessinée. Cependant, j'ai bien aimé cette présentation en guise d'introduction de Jean de la Fontaine. Il avoue s'être inspiré de grands auteurs grecs comme Ésope. On va parcourir les différentes fables retracées en une ou deux pages pour une meilleure clarté. Certaines sont connues : la cigale et la fourmi, le corbeau et le renard, la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, le lièvre et la tortue. D'autres le sont un peu moins : le chat et le renard, l'âne et le chien... On s'aperçoit que ces contes sont devenus intemporels grâce au génie de cet auteur qui avait une extraordinaire maîtrise de l'écriture en vers poétiques. A noter que ces fables se terminent toujours par une morale qui est souvent une mise en garde contre une action non réfléchie entraînant la perte d'un des personnages. Au final, une bonne approche.

30/04/2019 (modifier)