Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

L'Histoire de Mandrin en BD

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Dans les années 1750-55, le brigand-justicier Mandrin vole les collecteurs d'impôts pour le plus grand bonheur du peuple. Cet album retrace son ascension jusqu'a sa chute.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Les Alpes

A la mort de son père en 1742, il devient le chef d'une famille de neuf enfants. Il se fait escroquer par la Ferme générale (l'administration fiscale de l'époque) et se retrouve ruiné. Il part alors en campagne contre les collecteurs d'impôts. Il fonde une véritable armée de brigands qui vole la ferme et vit de contrebande. Non seulement Mandrin ruine ses ennemis, mais en plus il les ridiculise. Il est une sorte de Robin des bois très populaire et les demandes pour faire partie de sa bande affluent. Il est finalement trahit et capturé en Savoie en 1755, il est jugé à Valence et condamné à mort.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Histoire de Mandrin en BD © Glénat 2005

29/12/2005 | pol
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

C'est la bio d'un personnage légendaire , chef charismatique d'une bande de contrebandiers. Son histoire souvent romancée a été déclinée dans de multiples livres, docs, chansons, opéras, films et feuilletons TV, j'en ai lu ou vu beaucoup, je connais bien le personnage et son époque, je connaissais un peu moins quelques-unes de ses "erreurs". Il est vrai que sa vie aventureuse a tous les aspects d'un destin romanesque : son combat contre les Fermiers Généraux (équivalent des receveurs d'impôts d'aujourd'hui) a été embelli pour faire de Mandrin le symbole d'un représentant du petit peuple qui lutte contre les injustices, une sorte de Robin des Bois du XVIIIème siècle, ou encore un précurseur de la Révolution Française. Mais il faut savoir que la Ferme Générale n'était pas exempte de reproches ; non seulement elle ponctionnait durement le peuple, mais elle employait des méthodes déloyales et souvent injustes, sans oublier que les gabelous étaient de sinistres brutes qui profitaient de la misère. Il n'est donc pas étonnant que ce régime royal ait été aboli après la Révolution et qu'aucun Fermier Général n'échappa à la guillotine. Cette Bd a le mérite de bien raconter la vie de Mandrin par le témoignange de ceux qui l'ont côtoyé, la narration porte un regard légèrement critique et se fait donc par épisodes reliés par la grande scène de son exécution à Valence, où les auteurs placent son mot célèbre à l'adresse du bourreau. Sa légende est intacte malgré ses crimes et son arrogance insolente, forgeant le mythe d'un personnage dont la popularité reste impressionnante, surtout dans le quart sud-est de la France. Mais là où j'ai du mal avec cette Bd, c'est avec le graphisme de Lacaf qui est trop inspiré des dessins de story-boards (il en a réalisé beaucoup pour le cinéma), et ça se ressent trop ici ; il fallait à cette riche histoire un dessinateur au trait classique et fluide. A signaler en page de garde, la complainte de Mandrin qui ouvre l'album.

24/10/2013 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Pas mal… une bd historique qui ne se contente pas d’être didactique. L’histoire de Mandrin est ici contée depuis sa naissance, en 1725, jusqu’à son supplice à l’âge de 30 ans. Mandrin ?… en même temps un héros du peuple pour ce dernier et un vil brigand de la pire espèce pour la noblesse et les employés royaux. Bien documentée, l’histoire scénarisé par Bonifay nous conte les principaux faits et gestes de ce personnage qui sema une sacrée panique en France par ses attaques, ses pillages, ses meurtres aussi. Tout cela est bellement mis en images par Lacaf qui, de sa « patte », dirige ici une galerie de gueules qu’il fait « jouer » au gré des développements du scénario. Un rait réaliste, baroque à sa façon, une bonne documentation des costumes, armes et modus vivendi de l’époque nous font –à sa façon- côtoyer ce bandit de légende. La mise en scène est également attractive, Lacaf superposant ci et là des parties de cases dont l’agencement donnent un vrai tonus à la lecture. On ne s’ennuie pas une seconde à la lecture de cette histoire vraie ; une histoire qui –à la fin- pose quand même une question : Mandrin, un bandit sympathique ou la pire des crapules. A vous de décider…

17/02/2009 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Cet album nous raconte l'histoire de mandrin à travers un poète qui recueille les témoignages de gens qui l'ont côtoyé. Le récit me parait très fidèle à l'histoire et n'occulte pas les crimes commis par le personnage. Je connaissais le nom de Mandrin et je savais simplement que c'était une sorte de gentil-brigand. C'était très intéressant de découvrir son histoire complète. Je n'ai par contre pas été emballé par les dessins pas assez précis à mon goût.

29/12/2005 (modifier)