Walter Appleduck

Note: 3/5
(3/5 pour 6 avis)

Walter Appleduck est un jeune homme cultivé, poli et bien éduqué qui fait un "master cowboy". Le shérif de Dirtyoldtown et son adjoint Billy ont accepté de le prendre en stage pour lui apprendre les rudiments du métier.


Consensus sur une BD Fabcaro Le western (pour de rire) Les Roux !

Walter Appleduck est un jeune homme cultivé, poli et bien éduqué qui fait un "master cowboy". Le shérif de Dirtyoldtown et son adjoint Billy ont accepté de le prendre en stage pour lui apprendre les rudiments du métier. Les périodes de stage sont en général assez courtes, s'interrompant brutalement après le cours sur l'art du duel au pistolet. Mais Walter est bien décidé à s'accrocher et à apporter un peu d'humanité dans cette bourgade de ploucs. Sa tâche sera rude entre les évasions à répétition de Rascal Joe (qui revient à la prison parce qu'il a oublié son chapeau) et ses efforts pour aider Billy à draguer Miss Rigby (quand elle le traite d'« archétype du type rustre, macho, grossier et alcoolique aux idées dangereusement fascisantes », il croit qu'elle le drague).

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Février 2019
Statut histoire Strips - gags 1 tome paru
Couverture de la série Walter Appleduck
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

18/02/2019 | Ro
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J’avoue que je ne suis pas trop fan du dessin que je trouve trop colorié et trop gras. Je sais que l’auteur Fabcaro que j’apprécie est aux commandes du scénario. Rien à redire de ce côté-là avec toujours des trouvailles et de bonnes chutes humoristiques. L’idée est d’utiliser un stagiaire pour un job de shérif en plein western. Cela donne lieu à des situations plutôt cocasses. On oppose des brutes à un humaniste pur sucre. C’est clair que cela fait des étincelles. Pour autant, je n’ai pas apprécié plus que cela. C'est juste une bonne farce.

10/09/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un bon album humoristique sympathique. Comme souvent dans ce genre d'album, il y a du bon et du moins bon. J'ai beaucoup ri, mais surtout durant la première moitié de l'album. Il y a des gags qui tombent à plat et vers la fin le langage châtié du stagiaire a fini par m'énerver un peu (on est loin d'Achille Talon !), mais globalement j'ai bien aimé. Il y a une ambiance agréable qui se dégage de cet album et les personnages sont attachants dans leur stupidité. Cela va plaire aux fans des auteurs qui ne seront pas déstabilisés par leur style (des gags qui racontent une histoire, des personnages ayant une logique absurde). Pas un indispensable, mais un bon divertissement selon moi.

18/08/2019 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Du même duo d'auteurs que Z comme don Diego qui m'avait fait hurler de rire, je n'ai pas pu résister à la lecture de leur nouvelle collaboration. Après Zorro, ils se lancent dans la parodie du far west et des histoires de cow boys. Cet album nous raconte donc les aventures d'un jeune stagiaire qui s'aventure à la découverte du monde impitoyable du western. Pas de surprise sur le style d'humour et le ton complètement décalé. C'est marrant, ça se lit vite et bien. Chaque chapitre de 6 pages raconte en quelques gags un des moments du stage. Le saloon, la poursuite du bandit évadé, la diligence, les indiens... tous les classiques du genre sont passés en revue. Le tout avec un mélange de notre société contemporaine (le télégraphe en langage sms, les retards de diligence façon retard sncf,...). Ca fonctionne bien, les idées sont bonnes, les sourires sont là. Les sourires plus que les rires. J'ai trouvé ça pas mal, sans toutefois qu'on atteigne les sommets de Z comme Don Diego, selon moi. Rigolo et divertissant, bien mais pas fantastique non plus.

09/04/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Depuis quelques temps, Fabcaro fait feu de tout bois, chaque « grand éditeur » cherchant visiblement à l’avoir dans son catalogue. Voilà qui est fait pour Dupuis donc. S’il réserve son humour intimiste, pessimiste et plein d’autodérision aux petits éditeurs de ses débuts (La Cafetière par exemple), il développe depuis quelques années un autre pan autour d’un humour plus absurde, con, voire débile, mais avec deux branches bien distinctes. Plusieurs albums sur le modèle du génial Zaï Zaï Zaï Zaï (avec un humour décalé particulier et surtout un dessin différent du reste de son œuvre), et d’autres, plutôt chez de grands éditeurs, jouant sur un humour très con et débile (comme ses collaborations avec Erre ou James). C’est dans cette dernière catégorie que se range cet album, qui le voit une nouvelle fois collaborer avec Fabrice Erre, après Z comme don Diego ou Mars !. Comme pour ces deux séries, les strips (deux séries de 6 cases par pages) s’enchainent pour développer une histoire, ici située dans un Far-West d’opérette. Fabcaro abuse de chutes débiles, de silences gênés après une remarque hors de propos ou stupide (et le dessin très caractéristique d’Erre, caricatural et volontairement difforme, se révèle adapté à cet humour crétin). Les clins d’œil à Lucky Luke (LL lui-même, mais aussi Elliot Belt, le « chasseur de prime », etc.) sont amusant. Et le trait d’Erre ressemble pas mal à celui du Coccobill de Jacovitti (le côté déjanté de l’univers cow-boy aussi), ou à celui de La Tribu Terrible de Bess (même si la filiation est ici – humour inclus – plus tirée par les cheveux). Reste que si je suis un inconditionnel de Fabcaro, je trouve qu’ici son humour peine davantage à fonctionner, que l’ensemble est globalement moins bien réussi que les deux précédentes séries des mêmes auteurs. Même si certains gags sont vraiment bons, et si les clichés du western passés à la moulinette de cet humour crétin permettent quand même d'agiter nos zygomatiques.

27/02/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Bien dans la lignée de Z comme don Diego mais aussi véritable hommage à Coccobill, ce premier tome développe un humour sympathiquement crétin qui devrait plaire aux jeunes lecteurs… mais qui risque de manquer d’originalité pour les lecteurs plus anciens. A titre personnel, j’avoue ne pas avoir souvent ri, trouvant trop de situations prévisibles, trop de gags téléphonés… mais ça ne veut pas dire que je n’ai pas aimé ma lecture. Il s’en dégage en effet une bonhomie bien agréable encore accentuée par un dessin tout en rondeurs. Pas une priorité d’achat selon moi mais vraiment le genre de bd à faire découvrir aux plus jeunes (pas encore blasés comme un vieux con dans mon genre).

20/02/2019 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Walter Appleduck, c'est du Western pour de rire. C'est l'histoire d'un cow-boy stagiaire qui débarque dans une ville du Far-West bien déjantée. Dès les premières pages, j'ai pensé aux œuvres de Jacovitti, et notamment Coccobill qui fait elle aussi dans le western délirant. Comme Jacovitti, Fabrice Erre et Fabcaro entament chacun des chapitres de leur histoire par un grand dessin d'introduction empli de détails humoristiques intégrés dans le décor. Le rapprochement est d'autant plus amusant que tout comme ces deux auteurs ont produit une autre BD du même type sur Zorro, Z comme don Diego, Jacovitti en avait produit une lui aussi : Z comme Zorry Kid. Mais Jacovitti, c'était un niveau au-dessus dans le délire, presque trop extravagant pour être facilement digeste. Ce n'est pas le cas de Walter Appleduck qui en comparaison parait presque sage et offre des gags percutants, pleins d'absurde et de dérision, sans sombrer dans la folie totale. L'album est scindé en petits chapitres de quelques pages qui abordent chacun une trame narrative différente. Car une fois le jeune héros débarqué à Dirtyoldtown, il va s'intégrer à la population et s'imprégner de leur délire et de leurs relations loufoques. C'est amusant, agréablement dessiné et ça se lit comme un bonbon acidulé qui amène le sourire grâce à son récit léger et pas prise de tête.

18/02/2019 (modifier)