Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Le Temps des Amours

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Dernier épisodes des Souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Adaptations de romans en BD En Provence... Marcel Pagnol

Marcel a déjà découvert les belles amitiés. Celle avec Lilli des Bellons dans ses chères collines et celles avec ses camarades du lycée Thiers de Marseille. Il lui reste à faire l'apprentissage de l'amour. D'abord avec la belle Clémentine, la compagne de jeu des jeudis. Puis avec Isabelle, la fille d'un poète fantasque et raté, une gamine à qui il cède tout et pour qui il est prêt à se ridiculiser. Mais c'est aussi le moment pour Pagnol de faire la découverte de ce qui sera l'amour de sa vie: l'écriture

Scénaristes
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Novembre 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Temps des Amours © Bamboo 2018

20/11/2018 | Le Grand A
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Troisième album sur l'auto-biographie de Pagnol que je lis (j'ai pas encore lu La Gloire de mon Père) et encore une fois j'accroche moyennement. Le petit Pagnol devient un adolescent et du coup il découvre les filles. Ça se laisse lire et quelques moments m'ont fait un peu sourire, mais ce n'est pas très captivant à lire. Il faut dire que la vie de Pagnol devient ici franchement générique : il commence à s'intéresser aux femmes, il tourne autour d'une, la fille le traite comme un esclave et lui pauvre con se laisse faire, il est en colère lorsque des potes se moquent de lui au sujet de son comportement de soumis... On dirait des scènes que j'ai déjà lues des dizaines de fois dans des œuvres traitant des amours d'adolescents. Il y aussi le fait que l'oeuvre est inachevée ce qui fait qu’évidemment il n'y a pas vraiment de fin et aussi que parfois ça semble aller dans tous les sens et que les anecdotes sont un peu fourre-tout. Je pense que s'il avait pu, Pagnol aurait plus travaillé sur cette partie de son auto-biographie et cela aurait pu donner un meilleur résultat. Il reste le dessin qui est vraiment très bon et c'est intéressant de voir comment la société de cette époque traitait de l'amour.

16/11/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Le Temps des Amours est pour moi le moins prenant des quatre romans que Pagnol a consacré à ses souvenirs d’enfance. D’abord parce qu’il sent le récit inachevé, composé de bric et de brocs sans véritable fil conducteur. Ensuite parce que le jeune Marcel a grandi et perdu de son innocence, de sa juvénile vivacité naïve. Enfin, parce que je ne trouve plus autant de phrases marquantes. Or, j’aime Pagnol pour son sens de la phrase, pour son art d’en dire beaucoup avec peu… et dans le Temps des Amours, je ne retrouve pas (ou du moins beaucoup moins) cette singularité. Alors, oui, l’adaptation est bien faite, fidèle au récit (même si l’ordre chronologique de certaines scènes a été modifié… ce qui n’est d’ailleurs pas plus mal). Le dessin est toujours aussi agréable, lumineux, expressif et lisible. Mais ces anecdotes, elles, ne m’ont que peu passionné. Le narratif ne m’a pas souvent amusé. Ça manque de bons mots, de naïveté, de découvertes, pour moi. J’ai l’impression que le petit Marcel devient déjà blasé, que les préoccupations de ses amis ne sont plus (ou pas encore) les siennes, qu’il a le cul entre deux chaises, installé de plain-pied dans l’adolescence. Bof donc pour moi mais l’adaptation est bien faite et si vous avez aimé le roman vous aimerez sans doute cet album.

22/02/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Voici venu Le Temps des Amours, quatrième et dernier épisode des Souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol. Composé de diverses histoires, le récit n’en demeure pas moins intéressant avec un Marcel qui quitte l’enfance pour rentrer dans l’âge bête. Le seul passage dont j’avais connaissance était celui où il rencontrait la mignonne Isabelle dans le film Le Château de ma mère. Mais si, vous savez, cette petite garce qui lui fait bouffer une sauterelle et le fait courir à quatre pattes comme un animal. Ça remonte tout ça… Cette partie abordée d’entrée est la plus prépondérante mais par la suite le récit est découpé en plusieurs petites anecdotes sans liens particuliers entre elles si ce n’est d’aborder les choses de l’amour. Quoique je n’ai pas très bien compris l’intérêt de l’épisode du fou. Le temps des amours oui, mais les souvenirs amoureux d’un jeune puceau « in love » malgré lui. Ah la la, qu’est-ce que les garçons sont stupides à cet âge là… L’amour rend aveugle c’est bien connu, et que ce soit Marcel où un autre de ces jeunes gens, tous commettent tout un tas d’actes débiles ou avilissants juste pour plaire à la gente féminine, bien plus malicieuse et mature que ces messieurs au même âge. Encore une fois, je l’ai déjà dit dans un autre avis sur les Souvenirs... mais je trouve toujours cela marrant de voir combien tout ce petit monde n’est pas bien différent des jeunes d’aujourd’hui, caractérisé par les mêmes attentes, les mêmes désirs, etc. L’humanité ne se refait pas… Toujours brillamment mis en image par Morgann Tanco qui aura finalement assuré sur les quatre tomes avec brio, lui qui n’était pourtant pas très chaud quand on lui a soumis le projet. Secondé par une Sandrine Cordurié que les amateurs de belles couleurs ne découvrent plus, cette dernière aussi offre encore et toujours un résultat impeccable qui sublime l’album. Cette quadrilogie fut une réussite sur tous les plans. De beaux livres à posséder dans sa bibliothèque.

20/11/2018 (MAJ le 20/11/2018) (modifier)