Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Charles Miller

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

1 seul tome pour cette série qui ne sera jamais terminée. Bucquoy dénonce les intouchables de la société et la fatalité qui s'abbat sur notre société. L'image des mouettes est parlante, elles meurent à l'aube et ceci devient naturel comme il est naturel de se faire ... par les gens qui ont le pouvoir. Un bon policier dans la ville d'Anvers.


Journalistes La Flandre belge - Vlaanderen

Charles Miller est mi-journaliste mi-privé, il travaille à la rubrique foot dans le zine local et dans une agence de privé l'autre moitié du temps. Une jeune fille disparait, son indic se ait camer à mort pour ne pas pouvoir parler, un docker lui casse la figure en avertissement et ... il manque 3 demi-journée de travaille au journal ! Ses investigations le mènent dans les sphéres de la vie politique locale. Il échoue dans sa tentative de faire tomber les véreux mais retrouve la jeune fille qui dans les bras d'un ex pote ex adversaire et futur mort.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1986
Statut histoire Série abandonnée 1 tome paru
Couverture de la série Charles Miller © Ansaldi 1986

27/11/2002 | Ottonegger
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Trouvé cet album à 2 euros en bouquinerie, un prix pas étonnant malgré le très bon état, car ce polar est totalement méconnu, et pour cause puisqu'il n'y a eu qu'un seul épisode. A ma connaissance, il n'y a pas eu de prépublication dans Circus ou tout autre journal de BD à l'époque, alors que c'était encore la règle en 1986, il est vrai que ce n'est pas édité par Glénat mais par un petit éditeur. C'est d'ailleurs dommage que ça n'ait pas continué, ça aurait pu déboucher sur une série policière pas plus bête qu'une autre... le héros journaliste n'est pas antipathique, et surtout Bucquoy y développe encore magouilles et trucs pas propres comme il l'a fait dans ses autres Bd comme Stone, Le Bal du rat mort, Alain Moreau, Autonomes ou Jaunes, avec toujours son ton frondeur et provocateur, dans une ambiance de belgitude, c'est ce qui fait un peu le sel de cette bande. Quant au dessin, je ne connaissais de Le Hir que Cholms et Stetson, une Bd animalière prépubliée dans Circus, c'est pour ça que j'évoquais cette revue ; sur cette bande, le style graphique était caricatural et humoristique puisqu'il s'agissait d'une parodie animalière de Sherlock Holmes, alors qu'ici, le style réaliste de Le Hir n'est pas vilain, il y a quelques petites erreurs de perspective, et sa manie des fonds de cases vides se répètent un peu trop, sinon, ses décors sont pas trop mal. On sent cependant une certaine fébrilité, mais ça n'handicape pas vraiment la lecture. Un petit polar sympa à découvrir en occase.

05/08/2022 (modifier)
Par yvan adam
Note: 4/5

Cette B.D. a malheureusement pas aboutit dans une série et on se demande comment ce journaliste Miller aurait continué ses démarches. Je ne vois pas très bien le rapport avec les mouettes mortes mais Bucquoy avait déjà écrit quelque chose de pareil avec les rats morts dans Le bal du rat mort. Ici, les mouettes font du décor avec le vieux avec son chapeau qui est une sorte de sage. Le nain a un rôle de méchant ce qui est un peu caricatural quand même, si non je trouve que les personnages se situent bien par rapport à l'histoire.

16/04/2007 (modifier)

Un bon scénario et des dessins assez épurés mais significatifs. Bucquoy livre dans cet album une histoire fouillée avec beaucoup d'explications et une narration importante, celle-ci tient autant de place que les dessins oiu l'action elle-même. Un petit blème par rapport aux dessins, la couverture est carrément mieux travaillée que le reste et n'est pas du tout révélatrice de ce que l'on peut voire à l(intérieur :( Bucquoy montre par cette BD que le pouvoir et les magouilles dans les hautes sphères de la société sont intouchables. Tous les maillons de la chaîne sont solidaires et parlent d'une seule voix : occupe toi de tes oignons. Les choses sont comme ça, on n'y peut rien et surtout il ne faut rien tenter de faire.

27/11/2002 (modifier)