Autonomes

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 3 avis)

Cette histoire relate les actions d'un groupe anarchiste belge : autonomes. Les partis extremistes de droite se retrouvent à nouveau en force dans la vie politique. La France profite de l'escapade amoureuse de la fille d'un de ses dirigeants pour envahir sa voisine du nord. Bucquoy reprend, encore une fois, le thème du faschisme et de l'action anti gouvernementale anarchiste en Belgique.


Anarchiste ! Bruxelles/Brussels Circus La Flandre belge / Vlaanderen Politique Racisme, fascisme Terrorisme Wallonie

La Belgique s'est divisée en trois régions : - la Flandre opte pour un régime fort et autoritaire sous la bannière de la "Volksune", parti national libéral - Bruxelles et sa région devient une zone de libre échange et de paradis fiscal - al Wallonie se choisit une démocratie populaire. Gérard Mordant, ancien terroriste, devient chef de cabinet du ministre de l'intérieur de la Wallonie. Il a une aventure avec Marie France d'Ornano la filel de l'ambassadeur de France. Aprés leur nuit d'amour il décide de la ramener en France par les chemins des contrebandiers. Sur la route la fille est kidnappée avec Gérard par le groupe des Autonomes. Elle sera rendu à son pére suite à la destruction de la tour Eiffel. En représaille liège, la capitale wallone, est détruire par l'aviation française. La jeune fille fille dénonce Gérard comme le chef des Autonomes et seul et unique responsable de ce qui s'est passé, elle donne la planque du groupe qui est chassé par l'armée. L'armée noire envahie la Wallonie et massacre tout le monde, "ça me rappele l'Algérie" dit un soldat en découpant les attributs d'un homme et vidant on chargeur entre les cuisses d'une femme ! Alors que le groupe est totalement détruit à 2 personnes prés un attentat a lieu dans la centrale nucléaire de Creys-Malville qui s'ensuit d'un beau champignon ...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1985
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Autonomes
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

27/11/2002 | Ottonegger
Modifier


Par PAco
Note: 2/5
L'avatar du posteur PAco

Malgré un côté un peu visionnaire pour l'époque, cette BD ne m'a pas séduit. Il faut dire que ça commence à dater (un bon quart de siècle !), et que le côté anticipation perd forcément de son intérêt... Et puis, j'ai trouvé ça un peu caricatural quand même... Non pas que le côté anar' et rentre dedans soit inintéressant (pas souvent que le thème apparaît en BD), mais son traitement a pris un coup de vieux et n'est plus pertinent aujourd'hui. Trop de choses ont changé pour qu'on adhère pleinement à l'histoire. Côté dessin, là aussi j'avoue ne pas avoir trop adhéré... Ça a pris la poussière également, et je n'ai pas trop aimé le trait réaliste un peu vieillot. L'utilisation d'acteurs de cinéma connus comme personnages m'a aussi surpris... Je n'en vois pas trop l'intérêt. Bref, si la lecture de cette série a pu avoir un intérêt à sa parution, celui-ci s'est un peu désagrégé avec le temps.

29/04/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Le postulat ?.. Fin des années 1900. L'Europe est sous l'emprise du fascisme. Un homme -Gérard Craan- et un groupe anarchiste vont attaquer l'autoritarisme qui vient de s'installer en Belgique… L'air de rien, cette histoire est parue en 1981 et Bucquoy, un peu visionnaire quand même -il faut le reconnaître-, avait déjà "mis le doigt" sur cette réelle montée du fascisme en Belgique dans le milieu des années 90. Son scénario ?… c'est quand même une sorte de playdoyer contre le militarisme, l'intransigeance, le totalitarisme avec -quand on connaît un peu le personnage- une réelle provocation. Pas de détours ou de "politiquement correct" : Bucquoy ose et attaque de front ces problèmes à venir (et certains survenus) avec un vrai réalisme. Sans concessions, et via son dessinateur, il m'a permis de reconnaître ci et là quelques hommes politiques dans des rôles et situations pas à leur avantage. Le dessin ?… un bon graphisme réaliste, bien lisible, détaillé, qui donne quelques fois, de par la mise en page, une sorte d'envolée lyrique à l'histoire. Qu'en dire ?… personnellement, je ne suis ni fasciste, ni anarchiste, encore moins intégriste mais il faut reconnaître que, de temps en temps, ça fait du bien de donner un bon coup de pied dans la fourmillière. Et si ça peut éventuellement donner à réfléchir, tant mieux… In fine : une série vraiment caustique, acide par moments, mais qui -pour beaucoup- ne saurait être comprise que dans le "plat pays" qui est le nôtre, le mien…

02/10/2007 (modifier)

Ce n'est pas le meilleur de Bucquoy. Les dessins sont assez froids et manquent un peu de caractère. Quant au scénario il n'est pas très convaincant :( La petite morale à la fin est un peu douteuse à mon goût.

27/11/2002 (modifier)