Taïga

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 7 avis)

Joelle Savey et Giroud nous plongent dans une fresque de sang et d'amour avec pour toile de fond l'immensité russe du XVIIeme siecle...


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII 1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Asie Centrale La BD au féminin Russie Vécu

Joelle Savey et Giroud nous plongent dans une fresque de sang et d'amour avec pour toile de fond l'immensité russe du XVIIeme siecle... Roslav Tarelkine, fils batard d'un petit noble moscovite, va se retrouver obligé de fuir Moscou et les armées du Tsar. Il rejoindra alors les Cosaques et vivra près d'une année à leurs côtés. Il fera ainsi route vers Samarcande en compagnie d'un chef cosaque et de la fille d'un ancien general perse et du mysterieux Willem Van Lowen, ambassadeur hollandais des Provinces Unies.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1995
Statut histoire Série terminée (Un seul cycle sans suite) 3 tomes parus
Couverture de la série Taïga
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

28/04/2004 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà une série qui vaut avant tout pour le cadre traité. En effet, l’histoire se déroule dans les confins de l’Empire russe, ainsi qu’à Samarkand, au milieu du XVIIème siècle. Frank Giroud a visiblement fait des recherches, et les albums sont truffés de références. Je dois dire que c’est parfois trop, et qu’une surenchère de noms (de régions, de peuples, voire de personnages – parmi les Russes, les Cosaques ou à Samarkand) ne rend pas toujours la lecture très fluide. Pour le reste ça se laisse lire, même si ce n’est pas non plus très original. De l’aventure classique, avec un héros qui fait fi des difficultés, avec un arrière-plan historique très documenté : le cahier des charges de la collection Vécu était respecté. Malheureusement, cela n'a pas toujours bien vieilli (remarque valable aussi pour le dessin de Joëlle Savey, pas mauvais, plutôt fouillé, mais aussi parfois « fouillis » et daté). Le troisième tome m'a paru un peu bâclé, avec des retournements trop faciles. Il était censé ne conclure qu’un cycle (une suite est clairement lancée), mais finalement la série s’est arrêté avec cet album. Trois albums à réserver aux amoureux du style « Vécu » et/ou à ce contexte historique. Pour les autres, un emprunt en bibliothèque peut suffire.

12/07/2017 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Cela m'a pris un certain temps pour rentrer dans cette histoire. Je trouve la première partie du premier tome un peu ennuyeuse et je ne comprenais pas toujours ce qu'il se passait. Il a fallu que je lise le quatrième de couverture pour mieux comprendre la situation. Le sujet historique est assez intéressant quoique la Russie et ses environs ne soient pas un sujet qui me passionne grandement. Le scénario est correct, mais il manque vraiment quelque chose pour que je le trouve captivant. Encore une fois, Giroud ne fait pas dans l'originalité et les personnages ne sont pas très attachants. Le dessin est franchement moyen à mes yeux. Bon, au moins c'est lisible.

13/01/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Avec cette fresque sanglante et romantique, Giroud propose un sujet très peu abordé en BD ; ça commence par l'opposition des boyards et des moujiks dans la Russie de 1663, c'est un constat assez similaire à l'état de la France sous l'Ancien Régime : les nobles affaiblissent le peuple en l'humiliant et en le réduisant à la misère ; dans les 2 cas, ça a conduit à une révolution. C'est un univers assez peu connu pour qui n'a pas lu Tarass Bulba, roman célèbre de Gogol dans les traces duquel marche la série ; on y relève aussi des similitudes avec d'autres romans qui traitent de la Russie comme Michel Strogoff de Jules Verne, Guerre et Paix de Tolstoï ou Docteur Jivago de Pasternak, même si ces oeuvres prennent pour décor le 19ème siècle. Au XVIIème, la Russie était quasiment ignorée ; les autres nations comme la France ou l'Angleterre méconnaissaient cette Russie plongée dans un obscurantisme encore moyenâgeux, et il faudra attendre le tout début du siècle suivant pour que Pierre le Grand fonde enfin une grande nation connue des autres puissances européennes. Aussi, élaborer un récit, de surcroît passionnant, sur cette période mal connue force le respect, il fallait une doc solide, mais Giroud n'est pas le premier venu, et sa réputation de sérieux allait encore grandir. Il est bien secondé par J. Savey qui par son trait plaisant plante des décors soignés et fidèles (la basilique Saint-Basile, Samarcande) ; seuls certains visages ne sont pas toujours réussis. Il y a aussi de beaux décors de neige et de paysages d'hiver. Après cette lecture, on en sait un peu plus sur tous ces peuples des steppes, sur les cosaques, sur les lieux envoûtants qui font rêver comme Samarcande, et sur la Route de la Soie, même si quelque fois on s'y perd un peu avec tous ces noms russes. Malgré un tome 3 plus faible que les 2 autres, c'est un bon mélange d'Histoire et d'aventure, semé de conflits et de troubles aux frontières de l'Europe et de l'Asie, dans un monde à peine civilisé. Une fresque qui aurait mérité de se poursuivre.

13/10/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai du mal à écrire un avis sur cette série tant mes sentiments sont partagés. D’une part, j’ai vraiment été dépaysé par Taïga, qui nous entraine sur les pas de Roslav Tarelkine de la campagne moscovite jusqu’à Samarcande au long de l’année 1662. Cette période et ces régions sont assez rarement utilisées et j’ai vraiment apprécié l’aspect historique. Mais l’histoire à proprement parler n’est pas des plus originales et utilise bien des poncifs du genre (personnages, rivalités, amourettes). De plus, ces trois tomes semblent constituer l’introduction de la collection, mais rien ne sera publié par la suite. On sort donc de ce triptyque avec un sentiment amer. Au niveau du dessin, je préfère le travail de Joëlle Savey sur cette série que sur les Souvenirs de Toussaint. L’univers semble lui convenir à souhait et elle multiplie riches décors et beaux chevaux. C’est vraiment surprenant quand on pense que son travail, ici si lumineux et élégant, est antérieur à Toussaint. Une série à lire, sans doute, par les amateurs de récits historiques, mais pas à posséder.

25/03/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Avec un tel titre, on aurait pu légitimement penser que l’action aurait lieu dans les steppes de Sibérie. Ce n’est pas vraiment le cas. Il faut descendre plus au sud au milieu des chameaux qui traverse les déserts persans. On fera une halte assez importante dans la cité de Samarcande sur la fameuse route de la soie. Cette ville qui a perdu de son éclat reste tout de même pleine de rêve et de mystère. J’ai beaucoup aimé le second tome. Giroud n’était pas encore le génial scénariste que nous connaissons car ce récit reste somme toute très classique. Néanmoins, cela se laisse lire agréablement malgré un début un peu difficile. Il y aurait dû y avoir une suite mais cela s’est arrêté un peu brusquement avec le retour du héros, fils bâtard d’un comte et d’une paysanne, dans sa ville natale de Moscou. On aura suivi ses aventures au milieu des cosaques ce qui n’était pas aussi intéressant que cela. La conquête de l’Est, dans l’immensité russe du XVIIème siècle est rarement évoquée en bd. Cela aurait mérité un autre traitement sans aucun doute.

08/12/2008 (modifier)
Par Pacman
Note: 3/5

C'est une série dépaysante à souhait, autant d'un point de vue géographique qu'historique. Les steppes d'Asie centrale, Samarkand, les cosaques... Je suis tout de même déçu par le scénario et les personnages, très conventionnels: histoire de succession, esprit chevaleresque, chevauchées épiques...un peu à la Michel Strogoff. Il me semble que les auteurs ont tiré au plus simple. C'est dommage, le sujet et le lieu méritaient mieux à mon avis.

29/04/2004 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai été agréablement surpris par la qualité de cette série. Au niveau du dessin, Joëlle Savey nous offre un travail impeccable, très agréable à regarder, malgré une colorisation parfois un peu moyenne. Sans que ce soit exceptionnel, les planches sont jolies et les albums beaux dans leur ensemble. Au niveau du scénario ensuite, pour ceux qui sont curieux de l'Histoire de la Russie et des régions d'Asie Centrale telles que la Perse, le Turkmenistan, l'Ouzbekistan du XVIIe siècle, cette BD est une vraie mine d'or. Tout est parfaitement documenté, excellemment illustré, et le scénario est d'une intelligence agréable. Car en effet, l'histoire de la BD ne se borne pas à une représentation Historique de cette époque troublée. J'ai suivi agréablement les aventures de Roslav, le jeune héros. Elles mêlent en trois tomes guerres, diplomatie, amour, chasse au trésor, évasion... Et le tout, je le répète, est bien construit, cohérent, et loin d'une simple suite de péripéties sans intérêt ni intelligence. Bref, moi qui ne suis pas particulièrement fana de BDs historiques, j'ai franchement apprécié celle-ci, tant sur sa forme que sur son contenu. Petit bémol, hélas, le troisième tome est sorti en 1999 et la série n'a pas continué depuis. Il semble que la dessinatrice ait préféré reprendre plutôt le flambeau de Souvenirs de Toussaint, sans que je sache si elle comptera revenir ensuite sur Taïga avec Giroud. Heureusement, ces 3 premiers tomes forment quasiment un cycle qui se suffit à lui-même.

28/04/2004 (modifier)