Luisa, Ici et là

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 5 avis)

Un procédé de paradoxe temporel exploité avec brio !


Gays et lesbiennes La BD au féminin La Boite à Bulles Paris Voyages dans le temps

D’un côté, il y a Luisa, 33 ans, photographe culinaire célibataire et incapable de vivre plus de quelques semaines avec un homme. De l’autre, Luisa, 15 ans, des rêves plein son sac à dos, une folle envie de trouver l’amour et de vivre de la photographie… Mais aussi des sentiments inassumés pour Lucie, sa copine homosexuelle. Un jour, aussi invraisemblable que cela puisse lui paraître, la Luisa adulte voit débarquer sur le pas de sa porte l’ado qu’elle était ! Cette rencontre sera décisive pour la jeune femme car elle fera remonter à la surface des frustrations trop longtemps enfouies. Un récit initiatique à rebours, qui entraîne le lecteur dans une quête intime de réalisation personnelle, porté par le trait joueur et les couleurs pleines de vie de Carole Maurel. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Mai 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Luisa, Ici et là
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

25/05/2016 | Alix
Modifier


Par McClure
Note: 3/5

Un bon moment de lecture. Le dessin est très expressif. Le coup de crayon est juste, il rend les personnages très expressifs malgré le peu de couleur. A la fois fouillé et rapide, efficace et terriblement humain. Il est vraiment un parfait complément de l'histoire. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dans l'histoire. Ce "saut spacio temporel" ne m'inspirait que du questionnement sur son intérêt, sa finalité. Puis en découvrant les thématiques sur l'identité sexuelle, l'adolescence, les chemins qui vont de celle ci à l'adulte que l'on construit, j'ai plongé. D'autant que finalement, à quelques années prêt, les moqueries, quolibets et pressions sur une homosexualité pas acceptée, c'est ce que j'ai vu des 90's qu'il m'ont vu passer à l'âge adulte. La pression sociale et familiale, l'incompréhension (que n'a-t-on entendu cette phrase de la mère "tu as choisi d'être comme ça......."). Cette histoire m'a parlé. Après je dois avouer que le bouquin est un peu trop dispersé, des personnages inutiles, des parties inutiles. Une plus grande densité aurait été bénéfique il me semble. Pour autant, je conseille vivement cette lecture.

30/09/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai trouvé ici un récit plutôt bien maîtrisé dans sa dimension fantastique (bien mieux en tous les cas à mes yeux que dans « L'Apocalypse selon Magda », signé par la même dessinatrice) qui permet de proposer un réel récit du quotidien sous un angle original. Le récit est très vivant, les dialogues sont naturels, le trait est extrêmement lisible. Le résultat est que cet album se lit vite et bien, sans ennui même lors des passages plus poussifs (il y en a de temps à autres sur ces 272 pages). Le destin de Luisa parlera à plus d’une trentenaire. Je me suis vite attaché au personnage même si (voire parce que) son caractère lui donne des côtés irritants. Le profil du personnage est réussi car proche de nous. Il faut donc aimer le genre « roman graphique du quotidien » pour être conquis par ce récit. Sans crier au génie, j’ai donc plutôt bien aimé cet album bien dans la lignée des romans graphiques de qualité de l’éditeur.

14/12/2016 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

Ce one shot est assez réussi, je l'avoue. Avec une idée originale (l'héroïne, Luisa, fait la rencontre de son double, adolescente), bien que Taniguchi, avec son Quartier lointain ait déjà esquissé cette hypothèse, Carole Maurel nous offre un récit touchant, drôle en jouant sur les sentiments amoureux ambi gus de Luisa. Au cours de ces 270 pages, on ne s'ennuie pas une seule minute en découvrant la vie actuelle de Luisa, et les espoirs, parfois déçus de le jeune Luisa, qui assiste à ce qu'elle deviendra dans les années à venir. C'est intelligent,avec des dialogues bien enlevés. Pour ma part, je l'ai lu deux fois depuis sa sortie, gage d'une bonne qualité de cette bande dessinée. En outre dessins et couleurs sont de bonne fracture. Passé le décalage entre les techniques des années 1995 et celles de 2013 qui nous offre quelques moments drôles (les francs, la télécarte...),nous avons là une réflexion sur la vie, ses espoirs et ses regrets, sans autant verser dans le pessimisme, bien au contraire, le ton adopté étant ici assez enjoué. Ce pavé de 270 pages se lit malgré tout assez rapidement, et avec plaisir

12/11/2016 (modifier)
Par Canarde
Note: 3/5
L'avatar du posteur Canarde

Bluette sympathique Une trentenaire un peu engluée dans son rôle de fille à lunettes, jamais contente et indépendante, se retrouve face à son double avec 15 ans de moins. Si on passe par dessus le fait que cela pose des paradoxes temporels difficiles à mettre en scène (pas résolu ici , mais insolubles de toute façon) cela aboutit à une confrontation entre deux personnages aussi agaçantes l'une que l'autre qui finissent par cheminer l'une vers l'autre de manière à devenir une vraie personne, plus nuancée, plus en lien avec la réalité . Donc un scénario pas très complexe, mais suffisant, avec , en prime un petit couplet pédagogique sur les émois amoureux qui peuvent aussi bien être homosexuels, pour toute la vie, ou pas... Le dessin, lui, est très séduisant, un trait vif qui a tendance à écheveler les visages, et des couleurs très réussies, et sans dégradé. Peu, mais assemblées dans une sorte d'équilibre mathématique de proportions, avec des tensions entre couleurs opposées sur le cercle chromatique, mais légèrement décalées (petites touches orange face à un fond vert-bleu, ou personnages rose-violet dans un décors jaune), et ces deux principes peuvent être présents dans la même case, l'un principal, l'autre secondaire. Bref c'est de la composition. Un bon moment de lecture.

09/10/2016 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Le concept de cette BD est simple mais excellent : Luisa, 33 ans, reçoit un jour la visite de … Luisa 15 ans ! Voyage dans le temps ? Aucune importance finalement, l’idée est surtout prétexte à une réflexion intéressante, mettant en relief un paradoxe (sans doute assez courant) entre les rêves de l’ado, et la réalité de la vie adulte. Il en résulte une remise en question, mais aussi une revisite de sentiments homosexuels enfouis. Le propos est reste léger, pas de grandes réflexions philosophiques trop sérieuses ou pompeuses. L’auteur fait plutôt place à l’humour, aux sauts d’humeurs et aux caractères « de cochon » de ses personnages. Pas de prise de tête avec le réalisme non plus : les protagonistes semblent accepter l’impossible relativement facilement. La mise en image est magnifique, le trait est maitrisé, les planches sont superbes, et la colorisation vraiment réussie. L’album lui-même est aussi très joli, grand format, couverture cartonnée… vraiment un bel objet. Une lecture rafraichissante et prenante.

25/05/2016 (modifier)