Morgane

Note: 3.75/5
(3.75/5 pour 8 avis)

Redécouvrez la quête du graal à travers les yeux de Morgane, sorcière rebelle et insoumise. La légende du roi Arthur revisitée


Futurs immanquables Guerrières Les prix lecteurs BDTheque 2016 Mirages Mythes arthuriens Sorcières

Privée de son destin de reine, la demi-soeur du roi Arthur devient la sulfureuse fée Morgane et se dresse contre la tyrannie de la Table ronde et les manipulations de Merlin le fou. Écoeurée par le magicien qui joue avec sa vie depuis sa plus tendre enfance, Morgane laisse libre cours à sa colère et assouvit sa soif de pouvoir envers et contre tous : son ancien maître, les hommes, leur nouveau dieu unique et l'ordre établi. Texte : Editeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Avril 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Morgane
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

10/04/2016 | pol
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Finalement toute la gamme chromatique y passe et au final c'est du meilleur effet. Au départ j'avoue avoir eu un peu de mal, ces couleurs, certes sombres, mais qui s'allient avec un dessin un peu à la hache, les traits des personnages sont rudes, incisifs. Pour autant ça le fait et cela en devient même agréable. J'aime bien quand la légende est un peu bousculée, quoique pas d'invention mais il est vrai que nous sommes bien loin de la manière de raconter les choses d'un Chrétien de Troyes dont les récits firent le miel de ces dames bien nées. Ici Morgane est hardie, elle jure, se bat comme un homme, elle est furieusement moderne et ça fait du bien. A lire

07/10/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai beaucoup apprécié cette vision moderne et féministe de la légende des Chevaliers de la table ronde. La couverture me faisait un peu peur du fait qu’elle est très sombre. Le contenu n’est pas beaucoup plus lumineux mais le ton employé est tellement plaisant, moderne, vivant, drôle et féroce à l’occasion que j’ai fini par m’y habituer. En fait, le dessin est même un des atouts de cet album car, même si la colorisation est très sombre, le style graphique employé apporte son écot dans le sentiment de fraicheur qui se dégage du récit. C’est stylé, gentiment naïf, ce qui vient en parfaite opposition avec le fond. La narration est excellente et la manière dont Simon Kansara parvient à inverser l'angle de vue sur la légende permet de totalement transformer notre regard sur Morgane. Un album à découvrir pour son modernisme, son humour et son trait singulier.

04/10/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Yannou D. Yannou

La première page m'a tout de suite fait penser à "la Belle au bois dormant" de Walt Disney. Voilà un ouvrage magnifique à la narration fluide centré sur la fascinante fée Morgane ! Envoutant.

02/04/2017 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cette BD dispose d'un graphisme très appréciable et qui vaut le coup d'oeil. Tout en teintes de pourpre et de bleu légèrement turquoise, il est très élégant et plein de charme. Outre les jeux de couleurs, son style mélange les influences picturales d'agréable manière. On notera notamment quelques références appuyées à Klimt. Seuls les visages dentus des personnages et le côté grosse brute idiote de la plupart des hommes ne me plaisent pas trop. Il faut dire que c'est largement le sujet de l'histoire, une trame féministe qui oppose une Morgane pleine d'esprit et d'envie de liberté à des hommes rustres, idiots et profitant de leur force. Le fond du récit n'est pas faux. Si l'on excepte la belle légende des chevaliers purs et sans reproche, le rude guerrier médiéval était probablement brutal, arrogant et méprisant envers les femmes. Et quand une femme de tête aussi belle et douée que Morgane devait apparaître, elle devait être fort frustrée et haineuse de la main-mise des hommes. Mais de là à en faire tous des couillons innommables, on tombe dans la caricature inverse et du coup le récit perd en subtilité pour devenir un peu basique. Seul Merlin, absolument pas exempt de défauts pour autant, et surtout le père de Morgane sortent un peu du lot. C'est ainsi que ce beau dessin m'a permis de parcourir avec plaisir une histoire qui, de son côté, ne m'a que moyennement convaincu. J'aurais aimé davantage d'esprit, de profondeur et moins de manichéisme.

05/12/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Une bonne révision du mythe arthurien avec Morgane comme protagoniste. Si certains points du scénario sont un peu prévisibles (notamment comment les chevaliers sont tournés en ridicule), j'ai bien aimé. J'ai toujours trouvé que Morgane était un personnage intéressant. Je ne suis pas sûr que l'on peut résumer l'histoire à un truc simpliste du genre "les femmes se vengent enfin de ces hommes bêtes et cruels". Je trouve que Morgane elle-même pouvait être méchante. Par exemple, dès les premières pages elle veut tuer Arthur qui est certes un idiot, mais ce n'est tout de même pas de sa faute si Merlin est un manipulateur. Le personnage de Morgane est complexe et c'est ce qui rend la lecture passionnante. Les moments humoristiques marchent bien et le dessin est très bon. il crée une ambiance incroyable.

14/08/2016 (modifier)
Par Pierig
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pierig

Un album d’exception, tout simplement. Et pas seulement pour les amateurs (éclairés) de la légende arthurienne. Graphiquement d’abord, je vous invite à voir la galerie, ça se passe de commentaires. C’est pictural avec un jeu d’esquisses où les couleurs finissent par envoûter le lecteur. Narrativement ensuite (et surtout), la légende arthurienne est complètement revisitée, voire chamboulée, malmenée, maltraitée. La femme qui était jusqu’alors reléguée au second plan et qui servait de potiche (pardon, de faire-valoir) est au centre du récit en la personne de Morgane. Merlin est un vil manipulateur (avec les traits du diable) et Arthur un sombre imbécile. Et … la sauce prend. Très bien même. Tout se tient. C’est bluffant. J’en suis pantois. Chaudement recommandé !

10/06/2016 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Relecture grinçante et poétique de la légende arthurienne, où est mis en avant le personnage de Morgane, ce one-shot s’apparente à une sarabande haute en couleurs faite de fureur, de passions et de trahisons. Le mythe s’est ici mué en un roman - extrêmement - graphique, à la croisée de la peinture et de la bande dessinée. Certaines scènes évoquent parfois Matisse ou Gauguin, normal quand on sait que ces peintres sont des références pour Stéphane Fert. Ce dernier lui-même possède un trait très stylisé où corps et visages sont davantage des formes, tout comme les paysages, envisagés plutôt comme des motifs, sans prétention à un quelconque réalisme. A l’aide sa vaste palette, Fert sait faire ressortir harmonieusement les couleurs vives et lumineuses des fonds obscurs, créant une atmosphère nimbée de magie, ce qui est la moindre des choses, me direz-vous, quand on raconte l’histoire d’une fée… Ce dernier, également au scénario, et Simon Kansara se sont attachés à réhabiliter Morgane, souvent perçue comme une fée maléfique. La couverture montre bien ce dont il est question, avec le symbole de la femme apparaissant sur le vêtement de l’héroïne, transformée ici en féministe avant l’heure. Le milieu chevaleresque, décrit ici comme belliqueux et misogyne, ne fait guère la part belle à la gente féminine, invité à jouer les rôles de faire-valoir ou diabolisée en cas de refus... Quant à Merlin, il apparaît comme un personnage retors et peu amène, celui qui aura empêché l’accès de son élève au trône. On comprend mieux ainsi l’attitude de Morgane, minée par le ressentiment et le désir de revanche, qui va la conduire à défier les machistes chevaliers, dont les exploits n’étaient pas, du point de vue de l’auteur, aussi glorieux que la légende veut bien nous le faire croire. Celui-ci se plaît à les tourner en ridicule, notamment lorsqu’ils targuent d’avoir vaincu des « morts-vivants possédés », qui n’étaient en fait que de pauvres villageois affamés. Globalement, cette adaptation d’un chapitre de la légende arthurienne est autant une féérie picturale qu’une fable féministe, noire, amorale et acerbe, sur l’infatuation tyrannique de la gente mâle. D’une épopée assez touffue, les auteurs sont parvenus à produire une synthèse relativement fluide sur les cent quarante pages que compte ce one-shot, et ce n’est pas la moindre de ses qualités.

06/06/2016 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Voilà un album original, tant graphiquement que scénaristiquement. Les auteurs nous livrent une version revisitée de la légende du roi Arthur. L'héroïne est sa demie soeur, Morgane, qui dégoutée de ne pas voir le trône lui revenir, décide de se venger. Cette ré-interprétation du conte est originale et surprenante. Entre clins d'oeil bien vus et idées totalement inédites tout droit sortie de l'imagination des auteurs. En plus il y a un vrai ton dans l'écriture qui donne pas mal de personnalité à l'ensemble. Je ne dirais pas forcément drôle, mais en tout cas décalé dans certaines situations ou certains dialogues. Et le dessin en est le parfait écho. Ce style sert super bien le propos. On est loin du récit classique de chevalerie, et c'est tant mieux car le résultat est assez détonnant. Certains chapitres sont un peu déroutants, ils jouent avec le lecteur grace à quelques beaux contre pieds. D'autres réservent par contre moins de surprises. C'est dommage parce que quand on y prend gout, eh ben on en veut tout le temps. Il y a enfin quelques petites longueurs. Sans ce déséquilibre, si tous les chapitres avaient été au même niveau on aurait eu une BD remarquable.

10/04/2016 (modifier)