Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Peau de Mille Bêtes

Note: 4/5
(4/5 pour 5 avis)

Après avoir abordé la légende arthurienne du point de vue de Morgane, l’auteur nous propose un récit acide et fascinant sur la construction d’une identité féminine complexe s’inspirant du conte à l’origine de Peau d’âne…


Les Contes des frères Grimm Les prix lecteurs BDTheque 2019

Belle est vraiment très belle et tous les garçons du village la désirent. Rebutée par la perspective d’un mariage qu’elle n’aurait pas choisi, elle s’enfuit pour se réfugier au plus profond de la forêt. Là, le roi Lucane va la recueillir… puis l’aimer à la folie. Une petite fille va naître de cette union, Ronce, dont la destinée va être profondément bouleversée par la disparition de sa mère…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Mars 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Peau de Mille Bêtes
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

03/04/2019 | PAco
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
L'avatar du posteur Gaston

C'est l'adaptation d'un conte que je ne connaissais pas et après avoir lu sur internet le résumé du conte original, je dois dire que j'apprécie bien mieux cette version moderne. Le ton est moderne et du coup la princesse va être mise en avant. Sa personnalité est intéressante, son histoire captivante et elle est très jolie. Je ne vois pas trop quoi ajouter de plus à ce que les autres posteurs ont déjà écrit hormis qu'ils ne parlent pas de l'élément que j'ai le plus apprécié dans cet album : la romance entre la princesse et le prince qui est beaucoup plus sympathique que le père incestueux de la pauvre héroïne. Leur relation m'a touché et j'ai bien aimé la poésie qui en ressortait. Ils sont vraiment très attachants. Le dessin est spécial. Je pense que si on était dans un autre genre que le conte, j'aurais probablement détesté le dessin, mais je trouve que ce style va très bien pour un conte. Bref, un conte intelligent et moderne.

14/02/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Ce qui saute aux yeux – dans tous les sens du terme d’ailleurs, c’est le parti-pris graphique de Stéphane Fert. Car on a là un dessin (devrais-je dire une peinture ?) de toute beauté, qui fait fi du réalisme, pour privilégier une interprétation très poétique du conte. Je dis tout ça avec d’autant moins de retenue que ce n’est pas forcément ce type de dessin qui me plait le plus. Mais là, je dois reconnaître le talent de l’auteur ! La colorisation, qui joue sur des tons mauves, roses et bleus, mâtinés de dégradés de gris et de noir, est, quant à elle, tout à fait à mon goût. Delcourt met d’ailleurs bien en valeur ce beau travail, avec une couverture épaisse et un titre en relief. Voilà pour le plumage. Pour ce qui est du ramage, je l’ai trouvé un petit peu moins original. Je ne connais pas précisément le conte originel des frères Grimm, mais j’ai retrouvé ici quelques points communs avec « Peau d’âne » (un roi amoureux de sa fille, qui vit cachée dans la forêt, portant une peau de bête, etc.). Le personnage de la fée/sorcière apporte quelques discrètes touches d’humour. Au final, je dirais que c’est un album à réserver aux lecteurs misant davantage sur la poésie que sur le rationnel, et que ce sombre feu d’artifices ajoute quelques épices à un plat non pas banal (ce serait vraiment forcer le trait que de dire ça), mais quand même un peu « commun ». Mais je suis tout de même ressorti enchanté de ma lecture.

04/12/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai bien aimé ce conte. La narration moderne et le dessin rond, difforme et caricatural (mais toujours élégant à mes yeux) de Stéphane Fert me plaisent énormément. La morale de l’histoire est en phase avec notre époque mais elle passe au second plan face à l’humour et à l’intelligence du récit. Ce n’est qu’après la lecture, en y réfléchissant, que l’on se dit que ce qui nous a été conté était loin d’être idiot et que l’idée derrière les mots et le dessin et bel et bien un message universel digne d’un conte. Blue boy parle de désinvolture et de flamboyance. PAco souligne l’intelligence et la pertinence de l’adaptation. Que voulez-vous que je rajoute ? Je suis tout simplement bien d’accord avec eux.

24/06/2019 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Blue Boy

Après avoir revisité le mythologie celte de façon très originale avec Morgane, Stéphane Fert nous enchante de nouveau avec cette adaptation d’un conte des Frères Grimm, « Toutes-Fourrures ». Une fois de plus, le dessinateur-scénariste semble avoir bénéficié d’une totale liberté de l’éditeur (et on ne s’en plaindra pas), de par sa technique bien particulière mêlant désinvolture et flamboyance. Un style graphique unique irradié par l’aura d’un Matisse ou d’un Gauguin. Un talent de coloriste procurant instantanément l’émerveillement, un univers foisonnant totalement immersif, qui charme et fait frémir en même temps. Pas de doute, on est bien dans le conte de fées, mais le vrai, le gothique, à mille lieues des mièvreries disneyiennes. Si l’aspect graphique de l’objet est prépondérant, Stéphane Fert n’en a pas pour autant oublié la narration, bien construite et captivante. Refusant la facilité d’un copier-coller de l’œuvre originale, il s’est complètement approprié l’histoire, non sans humour, et l’a modernisé en y intégrant un point de vue féministe, comme pour « Morgane ». Il est vrai qu’à travers les siècles, contes et mythologie étaient empreints d’un patriarcat odieux où la femme avait rarement le beau rôle, et Fert semble vouloir s’employer à faire un peu de dépoussiérage. Ronces, le personnage central du récit, va se construire seule, sans ce père qui l’abandonne alors qu’elle n’est qu’une enfant, pour la demander en mariage une fois devenue jeune fille ! Mais Ronces a entretemps appris la liberté. Elle refuse l’inceste, s’exposant ainsi à une malédiction de son géniteur qui fera d’elle un monstre aux yeux des hommes. Mais sous le pinceau de Stéphane Fert, la jeune femme apparaît comme une reine d’une beauté terrifiante, à l’allure dominatrice, qui envoûte tous les hommes s’approchant d’elle. Ronces les broie ou les avale comme de misérables vermisseaux, une façon peut-être de venger sa mère qui avait dû fuir son village sous les assauts répétés de la gent mâle. Présenté dans une très belle édition à la couverture veloutée, mettant en éveil nos sens tactiles - un parti pris assez logique puisqu’il est largement question ici d’enveloppe charnelle -, « Peau de Mille Bêtes » brille d’un éclat à la fois sombre et lumineux, remettant avec brio un conte d’antan au goût du jour. De la fort belle ouvrage, et à n’en pas douter, l’un des plus beaux albums de l’année.

06/06/2019 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

Wow ! La voilà la surprise de ce début de printemps côté roman graphique ! Cette adaptation de "Peau de Mille Bêtes" des frères Grimm qui inspirera ensuite le conte Peau d'Âne est une parfaite réussite ! Belle est une jeune femme magnifique que tous les hommes du village courtisent et aimeraient bien épouser. Mais lassée de cette situation, Belle s'enfuie dans la forêt où elle sera recueillie par le roi Lucane ; ils y vivront une idylle parfaite qui donnera naissance à une fille : Ronce. Tout se passe merveilleusement bien jusqu'à ce que Belle meure et que le roi sombre dans une dépression profonde pendant de longues années jusqu'à ce que la jeune Ronce devienne à son tour une belle jeune femme, ce que ne va pas manquer de finir par remarquer le roi... La force des contes réside dans l'universalité des messages qu'ils délivrent même à travers le temps. Si certains vieillissent mieux que d'autres, la force de cet album tient à la réussite de son adaptation qui a su intégrer le questionnement actuel de la place des femmes dans nos sociétés. J'ai même poussé le vice à retrouver le texte original des frères Grimm pour comparer, et c'est là qu'on réalise toute la qualité du travail de Stéphane Fert. Rien ne manque au conte original ; il pose tranquillement ses pions pour nous proposer une version des plus actuelle de ce "Peau de Mille Bêtes" avec en prime un graphisme des plus somptueux. Certaines planches sont tout bonnement magnifiques ! Entre l'absence d'encrage sur beaucoup de cases et une palette de couleurs des plus réussie j'avoue sortir de cette lecture complètement conquis ! A découvrir, je recommande chaudement !

03/04/2019 (modifier)