Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Zoulouland

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 7 avis)

La transcription romancée de la guerre entre les Anglais et les Zoulous en 1879, restituée par un Ramaïoli bien documenté sur le sujet.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Afrique du Sud Afrique Noire Le Colonialisme

Le jeune Kévin, enrolé dans l'armée coloniale anglaise, arrive dans un monde nouveau pour lui : l'Afrique australe, où les armées de la reine Victoria convoitent la possession de tout l'est du continent. Un obstacle s'oppose à eux : les Zoulous, peuple indigêne particulièrement belliqueux, dont l'armée est la plus agressive de toute l'Afrique, avec ses 40.000 guerriers disciplinés, braves, endurants, et féroces. Kévin rencontre John Dundee, un Ecossais fort en gueule, hâbleur, amateur de Whiskey, mais qui connait bien l'Afrique, et se démarque des préjugés méprisants des officiers anglais pour les noirs... La suite lui donne raison. L'arrière garde de Lord Chelmsford (2000 hommes) se fait étriller par 20.000 zoulous lors du désastre de l'Isandlwhana (voir l'excellent film "L'ultime attaque") Pour la première fois dans l'histoire, une armée équipée de sagaies parvient à décimer une unité armée de fusils et appuyée de canons ! Les autres colonnes anglaises dispersées sont menacées. Dundee et Kévin échappent au massacre et aident celles ci à échapper à l'anéantissement, notamment lors de la défense du fortin improvisé de Rorke's Drift. Kévin tombe amoureux d'une jeune zouloue (fille de Dundee ? A vrai dire, le brave homme n'en sait trop rien, il s'est montré un peu leste avec les jolies filles du coin et a un peu engrossé partout). Mais la jeune fille meurt, tuée par des soldats anglais ivres. La saga de la campagne de 1879 est entrecoupée par les récits de Dundee au sujet de Shaka, le fondateur du royaume zoulou, qui a transformé ce petit peuple en le rebaptisant pour en faire une puissance s'imposant aux dépens des autres tribus. Un Napoléon noir ! Toutefois, les Anglais se reprennent. Lord Chelmsford, sachant qu'il va être remplacé pour ses premiers échecs, tente le tout pour le tout pour finir en beauté. A Ulundi, ses carrés d'infanterie écrasent les Zoulous courageux, mais impuissants contre cette puissance de feu cette fois ci préparée. Après la défaite, Dundee n'a qu'une idée en tête : capturer Dabulamanzi, de la famille royale, l'âme de la résistance zouloue. Mais le nouveau général, Sir Wolseley, tient d'abord à ce qu'il capture le roi Cetewayo. C'est chose faite. Le roi prisonnier dans l'album n° 16 se rend, et est exilé.

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 1987
Statut histoire Série terminée 18 tomes parus
Couverture de la série Zoulouland

17/10/2002 | SAMOURAI
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette superbe création de Ramaïoli commencée en 1987 (avec son compère Durand pour les 2 premiers tomes) raconte les excès du colonialisme sauvage, ici perpétrés par les Britanniques en Afrique australe. Pour atténuer l'aspect trop didactique qui aurait pu nuire à la série, Ramaïoli conte l'épopée des Zoulous, peuple puissant et fier organisé en terribles castes militaires, à travers les destins de 2 personnages principaux : les Ecossais Kevin Stuart et John Dundee. Kevin est un soldat impulsif qui a tous les défauts de la jeunesse, sensible aux provocations, mais dont le caractère se forge au fil du récit, car être témoin si jeune de carnages abominables et de haine aveugle, bouscule ses idéaux. De son côté, Dundee donne l'impression d'un éclaireur au coeur endurci, il a vécu longtemps parmi le peuple Zoulou et il a le respect de certains chefs ; c'est un homme complexe, dont les yeux ont vu beaucoup de sang, d'injustice et de folie humaine, et il n'approuve pas la façon dont l'Empire britannique mène cette guerre contre le "Peuple du ciel". Certes, les Anglais ne peuvent tolérer une telle menace à leurs frontières, mais leur méthode basée sur l'extermination, le mépris et le racisme (toujours le bon vieux cliché du sauvage non civilisé) rebute Dundee qui en plus, est un bourru sympathique ayant des problèmes avec l'autorité. Ce vieux briscard qui est finalement très humain sous ses dehors rageurs, a la physionomie de Kirk Douglas, ce qui n'est sûrement pas un hasard. Son rôle sera déterminant dans de nombreuses séquences. Ramaïoli assurant seul dessin et scénario, dépeint avec talent dans le premier cycle la formidable apogée du peuple Zoulou menée par le roi Cetewayo, à la limite de la folie jusqu'à sa capitulation face à l'armée britannique. Entretemps, les Zoulous ont infligé à l'Angleterre sa pire défaite coloniale à Isandhlawna le 22 janvier 1879, et il fallut l'appoint d'une armée de renfort de 10 000 hommes et plus de 6 mois de campagne pour écraser ce peuple, régi par une discipline de fer et pratiquant la guerre d'une manière impitoyable. Cet épisode a été bien illustré en 1964 dans le film Zoulou, puis en 1979 dans le film L'Ultime attaque. Le second cycle conte en flash-back la mise en place de la tactique guerrière des Zoulous par leur premier roi Shaka ; ces séquences sont habilement narrées par Dundee, on en apprend un peu plus sur lui plus jeune, et l'érotisme y est parfois présent. A l'aide d'une documentation solide et d'images fortes au trait vigoureux (la violence des combats est bien réelle), Ramaïoli tient son lecteur en haleine en réussissant une saga passionnante en 3 cycles de 6 albums, totalisant ainsi 18 albums ; c'est là que le bât blesse car il aurait pu aisément la raccourcir, par endroits le récit traîne un peu, et à l'achat, même en occase, ça fait cher le kilo. Mais ça reste une belle série.

27/06/2013 (modifier)
Par Bleitos
Note: 3/5

Bon récit historique, très bien documenté, avec une histoire suivie plutôt intéressante et des personnages relativement travaillés. Je conseille l’achat aux amateurs de BD historiques, sinon cela risque d’être un peu décevant (je me suis arrêté au tome 6). Une touche humoristique très appréciable pour une aventure intéressante dans un contexte peu abordé en général.

13/02/2010 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

"Zoulouland" ?... une sorte de western qui se passe en Afrique du Sud. Une série formée de deux histoires : celle du peuple zoulou et de sa puissance, et celle de deux écossais engagés dans l'armée britannique. Et historiquement parlant, ces deux peuples, ces deux mentalités, ces deux structures s'affrontèrent au 19ème siècle (deux excellents films d'ailleurs ont été réalisés : "Zoulou" et "Zoulou dawn", où je me souviens d'une incroyable bataille s'étant passée dans un fort de l'armée britannique). Une bonne série où Ramaïoli y va d'un graphisme réaliste, dont le trait me fait parfois penser à celui -puissant- de Palacios (McCoy). Le scénario ?... à vrai dire, il existait déjà : les diverses campagnes britanniques de cette époque ayant été consignées par écrit. Une bonne série, parfois un peu longuette, sans trop de parti pris pour l'un ou l'autre camp, et qui nous conte cette mainmise de l'empire britannique d'alors sur cette partie de l'Afrique.

03/09/2007 (modifier)
Par Dakhan
Note: 3/5

Une série intéressante sur le plan historique puisqu'elle semble assez documentée et relativement fidèle à la réalité. Mais les auteurs n'ont pas oublié l'aventure dans tout cela. Aventure qui reste, à mon sens, la caractéristique principale de cette série (ça me fait un peu penser à Blueberry du temps de Charlier). Une série cependant un peu longue dont le scénario ne m'a pas captivé assez pour chercher à en connaître la fin.

18/12/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Des dessins tout à fait corrects, une narration dynamique, une histoire assez prenante, cette série se lit très bien. C'est vraiment une Bd historique. A ce titre, c'est essentiellement le côté instructif, détaillé et intéressant qui prime ici. On est plongé dans des évènements qui m'étaient particulièrement méconnus jusqu'à présent, de même que les lieux et les personnages. Bref, on apprend beaucoup en lisant cette série. Et pour peu qu'on soit intéressé par le sujet, l'histoire telle qu'elle est racontée ici est suffisamment captivante pour passer un bon moment. Maintenant, je me vois mal conseiller l'achat de cette série tant la quantité de tomes parus est grande. A lire, oui, mais plutôt en l'empruntant en bibliothèque à moins d'être vraiment passionné d'Histoire et d'Afrique.

20/09/2004 (modifier)
Par Gevaudan
Note: 3/5

"Zoulouland" fait partie de ces séries qui se focalisent sur une période historique précise, souvent peu connue du grand public et, s'appuyant sur une documentation solide, nous livre une intrigue qui surfe avec plus ou moins de finesse sur les évènements liés à son contexte. Lorsque la sauce prend, c'est à la fois divertissant et très instructif. Dans ce cas précis, le cocktail est plus ou moins réussi. Je trouve la période choisie vraiment originale et passionnante, et le travail de recueil d'informations de l'auteur m'a réellement impressionné. Un bon côté documentaire, donc (si vous couplez ça avec des films comme "Zoulou!" et "La bataille d'Isandlwana", vous serez incollables sur les guerres zouloues). En revanche, le dessin est franchement moyen et doit rebuter pas mal de monde. Enfin, cette BD est un véritable marathon et le nombre de tomes à lire en découragera plus d'un (c'est pour cela que je ne le recommande clairement pas à l'achat).

31/03/2004 (modifier)
Par SAMOURAI
Note: 3/5

"Zoulouland" est une chronique historique à coté de laquelle il est difficile de passer pour tous ceux qui aiment l'Histoire de l'Afrique au XIX° siècle, avec bien sûr des personnages de fiction pour ne pas transformer tout cela en dissertation scolaire. Mais Ramaïoli s'est documenté à fond sur le sujet. Tout sonne juste, des uniformes anglais aux moeurs zoulous. Des scènes d'une cruauté qui ne se cache pas, la réalité crue et sans fards. Mais aussi des dessins d'une précision extrème et un point de vue nuancée sur ce grand affrontement entre deux civilisations. On pourra hélas regretter le coté "histoire à rallonge" (16 tomes pour le moment, et un 17° est en route !) Ramaïoli ne veut pas lâcher sa série ! Le personnage principal, John Dundee, finit par en être lassant (buveur, querelleur, rebelle, mais aussi ouvert et tolérant). 16 albums (dont on se sent contraint d'acheter au moins les 6 premiers tomes puis le 14° pour tenter de cerner à peu près l'histoire, non c'est trop). Une bonne série en soi... mais trop trop longue.

17/10/2002 (modifier)