L'Histoire des 3 Adolf

Note: 3.76/5
(3.76/5 pour 21 avis)

Une amitié entre un jeune allemand et un jeune juif, dechirée par l'arrivée du nazisme.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale 1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Allemagne BDs à offrir Gekiga Le Japon historique Le meilleur du Manga Les meilleurs mangas courts Nazisme et Shoah Racisme, fascisme Seinen Shogakukan Tezuka Tonkam

Au japon un peu avant le début de la seconde guerre mondiale, deux jeunes enfants se lient d'amitié : l'un est juif (Adolf Kamil) l'autre allemand de mère japonnaise (Adolf Kauffmann). Fils d'un cadre du parti nazi, Adolf kauffmmann est envoyé en Allemagne pour intégrer les jeunesses hitleriennes. Alors qu'Adolf Kamil reste au Japon pour organiser la protection des juifs dans un Japon de plus en plus gagné par les idéaux nazis. En parallèle, un journaliste japonais enquête sur le meurtre de son frère, activiste anti-nazi. Celui-ci aurait eu en sa possession des documents très compromettants sur Hitler, capable de faire basculer la guerre. Apparition du troisieme adolf : Hitler. La descente aux enfers des 3 Adolf.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juillet 1998
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série L'Histoire des 3 Adolf
Les notes (21)
Cliquez pour lire les avis

30/12/2002 | fourmi
Modifier


Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

C'est avec la réédition de luxe en 2 tomes à l'occasion des 90 ans qu'aurait eu Tezuka que je me suis penché sur cette série que je n'avais pas encore lu de lui. Si c'est une de ses séries les plus connues et les plus apprécié, ce n'est pour ce qui me concerne pas celle que j'ai préféré malgré toutes ses qualités. Tezuka traite dans cette série de la seconde Guerre Mondiale et construit son intrigue autour de trois personnages prénommés Adolf. Hitler fait bien sûr parti du trio, viennent s'y adjoindre deux jeunes garçons vivant au japon. L'un est un juif, fils d'un boulanger, l'autre est à moitié japonais par sa mère et moitié allemand par son père qui travaille pour le consulat du Reich. Nos deux jeunes garçons vont forcément se rencontrer et lier une amitié malgré le contexte historique et la réprobation du père allemand. Ce dernier va d'ailleurs l'envoyer en Allemagne poursuivre ses études dans l'une des écoles des jeunesses hitlérienne les plus renommée. Voilà pour la base, car à coté de ça, Tezuka étoffe très largement son récit avec une foule de personnages qui vont graviter autour de ces Adolf. Ce sont toutes ces petites histoires plutôt que la Grande Histoire qui font la force narrative de Tezuka ; car au lieu de nous raconter la seconde Guerre Mondiale, ses horreurs et la noirceurs de l'âme humaine, il nous dépeint tout cela judicieusement par ces petits rien, ces choix, ces convictions ou ces reniements qui permettent à de telles atrocités de voir le jour ou à quelques anonymes de nous permettre de croire encore un peu dans le genre humain. Concernant son dessin, pas grand chose à rajouter, sinon qu'il est toujours aussi impressionnant d'efficacité de fluidité et d'avant garde pour l'époque. "L'histoire des 3 Adolf" se révèle donc comme une oeuvre majeure d'Osamu Tezuka, même si je lui ai préféré Ayako ou encore Barbara.

04/08/2018 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Tezuka ... Le dieu du manga n'usurpe pas son nom, c'est certain. Il a un talent de conteur, de dessinateur, d'auteur et allie tout cela avec une intelligence de propos. Et toujours le mélange entre la noirceur et l'humanité de tout ses personnages. C'est une véritable mine d'or que chacune de ses séries. Et encore une fois, l'Histoire des 3 Adolf ne déroge pas à la règle. Cette histoire se développe sur toute la période du nazisme (et même après) et prend le temps d'installer ses personnages et son histoire. C'est impressionnant comme il est facile de gober autant de pages alors même que le propos est bien souvent très noir. Mais tout passe sans aucun souci. On retrouve ici bon nombre de thèmes chers à Tezuka : l'humanité des personnages inhumains, la dictature et la guerre (on sent très bien à quel point il a été traumatisé par ce qu'il vécut dans la seconde guerre mondiale), la violence faite aux femmes (qui revient presque tout le temps dans ses œuvres) ... Le tout associés à des nouvelles thématiques autour de l'idéologie nazies, mais aussi de la façon dont tout finit par revenir. Je ne peux pas ici en dire plus sans spoiler, mais la fin est d'une cruauté rare et d'une justesse douloureuse. Elle reboucle parfaitement sur l’imbécilité de l'humain qui n'en finira jamais de se taper dessus et de se haïr. C'en est presque désespérant. J'ai beau savoir que le propos de départ de la BD est une légende urbaine, il n'empêche que je suis époustouflé par la facilité avec laquelle Tezuka utilise cela pour développer une histoire complète autour. Une histoire qui prend au tripes et qui laisse finalement songeur lorsqu'on referme le livre. Je le redis encore une fois, mais le dessin me subjugue à chaque fois. La maestria dont il fait preuve, le dynamisme et la précision qu'il y met est incroyable. Le drame côtoie la comédie, la satyre côtoie la réalité crue, l'histoire côtoie la fiction. C'est impressionnant de réussite dans chaque case, dans chaque organisation de planches. Je ne saurais quoi dire sans donner l'impression de m'épancher encore et encore sur son talent, mais je recommande cette oeuvre. En fait, je recommande plutôt l'auteur. Vraiment.

02/07/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

C’est la première œuvre de Tezuka que je lis, et j’en ressors plutôt satisfait. Tezuka utilise la trame historique, asiatique et européenne, respectant grandes et petites lignes de cette histoire (une chronologie et un épais dossier final encadrent chaque tome en apportant d’importantes précisions historiques). Il ne se permet que quelques distorsions avec la réalité. Au milieu de cela, il introduit ses personnages, dans une vaste fresque où les différents protagonistes, que ce soit au Japon (surtout) ou en Allemagne, se croisent, lient leur destin, dans ce qui ressemble à une tragédie grecque, au sein de laquelle chacun est prisonnier de son destin. Passe au travers de tout cela un message humaniste, montrant à la fois l’absurdité et l’horreur des préjugés racistes, ainsi que les petits accidents de la vie qui font basculer certains du « mauvais côté ». C’est noir, mais bien fichu, pour tous les aspects (trame historique, fresque romanesque presqu’à la « Autant en emporte le vent » et dénonciation du racisme et de l’intolérance) que Tezuka a voulu mêler ici. La lecture de ces quatre tomes (relativement denses, avec plus de 300 pages chacun !) est plutôt fluide, et je regrette juste (affaire de goûts personnels) quelques visages déformés assez caractéristiques du trait « manga ». Une série recommandable assurément. Note réelle 3,5/5. PS : ceux qui veulent compléter cette lecture en restant dans la Bd peuvent lire L'Espion de Staline, relativement bien fichu, qui éclaire la personnalité et le réseau Sorge. Pour la partie Shoah, bien sûr Maus (mais je n’avais pas été très enthousiaste après cette lecture pourtant plébiscitée).

04/03/2017 (modifier)

Je suis fan d'Osamu Tezuka et en voulant découvrir d'un peu plus près ses oeuvres ainsi que la période de la Seconde Guerre Mondiale, j'ai été à la bibliothèque municipale (heureusement !) et j'ai lu la saga en entier. Mais je n'ai pas du tout aimé car cette saga est pénible à suivre. Par exemple dans le premier tome, Togué est censé être ''le héros'', mais voulant venger son frère tué par les Nazis, il se met à frapper, injurier et violer sauvagement une innocente allemande, Rosa qui est la fille d'un acteur de la star-system à Tezuka, Acétylène Lamp qui joue le rôle d'un policier Nazi dans cette saga. Puis Rosa se suicide pendant que Togué prend la fuite. (cette scène de l'histoire m'a le plus choquée et marquée !) La seconde partie est consacrée aux familles allemande et juives et les 2 garçons, 2 Adolf portant le prénom de Hitler, l'actuel dictateur de l'histoire : Kauffman le métissé allemand et japonais et Kamil le juif allemand deviennent rapidement amis alors que leurs parents sont ennemis. Dans les tomes suivants l'histoire s'envenime et se termine par des bains de sang pour chaque personnage, des scènes de tortures, viols et des règlements de comptes entre les familles et les 2 meilleurs amis allemand et juif deviennent les pires ennemis du monde ! D'ailleurs c'est sans doute le manga le plus sombre créé par Osamu Tezuka ; je le déconseille fortement et encore j'ai mis 1 étoile car les dessins sont très beaux comme toujours.

28/05/2013 (modifier)
Par Yannis
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Yannis

Voici un des chefs d'oeuvre de Tezuka. L'histoire des 3 Adolf nous plonge dans les années 30 et 40 au Japon et en Allemagne. On suit le destin de deux Adolf alors que l'élection du 3eme (Hitler) va bouleverser leur relation. L'un juif japonais et l'autre allemand fils de diplomate nazi vont voir leurs chemins se séparer. Rajoutez des intrigues secondaires avec des personnages travaillés et intéressants et vous obtenez un cocktail parfait. Le dessin est dynamique et bien réalisé, toujours aussi reconnaissable. Une oeuvre à découvrir surtout dans sa version Deluxe.

15/04/2013 (modifier)
Par Superjé
Note: 4/5

Une série : MA-GI-STRA-LE !!! Osamu Tezuka aura mené sa série d'une main de maître pendant ces 4 tomes, au niveau du dessin, comme du scénario (mais ces dans le tome final qu'il atteint la perfection). Franchement, rien qu'en jetant un coup-d'œil à une planche, on ressent toute la maîtrise d'un découpage, d'une composition équilibrée, d'un dessin jouant avec les émotions, et le scénario est juste super intelligent. Le dessin est très sophistiqué, les expressions des personnages sont très précises, la composition de ses planches sont assez excellentes, le dessin est fouillé, détaillé, les décors sont de très bonnes qualités et les cadrages réussis... Le seul reproche qu'on peut lui faire (du moins, dans les deux premiers tomes) c'est l'utilisation assez fréquemment du Super-Defromed. Le scénario est très dense. Dans le premier tome, on suit d'abord un journaliste, qui enquête sur la mort de son frère et tente de récupérer un secret qui pourrait faire s'effondrer Hitler et tout le régime et l'idéologie du nazisme sur lequel se base le IIIème Reich. Puis deux enfants qui se prénomment Adolf, l'un juif, l'autre d'un père nazi, habitant dans le même quartier mais néanmoins amis. On aura compris que le troisième et dernier Adolf est Adolf Hitler lui même, qui si il n'apparaît pas beaucoup dans la série, plane dans chaque uniformes militaires, dans chaque croix gammées, et balles tirées par soldats. Le récit sous fond d'enquête et de présentation historique du monde des années 1930 et 1940, entre juif et nazis, est très intéressant et tient en halène, il y a beaucoup de suspens. Mais plus on avance dans la série ; plus il y aura de personnages secondaires qui apparaitront, qui sont assez souvent attachants sinon inoubliables, et très utiles pour la série. Et le final, et vraiment exceptionnel et mériterait à lui seul la note maximale. Voilà, c'est sûrement la série la plus adulte, la plus intelligente, la plus travaillé du pape du manga ; c'est juste génial. Pour les fans de Tezuka, pour ceux qui veulent une excellente fiction prenant pour décor la seconde guerre mondiale, ou pour les allergiques aux mangas (qui voudrait découvrir le genre) je vous conseille cette série.

16/09/2007 (MAJ le 01/02/2011) (modifier)

Cette histoire de Tezuka est l'une des plus matures créées par l'auteur au cours de sa prolifique carrière : il revisite ici la seconde guerre mondiale et la fin d'Hitler, en introduisant deux personnages fictifs prénommés également Adolf (un jeune juif et un jeune allemand) et dont on va suivre les vies sur plusieurs années, ballotés qu'ils vont être par le fil des évènements historiques. L'art de la narration de Tezuka est à son paroxysme, et son dessin aussi : finies les tronches rondouillardes et l'humour imagé. Ici, on est dans le sérieux à fond (à quelques très rares exceptions). Une œuvre maîtresse de l'auteur, dure, froide, inoubliable, indispensable.

28/02/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Comment passer à côté des oeuvres de Osamu Tezuka surtout si on est passionné par l'histoire de la Seconde Guerre mondiale ? Par ailleurs, ce manga présente l'avantage de ne pas s'étaler sur plus de 10 volumes. Je n'ai pas totalement été convaincu par ce récit plus qu'improbable. Les ramifications de ce récit sont plutôt inattendues. Cependant, je me suis laissé entraîner par une brillante narration propre à l'auteur. C'est incontestablement une oeuvre forte. Pas la meilleure mais remarquable tout de même.

05/02/2009 (modifier)
Par fonch001
Note: 3/5

Tezuka est sans doute un grand auteur, mais il ne m'aura pas convaincu avec cette œuvre. Œuvre qui est, de plus, bien desservie par une piteuse édition. Heureusement une version "de luxe" est actuellement en cours de réédition. J'espère que celle-ci corrige les traductions hasardeuses, faute de français, mots manquants et sens de lecture inversé de la "vieille version" que j'ai eu le malheur de lire. Je n'aime pas le graphisme de Tezuka. Celui-ci a bon être considéré comme un maitre, les personnages et plus particulièrement les visages me donnent une forte impression d'amateurisme fort désagréable. Cela ressemble plus à de la caricature qu'à autre chose et ne convient pas du tout au ton sérieux et mature dont se revendique cette œuvre. L'histoire tient plus du témoignage pseudo historique des comportements civils de cette époque trouble que du récit historique. La narration est excellente, l'histoire est riche, mais je n'ai jamais vraiment réussi à être convaincu par tout cela. Et cela pour 2 raisons. La première et l'incompréhension des comportements de certains personnages. En effet, dans le premier tome par exemple, 2 personnages féminins apparaissent. Les actions, ou inactions de ces 2 personnages n'ont, de mon point de vu, aucune rationalité, aucun sens. Je ne veut pas spoiller en en disant plus mais quand on trouve les comportements des gens irrationnels, on ne peut pas accrocher au scénario ! Le second écueil concerne la représentation d'Hitler. Celui-ci passe pour un fou. Je ne suis pas d'accord et je trouve que cela dessert le manga. En le faisant passer pour fou (au sens clinique), on peut lui trouver quelque humanité, quelques circonstances atténuantes... Or je suis intimement persuadé qu'il faut être sain d'esprit pour manipuler ainsi les foules et faire toutes ces horreurs. Ce n'est, à mon sens, qu'en montrant un monstre d'inhumanité, froid, méthodique et sans vergogne, que l'on peut expliquer le jusqu'au boutisme des actes nazis. Bref, un témoignage intéressant, qui participe à l'effort de mémoire et de réflexion indispensable, mais une œuvre trop perfectible et incomplète pour en conseiller l'achat.

18/12/2008 (modifier)
Par Gaston
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

Un excellent récit mené de main de maître par le dieu du manga Osamu Tezuka ! Hormis la fin du tome 2 qui est un peu long et peu passionnant, cette série nous tient en haleine avec uns scénario palpitant et un bon dessin. Ce qui rend le récit exceptionnel c'est le caractère humain de l'histoire. Les documents sur les origines d'Hitler et tout le reste ne sont là que pour montrer la folie des hommes et des personnages pas toujours manichéens. Le meilleur exemple est Adolf Kaufman. Au début, il est un gamin innocent qui n'a rien contre les juifs, qui devient un nazi avec un esprit proche de la folie à cause de son amitié avec un autre Adolf, juif, et un amour envers une fille, juive elle aussi. Et puis y sa mère qui aime un japonais. Chose inconcevable dans son esprit. J'ai bien aimé que l'histoire finisse avec la guerre entre les juifs et les palestiniens. Je vois ça comme une sorte de deuxième guerre mondiale. Dans chacune y a des gens qui tuent d'autres gens pour bâtir un monde 'meilleur'. C'est peut être ça le message de Tezuka. La connerie humaine est indestructible et l'ironie du destin encore plus. Et puis y a aussi cette conception de 'justice' qui change selon la mentalité des gens. L'histoire des trois Adolf est un bon manga qui donne à réfléchir sur le destin de l'humanité.

25/12/2007 (MAJ le 26/05/2008) (modifier)