Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Maîtres Inquisiteurs

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 6 avis)

Les Chroniques des Maitres Inquisiteurs, mages guerriers, formés pour garantir la justice et la paix sur les terres d'Oscitan.


Auteurs Italiens Lanfeust Mag

1150 Le Chaos, la guerre qui embrasa durant 1000 ans les terres d'Oscitan, prend fin. Alors que les combats masquaient les actes criminels, la paix les dévoile un peu. Meurtres, chantages, vols, outrages, vices, conflits commerciaux, apparaissent au grand jour. Pour faire régner la loi et lutter contre le crime, les Mages, artisans de la paix, ont créé un ordre : Les Maîtres Inquisiteurs.

Scénaristes
Dessinateurs
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Mars 2015
Statut histoire Une histoire par tome 14 tomes parus
Couverture de la série Les Maîtres Inquisiteurs
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

03/07/2015 | PAco
Modifier


Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Voilà que Jean-Luc Istin repart en selle pour nous proposer un univers complet qui sera développé dans 6 tomes. Chaque tome indépendant confié à un scénariste et à un dessinateur différent nous contera les aventures d'un des Maître Inquisiteur, ces mages guerriers, garants de l'ordre et de la justice dans ces terres tumultueuses et à peine pacifiées d'Oscitan. Le 6e et dernier tome verra le fil conducteur qui traverse chaque opus réunir nos cinq protagonistes dans un tome conclusif. Et Istin a su réunir du beau monde pour son projet. Le tome 1 voit le retour du duo Olivier Peru au scénario et Pierre-Denis Goux au dessin. Le second, Nicolas Jarry et Paolo Deplano, un autre duo qui se connait bien. Le premier tome nous raconte l'histoire d'Obeyron, Maître Inquisiteur austère, qui, de par sa droiture et son intransigeance, a su au fil des ans semer les graines d'une haine grandissante à son égard. Il manque y perdre la vie dans une embuscade où il est laissé pour mort. C'est l'enquête sur sa propre "mort" qui nous est ici raconté. Le dessin de Pierre-Denis Goux m'a complètement séduit. Que ce soit ses architectures ou ses séquences en pleine forêt, ses planches sont d'un rendu impressionnant ! On est rapidement immergé dans cet univers complet et complexe. En même temps, on est pas non plus en terra incognita totale. Les races (elfes, nains, humains, orcs et consorts...) qui le composent ne nous sont pas inconnues, et tout cela est tissé de façon intelligente dans une intrigue qui au delà ce ce seul opus, va nous former une fresque dont on sent les prémices pointer au fil de l'album. Le second tome s'attache à nous présenter Sasmaël à travers la nouvelle enquête qui vient de lui être confié. Si je préférais le trait de de Pierre-Denis Goux, Paolo Deplano a aussi du talent à revendre. Il est tout aussi à l'aise dans ces grandes citées marchandes ou ces port francs qui ponctuent le parcours de nos enquêteurs, et cela rends la narration agréable et fluide. On retrouve le caractère torturé de ces Inquisiteurs (un comble ^^), ce qui donne une profondeur psychologique intéressante aux personnages. Espérons par contre que cela ne tourne pas à la marque de fabrique pour les trois autres qui nous restent si on veut espérer un peu d'originalité. Mais vu le très bon départ que nous propose ces deux premiers albums, restons confiants ! C'est donc avec attention que je suivrais la suite de cette série prometteuse et jusqu'ici plutôt bien réussie ! Et voilà le troisième tome ! Jean-Luc Istin garde donc les rennes du scénario de cette série, mais c'est cette fois-ci Augustin Popescu qu'on retrouve au dessin et je découvre son travail avec cet album. Ce sont cette-fois-ci sur les pas de l'Inquisiteur Nikolaï qu'on va nous lancer. Particularité de ce troisième Inquisiteur, et non des moindres : il est aveugle. J'avoue avoir eu un peu de mal à rentrer pleinement dans l'histoire à cause de ce postulat... J'ai eu un peu de mal à me faire à l'idée qu'un mage guerrier puisse être aveugle... mais finalement, l'histoire nous expliquera pourquoi et l'intérêt et les avantages de ce handicape. Il permet par ailleurs à Istin de nous proposer un final très intéressant et une résolution d'enquête qui va en plus élargir la trame scénaristique et rebondir sur la suite de la série. Malgré cela, ce n'est pas le titre que j'ai le plus apprécié de la série. D'une part à cause du manque de personnalité de l'elfe qui l'accompagne. Autant dans les autres albums, j'avais aimé ce côté faire-valoir de ces personnages secondaires, autant là, j'ai trouvé que le personnage de Boldween n'apportait pas grand chose. D'autre part je n'ai pas aimé la mise en couleur de cet album que j'ai trouvé trop informatisée, ce qui ne ne valorise pas le trait et l'encrage d'Augustin Popescu. Au final, voilà un album qui s'il est plutôt correct dans l'ensemble, réussit à trouver grâce à mes yeux par une résolution d'enquête intéressante et des révélations finales qui permettent de redonner un intérêt à la série dans son ensemble. Je descends donc ma note à 3/5 en attendant de voir ce que donnera la suite que je vais continuer de suivre avec curiosité. Avec ce tome 5, « Aronn », on remonte le niveau d’un cran. Ce sont Sylvain Cordurié au scénario et Jean-Charles Poupard au dessin qui s’associent pour cet opus. Et ma fois, le duo fonctionne plutôt bien ! D’une part l’intrigue un peu plus poussée que les tomes précédents m’a bien plu, et les personnages tant principaux que secondaires donnent une autre dimension à cet album comparé aux précédents (mention spéciale à l’elfe Eldurin le compagnon de Aronn). Tout cela s’insère tranquillement dans la trame plus générale de la série et donne au final l’album le plus abouti à mon sens de cet univers. Le dessin de Jean-Charles Poupard appuie pleinement ce ressenti et donne corps de façon très réussie à ce récit, tout en s’inscrivant dans l’univers déjà tracé par les tomes précédents. Il reste maintenant à attendre le 6e et dernier tome pour donner une note finale à cette série ; en attendant, je passe ma note à 3.5/5

03/07/2015 (MAJ le 25/06/2016) (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Seulement pas mal me direz vous. Ben oui, car comme justement précisé par mes petits camarades, nous sommes en terrain connu, que dis-je ultra, méga connu. Nains bourrus, elfes sagaces et omniscients ou presque, dragons, forêts hantées et tutti quanti. Nous avons même le magicien ou devrais je dire le sorcier qui dans l'ombre... Bon OK je pars sur des bases qui sembleraient noircir un peu le tableau, il n'empêche que tout ça se lit fort bien et que l'ensemble est agréable. Même si les figures imposées sont archiconnues, elles ont, grâce au dessin et sans doute au rythme insufflé au scénario, de quoi nous tenir en haleine. Allez, je refais mon chieur encore un coup ; les dragons sont assez moyens et de plus ils n'ont pas la même tronche quand ils attaquent ou quand ils baguenaudent dans la prairie. Ceci dit c'est une bonne BD dans son genre mais elle ne révolutionne pas le genre de l'héroic-fantasy. A lire tout de même pour le dépaysement qu'elle procure. Nous revoilà pour une majoration à l'issue de la lecture du tome 2 Ce deuxième tome ne me fera pas changer ma note initiale, je reste à pas mal car deux trois trucs me chiffonnent. Dès le début de ce tome j'ai eu l'impression de me retrouver dans un épisode des "Experts", en effet lors d'une autopsie qu'il pratique l'inquisiteur Sasmaël nous assène tout un déluge de termes techniques que n'aurait pas renié Horacio. Tout simplement ça ne colle pas pour moi avec l'ambiance générale d'un monde finalement archaïque ou alors ce sont des réminiscences "d'avant" le chaos. Autre point un brin négatif c'est cette relation assez ambiguë entre l'inquisiteur et son elfe, ça joue vaguement sur un truc je t'aime mais nous ne passerons jamais à l'acte et au final c'est une relation de maître à esclave qui s'instaure ??? Après dans cet opus pas mal de raccourcis qui facilitent l'avancée des choses, quant au dessin il est très quelconque, pas mal, mais c'est celui que l'on voit un peu partout aujourd'hui notamment dans les productions Soleil. Pas d'achat mais je ne dis pas qu'à l'occasion je ne piocherais pas dans les rayons de la médiathèque.

27/07/2015 (MAJ le 07/04/2016) (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai emprunté les quatre albums parus de cette série un peu à reculons, car je ne suis pas fan du changement de dessinateur dans une même série. Cela peut passer ici puisque ce sont généralement des personnages différents d’un album à l’autre (même si je suis circonspect concernant le sixième et dernier album censé regrouper tous les fils de l’intrigue, et surtout tous les personnages : quels traits auront-ils ?). Istin (généralement friand d’intrigues ésotériques et moyenâgeuses) est censé garantir la cohérence de l’univers qu’il a créé. Créé, mais sans non plus trop d’originalité (la carte du monde, le nom des lieux, de certains peuples et certains événements s’inspirant clairement de l’histoire et de la géographie Européenne et du monde méditerranéen, le tout assaisonné de pincées de Tolkien). Ceci étant dit, les deux premiers albums se laissent lire, les deux duos d’inquisiteurs/elfes étant complémentaires, et les intrigues relativement (sans que ce soit palpitant quand même !) intéressantes. Tous les albums sont sur le même modèle : un duo inquisiteur/elfe mène une enquête, indépendante des autres, même si on nous fait comprendre que tout est lié, et qu’un complot semble se mettre en place (et être résolu dans le dernier album réunissant les différents inquisiteurs). J’aurais peut-être mis trois étoiles à ces deux premiers tomes. Mais dès le troisième cela se gâte. L’intrigue est moins réussie, et le dessin n’est pas de mon goût (travaillé à l’ordi ?). J’ai suivi le pèlerinage sans enthousiasme… Quant au quatrième tome – probablement le dernier de la série que je lirai – je l’ai trouvé encore plus décevant. C’est clairement le moins bon depuis le début de cette série ! En effet, je n’ai pas aimé le dessin, mais surtout j’ai trouvé l’intrigue ultra quelconque, et s’éloignant en plus de l’univers de départ. Pour parachever le tout, on y retrouve les travers de pas mal de productions Soleil (monde de Troll et compagnie) : le trait, des pépés improbables dans une ambiance vaguement érotique. De plus, cela bascule vers le fantastique (mal amené) au milieu d’une jungle dans laquelle de vieux temples croupissent : eh oui, on reconnaît là les artifices de Dorison (Long John Silver), Dufaux (Conquistador (Glénat)) pour redynamiser maladroitement une intrigue : cela ne m’a jamais convaincu, bien au contraire (on le sentait venir en regardant la couverture cela dit) ! Une série décevante, qui est loin de renouveler le genre Fantasy, un peu encombré, en particulier chez Soleil.

19/03/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Le scénario est difficile à suivre au départ car nous sommes en immersion dans un monde d’héroïc fantasy avec sa cartographie. Fort heureusement, les choses rentreront dans l’ordre à un moment donné. Il y a de nombreux flash-back et des discussions avec un fantôme qui brouillent les pistes. Le graphisme est bien évidemment impeccable. Le dessin est un plaisir pour la vue non pas tant pour les personnages mais pour les éléments du décor ou les dragons noirs qui paraissent terrifiants. La maîtrise graphique est assurée. Pour le reste, cela demeure classique dans la trame mais c’est toujours intéressant de voir une telle évolution. Les bases sont bien présentes. On attend juste une envolée dans quelque chose de plus extraordinaire. Il y a quinze ans, cette série aurait sans doute marqué les esprits. Dans la superproduction actuelle, il faut en faire plus pour se démarquer. J’attends surtout le 6ème tome pour voir comment sera réalisé le lien entre tous ces maîtres inquisiteurs.

07/03/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Voici une nouvelle série concept de chez Soleil, sur le même modèle que Elfes et Nains, qui explore cette fois l'univers de mages guerriers censés garantir protection et justice. Le concept est donc étendu en s'appuyant sur le savoir-faire et l'efficacité des 2 précédentes séries, mais je commence un peu à saturer devant celle-ci qui sent évidemment le commercial à plein nez ; quelle sera la prochaine ? une série sur les Orcs ? Au final, je me suis carrément ennuyé avec ce tome 1, et je ne sais pas trop comment l'expliquer, car Elfes et Nains m'ont plu, et j'aime ce genre de fantasy. Est-ce l'intrigue que j'ai trouvé brouillonne ou sans intérêt ? Est-ce que ça vient des personnages qui m'ont paru inintéressants ? Est-ce à cause d'un dialogue ultra verbeux qui m'a assommé ? Je ne sais pas... Pourtant O. Péru semble à l'aise dans l'écriture de ce genre d'univers, après Mjöllnir, où il retrouve justement Goux dont le dessin m'avait totalement séduit sur cette Bd. Et je trouve que sa présentation de l'univers de ces Maîtres inquisiteurs en premières pages est solide et crédible. Alors à quoi cela tient-il ? Sans doute un mix de ces raisons évoquées, et aussi le fait de sentir que les éditeurs ne savent plus quoi faire pour attirer le client en usant une formule qui au départ était bonne... Il n'y a donc que le dessin de Goux qui m'a plu dans cet album, il est puissant et convient bien à ce genre et au ton sombre donné par Péru, mais l'ensemble est encore une fois très inspiré de Tolkien, et particulièrement du Seigneur des Anneaux (notamment la dernière page sur la cité de Saraigne avec la porte immense qui rappelle les statues géantes de l'Argonath). Je ne voudrais pas rester sur cette impression négative, mais même si je ne suis pas très motivé dans l'immédiat, je tenterai peut-être la lecture des tomes suivants dès qu'une des médiathèques que je fréquente les possédera...

24/12/2015 (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Après les Nains et les Elfes, voici les "Maîtres inquisiteurs" : une nouvelle série-univers chez Soleil. 6 tomes sont prévus, 2 sont déjà sortis. J'ai beaucoup aimé le T1, consacré à Obeyron et à sa vengeance contre ceux qui tentèrent de se débarrasser de lui en l'envoyant en mission au cœur d'une foret peuplée de dangers (et de dragons). Sauf que je n'avais pas capté dès le départ qu'il s'agissait d'une série à tomes indépendants et que donc je m'attendais à lire la suite dans le T2... Du coup il m'a fallu quelques pages pour arrêter de chercher du lien avec le premier opus et prendre cette histoire pour ce qu'elle est : un tout ! Pour le coup, c'est de ma faute, rien à reprocher aux auteurs, sinon le fait de multiplier à l'infini un concept qui finit donc par perdre son originalité et qui commence à sentir la pompe à fric. Malgré tout, je ne peux nier la masse de boulot, tant au niveau des histoires (quelle imagination fertile !) et du dessin et de la mise en couleur : c'est un sacré boulot qui ravit l’œil du lecteur. C'est juste que moi, personnellement, j'ai besoin de lire autre chose. Objectivement une bonne série, pensée, travaillée et bornée dans le temps. Mais pas ce que je recherche aujourd'hui.

12/07/2015 (modifier)