Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Zéro pour l'éternité (Eien no zero)

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Loin des clichés habituels sur la guerre, l'armée japonaise et le patriotisme exacerbé de cette époque, Zero pour l'éternite est une œuvre passionnante et complexe. A travers la quête identitaire du jeune Kentaro, les auteurs nous livrent une œuvre multi-générationnelle qui lève le voile sur de nombreux aspects méconnus de l'histoire, et qui ravira sans mal les férus d'aviation.


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale 1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Akata / Delcourt Aviation Futabasha Les Kamikazes Seinen [Seconde Guerre mondiale] La Guerre du Pacifique et le conflit sino-japonais

À la demande de sa soeur, romancière, Kentarô se plonge dans le passé familial à la recherche de ce grand-père, aviateur et kamikaze décédé à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et dont il ignorait l'existence. En recueillant les témoignages de ses anciens camarades de combat, Kentarô découvre un soldat et un pilote de haut niveau mais aussi un patriote pour qui la famille passait avant tout. Même le sacrifice du kamikaze.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Janvier 2013
Statut histoire Série terminée 5 tomes parus
Couverture de la série Zéro pour l'éternité
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

28/07/2013 | Erik
Modifier


Par Pierig
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pierig

Zéro pour l’éternité est un manga qu'il me tardait de lire. La guerre du pacifique est surtout documentée du côté allié avec, bien souvent, une caricature grossière réduisant l’aviateur japonais à un kamikaze illuminé. Cette série se propose de faire écho d’un autre son de cloche en nuançant cette caricature. Certes, ce suicide programmé à grande échelle ne se retrouve pas, à ma connaissance, dans les autres factions belligérantes, mais les kamikazes n’avaient pas tous envie de mourir. L’envie de vivre était aussi très présente. Alors, comment expliquer ces sentiments contradictoires ? C’est ce que tente de faire ce manga en retraçant le parcours de Miabe, aviateur de la marine impériale, mort en kamikaze les derniers jours du conflit. Miabe est le grand-père de Kentaro, jeune Japonais lymphatique que rien n’intéresse. C’est suite à la demande rémunérée de sa sœur qu’il va commencer son enquête sur ce grand-père qu’il n’a forcément pas connu. A travers diverses rencontres avec des hommes ayant côtoyé Miabe, Kentaro va petit à petit se réveiller et s’impliquer personnellement pour mieux connaître le vrai visage de son grand-père. On découvre donc des bribes de l’histoire de ce héros atypique au gré des rencontres. Le premier écho est celui d’un pleutre qui se débine à la première escarmouche et qui tient davantage à sa vie qu’à sa patrie. Ce cliché sera, vous vous en doutez, nuancé au fil des tomes. Ce manga est aussi l’occasion de découvrir les grandes batailles du pacifique (Pearl Harbor, Midway, etc.) et le déterminisme des Japonais endoctrinés par un Japon impérial qui n’avait jusqu’alors jamais connu la défaite dans les conflits auxquels il avait participé. Pearl Harbor a été le seul succès de l’aviation impériale, bien qu’il ait davantage touché le moral des Américains plutôt que leur flotte navale. On y apprend aussi quelques tactiques de formation pour le combat aérien mais, finalement, ce manga se révèle peu technique en la matière et c’est tant mieux. Car le dessein de cette série, c’est de voir qui se cache derrière Miabe et non les entrailles de son coucou. D’emblée ma lecture laissait présager d’une série en deçà de mes attentes, tant le personnage de Kentaro m’insupportait. J’avais davantage envie de lui flanquer des baffes (à la Obélix) et des coups de pieds à son postérieur que de le suivre dans ses recherches, les pieds trainant au sol. Certaines redondances ont aussi eu le don de m’agacer. Bref, j’ai failli en rester là mais comme j’avais les 5 opus … j’ai continué. Heureusement, la suite s’est révélée être bien plus prenante (en même temps l’envie de lui botter les fesses diminuait au fur et à mesure que Kentaro se réveillait). Ce récit s’est révélé à la fois intéressant et instructif. Le visage de Miabe, tel une couverture mystère de BDThèque, finit par se dévoiler totalement (quitte à attendre le lendemain). Et le final réserve encore son lot de surprises. Bref, la lecture est chaudement recommandée mais il faut passer le cap du premier opus. A noter que plusieurs réflexions très intéressantes sont menées autour de sujets annexes dont (1) le rôle de la presse japonaise dans l’endoctrinement de masse pour l’éveil à un patriotisme fanatique (je trouve le propos juste et de portée universelle) et (2) le lien entre kamikaze et terroriste (avec en toile de fond le 11 septembre). Côté dessin, c’est de la bombe ! Tel un kamikaze se jetant à corps perdu sur un porte-avion, ça déchire. Plus sérieusement, je trouve le trait de grande qualité. Le dessin des batailles aériennes est à couper le souffle. Un bémol toutefois, la présence (heureusement peu nombreuse) d’expressions faciales exagérées avec des lignes d’effroi qui dénotent avec le sérieux du manga. Un peu comme si un Bisounours surgissait d’une case de Buddy Longway. Ca l’fait pas trop. Autre bémol, mais à l’encontre de l’éditeur cette fois. J’ai constaté à plusieurs reprises des mots oubliés dans les dialogues ainsi que des mots collés entre eux. Ca n’entrave pas la lecture mais ça fait tache. On voit que la crise est partout et, manifestement, l’éditeur n’a pas jugé utile de faire les frais d’un relecteur. Je ne félicite donc pas Delcourt pour le coup. A noter aussi un bref rappel historique à la fin du premier opus. C’est instructif mais on en apprend tout autant avec wikipedia. Enfin, la pub pour des mangas, qui n’ont rien à voir avec le sujet en fin de chaque album, m’a passablement énervé. Je ne suis décidément pas habitué à ce genre de pratique. Une série à lire, voire à acquérir pour qui le sujet intéresse, mais qui n’a malheureusement pas bénéficié du sérieux auquel il aurait pu prétendre de la part de l’éditeur. Les défauts précités m’empêchent donc de mettre plus de 3 étoiles. Mais avec un coup de cœur quand même … Série à feuilleter avec un whisky Nikka ou mieux : un Ichiro’s Malt. ^^

01/04/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai rarement lu une oeuvre aussi instructive et subtile sur un sujet que nous avons oublié peu à peu. Durant les derniers mois de la Seconde Guerre Mondiale, les Japonais totalement acculés ont lancé des kamikazes sur les navires de guerre américains. Aujourd'hui, après les attentats du World Trade Center, le terme kamikaze a prit la consonance terroriste jusque dans la société japonaise. La honte et l'oubli prédominent. Pourtant, l'époque n'était pas la même... Le récit a de quoi nous passionner : des petits-enfants qui n'ont connu que très récemment l'existence de ce grand-père veulent enquêter pour en savoir plus. Etait-ce un lâche ou un terroriste ? Etait-ce un héros comme tout le monde le prétend ? La découverte se fera au fil des témoignages que les petits-enfants vont rassembler près de 60 ans après la fin de la seconde guerre mondiale. Or, nous verrons après le premier tome que ces témoignages des vétérans diffèrent quelque peu. La force de ce manga est de mettre en parallèle un jeune contemporain totalement désoeuvré avec son grand-père qui a vécu dans une époque plutôt difficile qu'on aurait du mal à imaginer. Bref, on va enfin découvrir la vérité au sujet de ces aviateurs au service de la marine impériale japonaise. On est très loin des clichés habituels car ce grand-père sera plutôt un homme complexe, aux multiples facettes, bien loin de l'image que son petit-fils s'en faisait. Pour le lecteur, c'est l'occasion de revenir sur des aspects de la Seconde Guerre Mondiale comme la bataille du Pacifique. Bref, un manga à découvrir absolument car loin devant les autres.

28/07/2013 (modifier)