Les Enfants de la Résistance

Note: 3.83/5
(3.83/5 pour 6 avis)

Dans un petit village de France occupé par l'armée allemande, trois enfants refusent de se soumettre à l'ennemi. Mais comment s'opposer à un si puissant adversaire quand on n'a que dix ans ? Chaque tome est complété par un cahier didactique. Un site a par ailleurs été créé et permet d'aborder d'une manière interactive les diverses thématiques abordées par les albums (voir site officiel).


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale La Résistance Le Lombard [Seconde Guerre mondiale] Europe de l'Ouest

Dans un petit village de France occupé par l'armée allemande, trois enfants refusent de se soumettre à l'ennemi. Mais comment s'opposer à un si puissant adversaire quand on n'a que dix ans ? Au travers de l'histoire de François, d'Eusèbe et de Lisa, Dugomier et Ers nous présentent un portrait nuancé des années de l'occupation allemande. Car plus que contre un peuple, c'est contre une idéologie que ces enfants vont devoir apprendre à se battre.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Mai 2015
Statut histoire Série en cours 5 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Les Enfants de la Résistance
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

29/04/2015 | Mac Arthur
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Il y a une certaine réécriture de la résistance vu par des enfants ce qui paraissait fort peu probable en ces temps troublés. C'est bien de décrire la résistance au nazisme, le but est tout à fait louable et il faut encourager de telles initiatives qui vont dans le bon sens. La question est alors de savoir si on doit alors réécrire l'Histoire tout en se basant sur des cas isolés d'enfants héroïques ayant participé à des actes de résistance. Fort heureusement, les auteurs ont pris soin de ne pas décrire les soldats allemands comme totalement ignobles. Il y a toujours des méchants des deux côtés même si le combat contre l'idéologie nazie prime sur tout le reste. Il s’agissait d’éviter l’écueil du manichéisme tout en gardant l'objectif en vue : la liberté, la dignité humaine et le bien commun. Il faut retenir que cette bd est surtout destinée aux enfants afin qu'ils comprennent les enjeux de la Seconde Guerre Mondiale et surtout ce qui s'est passé dans notre pays avec ces deux camps irréconciliables : le Maréchal Pétain contre le Général de Gaulle. A noter un dessin remarquable qui produit dans le détail des décors dignes de cette époque. Tout semble coller à la réalité historique. Des efforts ont été réalisés et il faut le souligner. Au final, une bd bien construite dont on dévore littéralement les différents tomes. Les auteurs ont ajouté quelques pages à la fin de chaque tome afin de compléter l'histoire fictive avec les événements réels de cette période. Un excellent support ludique et pédagogique pour ne pas oublier...

01/12/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai relu le premier tome et lu les tomes suivants pour la première fois et j'ai bien mieux accroché. On suit trois enfants qui vont devenir résistants durant la guerre. Ce qui est génial est qu'ils vont grandir et qu'au fil des tomes ils vont en apprendre plus sur le monde et tout n'est pas manichéen. De plus, à la fin de chaque album il y a un dossier éducatif qui se lit très bien. C'est le genre de série que je recommande pour les parents ayant des enfants faisant partie du groupe des 10-14 ans. C'est une lecture parfaite pour eux car ils risquent d'en apprendre sur la seconde guerre tout en s'amusant à lire les aventures de ces gamins qui vont finir par devenir de grands résistants. Le scénario est prenant et j'ai souvent eu peur que quelque chose de grave arrive à un des trois protagonistes, surtout que les auteurs n'ont pas peur de montrer la dure réalité de l'occupation allemande. On pouvait mourir en résistant aux Allemands et il existait des Français collabos qui n'avaient aucune honte à écrire des dénonciations anonymes aux nazis. On est loin de certaines œuvres de fiction qui proposent des récits de luttes entre les gentils Français et les méchants Allemands et les Français peuvent prendre tous les risques sans recevoir de conséquences graves. Les personnages principaux sont attachants et j'aime particulièrement Lisa, un personnage ambigu vu qu'il est clair que les auteurs n'ont pas encore tout dit sur son passé. Le dessin est très bon. J'ai tout de même un reproche à faire : deux personnages se ressemblent un peu trop et je me suis finalement aperçu que c'était en fait deux personnages et non pas le même lorsque je les ai aperçus dans la même scène. Cela a rendu le scénario inutilement compliqué pour moi parce que je pensais qu'il y avait eu une erreur dans le scénario !

16/07/2016 (MAJ le 27/10/2019) (modifier)
Par Ro
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Ro

Quand l'aventure et l'action se mêlent à l'Histoire et à un récit particulièrement instructif. Les Enfants de la Résistance, c'est l'histoire de trois gamins dans un petit village du centre de la France occupée qui, à partir de 1940, vont s'engager d'eux-mêmes dans un mouvement personnel de résistance à l'Occupation, rejoignant peu à peu le parcours des "vrais" résistants plus adultes. C'est une description intelligente de la vie sous l'Occupation. C'est aussi une manière subtile de montrer, en suivant le parcours d'enfants auxquels les jeunes lecteurs peuvent s'identifier, celui que des résistants adultes ont pu réellement suivre dans ces années là. Tout est crédible, documenté, et pas manichéen. Les personnages sont bons. On y voit des nazis détestables et des allemands bien plus humains, des français dont l'opinion peut évoluer, notamment dans leur vision de Pétain et de la nécessité ou non de résister à l'envahisseur. Le récit est réaliste, avec son lot de malheurs et de risques mortels, mais aussi un vrai sens de l'aventure et un récit prenant. Et surtout la progression du scénario est très réussie, avec un engagement de plus en plus fort des héros et une situation qui montre de plus en plus son sérieux et son danger. Tout s’enchaîne de manière naturelle et on découvre sans s'en rendre compte que de simples enfants sont finalement devenus aussi engagés et efficaces à leur échelle que les meilleurs résistants. Qui plus est, le dessin est lui aussi très bon et agréable, tant sur le plan du trait et de la mise en scène que des couleurs. Bref, c'est vraiment du tout bon comme lecture, enrichissante et prenante, et aussi bien adaptée à de jeunes lecteurs qu'à des adultes.

22/02/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cette série du binôme Dugomier-Ers (déjà auteur des Les Démons d'Alexia et de Hell School) a une indéniable dimension pédagogique. Et un rapide coup d’œil sur le cahier situé à la fin des albums suffira à vous en convaincre. Les auteurs ont donc décidé de nous (et quand je dis « nous », je pense plus particulièrement aux jeunes adolescents) parler de la vie quotidienne sous l’occupation allemande. Pour ce faire, ils nous proposent un trio central très classique (deux garçons, une fille, tous trois âgés de 12,13 ans au début de l’histoire) auquel le jeune lecteur s’identifiera sans problème. L’usage d’un faux journal intime et de la narration à la première personne accentue directement l’empathie ressentie pour ces personnages (c’est classique mais ça marche à tous les coups, pourquoi s’en priver ?) L’histoire en elle-même n’est pas des plus originales et la série souffrira, je pense, de la comparaison avec « La Guerre des Lulus ». Mais comparaison n’est pas raison. Cette création se démarque de la très bonne série susnommée dans le sens où elle cherche véritablement à instruire le lecteur. Et si le fil narratif se présente sous une forme très classique de récit d’aventure, la conception du scénario permet aux auteurs de parler de multiples sujets sur un ton plus professoral, plus didactique. Et, honnêtement, un divertissement qui rend moins con, je trouve toujours ça bon à prendre. Et comme dès le début, le propos se veut nuancé (il y a du bon et du mauvais partout, chez l’occupé comme chez l’occupant, et pas toujours là où l’on croit le voir de prime abord), la série interpelle et incite à réflexion. De plus, après quatre tomes, l'équilibre entre volonté d'instruire et souhait de distraire a été trouvé. Nous sommes maintenant très proches des personnages et leurs aventures ne sont plus du tout forcées (ce qui pouvait encore paraître être le cas dans le premier tome, comme si les auteurs voulaient tellement parler de certains aspects de la France sous l'occupation qu'ils forçaient leur scénario à aller dans la bonne direction). Les tomes 3 et 4, à ce titre, offrent vraiment un excellent récit d'aventure même sans tenir compte de sa dimension historique. Je dirais même que la série ne cesse de s'améliorer au fil des tomes. Enfin, il y a le dessin de Benoit Ers. Ce franco-belge bien typé garantit un plaisir de lecture, une facilité d’accès, l’expressivité et le dynamisme nécessaires pour convaincre un jeune lecteur (et les autres aussi, moi le premier) à jeter un œil aux planches… avant de ne plus pouvoir interrompre sa lecture. Cette opposition entre un dessin très frais et des propos plus sombres est devenue une des marques de fabrique des réalisations du duo. Nul doute que cette série ne fera pas exception à la règle. Dans le genre, ce récit se révèle donc très bien. Le petit plus apporté par son aspect éducatif prononcé en fera un bon support dans un cadre scolaire tandis que l'aspect aventure plaira à un large public. A consommer sans modération et, je peux le dire, après quatre tomes, j'attends la suite de cette série avec une certaine impatience.

29/04/2015 (MAJ le 15/02/2018) (modifier)

La série est parfaitement adaptée aux enfants scolarisés en CM1-CM2. Les points de vue sont multiples. Les péripéties, à la fois justes et montrées de façon attrayante pour les enfants de 9-10-11 ans et même plus. Le dossier pédagogique associé à chaque volume est très complet et bien présenté. Une réussite pour tous les volumes parus. J'attends le prochain...

15/01/2018 (modifier)
Par Canarde
Note: 4/5
L'avatar du posteur Canarde

Le seul défaut de cette série est son titre : statique, pompeux, fermé, avec la voix glaçante de Malraux et son "entre ici Jean Moulin" en fond sonore. Sur le même genre de sujet, on a quand même l'allant ouvert et poétique de L'Envolée sauvage, l'humour énigmatique de La Guerre des Lulus. Mais passé ce portail pompier (képis et rangers), l'histoire est touchante, nuancée, les personnages vraisemblables et attachants. Sous la forme du journal intime (une sorte de journal d'Anne Franck mais côté français catholique et occupé), le quotidien de la seconde guerre mondiale nous est montré, du côté des civils et des gens qui ne sont pas la cible de l'occupant (pas dans les réseaux de la résistance institutionnelle, pas juifs, pas tziganes, pas homosexuels, bref a priori sans raison de craindre pour leur peau). Ce point de vue du citoyen lambda est vraiment le bon pour permettre à chacun de s'identifier aux personnages. Évidemment ce qui paraissait simple et proche de chacun de nous au début finit par se compliquer, et il faut bien prendre parti... Ce récit donne à voir une forme de patriotisme qui nous parait aujourd'hui désuet, mais qui imbibait la France de cette époque, avec différentes facettes qui peuvent aller de la fidélité à Pétain, sauveur de Verdun, aux petits actes d'inertie, voire de sabotage. Pour le dessin, il est moins nuancé que celui de la guerre des Lulus, moins décidé que celui de l'envolée sauvage, mais il a une sorte de fraîcheur séduisante. Des contours à la Hergé mais avec des lumières blondes et des couleurs très élégantes. Passez l'emballage rébarbatif et scolaire : Il suffit de l'ouvrir pour le dévorer tout entier !

29/05/2015 (modifier)