Le Sursis

Note: 4.17/5
(4.17/5 pour 69 avis)

1998 : Prix Canal BD Mort. Tranquille. Peinard. Derrière les volets clos de son pigeonnier, Julien assiste à son propre enterrement d'un oeil goguenard. Mais que faire lorsqu'on est obligé de se cacher ?


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Auteurs complets BD à offrir Best of 1990-1999 Dupuis La Résistance Les Meilleurs Diptyques Love Stories Prix des Libraires de Bande Dessinée Toulouse et sa région [Seconde Guerre mondiale] Europe de l'Ouest

Juin 1943. Julien Sarlat saute du train qui le conduit en Allemagne et gagne le petit village de Cambeyrac, dans l'Aveyron, pour s'y cacher à l'insu des villageois en attendant la fin des hostilités. Étonnante intervention du destin : le train qui devait l'emmener est bombardé et, parmi les victimes, un corps a été identifié comme étant le sien. Le voilà mort aux yeux du monde. Profitant de cette situation inattendue, il s'enferme dans le grenier de l'instituteur, arrêté par la Gestapo française et dont la maison a été mise sous scellés. Dès lors, depuis ce poste d'observation donnant sur la place du village, le mort vivant va assister à ce théâtre permanent qu'offrent les gens dans le déroulement des jours. Amours, haines, jalousies, lâchetés, mouvements du coeur, actes d'héroïsme, rien n'échappera à l'observateur. Jusqu'au moment où, de spectateur qu'il était, il sera lui-même acteur et rencontrera à nouveau son destin, cruel et moqueur, toujours inattendu, qui lui aura juste accordé un sursis. Texte : Editeur.

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1997
Statut histoire Série terminée (prolongement dans "Le vol du corbeau") 2 tomes parus

Couverture de la série Le Sursis © Dupuis 1997
Les notes
Note: 4.17/5
(4.17/5 pour 69 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

10/05/2001 | Alix
Modifier


Par Benjie
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Benjie

La Seconde Guerre mondiale est une source inépuisable d’inspiration pour des histories à hauteur d’homme. Jean-Pierre Gibrat nous propose ici un diptyque qui se déroule à Campeyrac, un village de l’Aveyron. Un jeune planqué qui a échappé au STO se cache, et depuis sa cachette, il observe ce qui se passe sur la place du village, juste sous sa fenêtre. Et le temps s’écoule lentement. Les saisons se succèdent et notre héros est toujours là, derrière ses persiennes. La guerre semble tellement loin de la vie paisible du village, du pastis et des parties de cartes à la Pagnol. Derrière cette apparente sérénité, les collabos surveillent et la résistance se prépare. Comme en opposition au drame de la guerre, Julien, notre héros, a pour seule préoccupation son amour pour la belle Cécile et sa jalousie envers d’éventuels prétendants. A travers ses différents personnages principaux ou secondaires, Gibrat dresse le portrait d’une micro-société avec ses courageux, ses couards, ses ambitieux, ses généreux, ses idéalistes… Chaque personnage est intéressant et dépeint avec subtilité et humour. On se croirait dans une pièce de théâtre. J’ai vraiment aimé le rythme paisible de ce diptyque, jusqu’à ce que la guerre fasse brutalement irruption dans la vie du village. Le dessin de Gibrat est magnifique, la finesse des traits, les couleurs douces et le jeu d’ombres et de lumière restituent parfaitement l’ambiance. Et pourtant, la guerre n’est pas si loin Gibrat sait nous rappeler sa présence par petites touches (le marché noir, la radio clandestine, le casque Adrian du mannequin, les jours sans alcool…). Tout à coup, l’armée allemande fait irruption sur la scène et l’histoire change de ton. Le scénario est bien construit et bien écrit, mais l’histoire d’amour (à faibles rebondissements) est quelque peu gentille. Le focus sur la jolie Cécile (qui ressemble tellement aux autres personnages féminins de Gibrat) fait disparaître toutes les autres jolies filles du village alors qu’il y a de nombreux personnages masculins. C’est assez étrange. Bref, c’est une très belle histoire, agréable à lire et aux dessins sublimes. Un régal pour les yeux.

07/03/2022 (modifier)
L'avatar du posteur bamiléké

Gibrat nous propose un récit sous l'Occupation avec un angle fort original. La guerre semble lointaine dans ce coin d'Aveyron et il faut écouter radio-Londres pour se dire que cela bouge quelque part en Europe. Cela ressemble plus à un théâtre où chacun y joue son rôle. Serge en milicien abruti ou Paul en résistant communiste. Mais on continue à se parler ou à jouer aux cartes ensemble puisqu'on est tous presque de la même enfance dans ce petit village. C'est l'apparition tardive des uniformes allemands qui ramènera la froide réalité dans le village. Julien est-il un héros comme Paul ? Un lâche ? Un salaud ? Profite-t-il d'une situation qui le favorise au balcon de son théâtre où il voit sans être vu ? Il pourrait écrire son journal mais il n'est pas Anne Franck. D'ailleurs a-t-il la perception du danger étouffé par ses soucis sentimentaux ? Cet abandon et cette contemplation ne sont pas si désagréables si ce n'est cette jalousie qui le ronge. Actif ou passif ? Peut-être a-t-il besoin de matérialiser les enjeux pour se décider ? Comme le jour où il est parti pour le STO ou quand Paul lui apporte les caisses. C'est le génie de Gibrat qui joue avec notre empathie pour Julien au fil du récit en plus et en moins. Ne nous y trompons pas : garder des armes valait déjà une séance de torture et un peloton en bonne et due forme. J'aime la similitude avec le Spirou d'Emile Bravo, même époque, même trains du destin, même interrogation sur quoi faire. Quand on se croit sur des rails ira-t-on jusqu'au bout ? D'ailleurs la belle Cécile qui dévore Zola préfigure le dénouement de La Bête humaine. Tous ces destins qui se croisent ! Le dessin de l'auteur magnifie son excellent scénario. Les décors sont superbes et le village est un personnage en lui-même. Tous ces gestes du quotidien dans la cuisine, dans la chambre sont une exquise capture de moments intimes et uniques. Cette touche de sensualité apportée par la grâce et les robes de Cécile sont un printemps perpétuel. Un vrai régal

01/03/2022 (modifier)
Par Solo
Note: 4/5
L'avatar du posteur Solo

Entre 3 et 4, mon cœur balance, mais le dessin m’entraîne vers l’arrondi supérieur. Quel travail graphique, c’est vraiment bluffant. Et autant le dire tout de suite, cette petite Cécile a une beauté pure, innocente, exquis! Je ne peux que comprendre notre Julien, ce héros malgré lui, prêt à croquer dans son corsage le fruit défendu. En dehors de l’esthétisme, je précise tout de suite que la relation entre les deux tourtereaux n’aura pas été mes préoccupations principales. Peut-être parce-qu'il n'y avait pas de quoi s'en préoccuper d'ailleurs... Cette histoire d'amour est alimentée depuis leur tendre enfance et continue à évoluer avec les évènements du village, sans prétention. Cette histoire n'est franchement pas une aventure. Plus précisément, il y a des aventuriers (dont Paul en est l'icône et Serge son opposant) mais on ne s’attarde pas franchement sur leurs actes. L’auteur a tenu à ce que l’on se concentre sur Julien et son village. Campeyrac est une commune calme, loin de la guerre, où le quotidien n’a pas été « trop » chamboulé. Nous suivons ce petit bonhomme, heureux de le voir se dépatouiller de ses petites péripéties égocentriques et superficielles. Il est entouré par un casting réduit mais bigrement efficace, donnant une photo complète de ce que devait être un village à cette époque : la plus belle femme du village qui atteint le cœur de chaque homme, un aubergiste, un curé, un SS, un communiste, un ivrogne joyeux et un résistant. Et puis tout ce beau monde se réunit bien souvent au café du village, le seul et unique. Le rendu est vraiment parfait Ce superbe dessin aux décors fouillés laissent peu de place à la guerre. Associé au jeu de couleurs chaud et doux, l'ambiance bucolique nous fait presque « oublier » que nous nous trouvons en pleine Occupation allemande. Mais l’auteur a parfaitement dosé ses piqûres de rappel pour nous faire retomber dans la réalité (l’intervention des allemands, les SS, les débats au café, Paul, la radio bien sûr…). J’en interprète l’idée que chaque village, même celui tenu le plus éloigné des batailles, regorge d’histoires locales singulières sur ses habitants à cette période... Pour ce qui est du scénario et des péripéties, c’est certainement là où le bât blesse pour moi comme pour d’autres je pense. On frôle parfois la niaiserie, et la légèreté laisse place à la futilité de temps en temps. Les phases de jalousie de Julien dans le tome 1, qui imagine des choses sur sa chère et tendre et qui se rend finalement compte d’avoir parlé trop vite, c’est un peu lourdingue. Son isolement peut l’amener à se construire des délires, mais bon je ne trouve pas ce genre de moments très intéressants… Également, il y a certains raccourcis. Mais ça aurait pu être bieeeen pire ! C’est presque honorable d’avoir réussi à ne pas virer vers une histoire à l’eau de rose. L’écriture doit y être pour quelque chose. Je la trouve vraiment agréable et bien construite. Les narrations sont intelligentes, la touche d’humour fait souvent son apparition et donne le sourire. Le héros a toujours un ton comique et joueur, ce qui nous permet de l’apprécier jusqu’à la fin. J’ai commencé par le dessin et je souhaite finir avec le dessin. Il est vraiment superbe. Et les personnages, s’ils n’ont pas une personnalité vraiment complexes ou nuancées, ont un rendu graphique incroyable. Mention spéciale pour Basile, qui se voit occuper de belles planches à la fin du tome 2. La note de 4/5 s’est confirmée en écrivant ma critique. Je retiens beaucoup plus le positif, même si cette BD n’est pas sans défauts et qu’elle pourra décevoir certains pour son manque de profondeur. Mais l’auteur nous offre là une belle histoire qui m’a permis de retourner dans les années ’40 avec joie, malgré tout...

04/10/2021 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Il est pour moi très difficile de différencier le sursis et Le Vol du Corbeau qui en est plus ou moins la suite. Cette autre série se passe à la même époque, raconte une histoire très similaire et le personnage principal est la soeur de l'héroïne du sursis. Et il y a 15 ans, la première fois que j'ai lu le sursis, j'avais écrit ici un avis plutôt négatif parce que je m'étais ennuyé et que j'avais largement préféré Le Vol du Corbeau... car je l'avais lu avant. Cette relecture 2020 c'est fait dans l'ordre logique : d'abord par le sursis puis par Le Vol du Corbeau, et mon ressentit est plutôt inversé cette fois ! Le personnage principal se cache car il est une sorte de déserteur et il attend terré dans un grenier la fin de la guerre. C'est vrai qu'il n'y a pas trop de rythme, il tue le temps en regardant par la fenêtre ce qu'il se passe sur la place du village. On se croirait en période de confinement en 2020. On arrive quand même a se demander ce qu'il va arriver à Julien, va t-il se faire prendre, va t-il retrouver sa copine ? C'est pas le suspens le plus fou qui soit, mais ça se tient et ça se laisse lire volontiers... sur 2 tomes en tout cas. Finalement mon conseil serait peut être celui-ci : ne pas enchainer le vol du corbeau immédiatement après pour éviter une déception liée à l'impression de relire la même histoire. Ce qui est toujours valable c'est que le dessin est excellent et accompagne agréablement cette lecture.

05/11/2005 (MAJ le 28/04/2020) (modifier)
L'avatar du posteur Malolinolou

20 ans que la BD est parue mais, contrairement aux films, elle n'a pas pris une ride ! Même si certaines scènes paraissent peu crédibles, on se laisse entrainer dans cette vision "cachée" de la guerre et cette histoire d'amour comme il a dû en exister des dizaines et au moins autant de scènes finales sur les quais d'une gare ! Courte série à lire.

07/01/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

L’histoire en elle-même n’est pas forcément très originale. En effet, on nous décrit la vie d’un village de l’Aveyron durant les deux dernières années de l’occupation allemande. C’est plutôt bien fait – genre « un village français » ou d’autres téléfilms du service public. Si je vais au-delà des trois étoiles, c’est que Gibrat a réussi à éviter l’écueil de la banalité, mais surtout celui de la mièvrerie, qui guettait parfois. Ce n’est pas un récit de guerre, ni un album traitant de la résistance ou de la collaboration en tant que telles. Même si bien sûr tout cela fait plus que décor à la trame de l’histoire. Les deux albums sont centrés sur Julien, son enfermement – à la fois relatif (il n’est pas vraiment dans SA tombe et sort régulièrement de sa cachette – ce sont ces nombreuses sorties toujours sans réelles anicroches qui me semblent être le seul côté « trop facile » de l’ensemble) et réel (il n’a plus d’existence légale, et ne doit pas chercher à en avoir une). C’est aussi son histoire d’amour avec Cécile qui innerve l’histoire, ainsi que l’entrée – j’allais dire à reculons, en tout cas sur la pointe des pieds de Julien dans la mouvance de la résistance. Gibrat n’a pas cherché à faire de son personnage un héros ou un couard, il n’est ni pétainiste ni gaulliste (même s’il est clairement contre les Nazis et les collaborateurs), il cherche juste à vivre, et en cela il est plutôt représentatif de la majorité des Français de l’époque, et donc crédible. Si l’extraction du monde de Julien – alors qu’il en est au cœur, près de la place centrale du village ! semble atténuer le bruit des canons, Gibrat apporte quelques coups de rappel, qui font monter la tension (passage plus que brutal d’une colonne allemande, guerre ouverte entre Miliciens et résistants vers la fin du diptyque). Mais ce qui fait la réussite de ces deux albums, c’est sans conteste le dessin de Gibrat, vraiment excellent ! Que ce soit pour les décors ou les personnages, rien à redire. En particulier pour croquer Cécile, que l’on est tenté de regarder avec les mêmes yeux et la même lunette que Julien, car elle est vraiment belle !

06/10/2014 (modifier)

[TOME 1] << Oh ! Tu étais caché dans la maison d'à côté et tu m'espionnais depuis plusieurs mois, toi qui étais mon petit ami que je croyais mort !? Vite, embrassons-nous, je t'aime toujours tellement, tu sais !! >> Mais bien sûr !!!!! Une BD très bien dessinée, mais molle, avec des personnages tête à claque, aux comportements souvent illogiques !! Quelle déception !!! Reste un dessin d'une rare finesse. [TOME 2] Ce n'est guère mieux, mais au moins il n'y a pas de happy end (on le voit venir gros comme une maison depuis le premier tome), et l'une des têtes à claques crève. Tant mieux. On passe à autre chose. Dessin toujours aussi beau, d'où la note.

18/08/2014 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 4/5
L'avatar du posteur DamBDfan

Gros classique de la collection Aire Libre réalisé par un auteur majeur de la BD, Jean-Pierre Gibrat dont je ne connaissais pas l'oeuvre, il était grand temps pour moi de découvrir tout cela. C’est chose faite et effectivement, c’est superbe. L’histoire sur fond de guerre est passionnante, avec une bonne touche de sentimentalisme, mélancolie et de poésie qui servent à merveille l’ambiance de ce petit village aveyronnais. Les personnages sont extra, avec une forte personnalité et la narration est plus que parfaite. Les dessins et couleurs sont sublimes et représentatifs de ce que j’aime en BD. Je vais de ce pas, lire « le vol du corbeau » et retrouver la compagnie de la très belle Cécile. Un diptyque à lire bien évidemment.

16/02/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Un récit tout en atmosphère, plein de sensibilité, d'une profonde originalité malgré un sentiment de facilité, de légèreté apparentes, et de quotidien banal perdu au milieu d'un charmant village aveyronnais, alors qu'autour se déroule une lourde Occupation et une guerre meurtrière. Ce récit véhicule une vérité, une authenticité où chacun peut se reconnaître, car la situation vécue dans son grenier abandonné par Julien Sarlat, est celle que n'importe qui aurait pu vivre. C'est pourquoi "le Sursis" invite à une réflexion sur l'engagement personnel. Le trait de Gibrat est magique, non seulement il dépeint un Aveyron chaleureux et vrai à travers la romantique vision d'un village et d'un milieu rural où chaque personnage est dans un rôle bien défini, mais surtout, il sait rendre à la perfection la sublime féminité et la sensualité de sa Cécile. Une très belle histoire, au dénouement inattendu et tragique, un pur plaisir de lecture, dont l'achat ne sera pas regretté.

27/12/2013 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Bon, je ne vais pas mettre le cinq, mais la BD n'est pas très loin. Disons un 4.5 arrondi ! C'est vraiment une BD dans le pur jus roman graphique, mais avec une petite pointe historique qui n'est pas pour me déplaire. Le récit est déjà servi par un sublime dessin, le genre qui vous donne envie de regarder à nouveau toute la BD juste pour admirer les cases (et un peu l'héroïne, hein, faut bien l'avouer ...) et contempler les superbes cases toutes en couleurs ... Un vrai régal, qui ajoute beaucoup de charme. En plus, nous avons des personnages bien sympathiques, pas développés en profondeur de manière incroyable, mais très sympathique, qui donnent envie de les connaitre. Julien et son côté un peu bougon, ses petites folies et son voyeurisme, sa tante, Cécile (l'auteur à vraiment fait un bon travail côté dessin !), et même les différentes personnes du village, dans ce petit hameau où il ne se passe pas vraiment grand chose. Malgré la guerre, qui est loin, malgré les allemands, qu'on voit peu, malgré la résistance, qui est secrète, malgré les colabos, qui ne sont pas aimés ... C'est toute une petite vie en place, entre personnes qui s'apprécient et non, les tensions habituelles d'un village quoi. J'y ai retrouvé le charme de celui dans lequel je suis né, avec ses conflits nombreux et souvent autour de broutilles. C'est un charme tout simple, mais sympathique. Ajouté à ce charme indéniable des dessins et de l'ambiance, nous avons l'histoire. Une histoire vraiment agréable, avec plein de petits charmes, des moments un peu plus forts, mais dans le ton du dessin et de l'ambiance. Je l'ai suivi sans trop savoir vers quoi l'ensemble débouchera, mais je n'ai pas non plus beaucoup cherché à savoir. J'ai suivi agréablement le cours de la vie du village, et j'ai eu mon lot de surprises sur la fin. En fait, la BD dégage un charme indéniable, qui m'a ravi lors de ma lecture et de ma relecture. J'ai aimé, tout simplement, les différentes facettes de la BD. Mais .... Mais je n'ai pas mis le cinq car il manque un tout petit poil de je ne sais quoi, la dernière touche qui m'aurait fait mettre le maximum. Finalement je laisse au 4, mais c'est un peu plus. 4 1/3 quoi. On est proche du chef-d’œuvre là. Et j'ai beaucoup aimé l'explication du titre que l'on ne comprend qu'à la fin !

10/09/2013 (modifier)